Archives mensuelles : mars 2008

Analyse des résultats des municipales

Elections municipales du 9 mars 2008

Réflexions

Table des matières

1 Le Corps électoral

2 La brillante campagne du Général Adenot

3 UMP échec ou acte manqué ?

4 MoDem ou l’ile flottante

5 Entente Citoyenne

I Le Corps électoral

Les élections municipales sont toujours des élections où la participation est plus faible qu’aux législatives ou à la présidentielle. La seule comparaison possible est donc par rapport à d’autres municipales. Les plus récentes à Champigny sont 1995, 2001, 2002 (élection partielle due à l’annulation du scrutin 2001 par le conseil d’état) et 2008.

                                1955                2001                2002                2008

Canton ouest            59,59%            55,75%           49,50%           58,68%

Canton centre           57,71%           53,21%           47,98%           56,08%

Canton Est                57,28%           49,54%           43,89%           51,47%

Canton de Bry          54,03%           52,33%           42,77%           51,91%

Total                         57,65%           52,64%           46,54%          54,94%

Si on excepte 2002 (une élection partielle est presque toujours caractérisée par une baisse importante de la participation) on constate entre 2001 et 2008 une légère augmentation de la participation électorale de +2,30%  (+2,93 sur le canton ouest, +2,87 sur le canton centre, +1,93 sur le canton est et -0,42 sur la partie Champigny rattachée au canton de Bry).

Il faut des comparaisons plus précises à l’échelle du quartier. Toutefois on est là gêné car il y a eu une refonte de la liste des bureaux de vote (augmentée). Les limites de certains bureaux ont été elles aussi modifiées ce qui rend les comparaisons et les interprétations difficiles. Enfin au sein d’un même quartier la sociologie d’une population peut changer. La construction dans un quartier exclusivement pavillonnaire de 2 petits ensembles HLM de 50 logements chacun cela signifie un apport de 120 électeurs nouveaux, sans doute différents sociologiquement et dans leur expression politique de ceux qui étaient là précédemment.

La comparaison est devenue donc difficile. Toutefois certains bureaux sont restés sociologiquement homogènes ce sont ceux des grandes cités

Le 19 (Les Boullereaux pour l’essentiel), le 31 (Mordacs), 32,33,34 (Bois l’Abbé). On comparera donc les résultats de ces ensembles de logement sociaux à l’ensemble de la ville.

Participation    2001                           2008                      différentiel

 

19                47,45%                        53,55%                     +6,10%

31                43,87%                       47,73%                       +3,86%

32                 42,13%                       47,01%                       +3,88%

33                 46,80%                       47,15%                       +0,35%

34                 42,98%                       44,16%                       +1,18%

On a plutôt mieux voté dans les cités que dans l’ensemble de la ville par rapport à 2001 (+1,93%) mais la différence n’est pas significative et si on compare avec les évolutions dans des bureaux de vote de quartiers restés majoritairement pavillonnaire

                                  

                                   2001                       2008                      différentiel

R. Rolland A             53,52%                  54,93%                     + 1,41%

 

R. Rolland B              54,26%                  54,91%                     + 0,65%

 

Cuisine Centrale         55,04%                  58,33%                     + 3,29%

Jean Jaurès Primaire    53,18%                  53,50%                     +0,32%

On a l’impression que dans ces bureaux qui votent traditionnellement plus à droite que la moyenne de la ville l’augmentation de la participation, la mobilisation des électeurs ont été un petit peu plus faibles que sur les grands ensembles de logements sociaux.

De 2001 à 2008 le corps électoral campinois est passé de 36.668 inscrits à 41.948 (+ 5280) soit une augmentation de 14,4% du nombre des inscrits qui n’est pas due à une croissance de la population à Champigny mais au fait qu’il y a eu une augmentation exceptionnelle du nombre des nouveaux inscrits sur les listes électorales surtout à l’approche de l’élection présidentielle. Cette inscription a semble-t-il souvent été le fait de jeunes des cités motivés par une volonté de faire barrage au candidat Nicolas Sarkozy.

Au Bois l’Abbé le nombre des inscrits à l’Ecole maternelle Anatole France explose passant de 769 à 1304 (+ 69,57%), les chiffres sont plus modestes sur les 2 bureaux de Salomon (+ 9,92% à Jacques Solomon 2 et + 5,10% sur Jacques Solomon 1. Toutefois sur l’ensemble des 3 bureaux du Bois l’Abbé le nombre des inscrits est passé de 3150 à 3879 (+729) soit une augmentation de 23,14%. Le poids politique de cette cité a augmenté dans la ville.

Pour d’autres bureaux de vote (dont les limites n’ont pas en principe été modifiées) on note par contre une perte du nombre des inscrits c’est le cas des bureaux Romain Rolland A et B -4 ,39% et -10,58% respectivement ainsi que Politzer (-8,14%).

Le poids politique des différents quartiers est en mouvement sur Champigny et cela n’est pas sans intérêt quand on sait que en 2002 M. Bargero maire de l’époque ne l’avait emporté que de 443 voix sur son adversaire de droite M. Derouineau et qu’aux élections de dimanche dernier M. Adenot a été élu au premier tour que parce que son score dépassait la barre fatidique des 50% de 201 suffrages. La répartition par quartier et par catégories sociales du taux d’inscription sur les listes électorales et les taux respectifs de participation sont donc des éléments essentiels du succès à Champigny, une ville qui reste à gauche certes mais toujours plus ou moins sur le fil du rasoir.

2 La brillante campagne du Général Adenot

 Oui c’est une victoire nette et menée habilement. Depuis 1989 c’est la première fois que le maire de Champigny passe au premier tour (en exceptant l’élection de 2001 faussée par l’annulation des bulletins de Forum). M. Adenot pouvait craindre ce premier test électoral en tant que maire. Il n’était pas et de loin aussi connu que son prédécesseur M. Bargero. Toutefois lors des législatives de juin 2007 il avait déjà montré son aptitude à rassembler les électeurs de gauche, mieux que M. Bargero n’avait su le faire en 1997 et 2002. Il avait ainsi été l’un des rares candidats PCF à repasser devant la candidate socialiste et à permettre ainsi à son parti de figurer au second tour dans la 5ème circonscription contre M. Gilles Carrez.

Sur le plan municipal les choses paraissaient plus complexes. Il y a un an on entendait souvent dire (et pas seulement par des gens de droite) que l’équipe municipale était au bout du rouleau, qu’il y avait une atmosphère de fin de règne à la mairie et l’opposition se frottait les mains en pensant aux municipales à venir.

Pourquoi Dominique Adenot a-t-il gagné et d’aussi belle manière ?

D’abord il a eu l’habileté de choisir le terrain de l’affrontement et évidemment il l’a choisi le plus favorable pour lui. Il s’est positionné comme le candidat anti-Sarkozy. En politisant fortement le débat il mettait de nombreux atouts dans son jeu.

Dans une période où le Président de la République est impopulaire s’affirmer comme le héraut anti-Sarkozy c’est en même temps implicitement mettre à ses adversaires l’étiquette « sarkozyste » et transférer sur leurs épaules le poids de l’impopularité du Président.

Dans la population campinoise, fortement touchée par la hausse du coût de la vie, déçue par les promesses non tenues du candidat Sarkozy, cette orientation de la campagne de M. Adenot a rencontré un écho certain et M. Adenot en a tiré un profit certain.

En même temps, et on ne comprendrait pas totalement le succès de M. Adenot si on négligeait ce point cette orientation de politique générale a contribué à une mobilisation très importante des militants du PCF que l’on a vu s’impliquer massivement dans de nombreuses actions (porte à porte, sur les marchés etc) ce que l’on avait pas vu, du moins à ce niveau, depuis de nombreuses années.

Il apparaît ainsi, ce que de nombreux politologues ont déjà écrit, que le PCF n’est jamais autant à l’aise que quand il s’identifie à un mouvement de protestation.

Note : la « fougue » des militants pro Adenot a même entraîné certains excès. L’affichage sauvage en dehors des panneaux électoraux (seul affichage licite en période électorale) s’est généralisé en fin de campagne avec au cours des 3 derniers jours la pose généralisée d’une affiche jaune  à l’intérieur des immeubles HLM (Mordacs,Bois l’Abbé, demi Lune etc).

Dernier et important avantage de la stratégie choisie par M. Adenot, en se drapant dans la posture antisarkozy il évitait que l’essentiel du débat municipal ne porte sur son bilan et ses projets, points sur lesquels il aurait eu beaucoup plus de mal à convaincre.

M. Adenot a parfaitement mené sa bataille et il l’a gagnée. Et maintenant ? Que va-t-il faire de sa victoire ?

M. Adenot n’ignore pas que le système en place est vieilli. Qu’il faut réformer, apporter une nouvelle vie à la démocratie locale. Poser le problème de la politique de la ville et de l’équilibre des quartiers, assurer une amélioration des transports en commun, donner une âme à la vie locale, aider à l’intégration des différents groupes, sortir Champigny de son isolement et réfléchir enfin à l’intercommunalité etc. etc.

Pourra-t-il le faire ? Ceux qui au sein de son parti et parmi ses alliés l’ont aidé à maintenir le pouvoir municipal en place sont-ils prêts à une remise en cause de leurs habitudes et de leur train-train ?

Là est peut être la faiblesse de M. Adenot. Comment saura-t-il utiliser au mieux sa victoire ?

Sur le vote PC-PS-Mars…

Dans ces élections municipales le vote pour la liste d’union PCF+PS+Mars a suivi les mêmes règles que celles qui ont régi les précédentes municipales, la présidentielle, les législatives à savoir l’opposition entre l’expression politique dans les grands ensembles de logement sociaux et dans les quartiers pavillonaires.

Dans le canton de Champigny Est où les différents bureaux correspondent à des zones d’habitat différents la chose est particulièrement claire.

Les zones pavillonnaires votent beaucoup mais elles sont orientées à droite. La coupure est saisissante sur le graphique ci-dessus. Cette hétérogénéité politique forte entre deux types d’habitat pose problème

L’examen des résultats du premier tour des cantonales qui se tenaient le même jour à Champigny Ouest et à Champigny Est permet de nuancer quelque peu le bilan du succès de M. Adenot aux municipales.

Sur le canton est peu de choses à dire. Le nombre de votants et d’exprimés est plus faible qu’aux municipales (environ 400 voix) ce qui est fréquent dans ce cas de figure. Le département intéresse moins que la ville plus proche. Mme Kennedy (PCF) obtient 2431 voix et 40,09% des suffrages, M. Traoré (PS) 903 voix et 14,89% soit un total de 55% des suffrages là où la liste Adenot (PC+PS+Mars) obtient 57,6%. La différence n’est pas significative.

Il en va tout autrement sur le canton ouest. Dans ce canton la liste de M. Adenot aux municipales obtient 2763 voix et 45,85% des exprimés. M. C. Favier (PCF) obtient à lui seul

2523 voix et 42,97% tandis que la candidate socialiste Mme M. Joubert recueille 531 voix et 9,04%. Au total l’ensemble PC+PS aux cantonales recueille 291 voix et 6,16% de plus que la liste des municipales. M. Favier a mieux réussi à élargir son électorat. A M. Adenot maintenant de savoir s’il veut aussi dépasser certains blocages et élargir sa majorité.

3 UMP échec ou acte manqué ?

L’UMP l’avait claironné. On allait voir ce qu’on allait voir. La fin de la majorité de gauche à direction PC, en place depuis 60 ans était programmée. Un calendrier 2008 nous montrait déjà tout ce que la nouvelle équipe pensait réaliser après le 9 ou au pire le 15 mars. Un chef de file M. Chriqui, jeune, brillant, proche du premier ministre M. Fillon, remplaçait M. Derouineau qui s’était retiré de la vie politique campinoise. Las dès le début de la campagne un couac énorme : entrée en lice d’un deuxième candidat UMP M. Juhel, conseiller municipal sortant, membre du Conseil National de l’UMP.

L’UMP un parti en train de se fissurer ? sur quel problème politique fondamental ?

