Archives mensuelles : février 2014

Voici les candidats …..

Vous pouvez consulter ci dessous la liste des candidats qui se présenteront aux suffrages des Campinoises et des Campinois lors des municipales du 23 mars prochain pour réaliser le programme que vous pourrez consulter plus bas sur le site.

Liste Entente Citoyenne pour la Démocratie Participative et l’Ecologie

Présentée par Forum des Boucles de la Marne (Gauche Citoyenne)

et Europe Ecologie-Les Verts http://www.champigny.eelv.fr

 

1-Yves FUCHS, conseiller municipal sortant, retraité de l’Université, Chercheur associé à l’Université Paris-Est, Marne la Vallée, 74 ans.

2-Chrysis CAPORAL, Professeur du second degré, 60 ans.

3-Jean-Marie LAGACHE, Musicien, Responsable associatif, 57 ans.

4-Séverine DOS SANTOS, Animatrice en Arts Plastiques, Responsable d’une association de lutte contre la prolifération des antennes-relais de téléphonie mobile (Tremblay), 33 ans

5-Nicolas JOSSE, Développeur de projet, actif dans une association d’agriculture bio, 42 ans.

6-Anusha SELVARAKAVAN, Etudiante en école d’ingénieur (aéronautique), 19 ans.

7-Jean FOURTOY, Retraité, ancien membre du Conseil d’Administration d’une association de défense d’handicapés,  75 ans.

8-Soumicha AZZOUZ, Juriste, 33 ans

9-Jacques LARONCHE, Professeur des Ecoles, 59 ans

10- Gabrielle PALUSZEK, Infirmière, Responsable d’association, 52 ans

11-Laurent LETOURNEUX, Professeur des Ecoles, 43 ans

12-Malika BOUKHALFI, actuellement sans emploi, impliquée dans l’activité d’une association de défense des locataires, 42 ans.

13-Jean-Baptiste AUROUX, Technicien du spectacle, impliqué dans l’activité d’une association de parents d’élèves, 45 ans.

14-Véronique LAMBERT-VIGUIE, Commerciale, impliquée dans l’activité d’une association de parents d’élèves, 47 ans.

15-Xavier QUENTEL, Manager, impliqué dans l’activité d’une association de défense contre les pollutions, 36 ans.

16-Cécile GIRARD, Etudiante en Sociologie, 23 ans.

17-Jean François ALLAIN, Ingénieur Système et Réseaux, 30 ans.

18-Peggy LEGROS, Professeur des Ecoles, Responsable d’une association de lutte contre la prolifération des antennes-relais de téléphonie mobile (Coeuilly), 40 ans.

19-Denis DESAILLY, Graphiste, Impliqué dans la vie d’associations franco-africaines de Champigny (Bois l’Abbé, Mordacs), 58 ans.

20-Agnès LOÏAL, Adjoint Administratif, Responsable d’une association de parents d’élèves, 46 ans

21-Olivier DELAUNAY, Chef Machiniste, 42 ans

22-Bénédicte MENEZ, Professeur des Universités, 41 ans.

23-Jean BERTHOMIER, Commerçant, 57 ans.

24-Carole BERNARD, Comédienne, 43 ans.

25-François GALLOIS, Ingénieur à l’Institut Géographique National, Animateur d’une association cycliste, 60 ans.

26Chantal GIRARD-KAPUSTA, Secrétaire administrative, Responsable associatif, 59 ans

27-Dominique LALLIER, Assistant de service social, 57 ans.

28-Ulrike BAADER, Retraitée de l’Université, 69 ans.

29-Vincent DEMOUY, Educateur spécialisé, 48 ans.

30-Aldemira TEIXEIRA, Employée de commerce retraitée, 70 ans

31-Philippe LEGIONNET, Retraité de l’Université, 71 ans.

32-Anna BLUM, Chef de Service en Institut Médico Educatif, 48 ans

33-Serge BRULFERT, Retraité, 65 ans.

34-Dominique LEBRUN, Retraitée de l’Enseignement secondaire, 65 ans.

35-Didier LEGROS, Professeur Lycée Professionnel, 64 ans.

36-Gabrielle VOGELPOEL, Etudiante en Journalisme et Sciences Politiques, 18 ans.

37-Pascal LECLERC, Technicien en informatique, 55 ans

38-Cécile JOLY, Retraitée, 68 ans

39-Claude GRASSI, artisan retraité, 67 ans

40-Thèrèse VICHY, retraité de l’Enseignement Supérieur, Responsable associatif, 78 ans.

41-Michel BOURSIN,  Retraité, 75 ans.

42-Patricia GUILMARD, Décoratrice de dessins animés, 52 ans.

43-Frédéric LASSELIN, Architecte, 53 ans.

44-Caroline BAUD, Assistante de Direction, 53 ans.

45-Michel BURGUIERE, Retraité de l’imprimerie, Responsable syndicat des retraités du Livre, 78 ans.

46-Audrey LECLERC, Chargée de mission au Conseil Régional d’Ile de France, 27 ans.

47-Simon LARONCHE, Technicien supérieur du bois, 30 ans.

