Archives mensuelles : mars 2011

Après le deuxième tour de la cantonale

Deuxième tour :

 Les résultats globaux sur le canton sont clairs. M. Maurice. Ouzoulias obtient 3730 voix et 75,31% des votes exprimés (+1709 voix et + 31,97% par rapport au premier tour). Le candidat du Front National (toujours inconnu et invisible sur le canton) obtient 1223 voix soit 24,69% (+ 443 voix et + 7,96% par rapport au premier tour). M. Ouzoulias dépasse de 550 voix le total des voix de gauche (Front de Gauche=PCF+PG, PS et EE-LV) au premier tour. Ceci est rendu possible par une plus forte mobilisation électorale au second tour qu’au premier.

5236 électeurs soit 37,93% des inscrits ont voté soit 504 (et 3,65%) de plus qu’au premier tour.

Ces chiffres globaux doivent être maniés avec précaution. Un certain nombre de votants du premier tour se sont abstenus tandis qu’un nombre supérieur qui s’étaient abstenus de voter au premier tour s’est sentis mobilisé au second.

Le vote blanc ou nul avec 283 bulletins  représente 5,4% des votants. C’est plus qu’au premier tour (69 BN) mais c’est un chiffre assez habituel dans un second tour où ne restent en lice que 2 candidats et où la liberté de choix est donc assez limitée. On aurait même pu s’attendre à un chiffre plus élevé de blancs ou nuls suite à la consigne ni-ni donnée par certains leaders UMP.

La compilation des résultats bureau par bureau est intéressante

Les bureaux où la participation s’est le plus fortement accrue sont ceux  du Jeu de Paume (+5,07%)de H. Bassis Maternelle (+5,26%), de Politzer Maternelle (+5,42%) et d’Eugénie Cotton Maternelle (+ 9,96%) un bureau abonné aux records.

Dans les bureaux où l’augmentation de la mobilisation a été la plus forte M. Ouzoulias réalise ses meilleures scores au dessus de 80% ( 85,59% à Eugénie Cotton).

Par contre certains bureaux se caractérisent par une baisse du nombre de suffrages exprimés c’est le cas au gymnase Tabanelli ou il y a 36 bulletins exprimés de moins qu’au premier tour et à Albert Thomas maternelle (5 suffrages exprimés en moins). On peut voir dans ces abstentions du 2ème tour l’expression d’électeurs qui avaient choisi l’ UMP au premier tour.

Cette possibilité existe mais reste difficile à mesurer.

M. Ouzoulias n’arrive pas à rassembler le total des voix de gauche du premier tour à Tabanelli (il s’en faut de 10 voix) où on compte un nombre élevé de bulletins blancs ou nuls (37 soit 9,5% des votants). Au LCP Morlet et à Maternelle Politzer (9,6% de blancs ou nuls) les gains de M. Ouzoulias par rapport au total des voix de gauche du premier tour sont limités. Ce piétinement peut être aussi le signe que certains électeurs d’Europe Ecologie qui avait obtenu dans ces bureaux ses meilleurs scores (17,6%, 14 ,6% et 14,5% respectivement) se sont montrés réticents à voir dans M. M. Ouzoulias le candidat idéal pour manifester leur refus du FN.

Le canton centre possède un bureau classé à droite. Cette fois ci il avait toutefois voté majoritairement à gauche (62,61% des voix) au premier tour. C’est quand même dans ce bureau de la Cuisine Centrale que la candidate UMP obtenait son meilleur résultat (19,88%) dépassant de peu le FN (16,62%). Il y a d’un dimanche à l’autre, une très faible augmentation des votants entre le premier et le second tour ( +2,93% de votants et 15 suffrages exprimés de plus). M. Ouzoulias ne recueille que 3 voix de plus que le total des voix de droite au premier tour. Le candidat du FN lui recueille 128 voix et 37,43% des suffrages soit plus que le total de ses voix du premier tour (56 voix) et de celles de la candidate UMP (67 voix). Même en admettant quelques glissements dus à une mobilisation d’abstentionnistes du premier tour  il apparaît nettement du moins dans ce bureau qu’une part importante, majoritaire même des électeurs UMP du premier tour se sont sentis très proches des « valeurs » portées par le FN, au point de voter pour lui.

Le scrutin aura donc vu la réélection triomphale de M. Ouzoulias, conseiller général sortant. Avec la montée de l’extrême droite le point préoccupant reste l’importance de l’abstention.

Une élection triomphale dans laquelle le vainqueur n’a obtenu que 27,02% des voix des électeurs inscrits (un électeur sur quatre) pose le problème du désintérêt des citoyens et la nécessité de changements visant à approfondir la participation démocratique, la transparence. Sinon l’extrême droite pourrait avoir encore de beaux jours devant elle.

100% ACTUALITES (hors élection cantonale)

Les cantonales à Champigny centre ont attiré peu d’électeurs mais ont accaparé l’attention pendant quelques semaines. Et pendant cette période des élections il s’est quand même  passé un certain nombre de choses à Champigny qui méritent qu’on s’y arrête, des abattages d’arbres, des problèmes d’hygiène dans le nettoyage des écoles, l’échec de l’implantation d’un nouveau commerce sur le marché Stalingrad, et puis tout ce qui n’a pas eu lieu à cause des élections : le chantier arrêté sur l’ex RN4 qui repart, le rapport sur la pollution de la station Esso qui devrait être enfin rendu public et puis on veut pas réserver nos critiques à Champigny seulement : un nouveau panneau à Villers mérite le détour : on en parlera.

Au titre des discussions qui ont (volontairement ?) été oubliées du fait des cantonales il faut citer le problème de la très grave pollution autour de la station Esso (rond point de la Tour Hertzienne), qui peut affecter la santé des résidents du quartier et qui nécessite donc une action rapide.