Rien de tout cela. Simplement le reflet à l’occasion de ces municipales d’une situation complexe. Les problèmes récurrents de la droite à Champigny sont les conséquences des décisions prises par M. Pasqua, alors ministre de l’intérieur, lors du découpage des circonscriptions électorales (élection des députés). Pour éviter l’élection d’un député de gauche, peut être même communiste ! Champigny fut charcuté. Un canton celui de l’Ouest rattaché à des cantons de Nogent Joinville, le reste marié contre tout bon sens à Bry sur Marne et Le Perreux.

En tout cas le procédé était efficace. Depuis ce découpage Champigny ville de gauche a toujours été représentée à l’Assemblée Nationale par deux députés de droite. Les conséquences locales sont moins brillantes pour la droite. Comme Champigny est une ville importante, si elle venait à élire un maire de droite celui-ci aurait un poids politique considérable dans les 2 circonscriptions (5ème et 7ème ). Les députés suivent donc avec attention la désignation du leader campinois de l’UMP, chacun souhaitant que celui qui sera choisi soit un de ses proches. La désignation de M. Chriqui, proche de M. Carrez (député de la 5ème circonscription ) ne pouvait totalement satisfaire Mme Montchamp (député de la 7ème). La candidature de M. Juhel recevait par contre immédiatement son appui.

Le rêve de victoire pour l’UMP s’envolait. Certains à Champigny se posait même la question de savoir si délibérément l’UMP ne préférait pas laisser Champigny au PCF.

Sur le terrain la lutte UMP-UMPdissident  fut rude mais dans les urnes la victoire fut pour le candidat légitimiste : M. Chriqui  avec 5829 voix et 25,88% écrasait sans appel M. Juhel qui n’obtenait que 1953 voix et 8,67%.

Si on additionne les suffrages qui se sont portés sur MM Chriqui et Juhel on obtient 7782 voix et 34,55% des suffrages un chiffre pas très éloigné finalement des 36,34% obtenus en 2001 et 36,85% obtenus en 2002 par M. Derouineau (dans un contexte toutefois différent en 2001 et 2002 il n’y avait pas de MoDem mais par contre une liste divers droite celle de M. Valette).

La « répartition » des voix UMP entre les 2 candidats se réclamant de cette mouvance ne se fait pas de la même façon. Dans les grands ensembles d’habitat social où l’UMP est faible 9 à 20% mais a un électorat très populaire celui-ci a opté pour M. Chriqui dans un rapport 4 à 5 contre 1 tandis que dans les quartiers pavillonnaires M. Chriqui l’emporte aussi mais avec un ratio plus faible 2 à 3 contre 1.

La bataille des « frères ennemis » a toutefois laissé des traces dans l’esprit des électeurs. Sur le canton ouest M. Chriqui obtient au municipales 1611 voix (26,73%) et M. Juhel 567 (9,41%). Aux cantonales sur ce canton M. Juhel n’était pas candidat M. Chriqui y représentait seul l’UMP. Il obtient 1659 voix et 28,26%. Quelques dizaines d’électeurs de M. Juhel seulement ont accepté de voter aux cantonales pour le « frère ennemi ». Que sont devenues pour l’essentiel les 567 voix qui s’étaient portées sur M. Juhel dans le scrutin des municipales

Dans le canton Est on retrouve la même situation. M. Schmitt candidat UMP aux cantonales recueille 1472 voix ( 24,27%). La liste de M. Chriqui aux municipales avait obtenu 1496 voix (23,24%) mais la liste UMP dissidente de M. Juhel avait 515 voix (8,0%). Pour qui se sont prononcés les électeurs de M. Juhel aux cantonales ? Accessoirement que feront ces électeurs lors du 2ème tour des cantonales ?

Certes M. Chriqui et à travers lui M. Carrez a gagné la bataille pour le contrôle de l’UMP à Champigny mais les blessures paraissent profondes et c’est toute l’opposition de droite qui va devoir se recomposer.

4 Modem :  L’ile flottante

Le Modem à Champigny a fait une entrée fracassante en politique lors de la présidentielle 2007. M. Bayrou obtenait 17,74 % des voix. Il dépassait 20%  dans 13 bureaux de vote essentiellement dans des secteurs pavillonnaires mais au 2ème tour les électeurs qui avait choisi M. Bayrou au premier tour reportaient leurs voix à environ 70% sur Ségolène Royal au second.

Lors des législatives les résultats étaient nettement inférieurs à ceux de la présidentielle. Les candidats du MoDem obtenaient respectivement 1300 voix (7,91%) sur la partie Champigny de la 5ème circonscription et 673 voix (11,15%) sur la partie Champigny de la 7ème. Soit un total de 1973 voix.

La liste MoDem de M. Jeanne au municipale réalise une performance tout à fait comparable 2052 voix et 9,11% sur la ville. Sur le canton ouest le parallèle avec les législatives est remarquable 677 voix aux municipales et 11,23% contre  673 et 11,15 aux législatives de juin 2007.

Le Modem existe donc réellement sur Champigny et ne se résume pas à un phénomène de mode lié à la candidature de M. Bayrou. On peut toutefois se demander comment le MoDem se définirait en présence d’une gauche plus moderne et plus conquérante.

5 Entente Citoyenne

Nous avons obtenu 1228 voix et 5,45%

C’est un gain de 320 voix et 0,29% par rapport à 2002. Nous avions espéré mieux. Dans de nombreuses circonscriptions les listes citoyennes ou associatives ont eu des difficultés et n’ont pas retrouvé les résultats de 2001.

Nous avons pâti de la politisation de l’élection. Comment être clairement identifiable dans un débat de politique nationale quand on représente une association citoyenne locale ?

Le parti pris de la liste de la majorité sortante de se présenter comme la seule liste de gauche voire comme la liste de toute la gauche nous a aussi marginalisé d’autant que la presse n’a pas daigné nous prendre en considération (articles du Parisien et de Libération sur les 4 listes en présence à Champigny en omettant la 5è c’est-à-dire nous), organisation d’un débat par Radio Alpha avec les 4 listes (Adenot, Chriqui, Jeanne, Juhel). Nous avons certes obtenu à titre de compensation 7 minutes d’antenne mais clairement pour la presse et la radio il n’y avait que  4 listes dignes d’intérêt à Champigny et nous n’en faisions pas partie.

Nous avons maintenant un élu au sein du Conseil Municipal. C’est peu mais cela va nous fournir de nouveaux moyens d’intervention, d’information, une meilleure lisibilité.

 

AU JOUR LE JOUR: 22 décembre Pourquoi tant d’ordures? et de taxes?

 

Champigny  génère plus de déchets ménagers que la plupart des autres villes du département. C’est ce qui ressort du rapport annuel sur le prix et la qualité du service public d’élimination es déchets ménagers et assimilés.

C’est ainsi que la quantité d’ordures ménagères résiduelles (OMR en termes techniques) c’est-à-dire  ce qui se retrouve dans les poubeles marrons s’élève à 354,29 Kg par habitant et par an à Champigny contre 294 en moyenne dans le Val de Marne (toutes communes confondues) c’est-à-dire 20,5% de plus mais que par contre nous recyclons mal. A Champigny on ne récupère que  26,77 kg par an d’emballages recyclables,  journaux et magazines contre 32 en moyenne  pour le Val de Marne soit 16,3% de moins. Le rapport soumis au Conseil Municipal lors de la séance du 19 novembre du Conseil Municipal se contente de citer ces faits. Il n’apporte aucune explication, ne propose aucune amélioration. Et pourtant nous aurions bien besoin de savoir nous générons plus de déchets que nos voisins. Et ceci pour deux raisons : parce que il est gênant de se sentir dans la peau d’un responsable de pollution et deuxième raison parce que c’est sans doute la raison pour laquelle le Taxe d’Enlèvement des Ordures ménagères (TEOM) que nous réglons  avec nos impôts locaux (TEOM) est plus élevée à Champigny que dans les autres communes du val de Marne. Nous allons à Forum demander qu’une étude soit menée, que des solutions soient trouvées et que nos impôts (TEOM) puissent de fait être réduits (affaire à suivre)

 

Le 13 juin un correspondant de Forum  nous écrit :

La semaine dernière des panneaux d’interdiction de stationner ont été installés tout au long de l’Avenue de la Fontaine, des deux cotés, sans explication.

Lundi une entreprise a commenc é à poser quelques plots antistationnement et avait prévu d’en poser tout au long de la rue. J’ai demandé à un employé de l’entreprise en vertu de quelle décision ou arrêté il faisait ces travaux. Une réponse assez évasive m’a été faite sur des affiches qui auraient été apposées la semaine dernière et si elles n’existaient plus c’est que les riverains avaadjoint ient du les enlever. J’ai vérifié tout au long de la rue et aucune affiche n’existait.

J’ai immédiatement téléphoné à la mairie et après eu différents correspondants il m’a été répondu que les affiches avaient du disparaitre mais que les plots en question n’étaient prévus qu’en haut et en bas de la rue dans les deux virages alors qu’à la même heure les ouvriers creusaient au mateau piqueur à de nombreux endroits et pas seulement dans les virages.

D’autres riverains ont également été surpris et ont réagi en téléphonant au service de M. LAMBERT, adjoint chargé de la  voirie.

Le lendemain tous les panneaux étaient munis d’une affiche reproduisant l’arrêté d’interdiction de stationner !!!!!!!!

Finalement la plupart des trous ont été en partie rebouchés hier et les plots retirés à part ceux prévus dans les virages.

L’entreprise a remballé les plots et son matériel, et Monsieur Lambert a fait savoir qu’une réunion de concertation aura lieu à la rentrée. Il aurait du commencer par là. Il ne précise pas qui va payer les frais indument engagés pour ces travaux. Mais la commune est riche !!!!!!

Le problème du stationnement dans cette avenue est peut être difficile mais le manque de concertation n’arrange rien.

 

————————————————————————-

« Hier soir vendredi 9 décembre l’église Notre Dame de Coeuilly archicomble

n’a pas pu accueillir tous les Campinois désireux d’entendre le Choeur et

Orchestre Symphonique de Champigny exécuter le Requiem de Mozart.

Elle n’est pourtant pas si petite…Le fait que les organisateurs aient dû refuser

du monde montre combien la demande d’une programmation culturelle variée

et ambitieuse est grande à Champigny.Ceux qui eurent une place (même

debout ou assis par terre ou sur les escaliers de la tribune) firent une ovation

à la belle exécution de l’oeuvre,au choeur et aux solistes.Le chef Amine

Kouider est né à Alger,le ténor à Rabat.N’est -ce -pas là le signe de l’universalité

des valeurs culturelles ,puisque dans le programme distribué au public il y avait

aussi l’annonce d’un concert de Chants Sacrés d’Orient à l’église Saint Saturnin?

J’ai sur ce blog ,au nom de Forum, salué la plus grande ambition de la

programmation théâtrale de la saison 2011/2012.Je ne peux que renouveler

l’encouragement à perséverer en ce sens.Les Campinois le méritent.

==============================================

Abattage de 80 arbres à Nogent

M. Marc Arazi est conseiller municipal d’opposition(sans étiquette)

de Nogent sur Marne. Dans son bulletin d’information il s’émeut de

l’abattage sans préavis de 80 arbres. Avec son autorisation nous

reproduisons ici son propos. On constatera à le lire qu’à Nogent

(aussi) des décisions d’abattage d’arbres sont prises sans concertation.

A Nogent

Ci dessous le texte de M. Arazi

« Quatre vingts arbres jugés comme « dangereux » par les services de

la ville sont en cours d’abattage dans le parc de la Maison des artistes.

Mercredi soir, lors de la rencontre de quartier du Port, des riverains

inquiets, de la rue Agnès Sorel,  ont interpellé le Maire à ce sujet et

m’ont transmis des photos d’arbres abattus. En tant qu’élu, je n’ai

pas été tenu au courant de cet abattage ni des raisons d’une telle

décision. Je comprends et partage la colère et l’incompréhension des

riverains! Je demande au Maire de nous apporter toutes les informations

utiles (nombres d’arbres du Parc, types, plan de reboisement, coût et

payeurs, …) et dans l’attente , de suspendre les travaux »

Du nouveau pour le 108

De nombreux campinois, surtout ceux qui habitent à l’ouest de la ville (Avenue

Salengro et quartier de la Fourchette) utilisent la ligne 108 pour rejoindre le

RER A en gare de Joinville le Pont. Ils se plaignent de la fréquence (longue

attente aux stations) et aussi des retards (il manque une voie réservée aux bus,

promise mais pour quand ?)

