Archives mensuelles : mars 2014

Après le premier tour des municipales 2014

Premières impressions

 

On est un peu déçu, non par les résultats on en parlera plus loin mais parce que nous ne pouvons pas cette fois ci nous livrer aux petites enquêtes que nous faisions toutes les fois précédentes à savoir regarder à la loupe pourquoi l’abstention touche plus tel quartier que tel autre, comment les voix de droite (ou de gauche) varient d’un scrutin à l’autre. Pas d’analyse fine, ni d’exégèses pointues cette fois ci. Pourquoi ? La raison est très simple. On ne peut comparer que ce qui est comparable. Or récemment le nombre des bureaux de vote a été porté de 39 à 43 et surtout les limites de nombreux bureau de vote ont changé. On a ajouté 2 rues à celui-ci, échangé deux pâtés de maisons entre deux bureaux etc. Faire une comparaison entre les résultats des municipales de 2008 et les résultats de 2014 bureau de vote par bureau de vote s’avère donc impossible. Les seuls repères qui demeurent constants sont les cantons. La photographie électorale y perd en précision mais c’est à cette échelle seulement que les comparaisons sont fiables. Rappelons qu’il y a quatre cantons sur Champigny :

Le canton ouest, le canton centre, le canton est et une partie du canton de Bry (quartiers du Tremblay et de Polangis)

 

Quelles sont les évolutions notables sur ces cantons ?

 

L’abstention progresse entre 2008 et 2014.  Il y a 21.619 votants pour 43.050 inscrits (soit une participation toute juste supérieure à 50% (50,22%) cette année alors qu’en 2008 lors des précédentes municipales 23.046 des 41.948 inscrits étaient allés voter (54,94%). La baisse de la participation est donc de 4,72% (près de 2.000 électeurs). Cette baisse est-elle équivalente dans les différents cantons ? On passe d’une participation de 58,68% en 2008 sur le canton ouest à 54,60% (-4,02%) en 2014. Sur le canton centre la variation est de 56,08% en 2008 à 50,37% en 2014 (-5,71%). Sur le canton est, on passe d’une participation de 51,74% en 2008 à 46,74% en 2014 (-5,00%). Enfin sur le canton de Bry on passe de 51,91% à 49,56% (-2,35%). Peut-on tirer des conclusions de ces chiffres ? Il convient d’être prudent mais on constate que la baisse est la plus faible sur le canton de Bry où l’habitat pavillonnaire est dominant et plus forte sur ceux du centre et de l’est où existent de grands ensembles HLM (les 4 cités pour le centre, Les Mordacs et le Bois l’Abbé pour le canton est. Si on cherche à regarder plus en détail cette impression se confirme. Certes on a toujours plus voté dans les quartiers où prédomine le pavillonnaire que dans ceux des grands ensembles HLM. Toutes les élections précédentes qu’il s’agisse des présidentielles, des législatives, des municipales etc. Cette fois ci le recul est général mais il est plus fort dans les grands ensembles HLM. Qu’on en juge. Sur le canton est les bureaux correspondant au Bois l’Abbé (32, 33,34 et 42) donnent de 37,56 à 42,21% de votants en 2014 contre une participation qui va de 44,16 à 47,15% pour les 3 bureaux correspondant au même secteur en 2008 soit une baisse de 6 à 7% de la participation pour le Bois l’Abbé.  A contrario les bureaux 26 et 27 (Ecole Romain Rolland) correspondent à des habitats exclusivement pavillonnaires. On y avait voté à 54,93 et 54,91% lors des municipales de 2008. Ce 23 mars les chiffres sont de 52,32 (-2,61%) et 53,44(0,47%).

 

Si l’abstention augmente partout il existe un différentiel notable, l’augmentation de l’abstention est de l’ordre de 3 à 4 fois plus importante dans les grands ensembles de logements sociaux que dans les secteurs pavillonnaires. Comme on sait que globalement les secteurs pavillonnaires votent plus à droite que ceux des grands ensembles (ceux de Romain Rolland étaient les seuls à avoir placé M. Sarkozy en tête au deuxième tour de la Présidentielle 2012) il est clair que ce différentiel de vote a plus favorisé la droite et l’extrême droite au premier tour. Il est donc essentiel que la gauche tienne compte de ce facteur si elle veut s’assurer une victoire nette au deuxième tour. Encore faudrait-il savoir précisément ce que reflète cette augmentation de l’abstention. S’agit-il d’un rejet global de la politique, d’un ressentiment vis-à-vis de la politique du gouvernement et d’un sentiment d’abandon ou d’un désintérêt vis-à-vis de la politique menée par la majorité de gauche sortante ? Selon l’explication choisie la marche à suivre pour ramener au vote citoyen ces nouveaux abstentionnistes sera différente. Faire le bon choix c’est le défi proposé à la gauche campinoise puisque c’est là que se trouvent ses réserves potentielles.

