Archives mensuelles : septembre 2007

Le 12 septembre réunion sur le Plan Local d’Urbanisme: compte rendu

Réunion « En savoir plus sur le PLU »Lieu, salle du conseil en MairieDate 12 septembre 07 à 20H30Nombre de personnes présentes dans la salle : 110 environ et parmi elles des élus de la majorité municipale (PCF, PS, MARS) et aussi des personnalités de l’opposition comme M. Juhel (UMP) responsable de l’association CAPOuest, M. Chriki (UMP) responsable de l’association Convergences Champigny, M. Jeanne (Modem).A la tribune avec M. Adenot, (PCF) maire, avaient pris place M. Charles (PCF) Maire-adjoint à l’urbanisme, Mme Kennedy (PCF), Conseiller Général et Maire-Adjoint,  Mmes Ettori(Mars), Lagadec (Mars) Terrade (PCF), Vidy(PCF) et M. Emorine (PS) tous maire-adjoints, M. Tribalat, directeur de l’urbanisme.CommentaireVous trouverez ci dessous mes réflexions sur cette réunion qui s’est terminée fort tard (23H15). J’ai essayé de prendre en note les interventions des élus et des participants intervenant depuis la salle. C’est un exercice difficile. Vous trouverez ces notes en annexe à titre d’information. Si vous avez assisté à la réunion et que vous estimez que j’ai mal traduit le contenu d’une intervention ou que j’ai omis quelque chose d’important, intervenez pour faire effectuer les corrections.De la réunion elle même je retiens une évolution certaine que je qualifierai de positive sur de nombreux points mais aussi des lacunes, des non dits qui suscitent bien des interrogations et des doutes.Il y a du changement en mairie. Le ton du maître à l’élève a (presque totalement) disparu. Il y a peu encore toute réunion de ce type avait pour axe un exposé par lequel le représentant de la mairie expliquait le projet aux citoyens présents. Il n’y avait pas vraiment débat mais pédagogie. On venait nous expliquer comment et pourquoi la majorité municipale avait raison d’agir comme elle le faisait. Les questions se perdaient souvent sur des points de détail. Si quelqu’un s’avisait de poser une question générale il était soupçonné de mauvaise foi.Ce qui est nouveau c’est que  la présentation est plus nuancée, les représentants de l’opposition de droite eux même le reconnaissent. On a même vu apparaître une certaine autocritique lorsque à une question, en fin de réunion, M. Adenot a reconnu que le projet d’une gare EOLE sur la RN4 n’était plus d’actualité parce que lors du prolongement vers Tournan on n’avait pas pris en compte en mairie que ce développement rendait impossible le projet Campinois.Autre élément nouveau M. Adenot, M. Charles et M. Tribalat ont insisté sur la volonté de sauvegarder l’équilibre des différents types d’habitat dans la ville avec un ratio d’habitat social ne dépassant pas 40%Préserver l’habitat pavillonnaire est une formule revenue à mainte reprise dans les interventions du maire.De fait le PLU tel qu’il est conçu par M. Adenot et son équipe repose sur 3 priorités :Habitat, transports et activité économique les 3 étant considérés comme étroitement liés.M. Jeanne (Modem) a fait remarquer à juste titre ce que cette importance donnée au développement de l’économie locale avait de nouveau (il a même employé le mot « révolutionnaire ») dans une prospective de la majorité actuelle.Il y a donc des propositions neuves et une manière de faire nouvelle dans ce PLU c’est indiscutable.Pourquoi alors ai-je quand même quelques réticences ?1. Parce qu’il y a un certain nombre de manques, c’est évident. En dehors des zones d’activité industrielles il n’a rien été présenté sur la stratégie du développement des commerces, sur l’intégration des axes de transport dans le développement des quartiers etc.2. Parce que un certain nombre de mauvaises habitudes n’ont pas (pas encore ?) disparu. Je veux dire les habitudes qui consistent à promettre sans tenir compte des réalités. Il était surprenant, par exemple, d’entendre le maire évoquer l’intérêt de Champigny pour une association rapide avec le réseau parisien Vélolib. Quand on connaît les difficultés pour les cyclistes à se déplacer en sécurité dans Champigny (demandez donc leur avis aux préposés de la poste)on comprend que le développement futur de Vélolib chez nous est soumis à la réalisation d’un réseau de pistes cyclables sures (ce que M. Delanoé a su faire à Paris et ce qui n’est pas le cas chez nous).3. Parce que le plus gros défaut de ce  PLU est de ne pas être vraiment un PLU . Dans l’esprit de la loi un PLU engage l’avenir d’une commune pour les 20-30 ans à venir. Il définit les grands axes de transformation il donne une vision d’avenir. Les propositions qui ont été faites  sont des propositions pour 5à 10 ans au mieux. Serait ce le caricaturer beaucoup que de dire qu’il représente un bon programme de la majorité actuelle pour la prochaine mandature ? 