48-Marianne NIVET, Architecte, 53 ans.

49-Jean-Paul BUNELLE, Imprimeur retraité, 65 ans.

 

 

 

 

 

 

                                                                                        

Programme pour les Municipales de mars 2014

Programme de la liste

ENTENTE CITOYENNE POUR LA DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET l’ECOLOGIE

Présentée par

Forum des Boucles de la Marne                             
          

Hommes et femmes de sensibilités diverses mais regroupés autour de valeurs de gauche nous sommes désireux de proposer un nouvel élan, un renouveau de la  politique municipale.Notre liste compte des membres de l’association citoyenne Forum des Boucles de la Marne (Gauche Citoyenne), du groupe campinois d’Europe Ecologie-Les Verts et des Campinoises et Campinois impliqués dans la vie associative et la vie des quartiers.

Notre désir commun de présenter une liste aux élections municipales de mars 2014 procède d’un constat : l’urgence d’une nouvelle politique municipale à Champigny.

La majorité sortante, dirigée par le Parti Communiste depuis 1947, rassemble sous sa direction des élus de gauche (Parti Communiste, Parti Socialiste, Parti de Gauche et divers).

Au fil des années les capacités d’innovation de cette coalition se sont amoindries jusqu’à disparaitre. Les changements de la société française, les nouvelles conditions de vie, les perspectives de changement du milieu  urbain, tout cela est mal pris en compte, ignoré voire nié.

La longueur de l’exercice exclusif du pouvoir municipal s’est traduite par l’émergence de défauts spécifiques. La majorité municipale vit en vase clos. Sa certitude d’avoir toujours raison est insupportable à tous ceux qui entendent discuter de la vie locale et elle  rend la majorité municipale sourde aux demandes de ses concitoyens, aveugle aux changements des besoins de notre population.

L’opposition de droite se complait depuis des décennies dans son « pouvoir de dire non » aux décisions de la majorité sortante. Rassemblée aujourd’hui plus ou moins complètement sous la  direction de MM Jeanne et Chevalier, avec le soutien officiel de l’UMP,  elle croit pouvoir prétendre à la direction de la ville en se laissant porter par l’addition de tous les mécontentements. Ceci ne constitue pas un programme sérieux pour diriger une ville de plus de 75.000 habitants.

Les prises de position de ses leaders contre l’extension vers Noisy le Grand du Trans Val de Marne   montrent leur méconnaissance profonde des aspirations des Campinois et des Campinoises en ce qui concerne le développement de transports en commun rapides,  efficaces et confortables.

L’union de façade de la droite  n’arrive pas à cacher son manque de programme cohérent dans le domaine du logement et de l’urbanisme. La formule passe partout « équilibre des différents type de logements » ne peut cacher l’absence de réflexion qui a conduit le 9 octobre dernier le groupe UMP au conseil municipal à voter POUR la réalisation du programme Union Jaurès et la modification du PLH pour permettre des constructions de 9 étages le long de Jean Jaurès tandis que MM. Jeanne  et  Chevalier votaient CONTRE.

L’extrême droite (FN) enfin prétend présenter une liste. Les seuls éléments de son programme connus à ce jour le sont par le biais  d’un tract questionnaire. L’orientation des questions montre clairement  que la discrimination pour l’accès au logement, au travail reste un thème privilégié. Champigny ville d’accueil, d’échange et d’ouverture, Champigny où tout un chacun quelle que soit son origine devrait pouvoir prendre toute sa place dans la vie de la ville, dans le respect des lois de la République,  n’est pas la ville d’une telle politique.

Pour notre part nous présentons un certain nombre de thèmes qui nous paraissent essentiels pour donner d’autres perspectives à la vie municipale.

Vous les trouverez ci-dessous. Ils sont proposés à votre jugement. Ce ne sont pas des dogmes intouchables mais des propositions à discuter, enrichir compléter. C’est en effet notre façon de concevoir la politique citoyenne.

       Yves Fuchs, tête de liste

        Démocratie citoyenne et participative 

Nous proposons

La création de véritables conseils de quartier représentatifs dotés d’un bureau élu ou désigné  par tirage au sort. (de 6 à 10 membres selon population du quartier) Aux réunions de ce bureau participeront deux élus (1 de la majorité, 1 de l’opposition) représentant le Conseil Municipal.

L’attribution au conseil de quartier d’un budget (subvention municipale) afin de promouvoir des activités sur le quartier (fêtes, rencontres, repas, initiatives de solidarité etc.)

Une aide à l’activité des associations, le refus de toute immixtion dans la vie des associations et de toute discrimination.

Le développement de la vie associative par la réalisation de lieux de réunion dans les quartiers. Champigny manque cruellement de lieux de réunion adaptés aux besoins des associations. L’utilisation constante des  LCR (Lieux Communs de Réunion),  comme Jean Morlet, La Planchette, Les Meiliers etc. est abusive puisque ces lieux sont en principe conçus  pour l’usage exclusif des résidents des ensembles sociaux où ils se trouvent. Le détournement de ces locaux de leur but initial doit cesser et un plan de construction ou d’aménagement de salles conçues pour les réunions associatives et la vie des quartiers doit être lancé.