La Commission de l’offre de transport du STIF (Syndicat des Transports de

l’Ile de France), qui s’est tenue le 27 septembre dernier, a décidé la mise en place

d’une offre bus nouvelle conséquente sur le Val de Marne. Ces renforts correspondent

à la création de 471 000 kms commerciaux supplémentaires et des dizaines de

rotations hebdomadaires supplémentaires pour un coût global de 2,448 Millions d’€

 En ce qui concerne notre ville.

 La ligne 108 (Joinville le Pont RER – Champigny-sur-Marne) voit sa fréquence

renforcée du lundi au dimanche, toute la journée et particulièrement aux heures de pointe.

Le coût de ce renfort est de 174.800 €.

_______________________________________________________________

Les riverains du quartier sont intervenus plusieurs fois. Les parents d’élèves de l’Ecole

Politzer se sont émus. De quoi ? de l’utilisation par le personnel communal d’un « souffleur »

pour nettoyer la cour de l’école. Qu’est ce qu’un souffleur ? c’est un appareil qui facilite

le ramassage des feuilles mortes en projetant de l’air comprimé.

 

 Un « souffleur » (document Wikipédia)

Son utilisation est contestée par certains et par exemple la Mairie de Paris les a retiré du service et est revenu aux bons vieux balais. Mais ce n’est pas son utilisation pour ramasser les feuilles qui est contestée par les riverains de Politzer et des parents d’élèves mais son utilisation toute l’année et particulièrement lorsque le sol est sec.

Son emploi actuellement génère des tourbillons de poussière.

Le nettoyage est généralement effectué 10 minutes avant les récréations. Les enfants jouent donc dans une cour où l’air contient de nombreux éléments en suspension. Est-ce compatible avec des règles élémentaires d’hygiène et de sécurité ?

 

Le tourbillon de poussière dans la cour au moment ou travaile le « souffleur »

On pense évidemment d’abord aux enfants mais les bronches des voisins de l’école sont aussi soumises à cette opération « poussière soulevée ». Lorsque la poussière retombe de plus elle salit les intérieurs, le linge en train de sécher etc.

Quand va-ton se décider à mettre fin à cette opération qui sous couvert de nettoyage consiste simplement à soulever la poussière ?

———————————————————————————————

Sauvons notre maternité !

En position de monopole dans l’Est du Val-de-Marne, la Générale de Santé par souci de rentabilité financière envisage une restructuration. Celle-ci se traduirait par la fermeture de la maternité et du service de gynécologie à Paul-d’Egine. Ces activités seraient transférées à la clinique de Marne-la-Vallée.

Ce projet est lourd de conséquences pour les Campinois qui perdraient toute possibilité de mettre au monde leurs enfants sur notre commune. Ce serait une dégradation de l’offre de soins, un recul des réponses de proximité pour notre population.

Après la fermeture des maternités de la Plage et de Juliette-de-Wills, notre ville, avec ses 76 000 habitants, ne disposerait plus de service de gynécologie, ni de maternité.

C’est inadmissible !

Cette décision s’inscrit dans la logique de marchandisation et de casse de notre système de santé imposée par le gouvernement.

Ainsi à Créteil, la mobilisation a permis de contrecarrer la volonté de fermeture de la chirurgie cardiaque à Henri-Mondor.

Déjà à Champigny, contre la fermeture de la maternité, un comité de défense s’est mis en place. Une pétition a recueilli près de 1 500 signatures.

Il nous faut amplifier la mobilisation pour sauver la maternité.

Ensemble, réussissons les deux prochains rendez-vous !

Jeudi 9 juin à 18h30

Place d’Armes

Près de l’arrêt « Mairie » du bus 208

Et

Mercredi 15 juin à 9h30

Rendez-vous à l’ARS

Rue de la gare – 75016 Paris

Départ en bus devant la CAF à 8h15

Comité de défense de la maternité – Hôtel de ville – 14 rue Louis-Talamoni – 94500 Champigny


Nous avons reçu d’un habitant du Quartier du Maroc

le message suivant :

« A noter ces jours-ci l’excellente initiative de la mairie de Champigny,

qui a lancé une campagne de sensibilisation en direction des automobilistes

qui stationnent sur les trottoirs, avec une petite carte postale. Ma fille de

12 ans, qui m’a suffisamment entendu râler contre cet incivisme, m’en a

rapporté une ce week-end.

Au menu, sensibilisation à la gène occasionnée, mais également (pour ceux qui la liront

jusqu’au bout), menace d’une amende la prochaine fois.

Cela nous ramène à la campagne menée par forum il y a plus de 2 ans, et dont on peut

imaginer qu’elle n’est pas étrangère à cette action. Mieux vaut tard que jamais !

J’espère que cela aura un effet durable sur la facilité de circuler à pied sur les trottoirs … »

                     

La carte de la municipalité

Comme ce correspondant nous sommes heureux que la municipalité ait pris cette initiative. Il faut que ce travail d’information, de prévention et aussi le cas échéant de répression soit poursuivi. Il y a 3 ans à l’initiative d’ailleurs de membres du Conseil de Quartier la même carte avait été distribuée à Coeuilly puis devant le manque de compréhension de certains contrevenants des procès verbaux avaient été dressés par les services de police. Il s’en était ensuivi une protestation bruyante des contrevenants et la mairie et le commissariat avaient fait marche arrière.

Il ne faut pas que l’action menée par la Mairie au Maroc, et que nous approuvons, connaisse le même sort. Que les habitants du Maroc (et ceux d’autres quartiers) écrivent à la mairie, à leurs élus, pour dire qu’ils approuvent cette démarche et qu’ils demandent à la Municipalité de poursuivre en ce sens.

Au dernier conseil municipal (27 avril) il a été débattu du plan quadriennal des circulations douces. Bien sur on a débattu des pistes cyclables etc mais j’ai mis (Yves Fuchs) aussi en évidence la nécessité de faciliter les déplacements à pied (amélioration des trottoirs, zones piétonnes, fin du stationnement sauvage des automobiles) et personne au Conseil n’a trouvé à y redire.

On est donc sur une bonne voie mais c’est l’intervention de chacun auprès de la Mairie, des élus qui fera qu’on passera des vœux de principe à des décisions concrètes.

 

 

Message reçu le 23/3

 

J’ai envoyé cette semaine une lettre au préfet avec copie au maire et au commissariat

de police parce que ma fille (majeure) n’a pas pu faire une déclaration de vol de vélo

au commissariat

L’agent a mis en  cause la véracité du vol en ajoutant que sans facture (bien qu’elle

ait eu une photo) cela ne servait à rien

Entre temps elle s’est fait voler  à Paris un 2ème vélo

Je pense que les chiffres de la petite délinquance sont en baisse cette année

Gaby

Un label pour se connaître et être reconnu

L’Association des Villes Internet remet chaque année, depuis 1999, le Label «  Ville Internet  » aux communes qui mettent en oeuvre une politique significative en matière de démocratisation des TIC et de leurs usages citoyens.

Ce Label (symbolisé par un panneau de 1 à 5 arobases) permet à la collectivité locale, quelle que soit sa taille, d’évaluer, de montrer et de faire reconnaître la mise en oeuvre d’un Internet local citoyen à la disposition de chacun dans l’intérêt général.

Dans le Val de Marne 2 villes ont été distinguées par 5 @@@@@ ce sont Fontenay sous Bois et Ivry sur  Seine, trois ont obtenu le label 4 arobases : Saint Mandé, Vitry et Gentilly.

Champigny est loin de briller avec ses @@ obtenues en 2008 à l’occasion de la mise en ligne des rencontres citoyennes. Les villes voisines sont un peu mieux classées. 3 arobases pour Saint Maur, Joinville, Nogent sur Marne et Villiers mais il y a aussi un trainard Le Perreux avec une arobase seulement ( M. Carrez est à la traine ?).

L’élément le plus important dans l’attribution des distinctions ce sont les efforts faits par la commune pour populariser l’internet, favoriser les échanges sur le réseau, faire de l’internet en quelque sorte un outil de la démocratie locale et des participations citoyennes. Il y a beaucoup à faire encore à Champigny.

Et pourtant d’autres villes qui ont approximativement la même taille que Champigny et des populations sociologiquement comparables en font plus. Vitry par exemple développe 8 initiatives sur la toile : ateliers multimédias pour les scolaires, un musée de découverte des sciences, du multimédia et du développement durable, un blog des 20 ans de la bibliothèque Mandela, un plan interactif de la ville etc.

Champigny doit prendre des initiatives sur Internet les sujets ne manquent pas.

Une bonne nouvelle: L’ascenseur de la gare de Champigny Saint Maur est enfin

réparé.Peut être vos démarches, vos mails (et les notres) auprès de la RATP

ont-ils accéléré la réparation. On l’espère et on reste vigilant pour que de tels

retards d’entretien ne se produisent plus.

Une nouvelle alarmante: le centre de chirurgie cardiaque de l’Hopital Mondor est menacé de fermeture. C’est ce qu’annonce un communiqué de presse de la région et de son président Jean Paul Huchon.

Communiqué de Presse

« Jean-Paul Huchon demande un moratoire sur les fermetures de services hospitaliers en Ile-de-France

Jean-Paul Huchon, Président du Conseil régional et Laure Lechatellier, Vice-présidente en charge de l’action sociale, des formations sanitaires et sociales de la santé et du handicap dénoncent, la fermeture depuis le 29 octobre du service de cardiologie de l’hôpital de Mantes ainsi que le projet de fermeture du service de chirurgie cardiaque de l’hôpital Henri-Mondor de Créteil.

Ils demandent à Claude Evin, Directeur de l’ARS, un moratoire sur toute décision de fermetures de structures hospitalières engageant l’avenir du territoire Francilien tant que les conférences de territoires devant participer à l’élaboration du projet régional de santé n’ont pas abouti.

En effet, l’Agence Régionale de Santé (ARS) vient de lancer les conférences de territoires, conférences qui ont pour objectifs de formuler pour les 8 départements franciliens les besoins locaux de santé et qui visent à l’élaboration du Projet Régional de Santé (PRS). Pourtant, dans le même temps, l’ARS ferme des services hospitaliers en Ile-de-France qui ne figurent pas dans le plan stratégique de l’AP-HP.

La fermeture du service de chirurgie cardiaque de Mondor va conduire à fermer le seul centre de chirurgie cardiaque de l’AP-HP extramuros, dont le bassin de population à l’Est-parisien représente 1,5 million d’habitants. Cette fermeture va pénaliser les habitants de l’Est parisien alors qu’une des missions affichée par l’ARS est la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé.

Pour Jean-Paul Huchon, « l’ARS doit nous dire si elle a déjà pris ses décisions et dans ce cas je considère que les conférences de territoire sont un simulacre de concertation et une perte de temps ».

Isabelle This-Saint-Jean, Vice présidente en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche, souligne que « le projet de fermeture du service de chirurgie cardiaque de l’hôpital Henri-Mondor à Créteil va impacter la stratégie de développement de l’enseignement supérieur et de recherche mise en place par la région. »

Addendum: Le 19 janvier M. Evin directeur de l’Agence Nationale de Santé (ARS) (et ancien ministre de la Santé sous le gouvernement Jospin) était en visite à Créteil. une délégation d’élus (M. Cathala député PS de créteil, M. Favier Président PC du Conseil Général) les dirigeants universitaires ont été recus par M; Claude Evin pour défendre le maintien du pole chirurgie cardiaque à Créteil. Le Parisien  du 20 janvier titre à propos de cette entrevue  » MONDOR GARDERA SA CHIRURGIE CARDIAQUE » . En réalité ce triomphalisme n’est pas de mise. Certes la démarche des universitaires et des élus a eu des résultats. Il n’est plus question de supprimer totalement la chirurgie cardiaque à Henri Mondor. En fait un pôle commun serait créé avec la Pitié Salpêtrière mais tout le monde s’accorde à reconnaitre que sa mise en place ne sera pas facile vu écrit le Parisien les tensions qui existent entre les deux hopitaux.

