Archives mensuelles : septembre 2008

Journées du patrimoine 2008

J’ai participé, samedi dernier, à la visite des quartiers de Champigny organisée par la Municipalité. Le dépliant proposait « des visites commentées pour découvrir les quartiers de Champigny ». Le jour choisi pour ces circuits commentés étant le 20 septembre, Journée du Patrimoine, je m’attendais à ce que le commentaire annoncé apporte des éléments historiques sur les grandes étapes du peuplement de la ville depuis ses origines, sur la construction et l’utilisation dans le temps de certains lieux remarquables (les anciens Bains-douches, l’Eglise St Saturnin, l’ossuaire franco-allemand et le monument commémoratif de la crypte, le château de Coeuilly, les guinguettes) ou sur certains quartiers qui n’existent plus (le bidonville des Portugais sur le Plateau) ou sont en voie de rénovation (le Bois l’Abbé, les Mordacs) ou ont déjà été rénovés (les cités jardins). Malheureusement l’essentiel du commentaire portait sur les réalisations de la municipalité et sur la défection de l’état dans le cadre des projets de rénovation urbaine. Il est légitime que la Municipalité montre ses réalisations, et c’est effectivement un vrai problème qu’il faut porter à la connaissance des administrés quand l’Etat ne tient pas ses promesses de subvention et se défausse sur les Régions ou les Communes parce qu’en dernier ressort ce sont nos impôts locaux qui devront augmenter…… mais se cantonner à cela était décevant en cette Journée du Patrimoine. Connaître tout ce qu’il y a de remarquable dans ma ville m’intéresse et me la fait apprécier davantage. Nous pouvons d’autant plus nous impliquer dans la vie de nos quartiers que l’histoire de notre ville et les différentes phases d’implantation de sa population nous sont mieux connues. Il y a eu une exposition remarquable réalisée par les élèves du collège Lucie Aubrac et présentée au Cinéma il y a quelques mois, mais.. elle n’a duré que quelques jours et c’était vraiment dommage. J’avais à ce moment-là demandé au directeur s’il n’était pas possible de la prolonger afin que davantage de personnes puissent la voir. Eh bien non, ce n’était pas possible… pour des motifs qui m’ont échappé… Il y a de bonnes idées (une visite des quartiers) , il y a des gens qui font de leur mieux (des collégiens et leur professeur, les archivistes de la Ville) … il manque vraiment très peu pour qu’on soit pleinement satisfait, et c’est ça qui est dommage : une expo qui dure un peu plus longtemps, une visite de la ville qui nous montre ses richesses et ses curiosités …; et nous explique son histoire. Cela devrait être possible…. Rêvons que l’année prochaine nous soyons entendus…. MM

Et si on discutait vraiment du centre ville?