L’épanouissement de la démocratie participative permettra une meilleure expression des citoyens, la bonne circulation de l’information, une amélioration des prises de décision. L’intérêt des citoyens pour la vie politique en sera accru et l’abstention électorale reculera.

Si la démocratie participative vise à améliorer la participation des citoyen(nes) à la vie politique le pouvoir de décision appartient au Conseil Municipal. Le travail des élus doit être amélioré sur divers points.

Il convient d’instaurer de nouvelles règles de fonctionnement au sein du Conseil Municipal permettant  de véritables discussions. Actuellement lors des prises de parole les membres de l’opposition s’expriment puis ceux de la majorité défendent la proposition et on passe au vote. Sauf exception il n’y a donc aucune discussion, aucun échange, aucune possibilité d’amélioration. Nous proposerons  un nouveau règlement intérieur pour que les délibérations fassent l’objet de véritables discussions.

Nous proposerons aussi que tout élu puisse saisir le bureau municipal afin d’obtenir l’inscription à l’ordre du jour de la prochaine réunion d’une question dont l’examen urgent lui parait nécessaire ; en cas de refus le bureau municipal devra expliciter son rejet.

Les commissions extra-municipales jouent actuellement un rôle factice dans la vie de notre commune. En principe il s’agit de groupes de travail composés d’élus, de représentants des services techniques concernés et de représentants du monde associatif. En fait les commissions extra-municipales ne sont créées qu’à partir du moment où la mobilisation citoyenne souligne l’urgence d’un problème. Le rôle qui leur est dévolu reste flou et leur activité est limitée dans le temps. Après avoir servi de soupapes et de lieu de défoulement aux revendications elles disparaissent et cessent toute activité (exemple Commission espaces verts, commission antennes etc.)

Pour nous les commissions extra-municipales doivent être la règle pour associer les associations impliquées dans certains secteurs d’activité (vie sociale, environnement, transport etc.) à la réflexion et aux prises de décision des instances municipales. Elles doivent se réunir à intervalles réguliers Elus, services techniques et associations ont tout à gagner à ces échanges.

INFORMATION

 


      Nous proposons

Une amélioration de la diffusion de l’information et en même temps une réduction du volume de la diffusion sur support papier. Pour ce faire nous mettrons à l’étude la création d’une chaine d’information locale sur le câble. Nous réfléchirons aux moyens à mettre en œuvre pour assurer l’équilibre de l’expression des sensibilités sur ce moyen d’information et de communication et la possibilité d’accès de tous les représentants de la vie associative à ce moyen, dans le respect de la loi.

Chrysis Caporal, EELV, 2ème de liste (Tremblay)

La mise en place d’un ensemble plus important de panneaux électroniques, alimentés par capteurs solaires permettant d’informer très rapidement la population et surtout un choix judicieux des emplacements pour permettre une lecture plus facile.

      Environnement

Nous proposons

                                                                                                                                  Jean Marie Lagache

                                                                                                responsable de EE-LV  Champigny (Centre Ville)

La création d’une structure communale chargée de la surveillance de l’environnement (observatoire de l’environnement). Il pourra faire des recherches pour établir un diagnostic des pollutions existantes (pollutions liées au passé industriel, pollutions actuelles) et donner au maire les informations nécessaires à l’information de la population et à la prise de décisions concernant la protection des riverains et les procédures de dépollution.

La poursuite du développement de la géothermie et la mise à l’étude de la faisabilité d’un autre centre de production à Champigny dans une zone à forte densité d’habitat collectif (Quatre Cités par exemple). La géothermie a fait ses preuves quant à ses qualités d’énergie non polluante et à un prix moins élevé que les méthodes classiques. L’extension de la géothermie est donc une solution pour faire baisser la pollution de l’air et c’est de plus la garantie de l’abaissement des charges chauffage dans l’habitat collectif.

Que soit mise à l’étude la possibilité d’autonomie énergétique des bâtiments communaux tant par l’installation de capteurs solaires que par un renforcement des mesures d’isolation thermique. Cette solution parait d’autant plus efficace qu’il s’agit de bâtiments (écoles, mairie etc.) ouverts durant la journée.

L’augmentation du tri sélectif, tant au point de vue quantitatif que qualitatif  pour aboutir à une baisse du volume des mixtes et donc à une réduction de la TEOM (Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères) qui est actuellement la plus élevée du Val de Marne. La réduction de la TEOM signifie une baisse des impôts locaux

Une politique d’aide au compostage pour aboutir à une baisse du volume des déchets verts et des déchets ménagers (légumes)

La formation des jardiniers municipaux  à la biodiversité (exemple Lille).

 

Le retour à la maîtrise des espaces verts dont la gestion est actuellement sous traitée au privé afin que les jardiniers municipaux formés à une gestion respectueuse de la biodiversité garantissent celle-ci.

 

Des animations  sur ce sujet  pour enfants  et adultes.

 

L’incitation à la création de jardins multiculturels partagés/solidaires  subventionnés par la région (4000€ d’aide possible par dossier présenté).