Et on apprend que selon la CGT la neurochirurgie d’Henri Mondor serait ausi menacée.

————————————————————————————————-

Le 2 janvier je vous avais lancé un appel à intervenir auprès de la RATP pour obtenir

la remise en service de l’ascenseur et de l’escalier roulant (ligne A du RER, gare de

Champigny Saint Maur) Mon intervention, les votres certainement aussi ont eu un effet.

Ce jour 11 janvier j’ai reçu un mail de la RATP (9 jours plus tard). Vous le trouverez

ci dessous, peut être avez vous reçu le même. Lisez le. A sa suite je vous ferai part de

mes commentaires.

Mail de la RATP reçu le 11 janvier 2011

Bonjour,

Je viens de prendre connaissance de votre courriel avec attention.

Tout d’abord, je tiens à vous présenter mes excuses, au nom de la RATP, pour les désagréments subis ainsi que  pour le délai apporté à cette réponse.

Je comprends votre réaction et je souhaite vous apporter ces précisions.

L’ascenseur de la gare Champigny n’est pas en libre service mais fonctionne à la demande. Cette décision a été prise par les services techniques jusqu’au remplacement du pièce commandée chez un fournisseur.

Je vous invite à faire appel aux agents de la gare lorsque vous désirer en disposer.

Cela étant, d’après les derniers éléments qui me sont parvenus aujourd’hui, cette pièce est arrivée et l’ascenseur sera mis en fonctionnement dans les meilleurs délais.

Quant à l’escalier mécanique il fonctionnait normalement ce 2 janvier  et  à ce jour.

L’entreprise met tous ses moyens en œuvre pour un bon fonctionnement de ses installations. En cas de panne, inévitable en raison du très grand nombre d’utilisateurs, des équipes d’urgence interviennent avec rapidité. Généralement, lorsqu’il s’agit d’un blocage simple, les agents de la gare peuvent les remettre en marche par un système de télécommande.

Par ailleurs, il peut arriver qu’en raison des consignes de sécurité très strictes qui régissent les installations, un ascenseur soit arrêté pour une révision complète. Dans ce cas, la date de remise en marche est indiquée et la RATP s’efforce de limiter la période d’interruption.

Lorsqu’un équipement ne fonctionne pas, il n’existe pas de réelle solution de remplacement si ce n’est que d’emprunter un autre itinéraire avec des ascenseurs en état de marche, dans la condition ou le trajet de la personne handicapée soit compatible.

Pour conclure, je conseille, à toutes les personnes à besoins spécifiques, de s’informer, au préalable, de l’état des installations de translation des réseaux  auprès du service « INFOMOBI », par téléphone au 0810 64 64 64 (N° Azur), sur Internet http://www.infomobi.com

Je vous prie d’agréer mes salutations distinguées.

Service clientèle ligne A
Huguette Charon

Mon commentaire:

Je pense que lorsque un utilisateur de la ligne RER A s’adresse par courrier électronique au service clientèle de la RATP il est en droit d’espérer qu’une réponse lui soit apportée rapidement. 9 jours pour répondre à un mail c’est un délai  excessif.

L’escalier mécanique, fort heureusement, a été remis en service le 3 car contrairement à ce qu’affirme le message il ne fonctionnait pas le 2.

En ce qui concerne l’ascenseur on nous affirme dans le texte ci dessus que la pièce manquante est arrivée et que la réparation sera effectuée dans les meilleurs délais. Cette réparation prochaine cela fait plusieurs mois que des affichettes sur l’ascenseur nous la promettent. Encore à la Saint Glinglin.

Enfin je voudrai commenter un passage de la réponse qui me choque particulièrement:

« Lorsqu’un équipement ne fonctionne pas, il n’existe pas de réelle solution de remplacement si ce n’est que d’emprunter un autre itinéraire avec des ascenseurs en état de marche, dans la condition ou le trajet de la personne handicapée soit compatible »

Il faut un profonde méconnaissance des obstacles que rencontrent les handicapés pour se déplacer pour leur proposer de trouver aussi facilement une solution de remplacement.

Dernier point: Les handicapés sont évidemment les principales victimes de ces pannes interminables des ascenseurs mais au delà ce sont aussi les personnes âgées, les personnes accompagnées d’enfants en bas age (landau, poussette), ceux qui transportent des colis lourds ou encombrants qui ont besoin des ascenseurs.

Le service clientèle de la RATP ne donne pas l’impression d’être bien informé des besoins des usagers

On se souvient que à la gare des Boullereaux il a fallu un an pour que

les ascenseurs mis en place en novembre 2009 entrent enfin en fonction

le 27 novembre 2010. D’où notre invocation à Saint Glinglin ce saint

qui n’existe pas au calendrier et dont on ne sait donc pas quel jour

tombe sa fête.

La RATP n’a pas voulu être en reste sur la SNCF

Depuis 3 mois l’ascenseur qui dessert le quai de la station du RER A à

la station Champigny-Saint Maur est en panne et la RATP a pris exemple

sur la SNCF. Chaque mois une affichette annonce que les travaux de maintenance auront lieu à la fin du mois. La dernière en date, encore en place le 2 janvier annonce les réparations pour fin décembre. Plein d’humour un usager fait remarquer que l’année n’est pas précisée…

Mais ce 2 janvier l’escalier mécanique est LUI AUSSI en panne. POUR COMBIEN DE TEMPS.
Comment les personnes âgées, les handicapés, les personnes accompagnées d’enfants en bas âge vont-elles accéder aux quais ?

 Alors que le coût des transports augmente sans cesse nous avons droit à une maintenance des installations.

Assez des difficultés en tout genres (retards, trains supprimés, incidents techniques)

Nous avons voulu signaler ces faits à la RATP. Sur le site de la RATP il est conseillé de se connecter sur www.ratp.fr/contact

Nous l’avons fait et nous vous demandons de multiplier les messages c’est notre seule chance de réveiller Saint Glinglin.

Eh oui! Quand on dit « à la Saint Glinglin » on pense que cela ne se fera jamais sinon
à une date éloignée puisque ce saint n’existe pas au calendrier. En tout cas il s’est
manifesté aux Boullereaux à Champigny. Le Parisien daté du Samedi 27/11 nous
rapporte que la rénovation de la gare a fait l’objet d’une inauguration
par M. Dominique Adenot, Maire de Champigny. Le Parisien magnifie l’évènement
en parlant de 5000 passagers  par jour aux Boulleraux (chiffres communiqués par la mairie?) alors que la SNCF plus modeste n’en compte que 2800. Les ascenseurs en arrêt momentané depuis leur installation il y a maintenant 12 mois, fonctionnent enfin, la gare a été nettoyée (voir photos) et les emplacements vélos, disparus depuis le début des travaux ont retrouvé leur place devant la gare. Bravo. On ne peut que s’en féliciter pour les usagers tout en regrettant qu’il ait fallu un an et peut être la proximité d’une élection cantonale pour voir se concrétiser les demandes pressantes des usagers. On espère maintenant que les services adhoc de la SNCF assureront un suivi de la maintenance des ascenseurs et de la propreté de la gare. Car cette gare est là pour ses usagers et pas seulement pour la pompe d’une inauguration.

 

Des ascenseurs enfin en service 12 mois après leur installation


Une gare enfin propre (pourvu que l’entretien suive…)

 

Des emplacements pour les vélos!

 

Saint Glinglin et le calendrier de la SNCF

Vous pouvez relire les notes ci dessous. On nous avait promis l’ascenseur pour décembre 2009 puis pour février 2010, après pour mai et enfin pour le 30 septembre.Une affichette sur les ascenseurs le certifiait. Elle est toujours là. Faudra-t-il attendre le 30 septembre 2011? (voir photo)

affichette toujours en place le 3 octobre!

Le nettoiement est toujours en attente

Les portes qui avaient été endommagées restent condamnées

J’étais intervenu (Yves Fuchs) au Conseil Municipal de Juin 2010 pour demander à Mr le Maire de faire auprès de la SNCF toutes les démarches nécessaires. Soit ces démarches n’ont pas été faites, soit l’action engagée a été totalement inefficace.

Boullereaux : toujours pas d’ascenseurs ! Une rénovation baclée, un entretien abandonné !

 

En 2009 les travaux effectués à la gare des Boullereaux ont duré de long mois.

La nouvelle gare a été livrée début décembre. Elle avait un aspect nouveau agréable avec ses grandes surfaces vitrées, son hall spacieux. Surtout il y avait un changement. Des ascenseurs avaient été mis en place. Avoir des ascenseurs aux Boullereaux c’était une revendication des usagers de la gare depuis de nombreuses années.

La gare des Boullereaux était une des rares gares du réseau francilien totalement dépourvue de facilités d’accès pour les handicapés. Imaginez la difficulté aussi pour les personnes circuant avec de très jeunes enfants dans des poussettes, ceux qui ont de lourds bagages, ceux qui veulent pouvoir emmener leur vélo etc.

Bref ces ascenseurs c’était vraiment une amélioration attendue. Certes à la fin du gros œuvre les ascenseurs ne fonctionnaient pas. On s’est dit que c’était une question de jours. Aux usagers qui se renseignaient on dit que c’était pour février. En février rien. En avril sur ce blog on signalait ce retard et on se demandait quand enfin l’ascenseur serait en service.

A la mi-mai des affichettes de la SNCF promettaient la mise en service des ascenseurs pour le 31 mai. Enfin ! Mais non. Au 31 mai ce sont de nouvelles affichettes qui sont apparues. Elles promettent maintenant la mise en service pour le 30 septembre.

de mois en mois depuis décembre la mise en service de l’ascenseur est repoussée. Pourquoi?

De quelle année peut-on se demander quand on voit que la mise en service des ascenseurs est repoussée à chaque fois.

En même temps la gare se dégrade. Des actes de vandalisme sont commis et non réparés. Le nettoyage des locaux est loin d’être fait correctement.

 

Des actes vandalismes longtemps en attente de réparations…..

Des lacunes dans l’entretien qui découragent l’usager

Il faut que la SNCF respecte les usagers, mette en service les ascenseurs et procède à l’entretien de la gare.

Le poinr numéro 2 de l’ordre du jour du prochain conseil municipal (26 mai ) retient particulièrement l’attention. De quoi s’agit-il ?

Lorsque le commerce Beurel, situé au 11 de la rue Albert Thomas a fait connaître sa décision de cesser ses activités la mairie a fait jouer son droit d’intervention.

En effet la loi du 2 aout 2005 permet désormais aux communes de préempter les droits au bail de fonds de commerce, de fonds d’artisanat et de baux commerciaux. Ceci permet aux commune d’intervenir pour essayer de sauver des activités commerciales, d’équilibrer les activités dans certaines zones etc.

Par délibération du 28 janvier 2009 le Conseil Municipal a délimité dans le centre ville une zone d’intervention appelée : «  Périmètre de sauvegarde du commerce et de l’artisanat de proximité du Centre Ville ».

C’est à ce titre que la mairie a préempté le droit au bail. Cette préemption est valable un an. La mairie devait donc impérativement proposer un repreneur. En réponse à une question que j’avais posée en Conseil Municipal M. Adenot, maire avait précisé qu’une des motivations de cette décision était une information faisant état de l’intérêt d’une entreprise de pompes funèbres pour ce site commercial. Ce type d’entreprise avait-il ajouté avec raison est déjà bien représenté au Centre Ville et une telle localisation en un point important de l’entrée de ville n’apporterait rien à l’image de Champigny et M. Adenot avait précisé que des pistes étaient en cours d’exploration.

Une de ces pistes a abouti

On ne peut que se féliciter qu’il s’agisse d’une librairie papeterie. Le centre ville (et même tout Champigny) est assez dépourvu en ce domaine. Cette installation est positive. On souhaite donc plein succès à ce nouveau commerce et on espère que ce premier succès annonce d’autres démarches de diversification et de développement du commerce en Centre Ville.