4. Parce qu’enfin, même dans la période récente, nous avons vu des projets discutés, élaborés avec les citoyens, servir de simples paravents, les décisions finales étant prises à un autre niveau, sans nouvelle consultation. Qu’en pensent par exemple les riverains de l’Avenue Stalingrad qui ont participé à tant de réunions pour décider de l’avenir de leur avenue, qui se sont prononcé pour un site propre de bus, pour des pistes cyclables, pour une délocalisation du collège etc et qui apprennent au détour d’une phrase qu’il n’y aura pas de site propre pour le bus, que la piste cyclable sera symbolique (10% du total ?) et que le collège est délocalisé vers la patinoire . Comment peut-on nous convaincre que là dessus les choses ont changé ? Le PLU présente des avancées positives. Il reste à convaincre les Campinois que celles ci se traduiront dans les faits. Le meilleur moyen reste d’ailleurs, là comme ailleurs la mobilisation attentive des citoyens, leurs efforts constants pour faire respecter les orientations de développement de notre ville.Yves FuchsNOTES PRISES AU COURS DE LA REUNIONDominique Adenot (dans la suite désigné par ses initiales D.A.): le PLU a été adopté par le Conseil Municipal le 27/6/2007. Il a fait l’objet d’un vaste consensus. Les groupes de la majorité municipale (PCF,PS, MARS) et des non inscrits se sont proncés pour. Les élus UDF-Modem ont aussi voté pour, l’UMP s’est abstenu et les Verts ont refusé de prendre part au vote.Il a été réalisé en effet avec la volonté de travailler avec tous les Campinois. 800 questionnaires ont été retournés en mairie. Une des idées fortement exprimée dans ces réponse était la volonté de préserver la diversité dans la ville et aussi de développer les solidarités entre les habitants. D. A. souligne que la ville doit faire prévaloir un équilibre harmonieux et surtout ne pas être ségrégative.Le PLU est structuré sur 3 idées principales :     L’emploi                            Les transports                            L’habitat.Ces 3 thèmes étant étroitement interdépendants.Il existe un déséquilibre de l’emploi dans la région Ile de France entre une partie ouest bien pourvue et une partie est nettement moins favorisée. Le PLU entend tenter de remédier à ce déséquilibre en particulier par le développement des activités économiques.L’habitat de notre commune est diversifié. Il faut préserver les quartiers pavillonnaires, il faut requalifier l’habitat collectif et il faut se prémunir contre une densification excessive ce qui n’a pas toujours été le cas.D.A. rappelle que lors de la construction des Mordacs et du Bois l’Abbé la population a progressé de 15000 habitants en 10 ans. Il n’est plus question de faire cela. Il faut au contraire ouvrir les grands ensembles sur la ville.Avec l’ANRU il y a 2 projets de requalification en cours. Ils concernent les 4 cités et les Mordacs. Pour le Bois l’Abbé la mairie est en discussion avec l’ANRU. D.A. souligne qu’il n’y a pas eu d’entretien pendant 40 ans. Il faut dit-il améliorer l’équipement des grands ensembles. Il se prononce aussi pour une modification des processus d’attribution des logements. Actuellement l’OPAC de Paris gère 2700 logements sur Champigny.D.A. se prononce pour une nécessaire augmentation du nombre des logements sans augmentation du nombre d’habitants. Il justifie cette politique par l’évolution de la structure familiale (par exemple une garde alternée des enfants implique 2 F4 alors que précédemment 1 suffisait)D.A. se dit favorable à de petits programmes (pas de grands ensembles) bien insérés dans le tissu urbain. Il insiste sur le fait que la montée des prix élimine de fait ou restreint très fortement les possibilités d’accès à la propriété.Il revient ensuite sur le problème du développement économique de la ville qui a été évoqué de façon insistante par les habitants. Le PLU se doit donc de développer les activités et l’emploi.De nouvelles perspectives existent dit-il. Au nord des travaux actuellement en cours sur l’Avenue de Stalingrad (secteur ex gare du Plant-Rue Jules Guesde) on a pour objectif une zone d’activité et la construction en ce lieu du collège initialement prévu le long de Stalingrad vers l’emplacement actuel des restos du cœur. Ce collège, situé en face de la patinoire, d’une capacité de 600 