 

Une réflexion pour intégrer dans ce schème  les jardins existants de Bois-l’Abbé et ceux des Cités Blanches avec l’accord des intervenants actuels.


L’achat de véhicules électriques ou hybrides en cas de renouvellement d’un véhicule municipal pour vétusté  (Parc Municipal de véhicules)

 

Un recensement des pollutions à l’amiante dans les immeubles et des travaux rapides de désamiantage dans le cas des pollutions connues (amiante des 550 logements de l’ex-OPHLM). Il n’est pas admissible qu’une commune qui se fixe pour but d’améliorer l’accès au logement pour les moins favorisés tolère que des centaines d’HLM soient amiantés.

Une estimation plus précise de l’extension de la pollution par les cancérigènes PCE (polychloroéthylène) et PCB (polychlorobenzène) de la ZAC des Bords de Marne et les mesures de dépollution adaptées si une extension devait être reconnue. La mise en œuvre d’une dépollution complète de la ZAC elle-même afin de valoriser ce foncier actuellement à l’abandon qui a aujourd’hui un potentiel économique important du fait de sa proximité avec la gare projetée du Grand Métro Express.

Cécile Girard Etudiante (Centre Ville)

Des actions auprès du département pour que soit réalisée le plus rapidement possible au droit de la rue de Verdun la station projetée de dépollution du Ru de la Lande afin que les eaux de ce ruisseau aujourd’hui souterrain qui descend de Villiers et rejoint la Marne au droit de l’ile de l’Abreuvoir soient traitées et que soit ainsi poursuivi le projet d’améliorer la qualité des eaux de la Marne.

Pollution accidentelle de la Marne     


Que soit établi une veille autour des installations sensibles (stations essence, casse automobile) afin d’éviter que se reproduise le scandale de la pollution de la rue du Monument où il a fallu l’obstination des riverains pour que soit reconnue la réalité d’une pollution au   benzène (cancérigène) suite à desfuites sur le système de remplissage  des cuves de la station ESSO et la responsabilité de ESSO.Contamination rue du Monument par la station ESSO

Cet exemple, celui de la découverte de la pollution de la ZAC des Bords de Marne sont là pour souligner combien dans ces domaines de l’environnement, de la préservation de la santé publique l’intervention des citoyens est nécessaire et utile. A l’heure où l’installation de nouvelles antennes relais de téléphonie mobile, à très fort débit suscite à juste titre les interrogations et les inquiétudes des riverains l’exigence est forte d’une information fiable et d’une consultation ouverte.

Que soit développée une politique d’enfouissement des réseaux aériens tant pour des raisons esthétiques que pour l’amélioration des conditions de circulation des piétons sur les trottoirs. La présence de poteaux des réseaux électriques et téléphoniques, des lampadaires d’éclairage urbain réduit l’espace sur des trottoirs souvent étroits.

Fidèles à l’esprit qui guide notre action politique nous nous engageons à faire du domaine de l’environnement celui ou la démocratie participative s’appliquera le plus largement.

                                                                                                                Olivier Delaunay

        Logement

Champigny fait partie intégrante de cette immense agglomération qu’est la métropole parisienne. Le problème du logement est un problème qui touche toute l’agglomération. Vouloir résoudre le problème du logement à Champigny seul comme le propose la majorité sortante est proprement aberrant. Le slogan souvent répété « donner à Champigny un logement décent aux 3000  demandeurs de Champigny » est irréaliste.

Au cours des 20 dernières années, la politique municipale en ce domaine a totalement failli. Si le nombre des demandeurs de logement reste stable à Champigny c’est que contrairement à ce que pensent nombre de campinois on a très peu construit à Champigny, beaucoup trop peu. Les chiffres le prouvent.

Il existe un écart important entre le taux de réalisation et le nombre de projets effectivement réalisés. Sur l’ensemble de la période de 1990 à 2008 qui couvre les 5 conventions de diversification de l’habitat seulement 64,6% des projets ont été réalisés. La période de la dernière convention affiche le taux le plus bas avec seulement 38,4% des projets concrétisés (33,3 pour les PLUS/PLAI). Durant cette dernière période on a réalisé 77 logements par an à Champigny. C’est un chiffre extrêmement faible qui ne permet pas de faire face aux besoins immédiats liés à la croissance et au phénomène de décohabitation (installation de jeunes+rupture des couples). Faute de trouver à se loger les gens quittent Champigny. Le manque de logements devient un facteur important de ruptures des liens de proximité, de déstabilisation sociale. On sait que sur l’agglomération parisienne les déséquilibres du développement des territoires ont pour conséquence des contraintes pour ceux qui travaillent en ce qui concerne le parcours résidence-lieu de travail. Le problème du logement contribue à casser le lien entre les gens et les villes qui les accueillent. »

On a trop peu construit de logements à Champigny et pourtant les campinois(es) ont le sentiment qu’on a trop construit. Pourquoi ? Parce qu’on a mal construit. Aucun plan d’urbanisme n’a été proposé. Il n’y a aucune vision d’avenir de la ville. Est-ce le résultat d’une absence de compétences ? On a construit au gré des terrains libres, sans cohérence, accroissant le sentiment général d’un bétonnage alors qu’on construisait trop peu. Un comble !