La gare des Boullereaux en travaux depuis de long mois a dévoilé son nouveau visage en décembre 2009. Il n’y a pas de discussion. L’aspect a été nettement amélioré et on s’en félicite. On était très content aussi de constater qu’avaient été mis en place des ascenseurs. Enfin des ascenseurs. On les réclamait depuis des années. On avait même voulu nous faire croire que leur installation n’était pas possible pour des raisons techniques.
Enfin! et cela représente un progrès important pour les handicapés qui peuvent enfin accéder aux transports en commun, pour les personnes qui circulent avec un landau ou une poussette, ceux qui ont un vélo,ou une grosse valise, les personnes agées etc
Hélas depuis 4 mois les ascenseurs sont en arrêt. Pourquoi? Quand va-t-on se décider à les mettre en service?

Autre question; les travaux ont débuté pour réaménager le parking voiture devant la gare. Une nécessité car depuis le gel de l’hiver 2008-2009 (oui vous lisez bien pas le dernier hiver le précédent) le parking était accidente de trous qu’on aurait du mal à appeler des nids de poule, des nids d’autruche peut être…
Mais le parking rénové n’aura pas plus de places disponibles que le précédent.

accéder aux Boullereaux restera toujours aussi difficile. On s’est refusé à mettre en place deux entrées par la rue de la République ce qui aurait facilité l’accès par les bus.
On a renoncé à une ouverture sur les cités Jardins qui avait été demandée à plusieurs reprises et même un temps promise.

La gare des Boullereaux a été remodelée, rajeunie c’est bien mais le manque de place de parkings, les difficultés de l’interconnexion avec les bus, limitent son développement. Sa fréquentation stagne. Il faut faire plus pour que le Campinois proftent vraiment du RER Eole et que Les boullereaux rayonnent plus sur Champigny.

PS A l’occasion des travaux les barres qui permettaient d’accrocher quelques vélos (5-6) ont été enlevées. Quand va-t-on les remettre

Note ajoutée le 17 mai: En passant par la gare on peut noter un changement. Les portes des ascenseurs s’ornent maintenant d’une affichette   » Ascenseur hors service, mise en service probable 31 mai ». On attend le 31 mai avec impatience en souhaitant  surtout que ce probable ne cache pas un nouveau délai. une affaire à suivre….

12 mars 2010

Sous le titre accrocheur «  Les travaux du pont de Nogent enfin prioritaires » le Parisien daté du Jeudi  11 mars annonce que : « Les maires de Nogent, Champigny et du Perreux ont obtenu gain de cause. Jean Louis Borloo, le ministre de l’Ecologie et du Développement durable, a confirmé par courrier l’inscription du chantier dans le programme de modernisation des itinéraires » Le journaliste poursuit : » ce qui pourrait signifier un démarrage rapide des travaux ». L’emploi du conditionnel est de rigueur car comme il est précisé plus loin « aucune date n’est encore fixée » et ajouterons nous les financements ne sont pas précisés….

De même un riverain de la rue Charles Floquet nous indique que lui et plusieurs personnes du quartier ont reçu une lettre de M. Christian Favier, Président du Conseil Général, leur assurant que tous les obstacles étant levés les travaux du Trans Val de Marne (TVM) allaient commencer sous peu.

C’est magnifique cet ensemble de bonnes nouvelles. On reste quand même un peu sceptique on a déjà eu tant de promesses en période électorale….

Pour que ces promesses ne s’évanouissent pas après les élections, il faudra que les citoyens restent lucides et rappellent sans cesse que ce qui est promis est du..

A l’initiative des commerçants du marché de Coeuilly

une lettre pétition adressée à M. le Maire est proposée

à la signature : 450 personnes environ l’ont déjà signée.

Vous en trouverez le texte ci dessous

 

Monsieur le Maire,

Il faut sauver le Marché de Coeuilly !

Le marché de Coeuilly va disparaître si des mesures ne sont pas prises très vite. Ce sera une perte importante pour nous, surtout pour tous ceux qui n’ont pas la possibilité de se déplacer loin pour faire leurs achats.

Pouvoir aller au marché c’est important pour nous. Nous y faisons nos achats et aussi nous rencontrons d’autres personnes, nous discutons, nous nous informons. Un marché c’est un lieu de vie : c’est important pour le quartier et donc pour  la ville.

Pour que ce marché vive et soit attractif il lui faut des commerces supplémentaires : 3 commerces existent actuellement : un de légumes, un de fleurs et une boucherie. Il faudrait que s’y ajoutent un commerce de crémerie, une charcuterie-triperie et une poissonnerie pour que le marché  revive.

Nous vous demandons de prendre des mesures incitatives pour faire venir ces commerces sur notre marché.

Il redeviendra ainsi attractif et rentable et vous pourrez alors entreprendre les travaux attendus depuis longtemps (signalisation, réfection du pavage).

Monsieur le Maire ne laissez pas disparaître le marché de Coeuilly, c’est une partie de la vie de Coeuilly et de Champigny qui disparaitrait.

 

L’AdN attaque Bouygues Telecom en justice

 

Mercredi 3 février 2010 – Par Laurent – Thème : Antennes-relais | 5 commentaires

 

Communiqué de l’Association des Nogentais (AdN, ex Association du Coteau de Nogent, ACN)

Nogent sur Marne : des locataires et l’Association des Nogentais demandent en justice le démantèlement de l’antenne relais Bouygues Télécom

3 février 2010 – A Nogent sur Marne, des locataires du 92, rue François Rolland et l’Association des Nogentais (agréée pour la protection de l’environnement et membre de Priartem), ont décidé d’assigner l’opérateur de téléphonie mobile Bouygues Télécom au Tribunal de Grande Instance de Paris pour obtenir l’enlèvement d’une antenne située à moins de 6 mètres du logement d’un des locataires. Les dernières mesures effectuées indiquaient des seuils électromagnétiques de l’ordre de 5 volts par mètres.

Il est inadmissible de vivre en permanence à 5 mètres d’une antenne relais

En 2004, Bouygues Télécom prévoyait l’installation de 3 antennes sur un bâtiment situé en plein coeur du groupe scolaire Val de Beauté (2 500 élèves) et d’un quartier d’habitations à Nogent sur Marne. L’opérateur a cependant dû renoncer à 2 d’entre-elles en novembre 2007 à la suite d’une très forte contestation des riverains et d’une première action en référé au Tribunal de Grande Instance de Créteil.

L’antenne restante, cachée dans un faux arbre, a malgré tout été rendue opérationnelle, causant de ce fait un fort traumatisme pour les personnes concernées. En particulier, les locataires de l’immeuble  qui ne peuvent que subir la situation. Comme le dit l’un d’entre-eux: « Quand je suis dans ma cuisine, je suis tout près, très très proche et moi ça me fait peur. Vous accepteriez de vivre, manger dormir et élever vos enfants à moins de 6 mètres de la partie haute de cette antenne relais qui émet en permanence des ondes électromagnétique ? »

Priartem, s’appuyant sur les recommandations d’un certain nombre d’experts scientifiques, considère qu’au-delà de 0,6 volts par mètre les ondes électromagnétiques représentent un risque pour la santé. Les locataires de cet immeuble subissent plus de 8 fois la limite préconisées par les associations.

Les dernières recommandations de l’AFSSET doivent être suivies d’effet

Forts des dernières décisions judiciaires en la matière (antenne Orange interdite à Paris XIII, victoire au TGI de Créteil en août 2009) et des recommandations en terme de baisse des seuils de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail (AFSSET) fin octobre 2009, les locataires et l’Association des Nogentais vont demander le démantèlement de cette dernière antenne au titre de trouble du voisinage, de préjudice moral, de préjudice futur et du non respect du principe de précaution.

Priartem, au travers de sa coordination régionale pour l’Ile de France, soutient activement cette démarche. Elle espère qu’enfin un signal fort et cohérent sera envoyé pour ne plus permettre aux opérateurs des installations aussi inacceptables qui créent, directement ou indirectement, de véritables risques pour la santé des personnes concernées.

Contacts :

Maître Philippe SARDA, Avocat à la Cour de Paris, 01 45 05 30 00
Association des Nogentais, Fred LAMPRECHT (06 14 111 800) et Caroline NOUE (01 48 77 22 34)
Coordination PRIARTEM pour l’Ile de France, Marc ARAZI (06 73 41 77 69)

 

M. Chriqui, tête de liste UMP à Champigny aux municipales de 2008 est « parachuté » en Isère

Sur le site Le Figaro .fr

Confidentiel Régionales: Fillon place ses hommes

Le Figaro
04/02/2010

Trois proches du premier ministre figurent en bonne place sur les listes aux élections régionales. Déjà élu municipal à Vannes, son chef de cabinet adjoint, Gilles Dufeigneux, est en position éligible dans le Morbihan. Vincent Chriqui, ex-conseiller parlementaire qui vient de prendre la tête du Centre d’analyse stratégique, est parachuté en Isère. Il avait été précédemment candidat aux municipales à Champigny-sur-Marne. Enfin, Vincent Roger, qui fut son conseiller aux Affaires sociales et à Matignon, est numéro 10 à Paris.

Commentaire :

Le succès l’a fui à Champigny. Il a quitté le navire. Sera-t-il encore en Isère après les régionales ?

 

26 janvier 2010

 

A Villiers sur Marne il existe aussi des citoyens qui n’apprécient pas forcément les aménagements réalisés par le Maire (M. Bénisti, UMP) et avec humour ils en dénoncent les effets en détournant la plaque qui à l’entrée des villes annonce les villes fleuries

Merci à nos correspondants de Villiers pour cet info. L’humour est une arme.

8 Janvier 2010

Courrier électronique reçu par Forum et concernant le tri sélectif

Voici une information qui me parait intéressante à faire connaître.

 

Il y a quelque temps, je pars à pieds faire mes courses. En passant Rue des Peupliers, je vois arriver le camion des éboueurs et là, à ma grande surprise, les employés de la Société NICOLLIN collectent en même temps le contenu des bacs jaunes et des bacs gris !!!

 

De retour à mon domicile, je téléphone à la Société NICOLLIN pour leur demander des explications. La personne qui me répond m’informe que, la veille, des voitures mal stationnées à l’angle des rues Diderot et Berthe ont empêché la collecte des bacs jaunes et que ce problème a déjà été signalé à plusieurs reprises au Service Technique de Champigny. De plus, mon interlocuteur me confirme que le contenu de la benne a été dirigé sur le site de Créteil pour y être brûlé !!!

 

Je suis absolument scandalisé et je me pose beaucoup de questions quant à la véracité du Tri Sélectif à Champigny !!!!  Ne peut-on craindre que ce qui s’est passé rue des Peupliers, ne se produise également dans d’autres rues (Champigny est grand !!!) ?

Monsieur B** (Quartier du Maroc)

 

PS Que pensez-vous de cette information ? Merci de me tenir au courant.

Réponse de Forum

 

Bonjour

En effet cela est très préoccupant car ce n’est pas un fait isolé. Il y a déjà eu des interventions au Conseil de conseillers signalant des faits du même type dans d’autres rues. A chaque fois la réponse est identique à celle qui vous a été faite….

Réponse de M. B**

 

Merci pour votre réponse.

Je pense qu’il serait intéressant d’en parler sur le blog.

Mais qui est responsable dans tout cela? Nicollin ou Champigny?

 

Commentaire de Forum

A notre avis la responsabilité incombe d’abord aux gens qui par paresse et/ou par négligence garent mal leurs voitures rendant le passage de la benne impossible. Cela semble se reproduire toujours dans les mêmes secteurs. Il conviendrait que sur ces zones précises la mairie entreprenne des campagnes d’information pour tenter de convaincre les fautifs de changer de comportement. Si cela n’avait aucun résultat il faudrait demander aux auxiliaires de police de la mairie de verbaliser. Mais la mairie se préoccupe très peu de ce problème et préfère ne pas agir.

