Archives mensuelles : mai 2007

Succès de la manifestation de Villavélo le 13/05/07

http://www.villavelo.org

Centre ville : Conseil de quartier du 10 mai 2007

10 mai 07.
Présents M. Paton, Maire Adjoint, Président du Comité de Quartier
M. Bargero, ancien maire, conseiller municipal,
M. Juhel, conseiller municipal (opposition)
M. Le Brozec  des services techniques de la mairie
Et 49 résidents du quartier.

Cette réunion était la première depuis un an. Elle avait été demandée il y a 2 mois par plusieurs membres du Conseil de Quartier qui en avait proposé le thème : la circulation en centre ville. Bien que les services municipaux aient eu du temps pour la préparer cette réunion laisse avant tout l’impression que rien n »est maîtrisé ni planifié.

Sur le plan technique (et M. Juhel a souligné le fait avec  à-propos ) rien n’avait été fait pour que le public puisse prendre connaissance des projets (pas de projections, pas de dossiers).

Alors que le thème était circulation au centre ville aucune discussion n’a eu lieu sur la politique de la mairie dans ce domaine. Aux questions répétées : Que comptez vous faire pour diminuer la circulation des automobiles ? Que comptez vous faire pour aider le parking en périphérie du centre ville, faciliter la circulation des piétons et des circulations douces ? Quelle est la politique de la mairie en ce domaine ? M. Paton s’est contenté de proposer  » qu’on fasse prochainement une réunion à ce sujet  » en oubliant totalement que c’était le sujet même de la réunion du jour.

Concrètement les quelques informations apportées :

Rue Jacques Richard et environnantes De nombreuses personnes de ce secteur s’étaient déplacées, émues en particulier par une information de possible mise en double sens de la rue du Monument. Dès le début de la réunion M. Paton leur a dit ne pas disposer d’informations et les a invitées à se rendre à la réunion organisée à 19 heures mardi 15 mai salle Morlet par M. Fautré. Beaucoup de participants ont insisté sur la vitesse excessive des véhicules descendant la voie « bus » qu’ils ne sont par ailleurs pas autorisés à emprunter !.

Une personne a justement fait remarquer que placer des réunions à 19H c’est exclure de fait tous ceux qui travaillent en dehors de Champigny et ne peuvent être rentrés à 19H. Deux personnes ont alors quitté la réunion.

Quai Victor Hugo Projet d’aménagement du quai qui resterait en double sens de la rue de la Plage à la rue du Marché avec possibilité de stationnement entre rue Foucard et rue du Marché. Rue du Marché en sens unique de la Marne vers le Marché avec une piste cyclable en contre sens du Marché vers la Marne.

Des interventions ont porté sur la nécessité de maintenir un espace de parking pour les clients de la guinguette du Martin Pêcheur. La conception de petits morceaux de piste cyclable non intégrés a été critiquée. Une discussion s’en est suivie sur les conceptions de l’intégration des circulations douces puis sur l’intérêt des zones 30.

Un participant a fait remarquer qu’il n’était peut être pas du plus grand intérêt d’engager des travaux Quai Victor Hugo alors qu’on va démarrer des chantiers sur l’ex ZAC des Bords de Marne et que donc de nombreux camions et engins vont abîmer la chaussée. M. Paton a assuré que les engins de chantier passeraient par la rue Matteotti.

Rue de Verdun : Changement de sens de la rue de Verdun. Des riverains se plaignent des détours que la nouvelle organisation des sens de circulation leur impose. Une riveraine de la rue Guittard intervient pour souligner que le calme et la sécurité qui découlent de la nouvelle organisation de la circulation n’ont pas de prix pour les riverains et valent bien qu’on accepte quelques désagréments mineurs en ce qui concerne le parcours automobile.

Parking souterrain Place Lénine Des informations données par M. Paton il apparaît que si la décision de construire un bassin de récupération des eaux pluviales n’est pas remis en cause sa forme exacte n’est pas encore choisie et par conséquent le projet de parking souterrain reste en suspens. M. Paton fixe à 2012 ou plus tard la date de début des travaux. En conséquence les réflexions sur la Place Lénine, sa transformation, l’ouverture vers la Marne sont renvoyées à … plus tard.

Une discussion s’engage alors sur le parking payant. La municipalité n’a pas de projet clair sur le problème du stationnement en centre ville, les zones payantes ou non, les réserves foncières qui pourraient être aménagées en parking. Elle n’a pas non plus pris connaissance des expériences réalisés par d’autres villes et de leurs résultats.