Mais quel poids de logement social Champigny peut-il absorber ? Notre population a des revenus plus faibles que ceux de la moyenne du département, que ceux de l’Ile de France. Les recettes fiscales de la commune s’en ressentent. Avec des moyens aussi  limités que peut-on faire ? et vers quelle mixité sociale allons-nous ?

Or il faut penser au logement social  pour un nombre grandissant de salariés, sans doute même pour tous en début de parcours, y compris des couches moyennes dont les revenus stagnent et qui ne peuvent plus avoir accès au marché libre et à ses coûts trop élevés.

       Combien de logements? et de quel type?

Pour qu’il y ait réellement parcours  résidentiel il faut qu’il y ait véritablement choix ou possibilité de choisir. Actuellement sur Champigny ce choix n’existe pas. Il n’est pas étonnant qu’on assiste à de tels mouvements de départ  (gens âgés de+ de 30 ans avec enfants de 10-12 ans).

En même temps autour de nous les municipalités de droite affichent avec cynisme leur refus du logement  social.

La politique du logement doit être pensée en termes  de développement de notre ville. Nous avons aujourd’hui un des taux d’emploi les plus faibles duVal de Marne. En 2006 il était à Champigny de 0,57 contre 0,85 pour le Val de Marne, 1,04 pour l’Ile de France et 0,99  au plan national. Il faut construire c’est vrai mais il faut aussi créer de l’emploi.

Soumicha Azzouz

(Quai Lucie)

JuristeNous proposons

Un maintien de l’équilibre habitat social/secteur privé à 40% du parc existant et un effort de construction qui vise à côté du social à privilégier le secteur intermédiaire. Ce secteur est actuellement le plus déficitaire sur la région parisienne. Il concerne les foyers dont les relevés sont trop élevés pour qu’ils puissent accéder au secteur des HLM mais bien trop faibles pour leur permettre de payer les loyers du secteur    privé sur Paris ou la proche banlieue. Ils sont ainsi contraints de se loger à des distances croissantes de leur lieu de travail avec les conséquences qu’on connait pour l’environnement destruction de terres arables particulièrement précieuses, pour la société avec la nécessité d’investissement lourds dans le domaine des transports mais aussi des routes, du ramassage scolaire et pour les hommes et femmes qui vivent si loin (durée du trajet, fatigue, diminution de la vie sociale). Il est urgent que les politiques de la ville s’attaquent à ce problème du logement intermédiaire sans négliger le maintien et l’amélioration des différents niveaux du logement social (PLS, PLI ..).

Il faut construire à Champigny. C’est possible le foncier nécessaire existe mais il faut construire en respectant ces équilibres. Nous aiderons ainsi à résoudre la crise du logement pour les travailleurs qui n’ont pas accès au logement social. Nous offrirons ainsi aux familles qui le souhaitent la possibilité d’un véritable parcours résidentiel qui peut pour beaucoup commencer par le logement social mais permettre ensuite d’accéder à d’autre type de locatif voire à l’accession à la propriété. Une telle politique aurait pour avantage de créer un lien beaucoup plus fort entre la ville et ses habitants et de faire cesser ou du moins diminuer ces changements continuels de population (1/3 environ tous les 8 ans). Tout le monde y gagnerait.

Pour réaliser cette politique il faut des outils c’est-à-dire d’abord une volonté politique ce qui signifie une majorité de gauche à la mairie mais qui ait dépassé les schémas de la majorité actuelle. Il faut une nouvelle conception de la ville basée sur une réflexion : quel urbanisme pour Champigny ? (voir plus loin). Enfin il faut aussi des acteurs et là aussi des évolutions sont nécessaires.

Une société d’HLM : IDF Habitat qui depuis les années 90 joue un rôle prépondérant sur notre ville s’est imposée sur ce secteur. Avec la disparition de l’Office Public dont le patrimoine lui a été cédé par la majorité sortante IDF Habitat est devenu omniprésent à Champigny.

Cette situation est malsaine. Nous proposons une politique de diversification des  bailleurs de logements

Jean Fourtoy Retraité (Coeuilly)

La demande de logement est forte à Champigny. Les conditions d’attribution sur dossier demeurent floues et ce manque de transparence nourrit des rumeurs de favoritisme et de clientélisme. Nous proposons la mise en place d’une commission composée de représentants du Conseil Municipal (majorité et opposition) de représentants des associations de locataire, d’association de mal logés. Les décisions d’accepter ou de repousser l’examen d’un dossier à une date ultérieure devront être motivées.     