Au cours de la séance du Conseil Municipal du 16 mars Yves Fuchs posait à M. Adenot, maire la question suivante :

«  Monsieur le Maire, au mois de décembre je vous avais posé une question sur la remise du rapport sur la contamination des sols autour de la station ESSO. Vous m’aviez dit que le rapport parviendrait sans doute en mairie au mois de février et que vous nous le communiqueriez. Ce rapport vous est-il parvenu ? »

Réponse de M. Adenot, Maire : « Il n’est pas sous la forme que l’on attendait. Il y a eu un report. On ne va pas engager un débat. L’état est en retard. On n’a pas encore complètement reçu les préconisations définitives. La question reste en suspens. Vous avez raison. A suivre. Je vous répondrai par écrit. »

Le moins qu’on puisse dire c’est que la réponse du maire pêche par son manque de précision. C’est donc une question qu’il faudra reposer avec bstination d’autant que c’est de la santé de plusieurs dizaines de riverains et de leur indemnisation éventuelle (par ESSO) qu’il s’agit.

Autre question : les travaux sur le RD4 (ex RN4) ont été arrêtés pendant la période des élections. Ces travaux utiles sans aucun doute ont été mal préparés. Ils ont entrainés des retards importants pour les transports en commun. L’énervement des automobilistes. Le délestage incontrolé de parts importantes du flux de voitures dans des réseaux de voies secondaires inadaptées à de tels flux. Le chantier a été arrêté pour 3 semaines avant les élections. Beaucoup se sont réjouis croyant le chantier terminé. Il n’en est rien et les travaux devraient reprendre après le 2ème tour. Une telle interruption de chantier coûte cher et Yves Fuchs, toujours au cours du Conseil Municipal du 16 mars a posé à M. adenot, maire, la question suivante :

« …..le chantier de la D4 a été arrêté pour 3 semaines. Je sais bien que ce n’est pas vous le décideur dans l’affaire (note c’est le Conseil Général) mais connaissez vous les raisons techniques de cet arrêt ? On m’a dit que les travaux devait reprendre le 28. On sait que chaque arrêt de chantier a un coût élevé pour les entreprises »

Réponse de M. Adenot, Maire : Cela vient d’une demande de la municipalité de réviser un plan qui nous avait été donné incomplètement au départ. Il y avait notamment beaucoup de plantations sur le trottoir direct de la mairie. Nous avons demandé un court délai de réflexion supplémentaire parce que c’est le trottoir le plus utilisé de Champigny. Il ne faut pas qu’il soit trop encombré. Des calculs ont donc été refaits. Je ne sais pas où l’on en est aujourd’hui. Je vous répondrai plus en détails. On a la volonté sur ce trottoir d’élargir au maximum, et s’il y a des plantations, qu’elles ne prennent pas de place par rapport aux piétons. C’est un trottoir extrêmement important. On a demandé aux services d’essayer de gagner un meilleur trottoir devant la mairie actuelle. Je ne sais pas s’ils pourront satisfaire cette demande. Ils sont en train de recalculer alors que c’était pratiquement parti. Voilà la raison fondamentale. »

Abattage d’arbres

Des arbres ont été abattus (12) sur les terrains de la Maison des Associations et de la Maison de Retraite Talamoni (19 rue du Monument, rue du Beau site et rue des Perreux). Lors d’une réunion de la Commission des Espaces Verts tenue sur place au dernier trimestre 2010 les représentants des associations (en l’occurrence Forum des Boucles de la Marne, représentée par deux membres de son bureau : Thérèse Vichy et Yves Fuchs) avaient été informés de ce plan d’abattage concernant 12 arbres, des tilleuls et des marronniers de haute futaie. Les rapports établissaient que ces arbres étaient malades. Nous sommes intervenus pour marquer que si des arbres étaient dangereux il était normal de les abattre pour des raisons de sécurité mais que la notion d’arbre malade (surtout en milieu urbain) ne signifiait pas forcément arbre dangereux. Nous avons obtenu que les abattages et la taille des arbres restants devrait se faire en période hivernale soit avant fin février 2011 ou après le 1/11.

Les abattages et les tailles ont été effectués durant la semaine du 20 au 27 mars en pleine période de montée de sève.

Alertés par une lectrice du blog (peudo Idéfix) nous nous sommes rendus sur le chantier et nous avons pu faire les constatations suivantes (voir photos)

Pour 3 arbres il n’y a aucune contestation possible ils étaient dangereux et devaient être abattus. Les photos le prouvent. Un grand marronnier le long de la rue des Perreux était entièrement creux. Certains habitants du quartier se souviennent d’ailleurs qu’il y a quelques années il abritait une hulotte qui a aujourd’hui disparu victime de chats ou des martres (abondantes dans ce secteur). Etaient totalement évidés eux aussi un arbre en limite de la résidence limitrophe du Parc de la Montagne et un arbre  penchant dangereusement au-dessus de l’habitation de la gardienne de la Maison des Associations.

Pour ces trois arbres pas de problème. Ils étaient dangereux et devaient être abattus. Pour les autres par contre la décision d’abattage est très contestable.

Si un des tilleuls abattu sur le parking de la maison des associations présente une cavitation au niveau d’une branche maîtresse ceci n’affecte pas le tronc et une taille raisonnée eut été suffisante.

Pour tous les autres arbres (nous avons fait 32 photos) nous n’avons vu aucune trace d’un affaiblissement du tronc. L’abattage d’arbres très anciens (à l’entrée du foyer Talamoni) ne semble pas justifié par un danger imminent.

Nous nous posons la questionde la justification de notre présence dans cette commission réunie à intervalles irréguliers, sur décision de la mairie sans que nous puissions mettre en cause les décisions prises. Notre participation ne pourrait se poursuivre que si nous pouvions obtenir la possibilité de procéder à des contre-expertises en cas de doute. Nous écrivons à Monsieur le Maire en ce sens.

Les soufflettes sont-elles une solution conforme à la santé des enfants ?