17 décembre 2009

Un colosse aux pieds d’argile

Hier soir mercredi 16 décembre Conseil Municipal. 36 points à l’ordre du jour. Beaucoup de points sont purement techniques et sont votés à l’unanimité après lecture du rapport des commissions. Sur quelques points qui posent des problèmes généraux la discussion s’engage (sur le périmètre d’intervention entre rue de l’Union et Ave Jean Jaurès, sur l’étude confiée à l’ACTEP le long de l’axe A86-N186, sur le rapport du concessionnaire des marchés, sur la zone des Simonettes etc). Des questions sont posées. Première observation: les questions sont toujours posées par les élus de l’opposition (UMP, UMP dissident, MoDem et Entente Citoyenne) Aucun membre de la majorité municipale ne pose une question, ne propose une modification serait-elle de détail. Ils sont sans aucun doute totalement informés et convaincus bien avant la réunion du conseil ils n’ont rien à ajouter et ils votent, en bloc.

Les questions des membres de l’opposition, quelles qu’elles soient suscitent une réponse, généralement faite par l’adjoint responsable du secteur concerné. Parfois la réponse apporte les éléments d’information demandés mais plus souvent la réponse est incomplète, à côté du problème posé. Si celui qui a posé la question insiste et rappelle les points précis sur lesquels il souhaite obtenir une réponse on peut voit une crispation sur le visage du maire et des adjoints et le maire invoque l’heure tardive pour refuser de prolonger la discussion. Parfois leur insistance vaut à ceux qui s’entêtent des qualificatifs peu aimables. Hier soir M. Charles m’a qualifié de  » théoricien de l’urbanisme sans lien avec le concret « , Laurent Jeanne lui a eu le droit d’être qualifié d’  » urbaniste du mépris  » par le même M. Charles. M Lécuyer lui n’a pas hésité à dire à M.A. Chevalier qui reposait une question  » qu’il était incapable de comprendre « .

Bref une majorité qui fait bunker, une caricature de débat. Ce ne sont pas là des preuves de force mais d’une grande fragilité, d’une peur de débattre. Cette majorité aussi forte soit-elle numériquement au sein du Conseilm n’a pas les choses en main, elle se recroqueville sur elle même et n’est donc pas à même de porter l’avenir de Champigny.

On a connu d’autres colosses qui avaient des pieds d’argile et on sait ce qu’il en est advenu.

3 décembre 2009

 J’ai trouvé dans ma boite aux lettres un petit tract signé de M. Laurent Jeanne Conseiller Municipal. Le premier paragraphe dit ce qui suit:

 « Après la démission d’Yves Juhel (UMP dissident) à la suite des élections municipales de mars 2008, après la récente démission de Vincent Chriqui (UMP) je reste le seul candidat d’opposition des dernières élections municipales face aux communistes à travailler de façon constructive dans l’intérêt des campinois. »

M. Jeanne doit reprendre pied sur terre et se souvenir

1/ Qu’il n’est pas seul. Il a une colistière élue avec lui sur la liste MoDem

2/ Que conformément à la loi, les élus démissionnaires du groupe UMP et du groupe UMP dissident ont été remplacés par leurs suivants de liste. Ils sont donc toujours 8 (6+2)

2/ Qu’il n’a pas le privilège de représenter seul l’opposition. L’opposition municipale à Champigny est diverse et multiple. Il existe une opposition de droite qui se réclame de la majorité présidentielle. Elle est représentée par les élus UMP et UMP dissidents. Il y a une opposition MoDem dont il fait partie. Il y a  une opposition de gauche que je représente en tant qu’élu de la liste de Entente Citoyenne soutenue par les Verts et Gauche Citoyenne.

4/ Que dans la majorité municipale il n’y a pas que les « communistes » mais aussi des élus membres du Parti Socialiste, de La gauche et des personnalités.

M. Jeanne conclut son texte par cette phrase :

« Les prochaines élections municipales se préparent dès aujourd’hui »

Le rôle d’un élu ne se réduit pas à  préparer les prochaines échéances électorales…L’action quotidienne, souvent humble et répétitive,  la construction d’un projet, les promesses crédibles d’un changement efficace et la recherche d’alliances dans le respect des autres c’est cela son rôle.

Décréter qu’on est LE leader est très facile

                                                           Le devenir réellement aux yeux des citoyens…..

Le petit tract de M. Laurent Jeanne fait inévitablement penser à cette chanson de Charles Aznavour : Je me voyais déjà tout en haut de l’affiche……

Yves Fuchs

 28 novembre 2009

Jeudi soir 26 novembre réunion du Conseil de Quartier du Maroc à l’école Marcel Cachin. Le succès populaire est très relatif, une trentaine de résidents environ sont présents face à un bureau bien garni (10 personnes). Au début long, très long exposé sur les nouvelles dispositions concernant les collectivités territoriales, le Grand Paris, la suppression de la taxe professionnelle. L’affirmation que la taxe professionnelle était particulièrement basse à Champigny provoque la protestation des 2 commerçants présents. En réalité le TAUX de la taxe professionnelle était particulièrement élevé à Champigny, le plus élevé de tout le Val de Marne en fait, mais, et c’est ce qui explique l’affirmation biaisée de la municipalité, à Champigny peu d’entreprises se sont installées et donc cette taxe professionnelle rapportait relativement peu (25% des recettes totales de la ville alors qu’en moyenne dans le département on oscillait entre 35 et 40%).

On a donc assisté au Maroc comme au Centre Ville à une réunion ou les cadres de la mairie sont venus dire aux citoyens ce qu’il fallait penser des décisions du gouvernement mais ils ne sont pas venus pour écouter les citoyens.

A la fin de la réunion un participant a d’ailleurs résumé la situation en disant:

« Nous venons d’assister à une réunion d’information pas à un conseil de quartier »

Beaucoup sont donc repartis sans pouvoir poser leurs questions. Toutefois on a pu obtenir quelques précisions au sujet de l’avenir de Jean Vilar et du Rotin.

A Jean Vilar un accord est en vue avec une entreprise campinoise (Simoes) pour la reprise de l’ancien marché sa réhabilitation (désamiantage, remise au norme) et ensuite la location de l’espace à 6 entreprises artisanales avec création à la clé de 60 emplois. Ce point de vue optimiste laisse sans réponse un certain nombre de questions. Comment sera assurée la sécurité dans un secteur ou il y a des dégradations très fréquentes? Comment sera effectué le désamiantage des locaux? La somme de 400.000 euros est avancée pour ce faire. Cela parait bien peu pour 1500M2 quand on compare aux prix normalement pratiqués. Par ailleurs l’entreprise Simoes consacrerait 1,5 millions d’euros à la remise au norme de l’ancien marché (électricité, eau etc). Le projet est positif mais sa réalisation et sa viabilité économique restent flous. Il faudra donc suivre ce projet avec attention.

Au Rotin le permis de démolir une partie des batiments vise à créer un centre de rééductation post opératoire ou post traumatique avec les installations nécessaires à la rééducation physique. La capacité serait de 80 lits et il y aurait 60 salariés. Affaire à suivre….

25 novembre

Avant cette réunion du Conseil de Quartier du Centre Ville, ce mardi 24 novembre en Mairie, j’avais envoyé quelques mails à des amis pour leur rappeler la tenue de cette réunion et leur demander si ils ou elles comptaient y assister.

J’ai reçu en réponse le mail suivant de G****

 Je comptais passer de toute façon mais aux environs de 21 heures.  J’espère que Lécuyer commencera par le budget ce qui m’évitera deux moments difficiles : écouter Lécuyer et entendre le budget

Oui leur avis sur le marché m’intéresse surtout quand on lit dans le journal de Champigny le « franc succès » quelle vaste blague !!!!

La circulation c’est aussi et encore les embouteillages inhérents au stationnement devant la mairie les jours de mariage, ça c’est amélioré en nombre mais certains élus de  la mairie tolèrent  encore le stationnement de 5 – 6 VOITURES !!!

Quant aux projets immobiliers c’est le grand mystère, des promesses des promesses des mensonges tout comme ce magnifique cèdre qui trônait  devant l’ ancienne  pépinière de la rue de Verdun et qui a finalement été coupé

 est ce que je vais de nouveau me dire en quittant ce soir la réunion  » je n’y retournerai plus  ? »

g*****

 Pour rendre compte de la réunion de hier soir je pourrais me limiter à vous dire que tout s’est exactement passé comme G*** l’avait prévu. Nous avons eu le droit à des exposés sur le budget puis sur la réforme territoriale (Grand Paris) et sur le projet de métro. Tout cela est important pour nous tous, et tout ce qui était dit n’était pas faux, loin de là, mais les élus ont réussi à lasser le public (50 personnes environ). L’attitude « pédagogique » qui consiste à présenter de façon répétitive des données schématisées à des auditeurs supposés d’une ignorance crasse, traduit de fait un mépris certain de celui qui doit subir le discours. Beaucoup de personnes présentes l’ont ressenti ainsi  Les élus de la majorité municipale ne sont pas acquis à l’idée que leur rôle c’est d’être à l’écoute des gens. Savoir écouter et ensuite répondre à la demande des gens c’est essentiel pour un élu. A Champigny c’est une caricature d’attitude professorale qui prévaut. Comme à un moment l’impatience des auditeurs faisait bouillonner la salle un adjoint, enseignant retraité a dit «  Je n’ai jamais toléré une attitude pareille de la part de mes élèves » A quoi une dame de l’assistance s’est exclamée que nous n’étions pas des élèves mais des citoyens. Une répartie juste mais dont les gens assis derrière le bureau n’ont pas tenu compte.

En ce qui concerne le quartier la colère des riverains de la rue Victor Hugo s’est exprimée avec force. Ils se plaignent de voir leur rue défoncée par le passage des camions venant du chantier du bassin de rétention des eaux pluviales alors qu’il leur avait été promis que les camions n’emprunteraient pas leur rue. Après avoir d’abord mis en doute la parole des riverains les élus ont fini par promettre de s’informer.

J’ai rappelé (voir note datée du 18 novembre ci dessous) qu’un débat aurait lieu sur le marché du dimanche lors du Conseil Municipal du 16 décembre et suggéré qu’on parle de ce marché et de ses avantages et inconvénients tels que ressenti par les Campinois  puisque le Conseil de Quartier ne se réunirait certainement plus avant le 16 décembre prochain et que les Campinois du centre ville présents avaient peut être des avis , des remarques qui pouvaient être utiles aux élus avant le débat du 16/12.

 Rapidement M. Lécuyer a assuré que le marché fonctionnait très bien regrettant seulement l’absence d’un volailler, d’un charcutier et d’un fromager. Il a indiqué que la municipalité avait demandé au concessionnaire de faire le nécessaire pour remédier à ces absences et que M. Loiseau (c’est le nom du concessionnaire) avait promis de faire le nécessaire.

Et voilà comme dit Pangloss dans le Candide de Voltaire: « Tout va nécessairement pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles »

19 novembre 2009 Nous avons procédé à un « dépoussiérage » de cette note. en effet elle existe depuis plus de deux ans et certaines informations étaient dépassées et elle était de plus volumineuse ce qui la rendait difficile à gérér voire à ouvrir pour certains lecteurs. désormais  il n’y aura plus que des notes de moins d’un an d’age. Les autres ne sont pas perdues mais sont archivées et seront reprises si l’actualité l’exige.

18 novembre DU NOUVEAU POUR LE MARCHE DU DIMANCHE

Lors de la réunion du Conseil Municipal Yves Fuchs a rappelé à Monsieur Adenot que lors de l’ouverture du Marché du Dimanche en avril il avait été promis que la question serait reexaminé après 6 mois pour examiner la situation, corriger ou revoir certains aspects. M. Adenot a été d’accord pour que le prochain conseil en discute (16 décembre). Aux Campinois donc de se manifester avant pour donner leur avis, dans leurs conseils de quartier mais aussi en nous adressant leurs commentaires et appréciations.