 

Car la gauche n’est pas KO loin de là mais elle a pris des coups

 

En 2008 les deux listes de gauche (celle PC+PS+PG) et celle de Entente Citoyenne (Forum) totalisaient 12692 voix (56,34% des suffrages exprimés). En 2014 les deux mêmes listes ont rassemblé 10577 voix (-2145 voix) et 50,41% (-5,93%). Encore faut-il souligner que ce résultat global est trompeur puisque la liste Adenot montre un net recul tandis la liste Fuchs (Entente Citoyenne) obtient un résultat légèrement supérieur à celui de 2008.

 

La liste de Dominique Adenot recule mais avec 9121 voix (43, 47% des exprimés) elle reste largement en tête. Elle perd 2343 voix et 7,42% par rapport à 2008. Ses pertes s’élèvent -10,90 points sur le canton ouest,-7,09 points sur le canton centre, – 6,96 points sur le canton est et -10,19 points sur le canton de Bry. Ce sont dans les cantons ou domine l’habitat pavillonnaire que la liste Adenot perd le plus d’influence. Pourquoi ces pertes se localisent-elles ainsi ? S’agit-il d’électeurs de gauche déçus par la politique municipale vis-à-vis de leurs quartiers ? S’agit-il dans ces quartiers ou traditionnellement l’électorat PS est plus important de sympathisants socialistes déçus du mariage forcé avec le PCF dès le premier tour qui se sont réfugiés dans l’abstention tandis que dans ces quartiers où elle forte la droite se mobilisait fortement ? Difficile de le dire en l’absence de données d’enquêtes mais il est clair que le résultat de ce premier tour des municipales montre une exagération de la fracture politique qui dans notre commune existait déjà entre les différents types d’habitat

 

Notre liste Entente Citoyenne pour la Démocratie Participative et l’Ecologie, présentée par Forum des Boucles de la Marne (Gauche Citoyenne) et par Europe Ecologie-Les Verts recueille 1456 voix et 6,94% soit 228 voix et 1,49% de plus qu’en 2008. Le progrès est faible mais quasi uniformément réparti sauf dans les bureaux 37 et 38 où nous doublons notre pourcentage. Il y a 4 bureaux dans lesquels nous dépassons 10 % contre 1 en 2008.

 

Ne cachons pas nous espérions mieux et la plupart des observateurs estimaient que nous serions proches de 10% ou au-dessus. Est-ce le caractère plus national de la campagne ? Des erreurs de la campagne qui expliquent que le succès soit plus limité que prévu ? Nous allons devoir sérieusement examiner les résultats et remettre en question notre stratégie.

 

Une droite en quête de succès ?

 

Avec 7790 voix et 37,13% des suffrages exprimés la liste de Laurent Jeanne réalise un bon score. Certes c’est  2144 voix et 6,53 points de moins que l’ensemble des 3 listes qui représentaient la droite et le centre droit en 2008 (M. Chriki pour l’UMP, M. Juhel pour Divers Droite et M. Jeanne pour le MoDem)  mais en 2008 le Front National n’avait pas présenté de liste et les voix (2613) qu’il peut recueillir en 2014 il les a prises majoritairement (mais pas exclusivement) dans l’électorat de droite. La liste Jeanne dépasse 50% dans 3 bureaux de vote (M. Cachin Primaire, L. Frapié Primaire et Jean Jaurès Primaire) mais est en dessous de 25% dans 9 bureaux correspondant à des quartiers à  fort quotient de logement social (Les Boullereaux, le Plateau, les deux bureaux des Mordacs, les 5 bureaux du Bois l’Abbé) avec un score particulièrement bas : 9,57%  au bureau 33 (J. Solomon maternelle au Bois l’Abbé). Clairement la droite n’arrive pas à obtenir un soutien sensible dans l’électorat populaire. La déception que cet électorat éprouve vis-à-vis de la politique du gouvernement socialiste ne le conduit pas pour autant à voter à droite.