Des riverains de l’école primaire Politzer ont alerté les parents d’élèves. Les personnels chargés de nettoyer la cour font usage d’appareils dénommés soufflettes habituellement utilisés en automne pour regrouper en tas les feuilles mortes. Si en automne, lorsque les feuilles sont humides le procédé peut se défendre lorsque le temps est sec comme lors de ses dernières semaines les soufflettes génèrent des nuages de poussière qui incommodent les voisins de l’école mais dans laquelle baignent aussi les enfants lors des récréations. Nous avons cherché à alerter la mairie. Jusqu’à présent sans réponse. Mais nous suggérons. Pourquoi ne pas faire comme M. delanoé à Paris qui a banni les soufflettes et les a remplacées par de bon balais qui agitent moins les poussières et consomment moins d’énergie ?

Pour terminer un petit clin d’œil à Villiers. Il n’y a pas qu’à Champigny que l’on peut relever de grosses bourdes municipales. Nos voisins ne sont parfois pas mal non plus. En témoigne ce panneau placé en entrée de ville juste en travers de la piste cyclable (photo).

Est-ce une erreur ou bien a-t-on voulu signifier aux cyclistes qu’ils ne sont pas bienvenus à Villiers ?

Quelques commentaires après le premier tour

Le fait de ce premier tour des cantonales c’est l’abstention. Elle est telle qu’elle met au second plan l’analyse des résultats obtenus par les candidats. Que signifie que M. Ouzoulias soit en tête avec 43,34% des exprimés quand ces 2021 voix obtenues ne représentent en fait que 14,86% des inscrits et que son suivant M. Plainchant du Front National qui a obtenu 16,73% des exprimés ne représente lui que 5,74% des inscrits.

M. Ouzoulias est le seul candidat à avoir dépassé le seuil fatidique de 12,5% des inscrits, qui permet de se maintenir au second tour. C’est parce que le législateur dans un souci d’expression pluraliste a prévu que au cas où un seul candidat a franchi le seuil de 12,5% des inscrits, le second serait autorisé à concourir au second tour quelque soit son résultat du premier que M. Plainchant pourra se présenter le 27 mars

Il n’empêche. Le 27 mars les électeurs auront à choisir pour les représenter entre 2 candidats dont le total cumulé des suffrages obtenus représente  juste 20% des inscrits soit un électeur sur 5 !

 

 

Une abstention massive dont le sens politique a changé :

 

L’abstention (65,72% des inscrits ne sont pas allé voter) surprend  donc par son ampleur si on compare avec la participation sur ce même canton en 2004 : 61,48% de votants. Il faut toutefois noter que depuis quelques années la participation aux différents scrutins sur ce canton (et ailleurs) est inférieure à 40%.  Il y a eu 36,55% de votants sur ce canton centre aux élections européennes de 2009 et 39,48% aux régionales de 2010. Aujourd’hui les 34,28% de participation établissent certes un record en négatif mais ils ne déparent pas les chiffres précédents. On a dit et écrit que les cantonales intéressaientt peu les gens, que le canton avait de moins en moins de sens dans une France de plus en plus urbanisée (alors qu’il en avait plus c’est vrai dans une France rurale), que de toutes façons la réforme territoriale faisait de ces conseillers généraux élus pour 3 ans seulement des élus aux rabais, que le gouvernement qui ne fait pas bonne figure dans les sondages d’opinions avait tout fait pour que les gens se désintéressent de ces élections etc. etc. Mais rappelez vous en 2009 ne disait-on pas des choses semblables à propos des élections européennes? Ne nous a-t-on pas expliqué l’abstention record par le fait que l’Europe c’était loin des gens, mal connu, trop abstrait. Et en 2010 lors des régionales n’a-t-on pas dit que la très forte abstention s’expliquait par le fait que la région était abstraite ne représentait rien dans l’histoire des gens, que son domaine d’intervention était mal connu etc. etc.

Il faut regarder les choses en face. A l’exception des élections présidentielles (et par ricochet des législatives qui leur sont associées depuis la réforme constitutionnelle) et des élections municipales l’abstention devient majoritaire lors des autres scrutins.

Pourquoi?

La présidentielles et les municipales ont un sens pour les électeurs. Ils savent que dans le système qui est le nôtre le rôle du Président est primordial dans tous les aspects de la politique. Ils jugent que cette élection est essentielle. Lors de l’élection présidentielle de 2007, ce n’est pas si loin, le pourcentage de participation sur le canton centre atteignait 84,88% au premier tour et 83,67% au second. Lors de la municipale de 2008 la participation atteignait encore 56,08 sur ce canton. Chacun est attaché à la politique de la ville et au choix de son maire.

Il y a des élections donc qui attirent plus les électeurs que d’autres mais il ya en même temps un développement rapide de l’abstention sur un fond de rejet de la politique ou plus exactement des politiques et des pratiques réelles ou supposées des politiques. Il suffit d’écouter les réflexions. Une des plus fréquentes c’est .« droite ou gauche tout ça c’est pareil ». On avait coutume auparavant d’entendre les gens exprimer leur soutien à une « politique de gauche » synonyme de meilleures conditions de vie, de salaires etc. ou au contraire à une politique de droite garante de certaines valeurs traditionnelle, d’une certaine stabilité etc. Cela ne fonctionne plus. Depuis 1981 et ses grands espoirs la gauche a déçu. Et la droite qui avec Nicolas Sarkozy avait su habilement rajeunir son discours et gagner à lui une partie importante de l’électorat populaire lors de la présidentielle de 2007 (Travailler plus pour gagner plus) paie aujourd’hui son échec.

A cela s’ajoute une méfiance grandissante vis-à-vis d’une classe politique que, du fait de scandales divers, les gens considèrent comme corrompue et échappant aux lois.

Des affaires comme l’affaire Bettencourt avec l’implication de Eric Wörth, les aventures tunisiennes de MAM donnent à l’électeur l’impression que les politiques servent plus leurs intérêts personnels que les intérêts du pays ou du moins ne font guère de différence entre les unes et les autres.

Ce ne sont pas forcément les « affaires » les plus spectaculaires qui touchent le plus les citoyens. La semaine dernière un article du journal Le Monde rapportait que je ne sais quel secrétaire d’état avait profondément choqué ses électeurs de l’Eure parce qu’arrêté par des gendarmes à la suite d’un grand excès de vitesse il s’était targué de sa fonction pour faire savoir qu’il échapperait à l’amende et au retrait de points.