             Transports

Voirie circulation  des véhicules  et stationnement

Nous proposons

Une action de la municipalité pour obtenir les financements nécessaires à l’achèvement de la VDO (voie de desserte orientale) depuis la tour hertzienne (D4) jusqu’au carrefour IKEA. Ceci permettra de dévier une partie importante de la circulation de transit, libérant le centre de Champigny. L’accès aux zones d’activité en sera facilité pour les poids lourds. On pourra à terme interdire la traversée de Champigny aux poids lourds (sauf desserte locale). L’ouverture de la VDO est une première étape vers une voie élargie avec plateforme réservée aux bus qui préparera la liaison en site propre ALTIVAL et l’accès facile à la gare du Grand Métro Express (dite des 3 communes)

L’instauration d’un stationnement payant en centre- ville (au bout d’une heure) pour éviter les voitures ventouses et favoriser la rotation, la création autour de cette zone centrale de parkings gratuits

Transports en commun

Nous proposons De revoir la totalité du réseau  dans la perspective du

nouveau métro (desserte par bus des 2 nouvelles gares) et de l’arrivée du TVM (Trans Val de Marne) puis d’ALTIVAL. Nous serons particulièrement vigilants à ce que les délais soient respectés en ce qui concerne l’achèvement des travaux pour le TVM et le métro.

Réseau Trans Val de Marne EST

La création d’un réseau minibus en régie municipale, Ce réseau desservira certains quartiers plus isolés. Il permettra aux personnes âgées de rejoindre les marchés, ou les centres d’activités culturelles

Circulations douces

Nous proposons

La création d’un axe Est Ouest de pistes cyclables de la tour hertzienne à la Fourchette de Champigny

4 axes NS bien sécurisés (Bois l’Abbé vers Gare de Villiers, sur VDO liaison avec la gare de 3 communes, Centre-Ville, Ouest)

Des garages de vélos avec vidéosurveillance à la gare des Boullereaux, aux gares du nouveau métro, l’aménagement de garages à vélos sécurisés dans les écoles, les collèges et les lycées.

Des interventions plus efficaces contre stationnement sauvage des voitures sur les espaces réservés aux piétons. Des mesures contre la privatisation des trottoirs par certains riverains (sciage des potets d’interdiction de stationnement par des riverains).

Une amélioration de la circulation des personnes handicapées par l’aménagement total des trottoirs en particulier aux carrefours.

 

                Commerces, marchés entreprises

Nous proposons

La création sur la partie ouest de la Place Lénine d’un marché couvert réservé aux métiers de bouche

La desserte des marchés par minibus (pour permettre aux personnes âgées de venir aux marchés, lieux de lien social)

Des mesures techniques et financières pour favoriser l’installation sur les zones d’activité économique des entreprises actuellement enclavées dans le tissu urbain et pour lesquelles les livraisons-expéditions par camions  sont un gêne pour le voisinage et la circulation urbaine.

Que, dans le cadre de la mise en place du TVM en site propre, une attention particulière soit apportée à la desserte des commerces (livraisons) et que des parkings gratuits soient offerts tout au long de l’axe Général de Gaulle pour permettre aux clients potentiels des commerces de se garer à proximité.

           Sécurité

Nous proposons

La construction d’un commissariat central en ville. Celui du Bois l’Abbé est trop excentré ce qui gêne les interventions des forces de police et rend difficile les démarches administratives. Il est absolument nécessaire de pouvoir disposer d’un commissariat plus central, plus accessible et répondant aux normes fixées par le Ministère de l’Intérieur. La construction d’un tel commissariat peut fait l’objet de prêts à taux zéro consentis par le Ministère. Cette initiative  peut donner une force nouvelle aux demandes de Champigny quant au renforcement nécessaire des effectifs de la Police Nationale sur notre ville. Il est bien évident que nous ne serons crédibles dans cette demande d’augmentation des effectifs, que si nous proposons à la Police Nationale des locaux suffisants pour son activité.

Serge Brulfert

(Coteaux)

Les ASVP (Auxiliaires de Sécurité de la Voie Publique) font un travail très utile. Leur domaine d’activité croitra avec la nouvelle politique du stationnement prévue au centre-ville (stationnement payant au-delà d’une heure, extension de la zone bleue).

Nous sommes opposés à la création d’une police municipale dont la formation et l’entretien seraient une très lourde charge pour les finances campinoises. Nous sommes pour le renforcement de la présence de la police d’état et un travail concret de cette police avec les responsables communaux pour une police efficace,  proche de la population et ayant la confiance de celle-ci.

          Lutte contre les incivilités

Les incivilités, grandes ou petites ont tendance à se développer et nuisent à la quiétude de la vie en commun. Il faut avec courage mener une campagne continue, à long terme de conviction avec des moments forts et médiatisés. C’est un domaine difficile où les progrès sont lents mais il n’est pas question d’y renoncer. Il parait nécessaire de donner une importance particulière à ces campagnes dans le monde scolaire avec l’appui et en coordination avec les enseignants. 

       Vie sociale, famille, petite enfance

          Le renforcement des CMS (Centre Municipaux de Santé) et de nouveaux  moyens     pour étoffer leur activité

          La transparence dans l’attribution des places en crèches

          Le développement des crèches familiales

          La création d’une aide compensatoire pour les gardes d’enfants chez des particuliers agréés. Le montant de cette aide serait fonction du quotient familial

          La rénovation du foyer logement Talamoni qui doit être une structure d’accueil pour les anciens. Il serait nécessaire de doter ce foyer de personnel permanent et d’y lancer des animations.