places, remplacerait en même temps le collège Lucie Aubrac qui serait abandonné. ( note En fait il s’agit donc d’un déplacement de Lucie Aubrac et non d’un nouveau collège. De plus le terrain choisi est celui d’un ancien dépôt de ferraille très largement pollué, le coût de la construction du collège étant à la charge du département la ville se débarrasse ainsi d’un terrain coûteux à dépolluer ! ! note YF).Secteur des Simonettes : La société Abscisse vient de signer un projet d’aménagement d’un pôle commercial au Simonettes Nord ( note : encore une zone très gravement polluée. Qui prendra en charge la nécessaire dépollution ? note YF).Une grande zone d’aménagement sur la voie de desserte associée. Le préfet aurait souhaité y faire construire 900 logements. La ville ne souhaite en construire que 150-200 en privilégiant les implantations d’entreprises et pour le reliquat les jardins ouvriers. Une partie des terrains est en zone franche  ce qui augmente son intérêt économique. La gouvernance du projet est partagée entre l’état, le Conseil Général, et les villes associées. Une aide du FEDER (Fonds Européen de Développement Régional ) est sollicitée (note : pour plus de détails voir sur ce blog les notes : « 16 hectares en quête d’avenir » et « Chantier de contournement », YF).D.A. revient ensuite sur le problème de la densité de l’habitat. Il indique que pour éviter que les gens n’aillent habiter de plus en plus loin avec les problèmes de transport que cela détermine le SDRIF (Schéma de Développement de la Region Ile de France) prévoit une redensification des constructions en petite couronne. Ceci pose problème et Champigny veut limiter la densification et préserver son tissu pavillonnaire. Il indique que le droit à batir sera toutefois plus important le long des grands axes ou existent certaines « dents creuses ».M. Nicolas Sarkozy a proposé un grand Paris. D.A. considère pour sa part que la région est une structure qui existe et qu’il convient de respecter. Il note toutefois avec satisfaction que le Président a reconnu l’intérêt d’une rocade métro en banlieue (projet Orbival).Dans le domaine de l’environnement le maire indique que Champigny est la ville la plus verte du département (en ce qui concerne l’étendue des espaces verts publics). Il est essentiel de préserver les coteaux, les berges de la Marne. La géothermie continuera à être développée, l’utilisation des énergies renouvelables sera encouragée par des primes. Des mesures seront prises en faveur de la perméabilité des sols.Champigny est ville candidate à l’extension du réseau Vélib.M. Tribalat prend ensuite la parole. Il indique qu’il existe 40000 Campinois qui travaillent ou demandent à travailler et que le nombre d’emploi sur Champigny est 20000. De fait 85% des Campinois qui travaillent le font en dehors de Champigny.Il indique que dans le projet du Plant (Boulevard Jules Guesde) il y aura 80 logements mais cite aussi le Pré de l’Alouette (note : sur lequel plane un flou inquiétant)Il évoque rapidement transports et déplacements. Revient sur la protection des zones pavillonnaires, le maintien du ratio social/privé à 40/60. Il indique que des opérations d’accession sociale à la propriété sont envisagées et qu’il convient aussi de favoriser le locatif privé à des prix abordables. Enfin il affirme que des travaux de requalification de la gare des Boullereaux sont prévus.La discussion s’engage :1 Une première question porte sur la place des personnes âgées dans la ville. Des précisions sont données.Yves Fuchs pose alors la question de l’unité de la ville. Champigny est une ville coupée géographiquement (partie plateau Briard-partie ville basse). Comment s’est-on posé le pb de l’unité de la ville, de meilleures circulations entre les différents quartiers ?D.A. répond que les efforts faits aux Mordacs permettront une meilleure liaison avec la RN4, que le prolongement du double sens rue du Bois l’Abbé favorisera aussi les échanges entre ville « haute » et ville « du bas ». Il souligne que la volonté commune est en effet de vivre tous ensemble.Mme D. qui habite aux Simonettes nord demande des précisions sur les aménagements prévus et insiste sur les questions de sécurité qui restent importantes malgré une amélioration récente.M. Chriqui reconnaît qu’il y a de bonnes idées mais souligne que » la pratique doit suivre les principes » et à son avis ce n’est pas le cas. Il donne en exemple le cas de l’Avenue de la Fontaine ( note voir à ce sujet dans ce blog notre note : Réunion de quartier : Avenue de la Fontaine)M. J. Chef