Il ya une désaffection profonde des électeurs vis-à-vis de la politique. Ce n’est pas nouveau mais ce qui a changé c’est que cette désaffection ne touche plus aujourd’hui les mêmes catégories que hier.

Lors de précédentes élections (voir dans nos archives) on a toujours pu mettre en évidence un phénomène récurrent sur Champigny à savoir que les quartiers pavillonnaires ou votant plus à droite étaient ceux où les taux d’abstentionnistes étaient les plus bas tandis que les grands ensembles (Boullereaux sur le canton centre, Bois l’Abbé dans le haut de Champigny) se signalaient par des taux d’abstention record.

Quand on regarde les chiffres de participation lors de cette cantonale de 2011 on voit que ce n’est plus vrai. Quelque chose a changé. La répartition de l’abstention est devenue plus complexe :

 en rouge sur ce tableau les bureaux qui ont le plus voté

Bureau de Vote

Inscrits

Votants

% participation

11 G. Politzer Maternelle

1088

388

31,99

12 H. Bassis Primaire

1132

397

35,07

13 H. Bassis Maternelle

1061

332

31,29

14 Gymnase Tabanelli

958

391

40,81

15 LCP Morlet

1087

336

30,91

16 J. Vacher Maternelle

1068

384

35,86

17 Cuisine Centrale

1058

340

32,14

18 J. Curie Maternelle

1002

350

34,93

19 D. Casanova Maternelle

1053

342

32,48

20 A. Thomas Maternelle

870

331

38,05

21 A. Thomas Primaire

1214

413

34,02

22 E. Cotton Maternelle

1115

377

33,81

23 Salle du Jeu de Paume

1099

391

35,58

Champigny Centre

13805

4732

34,28

Sur les 13 bureaux  les 6 qui ont le mieux voté (35% ou au dessus) sont aussi bien des bureaux couvrant des zones où l’habitat social domine (Jeu de Paume, A. Thomas Maternelle, J. Curie Maternelle) que des bureaux correspondant à des zones pavillonnaires ou mixtes.

Parmi celles qui votent le moins on trouve aussi bien des zones à habitat individuel dominant (LCP Jean Morlet, Cuisine Centrale) que des zones à dominante d’habitat social (D. Casanova avec Les Boullereaux).

La dichotomie qui caractérisait  les votes à Champigny depuis 20 ans à savoir:

 *Quartier d’habitat social (HLM et assimilés)= participation faible=larges majorités de gauche et surtout PCF

 *Quartier à dominante pavillonnaire= participation plus forte= influence du PCF plus faible

a-t-elle disparu pour ce vote et si oui : quelle signification a ce changement ?

On constate que dans certains bureaux  l’abstention relativement plus faible correspond à un niveau élevé du vote en faveur du Front National. Les deux bureaux qui ont les plus fortes participations : le bureau 14 Tabanelli (40,81% de votants) et le bureau 20 Albert Thomas Maternelle (38,05% de votants) sont aussi ceux où le Front National enregistre ses meilleurs résultats (respectivement 19,95 et 24,62%). Alors que classiquement sur Champigny on assistait à un système de vases communicants  entre la droite classique et le Front National autre chose commence à apparaître. Certes le système des vases communicants fonctionne toujours  au bureau 19 (Casanova Maternelle= Les Boullereaux). Sur ce bureau la droite à toutes les élections obtient globalement 25 à 30% des voix ceci selon les votes au profit tantôt de la droite classique tantôt du Front National. A ce scrutin ci c’est le FN qui avec 19,52% des voix a siphonné  les voix de l’UMP (5,71% seulement !).

Mais dans d’autres bureaux comme Tabanelli ou Albert Thomas Maternelle il s’agit de quelque chose de différent et de nouveau. Des abstentionistes potentiels se sont mobilisés pour venir déposer un bulletin du Front National dans l’urne.

Ceux là se sont des gens modestes, des employés, des petits cadres qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts, qui ont perdu leurs repères, leur confiance en eux et en la possibilité de s’en sortir qui vont d’une nostalgie d’un passé totalement révolu (retour au franc) à l’incompréhension de l’évolution des mœurs, qui subissent les difficultés de voisinages difficiles, sont sensibles à l’insécurité. Ceux là sont allés voter FN. Ils constituent une nouvelle vague d’électeurs FN. Ce sont eux qui ont fait changer la géographie de l’abstention sur le canton.

L’ampleur du non-vote, la transformation du contenu de l’abstention sont les faits essentiels de cette élection.

Au-delà on peut ajouter quelques notes concernant les différents courants politiques.

Le FN passe de 9,15%  et 664 voix en 2004 à 16,74% et 780 voix en 2011. Ce ne sont pas forcément les mêmes électeurs. Ce vote est très politique. Les électeurs FN ont voté Marine le Pen. Sur les affiches on n’a jamais vu une photo de M. Plainchant mais seulement des photos de Mme Le Pen. M. Plainchant qui a déjà été candidat à Champigny Ouest (2008), législatives de St Maur (2007) et à Fontenay Est (2004) n’a aucune attache à Champigny, c’est un simple nom. On pourrait se poser la question: M. Plainchant existe-t-il ? mais il a obenu 16,74% des suffrages et sera présent au second tour.

A l’UMP l’amaigrissement annoncé est arrivé. Il promettait d’être sévère et il l’a été. La candidate a payé pour le discrédit de l’action gouvernementale et présidentielle. Elle subit aussi les contrecoups de la crise des municipales dans la droite. Elle n’obtient que 613 voix et 13,15%des exprimés contre 1592 voix et 21,94% à M. Derouineau en 2004. Pire elle passe derrière le FN et ne sera pas présente au second tour rompant avec la tradition de duels au second tour entre la droite classique le candidat du PCF. La question qu’on peut se poser c’est dans quelle mesure les électeurs de l’UMP réagiront-ils comme la conseillère municipale de ce parti qui au cours de la campagne des cantonales avait clairement déclaré qu’en cas de duel gauche-FN au second tour elle voterait pour le FN au nom de « valeurs plus proches des siennes »

Europe-Ecologie Les Verts avait pour la première fois un candidat à cette cantonale. Avec 494 voix et 10,59% il ne se tire pas trop mal d’affaire dans un type d’élection qui ne favorise pas ce type de courant. Avec ce résultat pas trop en retrait sur celui des régionales de 2010 (13,39%) EE-LV confirme son implantation à Champigny.