 

Le flop municipal du Front National

 

Le parti d’extrême droite n’avait pas présenté de liste aux municipales à Champigny depuis 1995. Sur la foi du résultat de la cantonale de 2.011 où les électeurs du canton centre avaient accordé 16,82% de leurs suffrages à un candidat FN totalement inconnu (avec un pourcentage d’abstentionniste de 62%) on pouvait s’attendre à ce que la liste Rougier obtienne entre 15 et 20% des suffrages. Il n’en est rien La liste Rougier plafonne à 2613 voix et 12,45%  c’est-à-dire pratiquement le même pourcentage que Marine le Pen à la présidentielle. Ses points forts, là où il dépasse 15% sont localisés dans 5 bureaux, celui des Boullereaux ou il fait jeu égal à une voix près avec la liste Jeanne  4 bureaux de zones à dominante pavillonnaire.

 

Sans grand ancrage local, avec un programme municipal restreint à quelques principes de sa politique générale (préférence nationale) le Front National ne réalise pas la percée que certains craignaient à Champigny. Toutefois la permanence de ses résultats électoraux, alors que son activité militante à Champigny est quasi nulle atteste de l’existence d’un courant politique d’extrême droite dans notre ville.

 

La force de la raison

Pourquoi avons-nous fusionné avec la liste de Dominique Adenot?

Notre liste Entente Citoyenne pour la Démocratie Participative et l’Ecologie a présenté au premier tour un programme qui mettait l’accent entres autres sur les progrès à réaliser à Champigny dans les domaines de la démocratie locale et de l’environnement. Les rencontres que nous avons eues avec Dominique Adenot  nous ont montré que nous pouvions faire partager notre point de vue et agir ensemble. Nous avons donc décidé après un débat au sein de notre liste  qui regroupe des membres de Forum des Bouches de la Marne (Gauche Citoyenne), d’Europe Ecologie-Les Verts et des personnalités, de participer à la liste d’Union de la Gauche et des Ecologistes conduite par Dominique Adenot. Nous avons à cœur d’apporter notre vision des problèmes et de contribuer avec l’ensemble de la liste à développer à Champigny la participation de tous à la vie de la commune, un cadre de vie respectueux de l’environnement, un mieux vivre dont nous avons tous besoin.

Au cours des journées de lundi et mardi deux d’entre nous, Yves Fuchs pour Forum et Audrey Leclerc pour Europe Ecologie-Les Verts ont rencontré à plusieurs reprises M. Dominique Adenot pour examiner les points sur lesquels nous pouvions trouver un accord.

Concrètement sur quels points avons-nous avancé ?

Nous avons demandé et obtenu que soit revu le fonctionnement des conseils de quartier et que soit prise en considération notre proposition de rénovation de leur structure (bureau de 8 à 12 membres dont 2 représentants du conseil municipal, dont un de l’opposition et un de la majorité). Nous avons obtenu l’accord de M. Adenot pour que ces conseils soient dotés de budgets participatifs 

 

Nous avons demandé et obtenu que soit révisé le règlement intérieur du conseil municipal pour que de véritables débats ouverts y aient lieu. Une réflexion sera engagée à ce sujet.

 

Nous avons demandé et obtenu que soient mises en place de commissions extra-municipales réunissant élus, associations, citoyens intéressés et que ces commissions se réunissent régulièrement. L’expérience a en effet montré que les (rares) commissions extra-municipales existant par le passé  (espaces verts, antennes de téléphonie mobile, etc.)  avaient une vie éphémère. Elles étaient créées lorsqu’un évènement suscitait une mobilisation citoyenne particulière puis sombraient dans l’oubli une fois l’émotion retombée.


Nous avons demandé  et obtenu que soit créée une structure communale chargée de la surveillance de l’environnement. Champigny a été autrefois le siège d’activités industrielles aujourd’hui disparues (friches industrielles). Celles-ci ont laissé des pollutions dont il importe d’effectuer un recensement précis afin de procéder aux travaux de dépollution nécessaires et afin que les nouveaux aménagements qui pourraient être prévus sur ces zones se fassent dans le strict respect des normes d’hygiène et de sécurité. Nous avons rappelé à ce sujet combien la découverte des pollutions au PCB (polychlorobenzène) et PCE( polychloroéthylène) de la ZAC des Bords de Marne (ex Air Liquide) et celle au benzène liée à la station ESSO rue du Monument était le fait de l’activité et de la vigilance des citoyens. Il est nécessaire qu’une structure municipale assure un relevé et une surveillance des problèmes existants ou à découvrir. Nous avons aussi à ce sujet évoqué la présence d’amiante dans des logements HLM anciens.