Le Parisien de ce samedi 20 septembre 2008 relate, une fois de plus, un grave accident impliquant un piéton au Centre Ville. Une personne  été gravement blessé par l’autobus 306 au coin de la rue Albert Thomas et de l’Avenue Talamoni (devant la pharmacie). Le centre ville est dangereux pour les piétons. Il y a déjà eu des accidents de piétons, dont certains mortels de l’autre coté de l’Avenue Talamoni (devant l’entreprise funéraire) , au bas de la rue Albert Thomas  sur la Place Lénine (devant l’opticien).Pourquoi le centre ville est-il si dangereux pour les piétons et que peut-on faire pour améliorer la sécurité des piétons ?D’abord il y a beaucoup de piétons au centre ville et c’est normal. C’est au centre ville que se trouvent les principales administrations (mairie , poste principale, CAF) les principales agences bancaires, le marché le plus important de Champigny et de nombreux commerces. Il est donc normal qu’il y ait beaucoup de piétons au centre ville et pour assurer l’activité commerciale il serait bon qu’il y en ait encore plus.Assurer la circulation facile des piétons en centre ville en TOUTE SECURITE sur des trottoirs spacieux est une nécessité Il y a eu beaucoup de réunions, beaucoup de promesses, de reréunions, de repromesses et rien n’est venu et il y a toujours beaucoup d’accidents de personnes.La solution n’est pas simple c’est vrai mais des pistes existent qu’il faut avoir le  courage d’aborder. Il est nécessaire de 1/Diminuer la circulation automobile au centre ville2/Dégager certains axes pour une circulation fluide en y interdisant le stationnement3/Avoir une politique de stationnement par la créations de parkings en ayant le courage d’instaurer une distribution entre zone de parking gratuit, zone  bleue et zone de parking payant4/ améliorer la circulation des bus, des piétons et des circulations douces (vélos)Examinons ces différents points et les propositions possiblesUn certain nombre de villes de province et de la banlieue parisienne ont complètement fermé leur centre ville à la circulation automobile et ont créé des zones exclusivement réservées aux piétons et aux transports en commun. Cette solution qui est optimale à la fois pour la sécurité des piétons et pour l’activité des commerces n’est malheureusement pas applicable à Champigny du fait du croisement en plein centre ville de deux axes l’un est-ouest (nationale 4) l’autre nord-sud (axe République-Pont de Champigny).Que peut-on proposer alors ?DIMINUER LA CIRCULATION DES VEHICULES ET SURTOUT DES CAMIONS. La voie de desserte associée prévue depuis 40 ans ( !) avance petit à petit. Un nouveau tronçon entre Bricorama et Fourny va être livré en principe début octobre. Il permettra déjà une meilleure desserte des zones d’activité mais il est vital que l’ensemble depuis le rond point de la tour hertzienne jusqu’au rond point IKEA à Villiers sur Marne soit terminé dans les meilleur délais. Il sera alors possible d’interdire aux poids lourds (dont certains transportent des matières explosives, inflammables ou toxiques) de traverser le centre ville. Cela diminuera déjà de façon sensible les dangers en centre ville.PENSER SECURITE DES PIETONS EN PRIORITE : La rue Albert Thomas depuis la Place Lénine jusqu’au Rond PointColonel de Grancey est étroite et non adaptée à un trafic automobile intense et à la circulation des autobus. Les passages piétons sont particulièrement dangereux pour les piétons au niveau de la Place Lénine,au Sud et au Nord de l’Avenue Talamoni du fait des difficultés qu’ont les bus et les poids lourds à négocier les virages.Il faut étudier la possibilité de mise de la rue Albert Thomas en zone piétonne c’est à die l’interdire à la circulation  et au stationnement des automobiles et des camions en réservant uniquement une chaussée réduite pour les transports en commun et les vélos.OU POURRA SE FAIRE LA CIRCULATION AUTOMOBILE ?Dans ce contexte il faut mettre les rues Dupertuis et Dimitrov  en double sens pour assurer la circulation Nord-Sud. Cela est tout à fait possible. En supprimant le stationnement dans ces rues on dispose de 4 voies permettant aux deux flots de circulation de se croiser (finalement il n’y a pas plus de voies sur le pont de Champigny !). Cela suppose un réaménagement du carrefour RN4-DupertisDimitrov. Ajoutons que au nord de l’ilôt compris entre Albert Thomas et Dupertuis un certain nombre de pavillons sont promis à la démolition. Il y a donc là des possibilités à exploiter pour une amélioration du paysage urbain et de la circulation.OU SE GARERA-T-ON EN CENTRE VILLE SI ON SUPPRIME DES PLACES DE STATIONNEMENT ?Beaucoup de personnes se plaignent des difficultés éprouvées pour se garer en centre ville, et les commerçants y voient une des raisons de la faiblesse de fréquentation de leurs établissements. Si on supprime le stationnement Avenue Dimitrov on perd 8 places, et Avenue Dupertuis 28 places (dont au total 2 places réservées aux handicapés qu’’l faudra recréer à proximité bien évidemment) soit au total 36 places. On dispose alors de 3 voies de circulation rue Dupertuis et de 4 Avenue Dimitrov soit l’équivalent de ce qui est fourni actuellement par l’ensemble Albert Thomas (1 voie Sud-Nord), Dupertuis (2 Nord-Sud) et Dimitrov (3 Nord Sud). On peut même envisager  des aménagements supplémentaires pour améliorer l’écoulement du trafic (en utilisant les terrains disponibles entre Albert Thomas et Dupertuis) mais en gardant à l’esprit le fait qu’offrir des chaussées trop larges détermine un veritable « appel d’air » c’est à dire une augmentation du trafic ce qui n’est pas le but recherché. Avec les   places supprimées rue Albert Thomas par la transformation en zone piétonne (   36 dont une réservée aux handicapés entre Talamoni et le Rond Point Colonel de Grancey) c’est  74 places de stationnement qui seraient perdues en centre ville. Il n’est pas difficile de trouver des emplacements  vu le foncier disponible.Mais en fait c’est toute la politique de stationnement qu’il faudrait repenser.Le stationnement en centre ville est caractérisé par le laisser faire. Il est souvent difficile de se garer et les voitures ventouses abondent… La Place Lénine aire centrale de notre cité mériterait mieux que sa transformation en un vaste parking…Le parking souterrain qu’on nous avait promis n’est plus à l’ordre du jour.Il faut une politique de zonage du parking. C’est la voie qu’ont choisi de nombreuses villes (Dijon, Strasbourg, Grenoble, Quimper pour ne donner que quelques exemples) et aujourd’hui elles tirent les leçons de leur expérience et se félicitent des choix faits. Pourquoi Champigny serait-elle incapable de profiter de cette expérience.On peut établir sur la RN4 dans sa traversée du centre et dans l’hypercentre le principe du parking payant pour décourager les voitures ventouses et faire que ceux qui ont besoin de s’arrèter très brièvement puisse disposer de places faciles et peu coûteuses si on stationne peu de temps. Autour de cette zone il faut maintenir une espèce d’auréole en zone bleue puis à la périphérie  du centre disposer de parkings gratuits en nombre. C’est la politique adoptée par les villes que j’ai cité plus haut et elles concluent toutes qu’actuellement le stationnement est plus facile, que chaque automobiliste en recherche d’une place parcourt moins de distance pour en trouver (d’où économies de temps, de fatigue, de carburant et moins de pollution).Je sais que l’objection qu’on va m’opposer est la suivante : en organisant une zone piétonne, en interdisant de stationner devant les commerces vous allez ruiner complètement une activité commerciale qui peine déjà à survivre au centre ville.Est ce bien vrai ?  Dans les villes dont j’ai parlé les commerçants, réticents au départ, voire clairement opposés reconnaissent maintenant que l’établissement des zones piétonnes a eu des effets bénéfiques sur leur activité. En effet actuellement on ne rentre pas en voiture dans un magasin il faut chercher à se garer, perdre du temps etc. Par contre si on a un parking assuré en dehors de la zone centrale on prend son temps pour faire ses courses, regarder les étalages et le commerce y gagne etc.De plus au centre ville il n’est pas du tout sur que les voitures garées soient celles de clients potentiels. Une promenade rue Albert Thomas et Rue Dupertuis le dimanche 21 septembre 2008 à 16H (voir photos) montre que les places de stationnement sont autant occupées qu’en semaine. Il existe donc d’un stationnement résidentiel qui bloque l’essentiel des places.Dimanche 16HLe stationnement est saturé rue Albert Thomas                                                                                Il en est de même rue DupertuisOù le manque de places disponibles conduit certains à stationer en emplacement interdit (premier plan).Cette note suscitera des critiques et des protestations, eh bien discutons. Ce que j’ai écrit n’est certainement pas parfait et mérite d être affiné, revu soumis à enquête technique mais au regard d’une municipalité qui lors des réunions sur le Centre Ville annonce toujours quelque chose pour après demain mais se complaît dans l’immobilisme sans jamais présenter de projet au moins la discussion autour de ces quelques points nous permettra certainement d’avoir quelques idées plus précises.PS et si dans la foulée on parlait aménagement de la Place Lénine et création d’un marché couvert.