Le Parti Socialiste subit une érosion importante au plan local. Avec 665 voix et 14,26% il recule par rapport à 2004 (1124 voix et 15,49%) Son candidat avait pourtant mené une campagne active et dynamique rompant avec un certain immobilisme traditionnel dans les campagnes précédentes. A Champigny le PS présente la caractéristique de réaliser lors de scrutins locaux des scores inférieurs à ceux réalisés lors de scrutin nationaux (Mme Royal avait obtenu 3362 voix et 29,99% lors du premier tour de la Présidentielle de 2007). Il faudra bien qu’un jour le PS à Champigny trouve une solution à ce problème.

M. Ouzoulias candidat du Front de Gauche (PC+PG) obtient un succès indéniable et sa victoire au deuxième tour parait assurée. Il gardera le titre de plus ancien conseiller général du département (sans interruption depuis 1985). Son succès il le doit au travail des militants du PCF, seul capable à Champigny de déployer une telle activité politique de proximité ainsi qu’à son implantation ancienne.

Avec 43,34% des suffrages il progresse par rapport à son résultat de 2004 (35,75%) mais il n’avait pas cette fois-ci de candidats d’extrême gauche (ils avaient totalisé en 2004 4,62%). Il perd toutefois 573 voix par rapport à 2004 passant de 2594 suffrages à 2021.

Les pertes sont irrégulières. En général il perd peu sur les bureaux ou il avait ses scores les plus faibles (Cuisine Centrale). Il gagne même quelques voix à Jeanne Vacher (+22 voix +11%) mais enregistre des pertes en voix importantes sur des bureaux plus populaires comme Bassis Maternelle où il perd très exactement la moitié de ses voix , Bassis Primaire  et Danielle Casanova (les Boullereaux ou il en perd 40%).

Aussi importante qu’elle ait été l’activité des militants elle n’a pu totalement empêcher que l’abstention ne l’affecte lui aussi.

Resultats du 1er Tour: La surprise est passée par là

Nous avions prévu que le premier tour des cantonales de Champigny Centre pouvait réserver des surprises (voir note précédente). La surprise est là puisque le second tour verra s’affronter M. Maurice Ouzoulias, Conseiller Sortant, candidat du Front de gauche (PCF+PG) et M. Plainchant candidat du Front National. Nous analysons la situation née de ce premier tour.

CANTON DE CHAMPIGNY CENTRE

Inscrits : 13805

 Votants  4732 (34,28 %)

Exprimés : 4663

Blancs ou Nuls 69

Front National  (M. Plainchant)      780 voix (16,76%)

Rassemblement Pour la France  (M. Le Bihan)   90 voix (1,93%)

Union Majorité Présidentielle  (Mme Berchery) 613 voix (13,15%)

Europe Ecologie-Les Verts  (M. Lagache)             494 voix (10,59%)

Parti Socialiste  (M. Touraine)      665 voix  (14,26%)

Front de Gauche (PCF+PG) (M. Ouzoulias, Conseiller Général sortant) 2021 voix (43,29%)

BREVES DE CAMPAGNE (mis à jour le 17 mars)

Pendant la durée de la campagne des cantonales du canton de Champigny Centre nous ouvrons ici une rubrique sur les faits de campagne et les candidats. Au jour le jour nous essaierons de rendre compte des petits et des grands évènements de la campagne des cantonales

Mise à jour du 17 mars

Au cours du Conseil Municipal du 16 mars, en fin de séance, j’ai posé à Monsieur le Maire, comme le règlement m’y autorise deux questions sur des sujets ne figurant pas à l’ordre du jour. L’une de ces questions portait sur l’arrêt des travaux sur la D4 (ex Nationale 4) pendant la période des élections, leur reprise le 28 mars et le coût d’un tel arrêt de chantier.

La réponse du maire fut la suivante (de mémoire).

C’est à la demande de la mairie de Champigny que les travaux ont été arrêtés, m’a répondu M. Dominique Adenot. Les travaux, me dit-il, allaient se poursuivre devant la mairie lorsque nous nous sommes aperçus, chose que nous n’avions pas remarquée auparavant sur les plans, que le projet prévoyait la plantation d’arbres sur le trottoir devant la mairie. Or ce trottoir est de tout Champigny celui qui accueille la plus importante circulation de piétons. Nous avons considéré que les arbres tels qu’ils étaient prévus gêneraient la circulation des piétons et nous avons donc demandé un sursis afin de trouver une solution qui s’avère d’ailleurs difficile à mettre en place.

Yves Fuchs

Conclusion : Si on en croit Monsieur Adenot l’arrêt d’un chantier qui suscitait des critiques ne serait pas du à une volonté de la Mairie d’éviter à M. Ouzoulias des remarques désagréables au cours de sa campagne pour sa réélection au Conseil Général (contrairement à ce que nous avions supposé) mais à la légèreté de la Mairie qui n’aurait pas étudié suffisamment les plans qui lui ont été soumis. M. Adenot a reconnu que l’arrêt et la reprise du chantier auraient un coût sans en préciser le montant

Mise à jour du 14 mars

M. Maurice Ouzoulias a beaucoup de casquettes. Il est Conseiller Général du Val de Marne, Vice Président du Conseil Général. Il est Président Directeur Général de IDF Habitat (ex Campinoise d’Habitation) une société au chiffre d’affaires de 56 millions d’€ en 2009. Il est aussi Président du Syndicat Interdépartemental de l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne (SIAAP). C’est donc bien un homme qui a donc de nombreuses casquettes. Parmi celle-ci celle de Conseiller Général du canton de Champigny Centre lui plait beaucoup et il souhaite la garder. Pour convaincre les électeurs de voter pour lui il ne ménage pas sa peine. Il a choisi de faire de petites réunions dans les ensembles locatifs sociaux du canton. Et pour être sur de n’oublier personne il a commencé tôt, bien avant la date de l’ouverture officielle de la campagne le 7 mars 2011.