Nous avons demandé et obtenu que l’amélioration du tri sélectif soit mis à l’ordre du jour ainsi que la mise en place d’une aide au développement du compostage des déchets verts 

 

Nous avons demandé et obtenu qu’un plan d’action  soit mis en place à l’issue de l’étude en cours sur les pertes d’énergie dans les bâtiments communaux et que les mesures appropriées soient prises.

 

Bien sur un certain nombre de points de notre programme n’ont pas été repris. Nous continuerons cependant à les défendre. Ce qui a nous a convaincu d’entrer dans une logique d’union au 2ème tour c’est le fait que ce qui était quand même au centre de nos préoccupations à savoir faire progresser la démocratie participative, la démocratie locale à Champigny et obtenir des avancées concrètes dans le domaine de l’environnement était sérieusement pris en compte désormais et toute notre action, si nous sommes élus, sera de veiller à ce qu’il en soit ainsi.

Note mise en ligne le 28 mars 7h;

Le texte ci-dessus relate la démarche qui a été la nôtre après le premier tour. Le lecteur peut parfaitement ne pas être d’accord et exprimer son point de vue. Le débat est libre et le nombre des intervenants prouve combien le sujet pose question.

Toutefois les manipulations, elles, sont inadmissibles. Le type de logiciel qui équipe ce site permet au modérateur de connaitre l’ IP  de l’ordinateur origine. Nous avons ainsi constaté que de nombreux messages particulièrement virulents provenaient de 2 ordinateurs seulement. Les auteurs qui prétendent avoir voté vert (sic) au premier tour  signent avec des pseudonymes différents des textes très proches les uns des autres.

Il s’agit clairement d’une manœuvre visant à donner l’impression que nous sommes massivement désapprouvés. Petite manœuvre. La discussion la vraie continue.

 

 

Des candidats expliquent les raisons de leur engagement

Des candidats de la liste Entente Citoyenne pour la Démocratie Citoyenne et l’Ecologie prennent la parole et expliquent les raisons de leur engagement sur la liste, ce qu’ils souhaitent pour Champigny. Découvrez  Nicolas Josse, Jean Marie Lagache, Thérèse Vichy à travers ces petits clips vidéo

http://youtu.be/v4VaRuU4yVg

http://youtu.be/RKwimlbfb7o

ainsi que Chrysis Caporal et Véronique Lambert

Commentaires sur les programmes de MM Dominique Adenot et Laurent Jeanne

Les programmes des listes conduites respectivement par M. Dominique Adenot, maire sortant (PCF+PG+PS) et M. Laurent Jeanne (UMP+UDI+Debout la République+Div), ont été distribuées sous forme de brochures imprimées. Leur lecture permet de relever des points intéressants mais aussi les faiblesses et les lacunes. Nous expliquerons aussi pourquoi nous sommes résolument opposés à certaines propositions.  

Dans le programme de M. Dominique Adenot nous avons relevé un certain nombre de propositions que nous jugeons positives. Nous citerons pêle-mêle la défense du service public, le souhait de ramener la maitrise de la distribution de l’eau dans le domaine public, la volonté affirmée à maintes reprises de prendre des mesures pour améliorer les déplacements des personnes (métro, Altival, TVM), l’insistance à défendre ce bel acquis social que sont les centres de santé. Ces orientations nous les jugeons positives et elles sont cohérentes avec certaines mesures prises par la municipalité sortante et pourtant ce programme ne remporte pas notre adhésion. Pourquoi ?

Un certains nombres d’assertions nouvelles rejoignent des propositions que Forum a faites depuis longtemps, qui avaient été reprises en séances du Conseil Municipal par notre élu Yves Fuchs et avaient alors été combattues par M. Adenot et sa majorité. Cela concerne aussi bien l’extension de la zone bleue et la création d’une zone de stationnement payant que la proposition de donner un nouveau souffle au tri sélectif (on sait et nous l’avons rappelé bien souvent que Champigny trie mal et que cela coute cher), que le compostage des déchets. C’est aussi le cas d’une revendication formulée par Forum il y a déjà longtemps (en 2001) celle d’une nouvelle piscine

Comment direz-vous la municipalité reprend un certain nombre de propositions que vous faisiez et au lieu de vous réjouir de ces évolutions vous faites la fine bouche. C’est de la mauvaise foi.

Non ce n’est pas de la mauvaise foi. Nous sommes heureux d’avoir contribué à faire avancer un certain nombre d’idées que ce soit par nos tracts ou par l’action de notre élu (et nos élus au prochain Conseil continueront d’agir ainsi) mais en même temps nous craignons que ces changements soient de la poudre aux yeux. Certaines propositions de ce programme sont en effet difficilement crédibles.