          L’étude de projets intergénérationnels entre les différentes structures : crèches/maisons de retraites, etc.

Gabrielle Paluszek

(Centre Ville)

 

          Nous proposons par ailleurs la réalisation d’un annuaire des associations tenu régulièrement  à jour avec une présentation de chaque association, de ses activités. 

 

        Formation, Ecoles

La réforme Peillon pose de nombreux problèmes non dans son principe mais dans les conditions de son application.

La municipalité a demandé un report d’application de la loi jusqu’en septembre 2014. La ville de Champigny n’a en effet pas les moyens d’appliquer dans la pratique cette réforme et de proposer des activités intéressantes aux enfants.

                                                                            Agnès Loïal

                                                                           (Bois l’Abbé)

Les nouveaux horaires ne sont pas satisfaisants. Le temps de vie collective dans la journée n’est pas modifié, voire alourdi. Les   structures des écoles, telles qu’elles sont, ne sont pas adaptées à l’accueil des enfants pendant le temps périscolaire : il n’y a pas suffisamment d’espace disponible pour accueillir les animateurs et les enfants en dehors des salles de classe.

Les inégalités au sein même du département se creuseront davantage en fonction des moyens de chaque municipalité.

L’application immédiate de la loi est impossible. Il convient de se donner le temps de réfléchir à une meilleure réorganisation du temps scolaire pour le bien-être des enfants, aux moyens financiers et humains qui seront nécessaires pour mettre en place la réforme dans de bonnes conditions.

Les municipalités elles aussi ont besoin de temps pour organiser le nouveau système et il faut aussi leur donner plus de moyens pour former et embaucher des animateurs qualifiés.

Peggy Legros (Coeuilly)

Nous demandons

que soient estimés les coûts des investissements matériels et le nombre de recrutements d’agents qualifiés qui s’impose pour un bon fonctionnement de la réforme

que soient précisées les dotations qui seront à charge du ministère et le montant des charges qui seront supportées par le budget communal et qu’une négociation soit ouverte sur ce point.

que le réaménagement dutemps scolaire fasse l’objet d’un débat auquel participeront  les parents d’élèves et les enseignants.

Nous apporterons notre soutien aux

 initiatives d’aides à la formation, d’aide aux élèves en difficulté

associations d’initiative périscolaires à vocation culturelle et scientifique. Clubs jeunes (type Jeune Science etc.)

aux associations œuvrant à l’acquisition et la maitrise du Français par les immigrés pour favoriser leur intégration professionnelle et sociale. Nous souhaitons que la qualité de ces formations soit sanctionnée par un diplôme.                                                                           Gabrielle Vogelpoel

Etudiante

à la création d’un véritable ‘’Potager-Verger Municipal ‘’ permettant aux formateurs des classes primaires et des collèges de faire profiter leurs élèves d’un éveil à la Nature, via la connaissance des arbres fruitiers, des légumes, des plantes aromatiques. (don de ces légumes aux plus défavorisés)

au renforcement de la formation des éducateurs  employés sur la commune. Le critère de recrutement sur la base de proximité (être du quartier) ne sera pas considéré comme essentiel. L’acquisition de compétences lors de stages de formation organisés par une structure indépendante reconnue deviendra la norme

 

au développement du logement des étudiants et des jeunes ; avec la mise en place de moyens de transport en commun nouveau (TVM et ligne 15) Champigny va se trouver à proximité immédiate de deux universités novatrices Paris Créteil-Val de Marne et Paris Est Marne la Vallée. C’est évidemment un atout important pour les jeunes campinois(es) qui aspirent à  compléter leur cursus de formation pour s’insérer au meilleur niveau possible dans le monde du travail mais c’est aussi la nécessité pour notre ville de prévoir un parc logement étudiant. Des discussions doivent être engagées avec le CROUS (Comité Régional des Œuvres Universitaires) pour fixer les objectifs et les conditions d’investissement.

         Numérique

Le développement de la ville et de son économie suppose l’accession rapide et facile au très haut débit. Le souhait que les jeunes en cours de formation aient la possibilité d’avoir recours à des réseaux fiables et rapides renforce notre détermination à ce que tout Champigny puisse disposer de réseaux câblés à très haut débit.

Véronique Lambert Viguié

(Village Parisien)

Le câblage HD ou THD (haute définition, très haute définition) sont des éléments nécessaires mais pas suffisants pour l’implantation des entreprises. Ils doivent toutefois être réalisés pour que Champigny profite pleinement de ses autres atouts que constituent sa proximité de Paris, l’arrivée des transports en commun, l’existence de foncier disponible pour l’installation d’un hôtel d’entreprises, de télé centres, de bureaux…

            Culturel

Des efforts ont été faits dans le domaine des activités culturelles, c’est indéniable mais ces efforts doivent être poursuivis et mieux orientés.