Dès la mi février, en compagnie de M. Christian Favier, Président du Conseil Général, il a tenu une réunion consacrée officiellement aux élections cantonales aux Meilliers…

Mais tout ne se passe pas toujours aussi bien que M. Ouzoulias le souhaiterait.

Il y a quelques jours au centre ville il a été interpellé par les locataires d’un ensemble appartenant à IDF Habitat. Ils lui ont rappelé que depuis fort longtemps ils demandaient sans succès à rencontrer un responsable de IDF Habitat pour parler des problèmes qui se posent sur cet ensemble. Finalement ont-ils dit il est heureux qu’il y ait les élections cantonales puisque cela nous permet enfin d’avoir une réunion avec vous. Ils ont énuméré les problèmes quotidiens : les actes d’incivisme, le bruit, la drogue et la prostitution. Ils ont dit qu’ils savaient bien que ces problèmes se nourrissaient de la perte de tout repère par des gens en totale déshérence mais que les ensembles locatifs à leur avis vivraient mieux s’ils  accueillaient aussi plus de gens intégrés,  garants d’une vraie mixité sociale. M. Ouzoulias n’avait visiblement aucune solution à proposer mais a fini par dire que c’était la « vocation » de Champigny d’accueillir les gens en déshérence. Il est difficile de porter toutes les casquettes à la fois.

Mise à jour du 13 mars

Il y a des choses qui peuvent fâcher et lorsqu’on est sortant et qu’on désire être réélu il vaut beaucoup mieux le temps de la campagne camoufler les problèmes qui fachent.

Par exemple : les travaux sur l’ex RN4 qui ont débuté en décembre ont, à cause de leur impréparation, gêné les automobilistes, provoqué des retards importants pour ceux qui utilisent les bus (208, ATPR), et causé des nuisances dans des quartiers jusque là préservés où les petites rues ont été envahies par des flots d’automobilistes énervés qui cherchaient en vain des itinéraires de délestage.

Ce chantier sur l’ex RN4 doit se poursuivre au moins jusque fin 2011  mais il crée des gênes et énerve beaucoup de Campinois. Que faire pour éviter que cette irritation ne risque de coûter des voix au Conseiller en place M.M. Ouzoulias  ? Eh bien tout simplement on a arrêté les travaux pour trois semaines. Ceux qui se félicitent du calme revenu n’ont pas été informés que les travaux recommenceront le 28 mars au matin au lendemain du 2ème tour.

On a arrêté un chantier pendant 3 semaines pour que les plaintes des automobilistes et des riverains ne risquent pas de faire perdre quelques précieuses voix au conseiller général sortant M. Maurice Ouzoulias…

Posons simplement la question du coût de l’opération. On n’arrête pas ainsi un chantier en cours, on ne rapatrie pas ainsi du matériel, on ne revoie pas l’affectation du personnel pendant 3 semaines sans que cela ait un coût financier. Tout ingénieur, tout chef de chantier, tout directeur d’entreprise peut en témoigner. Cette interruption de travaux va couter cher au département dont les finances ne sont pas au mieux. Ce n’est pas M. M Ouzoulias qui va prendre en charge ce surcoût sur ses frais de campagne. Il est intolérable que cette mise entre parenthèses du chantier pendant 3 semaines soit à la charge du contribuable.

Le candidat du Front National n’est pas très présent dans la campagne. On ne l’a pas encore vu sur les marchés ni dans les rues de Champigny. M. Plainchant, c’est son nom, est un candidat voyageur. En 2008 il était déjà candidat FN à Champigny mais sur le canton ouest. En 2004  il avait tenté sa chance sur le canton de Fontenay Est. Il ne semble pas avoir beaucoup d’attaches avec notre canton du centre et ses problèmes. Un candidat-voyageur donc.

Brèves du 11 mars

Mme Nicole Rondeau est conseillère municipale UMP de Champigny sur Marne. Hier soir sur A2 elle a fait son « coming out » politique. Elle a révélé ses préférences.

 Il était demandé à des membre de l’UMP de donner leur opinion sur le débat sur l’Islam voulu  par Nicolas Sarkozy. Accessoirement était posée la question de savoir quelle position prendrait ces militants si au deuxième tour restaient en présence un candidat FN et un candidat socialiste. La réponse fut claire Mme Rondeau voterait  pour le FN parce que, dit-elle nous avons les mêmes valeurs. (Précisons que ce n’était pas la position d’un autre interviewé)

 Qui est M. Alain Le Bihan ? La candidature de M. Alain Le Bihan sur le canton de Champigny Centre est discrète. Quelques affiches sur les panneaux officiels et quelques tracts sur le marché.

Sur les affiches on apprend que M. Le Bihan veut rassembler les Français et qu’il se réclame d’un mouvement écologiste indépendant (et inconnu)

M. Le Bihan a été candidat aux élections régionales de l’an dernier sur la liste souverainiste « Debout la République » de M. Dupont-Aignan. Il était en 20ème position (sur 24) sur la liste de Debout la République dans le Val de Marne. Le RPF dont il se réclame est né d’une scission du mouvement de M. Dupont-Aignan.

Sur les différents blogs qui soutiennent M. Le Bihan on trouve aussi des pétitions de soutien à Eric Zemmour chroniqueur au Figaro condamné le 18 février à 2000 € d’amende pour provocation à la haine raciale à la suite de ses propos sur « les noirs et les arabes ».