Lors de la réunion préparatoire du Bureau, il avait été demandé à M.M. Paton et Bargero de donner les raisons exactes des retards dans ces travaux, initiés par le Département, lorsqu’ils sont évoqués dans le bulletin municipal et non pas de rester dans le vague. Cette demande est réitérée.

Résidence Saint Saturnin



Mme Geschwind produit des photos de la facade de la résidence St Saturnin (Place Lénine) d’où il ressort que les armoires électriques ont été ajoutées en facade produisant un effet inesthétique certain sur ce nouveau batiment. Ces armoires n’apparaissaient pas sur le projet.

Des questions sont posées au sujet des commerces susceptibles de s’implanter au rez de chaussée de ce immeuble. M. Paton évoque un commerce de primeur et le transfert de l’office notarial précédemment sis rue Guittard.

 

Boulevard de Stalingrad Il est annoncé que les remarques faites lors de la réunion du 15/1/2007 ont été prises en compte et que des modifications ont été apportées pour permettre l’arrêt des cars de ramassage scolaire (Groupe Politzer).

Au sujet des travaux de requalification de la RN4 M. Paton indique que pour des raisons de fluidité du trafic ils ne peuvent pas avoir lieu tant que Stalingrad n’est pas terminé ! !. M. Paton insiste ensuite à propos de la RN4

Sur les difficultés rencontrées du fait du transfert de compétence entre l’Etat et le Département (nécessité de recommencer les études ! ! !). A aucun moment il n’est fait allusion au problème du financement qui semble pourtant déterminant dans ce report sine die des travaux sur la RN4.

 

Toujours en ce qui concerne le Boulevard de Stalingrad des questions sont posées sur les immeubles en construction au coin de la rue Rossignano Maritimo et près du site des Restau du Cœur. Pour l’angle  Rossignano Maritimo il est répondu qu’il s’agit de 29 logements aidés (PLA). Pour le secteur près des restau du Cœur il s’agit de logements sociaux qui permettront de reloger une partie des personnes résidant auparavant dans la tour dont la destruction a été décidée dans le cadre de la rénovation de l’ensemble des Mordacs.

 

Ecole maternelle Politzer : Des travaux de construction de 3 classes, sans extension hors de la surface au sol actuellement occupée sont prévus. Durant un an (année scolaire 2008/2009)les enfants seront accueillis au Groupe Scolaire Joliot Curie où les locaux existent et sont en cours d’aménagement. Des discussions sont en cours avec les parents pour l’organisation de l’accueil et du transfert des enfants.

 

Avenue Jean Jaurès des questions sont posées en ce qui concerne le devenir de l’ancien établissement Giorgeti (fermé) et l’immeuble du restaurant Kilian (fermé). MM. Paton et Bargero avouent ignorer ce qu’il pourrait advenir de ces batiments.

Toutefois le lendemain même (vendredi) M. Tribalat responsable au secteur Urbanisme de la mairie évoquait devant le CA de l’AMLC (Association Municipale des Loisirs Campinois) un projet immobilier de IDF Habitat (ex Campinoise)  portant sur les terrains Giorgeti, de l’immeuble du restaurant Kilian, du Parking, du magasin Madurel et du local de l’AMLC) Alors ?

 

Des questions sont aussi posées au sujet du devenir du terrain de l’ancienne station service BP (près de l’Eglise Réformée). M. Paton informe qu’il y a là un projet de construction par une société immobilière privée mais ne donne pas de nom. Un intervenant rappelle que les directives européennes imposent des conditions drastiques de dépollution avant toute réutilisation du terrain utilisé auparavant par des stations services.

 

Rue Juliette de Wills Une personne intervient pour faire part du mécontentement des riverains. Depuis l’installation dans cette rue d’une société d’import export la rue est encombrée de poids lourds internationaux qui occupent des places de stationnement, gênent la circulation dans une rue (trop) fréquentée. Ces poids lourds empiètent sur des trottoirs déjà très étroits et mettent en danger les piétons.

M. Paton indique qu’il a reçu une lettre à ce sujet.

 

Egouts Il est signalé que les égouts de la partie basse de la rue du Monument sont fréquemment bouchés

Rats Plusieurs personnes s’inquiètent de la prolifération des rats en plusieurs points du centre ville. Les services municipaux n’étaient pas au courant mais promettent d’intervenir.

 

D’après Y. Fuchs, G. Geschwind, C. Girard et D. Willemin

2ème tour

Commentaires sur les résultats du 2ème tour de l’élection présidentielle à Champigny sur Marne
Au deuxième tour, le 6 mai,  de l’élection présidentielle le taux de participation à Champigny a été de 83,80 %, en légère diminution sur le premier tour (84,78%). Cette baisse est presque également répartie sur tout les quartiers avec une baisse maximale de 3,5% sur un bureau de vote et des progressions légères (+1 à +2%) sur des bureaux correspondant à des cités (Bois l’Abbé, les Mordacs, Albert Thomas Maternelle).

