Archives mensuelles : novembre 2012

Grand métro : des avancées mais quelques questions encore

 

Le gymnase Tabanelli était plein (500 personnes environ) pour la réunion-débat organisée le 6 novembre par la Société du Grand Paris. La perspective du Grand Métro mobilise campinoises et campinois. C’est une évidence : le problème du déplacement quotidien vers le lieu de travail, le temps perdu en transport, l’inconfort et les retards sont subis par des milliers d’habitants de notre ville. Il y a une prise de conscience que la voiture n’est pas la solution aux problèmes du transport en milieu urbain. Le développement de transports en commun rapides, fiables entre les banlieues est une nécessité. Les Campinoises et les Campinois savent tout cela et le projet de Grand Métro est bien accueilli chez nous.

A Forum nous appuyons particulièrement ce projet. Dès la création de notre association en 1995, dans le 1er numéro de notre journal, les Débats de Forum nous réclamions l’ouverture d’une gare de ce qui était alors le projet EOLE à l’intersection de la RN4 et de la ligne SNCF.       

 

A l’époque le maire M. Jean Louis Bargero y était opposé et nous le signifiait dans un courrier que nous avons publié (N°2).

                                         

Nous sommes donc très satisfaits qu’aujourd’hui tout le monde se mobilise pour ce projet d’une desserte ferrée de qualité au centre de Champigny.

Que s’est-il dit au cours de la réunion du 6 novembre ?

Au cours de l’exposé il fut réaffirmé que les travaux commenceraient bien sur le tronçon Sud. La volonté d’aller vite fut confirmée par l’annonce de la mise en place de 7 tunneliers qui devraient permettre (si faut-il le préciser aucun obstacle technique imprévu ne surgit)  l’ouverture du tronçon en 2018.

Il fut confirmé que le SMR (Site de Maintenance et de Remisage) serait bien implanté à Champigny ainsi que le PCC (Poste de Commandement et de Contrôle) de la ligne orange. L’interopérabilité des lignes Orange et Rouge en gare de Champigny fut réaffirmée. Interopérabilité un mot qui indique simplement qu’il ne sera pas nécessaire de changer de train en gare de Champigny Centre. Dans l’autre gare dite des « trois communes » (Bry, Villiers Champigny) située près de Bricorama l’interconnexion permettra de rejoindre la ligne RER EOLE et la ligne P du Transilien.

 

Mais il reste quelques questions et  nous souhaitons les poser dans le débat en cours

Première question : D’après les documents publiés par la Société du Grand Paris les tunnels se situeront en dessous de la nappe phréatique. Pendant la période de construction il sera donc nécessaire de pomper une quantité importante d’eau pour que la surface de la nappe soit abaissée et le chantier hors d’eau (ce qu’on appelle techniquement « rabattre la nappe »).

Lors des travaux de creusement du tunnel d’Eole entre Magenta (Gare du Nord) et la station Gare Saint Lazare il avait été procédé à un tel rabattement.

Lorsque l’eau est ainsi pompée. Le volume des roches se réduit: il se produit des tassements.  Il en résulte des mouvements verticaux des terrains. Les mouvements relevés lors du creusement du tunnel d’Eole à Paris 10ème étaient d’amplitude millimétrique à centimétrique. Après la fin des travaux la nappe phréatique a repris son niveau initial et un mouvement positif de la surface a été observé.

Ces mouvements du sol engendrent dans les bâtiments des fissures. Des travaux de consolidation sont souvent nécessaires. Dans le 10è arrondissement à Paris des contentieux ont de ce fait éclaté entre la RATP et les propriétaires ; Le coût a été très élevé pour la RATP. Quelles garanties avons-nous que la Société du Grand Paris acceptera de régler de façon amiable les dégâts que les travaux pourraient induire sur le bâti en surface ?