La telephonie mobile en debat le 9 octobre

              La téléphonie mobile

sera-t-elle le prochain scandale de santé publique ?

 

———–

 

Les opérateurs de téléphonie mobile cherchent activement à multiplier leurs implantations d’antennes relais. Partout en France, des voix de protestation s’élèvent et des collectifs se créent : parents d’enfants fréquentant une école sur le toit de laquelle a été posée une antenne relais, riverains (pour certains à moins de cinq mètres) …

Peurs, idées reçues, messages contradictoires envoyés par le monde scientifique, perte d’indépendance des experts, confrontation entre des intérêts privés et financiers et l’intérêt général de santé publique : la question est brûlante et le principe de précaution ignoré.

En France, il n’est pas interdit d’implanter une antenne relais sur le toit d’une école et les seuils légaux de champs électromagnétiques sont 1 000 fois plus élevés que dans d’autres pays d’Europe (l’Autriche, par exemple).

 

Les Associations vous invitent à la projection publique d’un documentaire de 52 minutes de Joaquim Ferreira :

 

 » Antennes relais, sommes-nous tous des cobayes ? « 

 

 

Le jeudi 9 octobre 2008  à  20 h 30 

 

CMA Jean Vilar

Rue Pierre Marie Derrien

94500 Champigny

 

La projection sera suivie d’un débat sur ce vaste sujet.

 

Associations soutenant cette initiative :

 

Groupement de Riverains du Quartier du Tremblay.

Association Anti Bruit du Tremblay.

FCPE de l’école Jean Jaurès du Tremblay.

La voix des Riverains.

Forum des Boucles de la Marne.

Collectif du 43 rue de Verdun.

Collectif du Quartier du Maroc.

P.R.I.A.R.Té.M 94 (Pour une Réglementation des Implantations des Antennes Relais de Téléphonie Mobile).

AGIR pour l’Environnement.

Association des Coteaux de Nogent.

A l attention de ceux qui s interessent a la vie campimoise

 

 

VIDÉO SUR MARNE Association loi 1901 19, rue du monument 94500 Champigny sur Marne 06 80 44 30 38video.marne@laposte.net

http://videosurmarne.automasites.net

http://www.dailymotion.com/VIDEO-SUR-MARNE

 

une revue audiovisuelle campinoise

___________

Projection du numéro 16

VENDREDI 19 SEPTEMBRE 2008 à 21H

 

SOMMAIRE DU NUMÉRO 16

 

Les Pheuillus

   un conte-vidéo

Manières de résister

un débat et un café citoyen

Musique

le jour de la fête de la musique et à la Broc’music du Belvédère

Nous pourrons en discuter après la projection

 

AU BELVÉDÈRE

3, avenue Jean-Jacques Rousseau à Champigny sur MarneTel : 01 48 80 54 89

 

majoration des consommations de 1€