d’entreprise demande des précisions sur les efforts qui seront déployés pour faire qu’effectivement les entreprises soient intéressées par Champigny. M. Emorine, maire-adjoint indique que le nombre de personnes affectées à ce travail a augmenté (3).Mme Gibert demande ce que devient le chemin des Courtilles qui n’est pas indiqué sur le plan du Boulevard de Stalingrad (phase 2). Elle rappelle qu’il s’agit d’un cheminement piétonnier N-S utile en particulier aux enfants qui vont à Joliot Curie. Petit instant de cafouillage puis il est indiqué que la question sera reposée lors de la discussion de cette phase 2 et qu’il n’est pas question que cette voie disparaisse.M. Pelhatte demande à ce que la circulation soit favorisée à travers la ville . Il émet des critiques sur le choix d’un terrain face au collège PVC pour une crèche inter-entreprises.Une personne demande alors dans quelle mesure le PLU s’applique à la délivrance de projets personnels (permis de construire). M. Georges Charles répond que depuis le 6 aout 2007 le PLU est opposable à tout permis de construire qui doit donc être en conformité avec le PLU. Il précise que le PLU à Champigny a réintroduit un certain nombre d’obligations que la loi SRU avait supprimées en particulier la nécessité pour construire d’avoir une façade de 10 m. Ceci a été adopté justement pour empêcher la surdensification. Dans la plupart des secteurs seules les parcelles de 300m2 au moins sont constructibles.Revenant sur le projet Bas Clayaux (aide à l’accession) il souligne que cette aide a été diminuée. La ville fait l’’vance sur les premières années mais ne pourra plus le faire car ses moyens de trésorerie sont trop limités.Mme Raab intervient à propos du différent d’appréciation existant entre la Région Ile de France et son SDRIF et le PLU de Champigny. Que va-t-il se passer ?D.A. lui répond qu’il y aura discussion, que de toutes façons on a une meilleure écoute depuis qu’on négocie à l’échelle de la région et qu’avant lorsque c’était l’état qui décidait du plan régional c’était bien plus difficile.M. Laurent Jeanne se félicite des intentions affichées : la priorité donbnée au développement économique est une nouveauté. Concrètement demande-t-il que comptez vous faire pour attirer les entreprises ?D. A. dans sa réponse insiste sur les efforts faits sur les terrains libérés (A4/N4) et les Simonettes. Dans les discussions explique-t-il, Préfet, Conseil Génénéral et communes sont associées. Nous sommes en contact avec Villiers et Chènnevières.M. Berthommier demande ou en est le projet d’école de puériculture prévue Avenue de Stalingrad ?D.A. répond qu’une école existe à Chérioux et qu’on se dirige plus vers son développement plutôt qu’une création à Champigny. Toutefois le projet de déplacer à cet endroit le Centre d’Action Sanitaire et Sociale sera lui réalisé.Une dame demande ce que va devenir le Collège Lucie Aubrac ? D.A ; répond que cette question relève du Conseil Général propriétaire. Il avance toutefois l’hypothèse de logements pour étudiants (note : ceci à mon avis n’est envisageable que lorsque le TVM fonctionnera, actuellement un étudiant logé à cet endroit ne dispose pas de transport en commun facile vers les pôles universitaires qu’il s’agisse de Créteil ou de Marne la Vallée).Mme D ; des Simonettes demande quel type de construction est prévu dans ce quartier ?Georges Charles répond que étant donné la superficie restreinte des terrains disponibles il s’agira nécessairement de constructions individuelles de petite taille.Un monsieur demande ou en sont les projets de bassin des eaux pluviales Place Lénine et le projet de Gare sur la RN4D.A. : Il n’y aura pas de gare sur la RN 4. Les choix faits lors de la prolongation du réseau RER vers Tournan sont incompatibles avec une extension vers Champigny. Par contre la mise en place d’un TCSP (Transport en Commun en Site Propre) sur l’ensemble des délaissées de la liaison A4/A6 de Sucy Bonneuil à Noisy le Grand créera unez importante liaison Sud-Nord interbanlieue et espère t-on désengorgera ainsi Champigny.En ce qui concerne le bassin de rétention des eaux fluviales (et Mme Kennedy rappelle que la première tranche est en cours à Villiers) le Conseil Général n’ a pas pris de décision finale en ce qui concerne les caractéristiques techniques de celui de la Place Lénine mais qu’il soit associé ou creusé à coté la ville a bien l’intention de créer un parking souterrain Place Lénine. Et D.A. évoque le recours au stationnement payant.D.A remercie les participants et la séance est levée.