 Sur le site du mouvement on lit

« Igor Kureck de l’URP et Alain Le Bihan du RPF, tous deux candidats sous la bannière

« Pour la France, tout simplement ! » l’un dans le Gard, l’autre dans le Val de Marne ont ainsi décidé d’apporter un témoignage oral de soutien à Jacques Peyrat, candidats de l’Entente Républicaine du 14ème canton de Nice, en participant à une réunion commune. On ne peut que saluer une initiative qui va dans le sens de la convergence des candidats de notre grande famille politique. «

 Précision Jacques Peyrat, candidat dans le 14ème canton de Nice a reçu le soutien de Marine le Pen et du FN. Sa suppléante est membre du FN.

On voit plus clairement à quelle « grande famille politique » se rattache M. Le Bihan.

 Brèves du 6 mars

M. Ouzoulias inaugure

 

Hier Samedi 5 mars grande parade organisée par la Mairie pour la pose symbolique du « premier rail » de la future gare du Métro avec pour titre « Un métro rapide et deux stations c’est gagné » un optimisme un peu surfait pour les besoins de la cause. MM Favier et Adenot ont tenu les rôles principaux. Mais est-il normal qu’un candidat en campagne (Maurice Ouzoulias) participe à cette pose symbolique ? Au passage on notera que M. Dominique Adenot utilise peu les transports en commun. Dans son discours il a réclamé des améliorations de la « carte orange ». Celle-ci n’existe plus depuis juillet 2008 et c’est de passe Navigo qu’il est question aujourd’hui


 

 

 

 

 

 

un optimisme sans doute un peu forcé

 


 

 

 

 

 


Après MM Favier et Adenot le candidat Ouzoulias inaugure…


M. Touraine v/s M. Lagache

 

Sur le site de Monsieur Touraine, candidat du Parti Socialiste à cette cantonale on pouvait encore il y a quelques jours voir  une photo du candidat au coté de Mme Cécile Duflot, secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts. La photo a été prise  lors de la cérémonie des vœux de la Fédération du Val de Marne du Parti Socialiste. Monsieur Lagache, candidat d’Europe Ecologie sur ce canton du centre s’était ému de ce qu’il considère comme une indélicatesse et une tentative de récupération et avait protesté auprès de Monsieur Touraine. Depuis M. Touraine a retiré la photo incriminée de son site.

Monsieur Lagache a eu tort de s’émouvoir. Cette photo rendait compte du fait que l’écologie politique est aujourd’hui un thème porteur et cela devrait  le rendre optimiste que d’autres courent derrière l’image de l’écologie.

 

Les ennuis de M. Ouzoulias

 

Nous apprenons par une dépêche AFP que le Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de L’Agglomération Parisienne ( SIAAP) dont Maurice Ouzoulias ( candidat du Front de Gauche (PCF+PG) aux cantonales ) est le Président, a été lourdement condamnée le vendredi 4 Mars dernier .  

Nous pensons qu’il est quand même étonnant  que M. Ouzoulias puisse se présenter en défenseur des droits des travailleurs aux élections cantonales du Val de Marne alors que la société qu’il dirige vient d’être tenue pour responsable de la mort d’un de ses salariés pour divers manquements à la sécurité .


Mme Berchery la plus jeune.

 

L’UMP est fière que sa candidate soit la plus jeune (29 ans) et représente l’entrée d’une nouvelle génération en politique. C’est parfaitement exact. L’UMP était dans l’obligation de renouveler ses candidats. Les deux chefs de file de l’UMP lors des municipales de 2008 avaient pris des engagements envers leurs militants mais quelques mois plus tard M. Chriqui (liste UMP officielle) et M. Juhel (liste UMP dissidente) ont déserté le combat difficile à Champigny pour poursuivre ailleurs des carrières politiques plus faciles.

 

M. Ouzoulias et  la loi électorale

Toujours M. Ouzoulias. La préfecture de Créteil a rappelé à tous les candidats que au terme de la loi la campagne officielle  commençait lundi 7 octobre à 0H et que tout affichage sur les panneaux électoraux avant cette date contrevenait à la loi, justifiait des poursuites et exposait le contrevenant à des recours de la part de ses adversaires. M. Ouzoulias ne s’en soucie visiblement pas.

 Un seul candidat se permet d’afficher hors des délais prévus par la loi

 

Cantonale de Champigny Centre: Vers des surprises?

Les observateurs politiques confirmés, les journalistes politiques, tous nous prédisent une abstention record aux cantonales du 20 mars prochain.
Et pourtant le vote dans le canton de Champigny Centre aura valeur de test.
Ce canton est en effet celui qui est le plus représentatif de l’ensemble de Champigny du point de vue électoral.
Sociologiquement il est composite avec des cités HLM ( Les Boullereaux, Cités Rouges, Cités Jardins, Cités Blanches, Cité du Buisson, Cité de la Demi Lune, Résidence Maurice Thorez) des résidences intermédiaires (rue de Musselbourgh en particulier), un habitat pavillonaire modeste (coteaux) et un habitat plus « bourgeois » (en référence à la moyenne campinoise) dans le quartier du Plan.

Les bureaux de vote donnent souvent des résultats contrastés parce qu’ils représentent des communautés sociales très diverses. Les résultats de ce canton mériteront d’être observés à la loupe, bureau par bureau parce qu’ils donneront peut être des idées intéressantes sur ce que sera le vote des Campinoises et des Campinois à la Présidentielle et aux Législatives de 2012 mais surtout aussi ce que seront les municipales de 2014 qui s’avèreront décisives. Qui va voter? et comment se répartiront les pourcentages de votants selon des bureaux de vote dont on sait qu’ils sont politiquement et sociologiquement très différents.

La capacité des forces politiques à mobiliser leur électorat potentiel est une des clés du scrutin. Lors du dernier scrutin pour l’élection du Conseiller Général dans ce canton le taux de participation avait été globalement sur le canton de 61,48%  soit 2,43 points au dessous de la moyenne nationale mais avec un taux de participation minimum de 54,82% au bureau 20 (Albert Thomas Primaire) et maximum au 21 (64,12%) (Eugénie Cotton) et au bureau 16 (63,35%) Cuisine Centrale. On trouve là des taux de participation importants pour une élection cantonale.