Les efforts d’investissements doivent porter sur une remise en état de Gérard Philipe et en particulier sur l’amélioration de l’acoustique de la salle. Dans le cadre d’un plan d’urbanisme donnant une centralité au secteur des délaissés du projet de jonction autoroutière abandonné (16Hectares) l’intérêt d’un centre culturel en cette zone, accessible aussi bien du bas Champigny que du haut (Mordacs, Bois l’Abbé, Coeuilly) ne peut être négligé.

Les activités culturelles sur Champigny doivent faire l’objet d’une politique de communication plus large. Trop d’activités restent ignorées du public. Au studio 66 les séances Art et Essai sont noyées sous l’abondance des films commerciaux. Une meilleure mise en valeur s’impose.      

S      Sports,

Nous  proposons de doter la ville d’une piscine moderne centrale (délaissés de la VDO). La piscine Delaune est hors d’âge et son exploitation se traduit par un déficit important. La petite piscine Guimier est réservée aux groupes scolaires. Il y a nécessité d’une structure correspondant aux normes actuelles. Nous proposerons que cette piscine soit située dans une zone centrale, lieu de rencontre des Campinois des différents quartiers, c’est-à-dire dans le secteur des délaissés du projet abandonné de liaison autoroutière (secteur Leclerc-Parc du Plateau) ou un nouveau centre urbain sera créé (voir chapitre urbanisme)

        Intercommunalité :

La zone Champigny+Villiers+Bry+Chennevieres qui correspond au contrat de développement territorial (CDT actuel) est trop restreinte suivant les critères de la loi (137.000 h seulement)

                                                                                                                Audrey Leclerc

Chargée de Mission à la Région Ile de France

(Maroc)

Il faut réfléchir à la création d’une intercommunalité plus vaste et ce à partir du CDT existant. Une logique de développement autour des axes lourds de transport en commun parait judicieuse (ligne 15 du Grand Métro, RER A, TVM, Altival). Dans cette logique il apparait nécessaire d’intégrer Joinville. La question de l’association avec Saint Maur et/ ou Noisy le Grand doit être posée.

La municipalité, pour sa part, propose de faire de l’ACTEP structure qu’elle a initié mais qui est un simple structure d’étude sans aucune capacité décisionnelle, le domaine de cette intercommunalité. Ceci parait illusoire. Plusieurs communes de l’ACTEP ont déjà choisi d’autres structures d’intercommunalité.

Changer la ville

Créer un centre-ville….

organiser des centres de quartiers.

 C’est un plan d’urbanisme novateur qu’il faut à Champigny

 

Rêvons à tout ce qu’on pourrait imaginer pour Champigny avec l’objectif de faire de ces rêves la réalité des prochaines années

Réhabilitation du Ru de La Lande et du Ruisseau de Coeuilly possibilité de mise à ciel ouvert de certains tronçons. Mise en paysage d’une Place Lénine apaisée.

Etudier la possibilité d’élargir la rue Dupertuis entre le Rond -Point Colonel de Grancey et la rue Thiers dans le but d’une mise en double sens de l’axe Dimitrov Dupertuis et du passage de la rue Albert Thomas en voie piétonnière avec seulement circulation des bus

Extension ouest de la Place Lénine : création d’un marché couvert

Un schéma directeur pour les 16ha de la VDO  pour en faire un centre attractif pour les autres quartiers (sports, culture, administration). On ne peut pas se contenter de débattre sur la question de savoir si les 16ha de l’ancienne liaison autoroutière vont être consacrés uniquement au logement ( 200 à 400 logements à l’hectare étant la norme on arrive à 3200 à 6400 logements !) ou si on penche comme M. Adenot pour une solution mixte plus raisonnable (1/4 logements, 3/4  activités commerciales et artisanales).

Il faut repenser totalement ce secteur. Jusqu’à présent cette friche qui subsiste du projet abandonné de liaison autoroutière A4-A6, coupe la ville en 2 accentuant la séparation de Champigny en deux entités trop distinctes : le Plateau (Coeuilly, Bois l’Abbé, Mordacs) et la vallée de la Marne. Il faut éviter de pérenniser cette coupure.

Nous proposons un plan d’urbanisme pour faire de ces 16 hectares disponibles un centre de rencontre entre les quartiers du haut et du bas de Champigny. Il faut que ce secteur devienne un pôle attractif pour tout Champigny. Pour cela il faut un projet qui propose la localisation en ce secteur d’ensembles d’intérêts communs (centre sportif dont piscine, centre culturel, nouveau commissariat + ?). Ce quartier nouveau à créer sera desservi par Altival et sa fréquentation sera aussi facilitée par la proximité de gare du Métro Express (Provisoirement nommée 3 communes) et par le nouveau réseau bus desservant cette gare.

Il tirera aussi son attractivité de la proximité du Parc Départemental du Plateau.

 Champigny dispose dans ce secteur du foncier disponible pour créer un nouveau centre urbain, moderne et attractif représentatif d’une volonté de créer une meilleure façon de vivre ensemble.

Nous faisons des projets pour Champigny, nous vous invitons à en faire avec nous les réalités de demain en soutenant la liste Entente Citoyenne pour la Démocratie Participative et l’Ecologie, aux élections municipales des 23 et 30 mars prochains