De ces chiffres on peut déjà tirer la conclusion que l’appel de J.M. le Pen aux électeurs du Front National à s’abstenir au deuxième tour a été sur Champigny un fiasco complet.

Le nombre des bulletins nuls a augmenté passant de 381 (et 1,12% des votants) à 1122 (3,23% des votants). Il s’agit là d’un phénomène classique de second tour. Le choix des candidats étant plus restreint certains électeurs refusent de choisir et votent blanc ou nul.

Ségolène Royal, en tête au premier tour avec 10375 voix et 30,83% des suffrages exprimés l’emporte nettement au second en rassemblant sur son nom 18292 voix et 56,21% des suffrages.

Champigny repasse à gauche renouant avec sa tradition socio-politique.

Mme Royal totalise 2932 voix de plus (et 10,57%) par rapport au total des voix qui s’étaient portées sur les candidats de gauche du premier tour (Besancenot+Bové+Buffet+Laguillier+Royal+ Voynet).

M. Sarkozy obtient 14249 voix soit 43,79% des suffrages exprimés.

Au deuxième tour Mme Ségolène Royal obtient la majorité absolue dans 32bureaux de vote sur 38 alors qu’au premier la gauche n’était majoritaire que dans 13 bureaux.
9 bureaux ont donné entre 60 et 70% des suffrages exprimés à Ségolène Royal. 3 bureaux de vote lui ont donné plus de 70%.
Il s’agit bien sur des bureaux où elle avait obtenu ses meilleurs scores au premier tour.

Au premier tour M. Sarkozy était en tête devant Mme Royal dans 19 bureaux sur 38 soit la moitié. Au second tour il ne conserve la tête que dans 6 bureaux (les bureaux de Champigny qui traditionnellement donnent le plus de voix à la droite).
Comme la mobilisation à 1 ou 2% près a été équivalente les voix gagnées sont essentiellement des reports des voix obtenues au premier tour par François Bayrou.
Lorsque on établit la comparaison bureau de vote par bureau de vote une conclusion s’impose. Les reports vers Ségolène Royal des voix qui s’étaient portées sur François Bayrou se sont faits de façons très différentes selon les bureaux de vote avec des irrégularités flagrantes. Dans certains bureaux de vote seulement 22% des votes qui s’étaient portés sur M. Bayrou au premier tour se sont portés sur Ségolène Royal au second. Dans d’autres bureaux la proportion atteint 50, 70 voire 95%. Il n’est pas possible de définir de façon précise les motivations de cette diversité dans les reports. Tout au plus peut on noter que les reports vers Mme Royal semblent se faire mieux dans les quartiers socialement défavorisés.

Il en ressort que l’électorat centriste est sans doute très hétérogène et correspond à un refus tant du PS que de l’UMP. On ne voit pas bien comment le nouveau parti de M. Bayrou le Mouvement Démocrate va pouvoir faire converger ces aspirations.

En conclusion

A la vue des résultats du second tour on pourrait dire : rien ne s’est passé Champigny a toujours une majorité de gauche qui au gré des différentes élections reflète un rapport de force d’ordre 55/45.
En fait beaucoup de choses peuvent changer

1/ l’UMP qui se flattait de conquérir la municipalité et 2 sièges de conseillers généraux lors des élections locales de mars 2008 va être amené à considérer que ses souhaits ne seront pas faciles à réaliser.

 

2/ le mouvement centriste apparaît comme très hétérogène à Champigny. Pourra-t-il dans ces conditions se présenter, se choisir des alliés et présenter des positions cohérentes tant aux législatives qu’aux élections locales ?

 

3/ A gauche on a eu peur mais on a des raisons de pavoiser. Une question importante se pose de façon pressante cependant. Le Parti Communiste est en recul. Le rapport de force à Champigny est de plus en plus favorable au Parti Socialiste. Jusque quand le PS va-t-il accepter d’être localement confiné dans un rôle subalterne ? trouvera-t-il en son sein des personnalités capables de faire le poids face à des communistes bien implantés localement ?

Une élection présidentielle est par nature différente d’une élection locale. Dans une ville de 75000 habitants comme Champigny toutefois les critères politiques généraux jouent un rôle plus important que dans des petites communes. Reste à savoir si cet avantage politique de la gauche sera suffisant pour reconduire la majorité sortante. La désaffection qui se manifeste envers la municipalité, y compris auprès d’électeurs de gauche, risque quand même de lui jouer un vilain tour.
Yves Fuchs