En règle générale lors des élections à Champigny on observe (et c’est vrai ailleurs qu’à Champigny) que les bureaux de vote où l’électorat est le plus populaire, ceux ou on vote le plus à gauche et plus particulièrement communiste sont aussi ceux où le taux de participation est le plus bas. Ceci a été vérifié à tous les votes sur Champigny (voir nos analyses précedentes) mais à chaque scrutin aussi on note que quelques bureaux de vote échappent à la règle donnant des votes surprises,
« miraculeux » pour le PCF.

Ils étaient 2 lors de la précédente cantonale celui de Danièle Casanova et celui d’Eugénie Cotton où dans les urnes il y avait une centaine de bulletins PCF en plus de ce que les corrélations observées dans les autres bureaux permettaient d’entrevoir. Il est certain que beaucoup de Campinois vont avoir les yeux fixés sur d’éventuels bureaux à miracles.

Mais en dehors de ce point particulier le scrutin du 20 mars promet d’être politiquement intéressant. M. Maurice Ouzoulias conseiller sortant se dit serein (Le Parisien du 2 mars). Elu depuis 1985 (sa première élection en 1983 avait été invalidée) il est le plus ancien des conseiller Généraux du Val de Marne, il connait bien son canton, il a eu le temps de s’y implanter et il bénéficie de la mobilisation des militants du PCF qui, même si le potentiel de ce parti n’est plus  ce qu’il a été autrefois, reste encore important Champigny en tant que force militante. Sauf grosse surprise Maurice Ouzoulias devrait garder une position préminente à gauche (il avait obtenu 2.594 voix et 37,75% des exprimés lors du précédent scrutin en 2004) d’autant qu’il n’y aura pas cette fois de candidats d’extrême gauche. En 2004 ils étaient 3 et avaient réunis ensemble 335 voix ( 4,62%).La question qui est posée à gauche c’est celle des résultats que pourraient obtenir le candidat socialiste M. Touraine et celui d’Europe Ecologie M. Lagache. Lors des derniers scrutins celui des européennes en 2009 et celui des régionales en 2010 le Front de Gauche (PCF + parti de Gauche) était en tête des formations de gauche avec 1287 voix et 25,86% aux européennes et 1509 voix et 28,49% aux régionales. toutefois lors de ces scrutins le PS réalisait un score faible 569 voix et 11,43% aux européennes un score catastrophique pour lui mais se reprenait aux régionales avec 1160 voix et 21,90%. Europe Ecologie réalisait une percée aux européennes (876 voix et 17,60%) et consolidait son implantation aux régionales. Lors des derniers scrutins le PCF a perdu son hégémonie à gauche. Avec 25-28% il ne représente plus la majorité de la gauche. Celle ci est maintenant constituée par le total des forces de la gauche non communiste (PS+EELV) qui représentent entre 30 et 35%. Il ne faut pas tirer de conclusions définitives de ces chiffres. Les types de scrutins sont différents et la bonne implantation locale de M. Ouzoulias joue en sa faveur.

Toutefois le rapport des forces à gauche sera observé avec attention au lendemain du 1er tour. Si ce rapport continuait d’évoluer défavorablement pour le PCF cela poserait d’une façon différente la question des alliances lors des prochaines élections municipales (en 2014).

A droite il n’y a que 3 candidats Mme Berchery pour l’UMP, M. Plainchant pour le FN et M. Bihan pour le RPF. L’UMP a choisi une candidate nouvelle et jeune. Il lui était difficile de faire autrement. L’existence d’une scission en son sein lors des municipales de 2008 (liste UMP Chriqui et liste UMP dissidente Juhel) a laissé des traces. Les départs assez rapides sous d’autre cieux de messieurs Chriqui et Juhel n’ont rien fait pour améliorer le moral des militants de Champigny et ceci d’autant que lesderniers résultats sur le canton de Champigny Centre ne permettent pas à l’UMP d’espérer inquiéter M. Ouzoulias. Si en 2004 M. Derouineau, candidat pour l’UMP réunissait 1592 voix et 21,94% sur son nom, la liste UMP aux européennes de 2009 ne recueillait plus que 876 voix (17,60%) et le chiffre tombait à 805 voix et 15,20% aux régionales de 2010. L’UMP peut aussi perdre son leadership. A droite en effet une amélioration du score du FN semble possible. Sans organisation ni militants sur Champigny depuis la fin des années 90 le FN réunit toujours entre 8 et 12% des voix. Etant donné l’écho que semblent avoir ses propositions dans l’opinion il pourrait avoir un résultat élevé voire dépasser l’UMP. Ceci est d’autant plus réaliste que les études menées sur les scrutins précédents montrent que sur ce canton les gains du FN se font toujours au dépens de la droite classique par un espèce de système de vases communicants qui amène au gré des scrutins un certain nombre d’électeurs de droite à passer de l’UMP au FN et du FN à l’UMP au gré des vents dominants de la politique. Et actuellement les vents soufflent plutôt pour le FN.
Si à gauche le PC est peut être menacé de perdre sa position hégémonique à droite l’UMP peut voir son leadership menacé par le Front National.

Et ceci pose la question du second tour de façon nouvelle. Les nouvelles dispositions n’autorisent à se maintenir  au second tour que les seuls candidats ayant obtenu au moins 12,5 % des inscrits. Si on retrouve un chiffre de participation équivalent à celui de 2004 ( 60% environ de votants) cela signifie qu’il faut obtenir 20-22% des votes exprimés pour être présent au second tour. Si M. Ouzoulias semble assuré de sortir du premier tour en tête qui sera le second(e) candidat(e) en piste au second tour? On est habitué à des seconds tours classiques à Champigny Centre avec un duel PCF contre UMP et une victoire du PCF la gauche étant largement majoritaire sur le canton. Cette année on peut au lendemain du premier tour se retrouver avec des perspectives de duels inédits PCF-gauche non communiste ou PCF-FN.

Il y a finalement de l’imprévu dans cette élection cantonale qui au départ ne semblait pas passionnante.

 Alors aux urnes car la parole restera à ceux qui iront voter!