Deuxième question : On le sait les travaux vont débuter à Champigny. Il y aura creusement de puits puis mise en place d’au moins 2 tunneliers. La masse de déblais produite devra être évacuée. Ceci se traduira par une circulation intense de camions sur la D4 (ex RN4) et engorgera la circulation d’autant que la D4 sera réduite à une voie dans chaque sens du fait de l’emprise du chantier de Champigny centre. On peut donc craindre une paralysie de la D4 axe important de circulation est-ouest. Les conséquences de cet engorgement permanent on peut déjà le prévoir. Pris dans les embouteillages les conducteurs d’automobiles vont chercher à s’échapper en empruntant les petites rues de desserte locale. Comme ce réseau n’est pas adapté à ce surplus de circulation on peut craindre des accidents pour les piétons et les cyclistes. Par ailleurs une circulation ralentie, des embouteillages cela signifie, les études réalisées par Airparif le confirment, une augmentation notable d’émission de peroxyde d’azote, un gaz particulièrement dangereux.

Est-il possible d’éviter cet engorgement de Champigny et donc cette gêne et ce danger de pollution pour les Campinois ? Au moins on pourrait limiter les conséquences négatives si les conducteurs d’automobiles disposaient d’un moyen d’éviter le centre ville.

Il existe un projet, pour lequel d’ailleurs Forum se bat depuis longtemps, c’est la réalisation d’une voie de dégagement entre la D4 (à la hauteur de la Tour Hertzienne) et la zone des Boutareines à Villiers (secteur de IKEA). Une partie intéressante a déjà été réalisée grâce au Conseil Général entre la rue de Fourny et le le secteur IKEA. Il faut réaliser les 2 tronçons restant (rue de Fourny-Avenue Sonia Delaunay et Sonia Delaunay-Rond Point de la tour hertzienne) le plus rapidement possible pour offrir au trafic des automobiles et des camions une ouverture possible pour éviter le centre ville.

Ce lundi 20 novembre notre association a adressé à M. Christian Favier, président du Conseil Général un courrier attirant son attention sur ce problème et lui demandant que le département agisse pour que cette voie soit réalisée de toute urgence. Nous attendons sa réponse et la publierons sur ce blog.

Troisième question : Elle concerne la station des Boullereaux sur la ligne du RER Eole. La gare des Boullereaux, sur la ligne EOLE est une simple halte, avec une desserte de 4 trains par heure. Elle souffre d’une mauvaise desserte par autobus ; elle n’a pas l’importance pour les campinois de stations comme Champigny sur la ligne A du RER. Toutefois 2500 passagers l’utilisent chaque jour. Elle a été remodelée et offre aujourd’hui de meilleures conditions d’accueil.

Toutefois dans les documents du Grand Paris elle n’est nulle part mentionnée. On est en droit de poser la question : la gare des Boullereaux va-t-elle disparaitre ?

La question doit être posée. Avoir une nouvelle gare, interconnectée avec le grand métro-express un (Trois communes) située à mi-chemin entre Les Boullereaux et Villiers pose des problèmes techniques et financiers.

Les problèmes techniques ce sont ceux de la régulation du trafic sur la voie Eole dans un secteur où n’existe qu’une voie dans chaque sens (entre Nogent et Villiers) et où actuellement de ce fait la desserte des Boullereaux est limitée à 4 trains par heure.

Le problème financier c’est celui de la faible distance entre Les Boullereaux et la nouvelle gare (1200m) et la nouvelle gare et Villiers (1200m aussi). La quantité d’ énergie consommée est particulièrement élevé quand un train démarre et accélère et quand il freine et s’arrête. Tout cela a un cout et on peut craindre que des menaces pèsent sur Les Boullereaux. Le fait que nous ne puissions obtenir de réponse claire à ce sujet nous inquiète. Or la gare des Boullereaux, même sous utilisée, présente un grand intérêt pour les habitants du nord de Champigny et en particulier de ses secteurs les plus densément peuplés (4 cités). Il faut obtenir des réponses précises sur l ’avenir des Boullereaux.