Le marché du dimanche succès?, échec? Que faudrait-il changer

26 juin

Les panneaux électoraux qui tronaient devant les 38 bureaux de vote de Champigny ont disparu ce jeudi 24 au matin. Selon la loi ils doivent être retirés 3 jours après le scrutin. Ce délai de 3 jours est prévu pour que les candidats ou les listes présentes puissent remercier sur leur panneau les électeurs qui leur ont fait confiance. Fort bien mais pourquoi à Champigny ces panneaux sont-ils restés en place 15 jours (2 semaines de plus) alors qu’ils ne sont pas particulièrement estéthiques. L’explication est simple. La section du PCF de Champigny a sortie avec beaucoup de retard un petit texte de remerciement aux électeurs qui avaient voté pour le Front de Gauche (dont le PCF faisait partie). Ce texte de remerciements n’a été posé sur les panneaux qu’à partir du 20. Les panneaux ont donc attendu que le PCF ait eu le temps de rédiger, d’imprimer et de coller son texte. Bien sur c’est un passe droit, bien sur cela n’est pas dramatique mais cela relève un certain état d’esprit et une certaine confusion entre les intérêts partisans (d’un parti) et les affaires communales donc de tous.

 

13 mai source Europe 1

Une enseignante visée par des propos antisémites

Créé le 11/05/09 – Dernière mise à jour à 19h23

 

Une enseignante d’un lycée du Val-de-Marne a été la cible la semaine dernière des propos antisémites d’un élève qui sera convoqué prochainement en conseil de discipline.

 

Une enseignante a été victime de propos antisémites la semaine dernière de la part d’un de ses élèves dans son lycée de Champigny-sur-Marne. Les faits se sont passés jeudi après-midi pendant un cours au lycée polyvalent Langevin-Wallon, dans le Val-de-Marne. L’élève a immédiatement été convoqué chez le proviseur de l’établissement pour s’expliquer. Il a confirmé en partie les propos rapportés par l’enseignante.

L’élève de seconde auteur des propos sera convoqué en conseil de discipline. Selon le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA), les propos, qu’il condamne dans un communiqué, ont été tenus « en connaissance de cause » à l’égard d’un professeur de confession juive par « des élèves ». Un conseil de discipline sera convoqué dans les plus brefs délais, a ajouté le rectorat, en précisant que ces « faits graves seront traités ». Ils seront aussi abordés « de façon éducative » avec les élèves de l’établissement.

Dans le communiqué, le BNVCA affirme qu’il reçoit « de plus en plus des signalements de comportements antisémites dans les classes et les établissements publics », notamment contre « des chefs d’établissement et des professeurs de confession juive ». Le rectorat a assuré que ces actes n’étaient « pas en recrudescence » dans l’académie de Créteil.

 Notre commentaire: Nous voulons une ville ou chacun se sente chez soi. Nous sommes tous au même titre des Campinois, quelques soient nos origines, notre religion, notre sexe. Il n’est pas acceptable que s’exprime la discrimination, le racisme dans notre ville à l’égard de quelque communauté que ce soit. Nous souhaitons que cet incident  fasse réfléchir les lycéens et tous les campinois sur ce fléau. 

 

Nous avons reçu, aujourd’hui 4 mai, le mail suivant:

Les arbres du square de la poste deCoeuilly en pleines feuilles sont en train d’être sévèrement élagués.Veut on les faire mourir? !D’autre part l’arbre planté au rond-point de la rue Detaille et du Plessis -Trévise planté à la mauvaise période est mort.Ce serait bien que les gens appellent le n° vert en mairie pour protester .Merci  à l’avance.Thérèse

le 20/2/09

Nous avons reçu de Mme Flores Racmachers maire adjoint un courrier nous informant que les 3 acacias situés au bas de la rue Dupertuis avaient été reconnus malades et que présentant un danger pour la sécurité des piétons des automobilistes, des riverains ils allaient être abattus et que  » la replantation d’un seul gros sujet aura lieu dans le courant du dernier trimestre 2009, période la plus favorable pour la reprise des végétaux après un repos végétatif de trois à six mois pour laisser le sol se reconstruire (citation de la lettre de Mme Flores-Racmachers).

Cette lettre nous inspire les commentaires suivants :

1/ Il y a une volonté de tenir les associations impliquées dans la protection de l’environnement et le développement durable, informées de la politique de la ville en matière de gestion des arbres (cette lettre a été envoyée à Forum des Boucles de la Marne, à France Nature Environnement ). C’est un progrès notable, fruit des actions passées des associations pour être mieux informées. Nous nous en félicitons.

2/ La décision d’abattre ces acacias est basé sur un diagnostique phytosanitaire qui conclut que ces arbres sont malades et qu’il convient donc de les abattre.

Nous voudrions faire une observation. La ville n’est pas le meilleur environnement pour les arbres. La pollution entraîne différentes formes de maladies, le développement de champignons etc. On peut dire que pratiquement tous les arbres en ville sont (plus ou moins gravement) affectés par des maladies. A partir de cette constatation les avis peuvent diverger sur la nécessité d’abattre ou non tel ou tel arbre. Le souci d’une municipalité de veiller à la sécurité des passants en abattant préventivement des arbres potentiellement dangereux est compréhensible et légitime mais force est de constater que des abus ont été constatés un peu partout et à Champigny aussi. On se souvient encore de ces splendides marronniers au coin de la rue Dimitrov et de la place Lénine abattus parce que soi disant  » malades  » mais surtout parce qu’ils gênaient un projet de construction immobilière. On se souvient aussi de la volonté de faire abattre presque tous les arbres du Parc de Coeuilly déclarés malades. Cette fois la municipalité avait du annuler cette décision sous la pression des riverains (une pétition avait recueilli 350 signatures).

3/ Les arbres sont malades en ville surtout à cause de la pollution et les maladies se propagent rapidement d’arbre en arbre à cause des techniques d’élagage. Pourquoi en effet les 3 acacias voisins de la rue Dupertuis sont-ils tous trois malades ? N’est ce pas à cause de la façon dont est effectuée l’élagage ? Les élagueurs vont d’arbre en arbre en utilisant les mêmes outils, sans jamais les passer dans une solution de produit aseptisant. C’est ainsi que la maladie d’UN arbre se propage très rapidement à tous les arbres d’une rue. Que penserait-on d’un chirurgien qui utiliserait à chaque fois les mêmes instruments sans procéder à leur stérilisation entre chaque opération ?

Il faut que la ville spécifie cette obligation aux entreprises d’élagage et qu’un responsable de la commune s’assure que cette clause est bien respectée sur les chantiers. Bien sur il en résultera un surcoût ponctuel des opérations d élagage mais au bout du compte la ville y trouvera son compte puisqu’il y aura moins d’abattages à effectuer et donc beaucoup moins de (couteuses) replantations. Nous aurons des arbres plus sains qui dureront plus longtemps. Ne serait ce pas là un point positif pour l’environnement et le développement durable ?

13.02.09

On avait du mal à y croire encore. On nous avait promis le TVM pour 2005 puis 2008, puis 2013 et on avait craint que le projet ne s’enlise doucement…

Depuis quelques jours suite à la réunion du STIF (Syndicat des Transports de l’Ile de France) on reparle baucoup du prolongement du TVM vers Champigny et Noisy. Même si la date recule encore un peu … 2014 maintenant on a l’impression au moins que le projet n’est pas oublié. Voir ci dessous l’info fournie par le blog  sur les transports en commun http://www.blogencommun.fr/tvm/

Une bonne nouvelle et pour nous qui défendons depuis longtemps cette idée de la nécessité du prolongement du TVM par Champigny c’est une occasion de nous mobiliser encore plus.

TVM : Le prolongement à l’Est pour 2014 http://www.blogencommun.fr/tvm/

Le prolongement du Trans Val de Marne  » TVM  » entre Créteil et Noisy-le-Grand aura bien lieu après de nombreuses concertations pour le passage du bus par les villes de Saint-Maur et Champigny.

Le STIF a également désigné le département du Val-de-Marne comme maître d’ouvrage unique des études menant à l’élaboration du schéma de principe et du dossier d’enquête publique.

Le TVM relie actuellement Antony – La Croix de Berny RER à Saint-Maur-Créteil RER et dessert notamment le Marché International de Rungis.

Proche des performances d’un tramway, le TVM répond au besoin de déplacements des Val de Marnais pour accéder aux bassins d’emplois qui jalonnent la ligne.

La mise en service du prolongement est attendue pour mi-2014.

 

 

En ce début février des agressions ont eu lieu à Coeuilly contre des commerçants. Les deux dames qui gèrent la librairie-presse de la place de Coeuilly ont été agressées à deux reprises, la première fois dans leur magasin, la deuxième fois à la fermeture de celui-ci sur le trottoir. Les agresseur, cagoulés paraissaient jeunes. A chaque fois le vol semble être le motif de l’agression. La boulangerie située à proximité a aussi été attaquée mais le boulanger a résisté et mis en fuite les agresseurs.

Emus par cette situation d’insécurité et craignant, dans ce climat, que les commerces, déjà rares à Coeuilly, ne viennent à disparaître, les habitants du quartier signent une lettre pétition adressés à M. le Préfet du Val de Marne (voir ci-dessous). Ils demandent aussi à Monsieur le Maire d’intervenir auprès de Monsieur le Préfet, pour que les effectifs et les moyens de la Police Nationale soient renforcés à Champigny.

De tels faits nous sont assez fréquemment rapportés de différents quartiers, ainsi que des incidents tels que incendies de poubelles et de voitures. Les faits ne sont rarement rapportés dans la presse (grâce à une démarche de résidents de Coeuilly le Parisien du 9/2/ consacre un article aux agtressions de Coeuilly), ni mentionnés dans Champigny Notre Ville. Il est bien qu’on évite de semer la peur et de favoriser tous les délires sécuritaires (police municipale, groupes de vigiles de quartier). Nous estimons que la sécurité relève de l’état et donc de la police nationale. En même temps il n’est pas possible de passer sous silence les problèmes de sécurité. Essayer de les cacher n’est pas une bonne solution et sert surtout à alimenter les rumeurs.

Ayons un vrai débat sur la sécurité à Champigny, avec des estimations précises sur les moyens qui seraient absolument nécessaires à la Police Nationale pour faire efficacement son travail de sécurisation et les moyens que la municipalité doit mettre en place pour la prévention. Est-ce trop demander ?

Texte de la pétition lancée par l’Association des Amis de Coeuilly

 

Association des Amis de Coeuilly Champigny, le 5 février 2009

 

Fondée en 1980

6, rue de l’Abreuvoir, 94500

coeuilly.ami@free.fr

Association indépendante et soucieuse

du bien vivre à Coeuilly.

 

 

A Monsieur Michel Camux, Préfet du Val de Marne

Copie : A Monsieur Dominique Adenot, Maire de Champigny S/Marne

La sécurité des habitants étant du ressort de l’Etat, nous signataires de la présente requête attirons votre attention sur la dégradation de la sécurité dans notre quartier.

Dans le passé, la police effectuait des rondes régulières dans les rues et notamment sur la place de Coeuilly. Aujourd’hui nous constatons leur absence dans les rues ce qui se traduit par une augmentation des agressions dont voici les faits les plus récents :

Le 9 janvier, les gérantes de la librairie de la place de Coeuilly ont été agressées par des hommes cagoulés qui ont volé leur modeste recette de la semaine (recette qui leur permet à peine de vivre, cette librairie est tenue par deux sœurs dont l’une est handicapée) quelques jours plus tard c’est la boulangerie du quartier qui a été braquée par des individus cagoulés. Le 3 février, les deux gérantes de la librairie ayant pris quelques précautions pour éviter le vol de leur caisse, ont été à nouveau agressées place de Coeuilly et leur sac à main a été volé.

Nous sommes révoltés devant ces agressions répétées et nous avons le sentiment que la police ne fait pas de réels efforts pour éradiquer ces agressions, car les visites dans le quartier par la police sont toujours autant espacées. Peut être s’agit-il d’un manque d’effectifs ?

Nous nous en remettons à vous afin que des mesures soient prises pour faire cesser ces agressions dont sont victimes les plus faibles, et qui a terme peuvent entraîner la fermeture des commerces et la dévitalisation du quartier.

Dans l’attente, nous vous assurons, Monsieur le préfet, de notre profond respect.

 

Bondy – Gournay – Montreuil – Noisy-le-Sec – Quatre villes quittent l’Association de l’Est parisien

Le Parisien 27/01/2009 Edition de Seine Saint Denis

 

 

Créée en 2000, sous l’impulsion de M. Brard, ancien maire, apparenté PCF, de Montreuil l’association ACTEP s’était donné pour objectif le rééquilibrage entre l’ouest et l’est de l’Ile-de-France en réunissant des élus de tout bord afin d’oeuvrer en faveur de l’attractivité et du développement économique de ce secteur géographique. Surtout cette association permettait à la ville de Champigny de sortir de son isolement. Champigny en effet s’est toujours refusé à entrer dans des accords d’intercommunalité avec les communes voisines et cet isolement lui coute cher financièrement et politiquement en termes d’influence.

 

L’existence d’ACTEP, qui contrairement aux structures intercommunales, ne dispose pas de moyens de financement propre, se conçoit comme une structure de réflexion, de prospective et de lobbying. Pour Champigny et la majorité municipale ne l’a jamais caché l’ACTEP constitue une structure importante. L’élection il y a quelques mois de M. Dominique Adenot comme Président de l’ACTEP constituait sans conteste un succès politique pour le maire de Champigny. Elle intervenait surtou à un moment clé ou les débats en particulier sur le tracé d’Orbival vont nécessiter une concertation et des négociations entre les maires de Seine Saint Denis et du Val de Marne.

Aujourd’hui 4 communes s’en vont dont 3 (Montreuil, Noisy et Bondy) ont un poids démographique important. Par leur départ elles signifient que dans le contexte actuel de la banlieue (Paris Métropole) les décisions importantes seront prises ailleurs

C’est donc un coup dur pour M. Adenot.

9 janvier 2009

 

De petites choses qui énervent beaucoup les Campinois…..

La crise est là. Nous savons déjà que les dotations de l’état aux communautés locales vont décroître. Nous savons que le prochain budget de Champigny sera difficile à boucler et que les impôts locaux vont augmenter dans une fourchette de 5 à 7% en 2009 à Champigny.

Dans cette situation certains maires prennent des décisions qui ont une valeur surtout symbolique. M. Delanoé, maire de Paris a décidé de limiter les illuminations des monuments publics, M. Rossignol, maire de Limeil Brévannes a décidé de renoncer cette année à la traditionnelle réception des vœux du maire.

On peut tenir ces décisions pour marginales et sans effet mais pour beaucoup de gens à qui on demande sans cesse de faire des efforts ces symboles ont de la valeur et le gaspillage est ressenti comme un affront.

Parmi les nombreux mails que j’ai reçus en cette période de début d’année un seul se posait des questions sur le coût de la réception lors des vœux du maire (le 8/1) mais plusieurs personnes posent des questions sur les incohérences de la politique des espaces verts, sur les arbres plantés puis enlevés, non entretenus. L’impression domine d’un manque de sérieux et de suivi qui doit coûter très cher.

Mais il y a une chose qui, si j’en crois le nombre de mails reçus, énerve encore plus les Campinois : c’est l’incohérence dans la diffusion de l’information. Un citoyen intéressé par la vie de son quartier, de sa ville, par tel ou tel problème spécifique  participe à quelques réunions. On lui demande de remplir une feuille de présence avec son nom et son adresse pour pouvoir l’informer, l’inviter à de prochaines réunions. Quoi de plus normal ? Le problème c’est que les différentes listes ne sont jamais fusionnées (il existe des logiciels très simples et pas cher qui le font très bien). Le résultat c’est que lorsque la mairie prend une initiative le citoyen campinois qui a participé à plusieurs réunions va recevoir 3 ou 4 fois (voire 7 fois dans un cas précis) la même invitation, timbrée souvent à 0,80 euro ! De petites sommes ? Pas si sur il faudrait faire le calcul à l’échelle d’une ville de 77000 habitants. En tout cas si on prend en compte le nombre de mails reçus c’est un gaspillage qui énerve fortement les campinois qui demandent à la mairie de mieux resserrer sa gestion.

PS Sans compter les erreurs de distribution, souvent signalées en Mairie, jamais corrigées. Lors de la dernière « ronde » des conseils de quartier j’ai (YF) reçu 3 invitations par la poste et 2 par distribution dans ma boite à une réunion du quartier du Plateau (qui n’est pas mon quartier) et aucune à mon quartier (Centre Ville) !

8/12

Voilà, finalement j’ai reçu samedi un rectificatif dans ma boite aux lettres. Un nouveau tract qui m’annonce que la réunion du Conseil de Quartier aura bien lieu mais le vendredi 12. Tout est donc bien qui finit bien. Non pas du tout car je n’habite pas le quartier du Plateau mais celui du Centre Ville. Par contre je n’ai reçu aucun avis de la réunion du Centre Ville (j’ai su en téléphonant à la mairie qu’elle était programmée le 16) et mes amis qui habitent eux vraiment au Plateau n’ont pas reçu d’invitation pour leur quartier. Quelle pagaille ! Et cela dure. A chaque réunion on nous promet de tenir compte des observations et rien ne se passe. Comment voulez vous que la vie de Quartier s’épanouisse réellement ?

3/12

 

Les distributions des invitations pour les réunions des conseils de quartier sont assez fantaisiste . La rue où j’habite et qui dépend du quartier centre ville est fréquemment oubliée…. Par contre je reçois fréquemment et souvent en double exemplaire des invitations pour la réunion du Conseil de Quartier du Plateau dont mon adresse ne relève pas.

 

J’ai donc trouvé dans ma boite au lettre une lettre circulaire signée de Monsieur Rivalain, Maire Adjoint qui m’invite à une réunion le mardi 12 décembre 2008 salle polyvalente Bassis. Petit coup d’œil au calendrier pour vérifier le 12 décembre est un vendredi et non un mardi. Alors cette réunion a-t-elle lieu le mardi (9 ? ou 16 ? ) ou le vendredi 12. Gageons que très rapidement une nouvelle lettre circulaire (quel gaspillage de papier et de moyens) nous informera de la date exacte. Souhaitons qu’elle soit distribuée dans les boites aux lettres du quartier intéressé. Un peu de rigueur dans le travail est ce trop demander ?

 

Mais au delà de cette erreur de distribution et de date ce qui m’interpelle c’est le sujet du Conseil de Quartier :

Il est écrit : «  Cette rencontre sera l’occasion de vous présenter le budget communal 2009 (recettes, dépenses, impôts) et de discuter des projets, des orientations et des priorités budgétaires de la ville pour l’année prochaine »

 

J’ai téléphoné en mairie pour connaître la date de mon conseil de Quartier (celui du centre). Il se tiendra le 16 décembre avec le même ordre du jour.

 

Or c’est proprement aberrant : le Conseil Municipal qui est appelé à se prononcer sur les orientations budgétaires de la ville doit se prononcer avant le 31/12 conformément à la loi (le budget sera voté ensuite dans un délai de deux mois). La réunion du Conseil du 17 décembre a ce point à son ordre du jour.

 

Cela veut dire que sans se préoccuper de ce qui pourrait être discuté au Conseil, proposé voire amendé, par les élus de la majorité ou de l’opposition le bureau municipal présente déjà comme acquis ce qui n’est que son projet. Est ce là une conception normale du débat démocratique au sein du conseil et  de la commune ?

Je ne le pense pas.

YF

En cette semaine 4 réunions importantes à Champigny (lundi 24/11)

1/ Mardi 25 après midi réunion à Créteil sur le plan de déplacement départemental (TVM, Orbival). Cette réunion esr réservée aux représentants des communes et des associations impliquées dans la question
 des transports. Ce blog en donnera un compte rendu.
2/ Mercredi 26 rencontre Forum des Rencontres Citoyennes par la mairie sur l’éducationb et la formation Salle du Conseil en Mairie à 19H30
 
3/ Vendredi Après Midi et Samedi Rencontres sur la Démocratie Participative à Ivry. Cout 10 euros.  Il s’agit d’un véritable stage de formation à la démocratie locale.
 
4/ Vendredi et Samedi aussi à Nogent Colloque sur « LES METROS DE BANLIEUE » avec bien sur en thème privilégiés ARC EXPRESS et ORBIVAL. Pour tous renseignements se connecter sur
Ci dessous les références de la réunion d’Ivry (28 et 29/11)
 
 
________________________________________________________________________________________
11ème rencontres de la Démocratie locale 28 ET 29/11 à IVRY
 
Bonjour à tous les participants aux 11e Rencontres de la démocratie locale,
L’évènement approchant, nous vous invitons:
1) à consulter le programme mis à jour disponible sur
http://11erencontres.wordpress.com/2) A VOUS PREINSCRIRE AUX ATELIERS ET FORUMS AUXQUEL VOUS DESIREZ
PARTICIPER en allant sur
http://11erencontres.wordpress.com/about/ATTENTION: Les individus non préinscrits n’ont pas la garantie departiciper à l’atelier de leur choix.Nous sommes toujours disponibles pour répondre à vos questions éventuelles.Cordialement,Adrien ROUX, ADELS

_______________________________________________
11eRencontres mailing list
11eRencontres@adels.org
https://listes..globenet.org/listinfo/11erencontres

 

 

 

demain samedi 22 novembre à 16H un évènement attendu depuis 40 ans

C’est demain qu’aura lieu l’inauguration entre IKEA et la rue de Fourny du boulevard urbain qui constitue la pièce essentielle d’un contournement de Champigny qui avait été projeté dés….. 1967

Nous reviendrons dans un prochain article sur cet acquis, les avantages qu’il peut procurer si …

les suites à lui donner……

 

 

Samedi 1er Novembre 2008

Sur le site du journal LE PARISIEN un article de Hélène Bréault

Et vous qu’en pensez vous?

L’info du jour Le casse-tête du pont de Nogent
Hélène Bréault | 30.10.2008, 07h00

LE PONT DE NOGENT, dans le Val-de-Marne, est l’un des rares points de franchissement de la Marne et 90 000 véhicules l’empruntent quotidiennement. Après un certain nombre de propositions, les élus et les services de l’Etat ont trouvé un accord sur un aménagement censé éviter les croisements multiples, source d’embouteillages réguliers entre l’A 4 et l’A 86.

sas_pageid=’2358/16866′; // Page : manchettepub/leparisien.com/evenement/tourdefrance_article sas_formatid=1278; // Format : rectangle 2 300×250 sas_target= »; // Targeting SmartAdServer(sas_pageid,sas_formatid,sas_target);

Le schéma devrait être présenté aux élus des trois communes concernées, Nogent, Le Perreux et Champigny, et aux représentants des collectivités à lami-novembre.

« C’est un projet majeur pour la région, affirme Gilles Carrez, député- maire UMP du Perreux. Il va compléter les échanges entre l’A 4 et l’A 86 vers la province. Les gens qui vont de Rosny vers Marne-la- Vallée ne seront plus contraints de passer sur le pont. » De son côté, Champigny estime que les besoins ont été pris en compte.

« L’accès à l’A 4 Paris depuis Champigny est maintenu par un barreau supplémentaire qui traverse l’autoroute, précise Christian Fautré, premier adjoint PC au maire de Champigny. Les habitants ne seront plus contraints d’aller à la Fourchette de Bry, qui est déjà saturée. J’espère aussi que nous conserverons la bretelle d’entrée actuelle vers la province. L’idée d’une boucle qui empiéterait sur le parc du Tremblay ne nous plaît pas beaucoup. »

Une solution à 30 M €

Les trois maires ont aussi milité pour que la vitesse soit réduite de 110 km/h à 90 km/h sur la portion de l’A 4 concernée par les aménagements dans le sens Paris- province, jusqu’à la sortie du tunnel de Champigny. « Les automobilistes en provenance de Champigny entreront dans de meilleures conditions sur l’autoroute de l’Est vers Marne-la-Vallée, souligne Jacques JP Martin, maire UMP de Nogent-sur- Marne. C’est déjà le cas dans l’autre sens, au même endroit, et cela améliorerait le cadre de vie des riverains. »

Depuis ses versions initiales, le coût de l’opération a doublé, passant de 12,5 millions à près de 30millions d’euros. Il sera financé par l’Etat et la région Ile-de- France. L’enquête publique devrait avoir lieu au début 2009 pour des travaux prévus au second semestre 2010.