Comment croire ce programme quand on nous affirme, à propos des antennes de téléphonie mobile, qu’il existe un comité regroupant les élus, les associations et les opérateurs ? Un comité où ? composé de qui ? Les campinois, les associations PRIARTEM de Coeuilly et du Tremblay qui ont dû venir manifester devant la mairie pour obtenir la tenue de réunions n’ont jamais entendu parler de ce comité.

Comment peut-on croire que la municipalité fait tout pour les personnes agrées comme elle l’affirme (p 14) lorsque celles-ci se plaignent du mauvais entretien des locaux, du manque d’animation etc. (foyer Talamoni)

Comment croire ce programme quand on nous dit avec juste raison que l’arrivée du métro en centre-ville va bouleverser ce secteur de Champigny et qu’on ne nous propose comme solution que la création du très controversé Union-Jaurès, la possibilité de construire à R+9 de Dupertuis à la nouvelle gare des deux côtés de Jean Jaurès et un vague projet de rénovation autour de la Place Lénine, projet pour lequel du foncier est mis en réserve depuis 5 ans mais sur lequel l’équipe municipale se refuse depuis 5 ans aussi à fournir aucune indication.

Et surtout comment croire à ces déclarations en faveur de la démocratie participative (p. 22 Champigny a besoin de vous) quand on sait combien les pratiques de la municipalité, ont tué la vie des comités de quartier. M. Adenot est-il prêt à remettre en cause le règlement qu’il a fait voter dès 2008 (avec l’appui de la droite, seul conseiller à voter contre : Yves Fuchs). Rappelons que ce règlement prévoit un bureau composé de 5 représentants de la majorité, 1 de l’opposition et 3 fonctionnaires municipaux. Aucun habitant du quartier n’en fait partie, l’ordre du jour est fixé par la mairie et aucun habitant du quartier ne peut le modifier. Dans ces conditions on comprend que le nombre des participants ait rapidement diminué au point que depuis 2 ans la plupart des conseils de quartier ne se sont plus réunis.

Disons-le dans ce domaine de la pratique démocratique et dans d’autres encore les promesses de M. Adenot laissent beaucoup de Campinois sceptiques, très sceptiques.

Et le programme de la droite alors quelles qualités et quels défauts lui trouvez-vous ?

Nous sommes en désaccord avec certaines propositions majeures de M. Laurent Jeanne et de sa liste concernant le logement, les transports en commun (TVM) et la création d’une police municipale.

Pour ce qui concerne le logement le programme de M. Jeanne propose d’arriver à un équilibre des trois tiers : « 1/3 de pavillons, 1/3 de HLM et 1/3 de résidences en copropriété » Enoncée comme cela cette proposition est séduisante et parait de bon sens mais est-elle applicable? Comment pourrait-on faire ? M. Jeanne n’envisage certainement pas de faire abattre du logement social et le voudrait-il qu’il ne le pourrait pas. Alors ? Construire suffisamment de locatif privé et de pavillonnaire pour ramener la part du logement social de 41 à 33% ?qu’est-ce que cela signifie ? Cela n’est possible que par un effort particulier pour la construction d’environ 900 logements dans le privé sur 6 ans. Bel effort de bétonnage en perspective…..et sans doute de bonnes affaires à réaliser….. Une autre façon de réaliser cet objectif (ramener de 41 à 33% la part du logement social sur notre ville) consiste à mettre en vente une partie du parc de logements sociaux. Des villes qui ont basculé à droite dans les années 80 l’ont fait. La plupart des locataires n’ont pas eu les moyens d’acquérir leur logement. Ils ont dû partir. C’est une opération financière qui chasse de leur ville les familles socialement défavorisées. Est cela que l’on souhaite ? L’exclusion ?

Page 14, incidemment, cette phrase «  accueillir le TVM en site banal afin de préserver la vie des quartiers Fourchette-de Gaulle ». En site banal ? Traduit en langage clair cela veut dire abandonner le site propre. Ce n’est pas sérieux. Un bus s’appellerait-il TVM ou non qui ne serait pas en site propre roulerait lentement, serait bloqué par les embouteillages etc. C’est une proposition qui vise à tuer le projet. Un TVM  sans site propre n’a plus de sens. L’affirmer ainsi signifie qu’on est en fait contre le TVM mais qu’on n’a pas le courage de le dire clairement.

Que des problèmes se posent quant à la réalisation du TVM dans les meilleures conditions pour les riverains, les commerces etc. nous l’avons à Forum jamais nié (voir en particulier sur ce site l’article intitulé Le TVM à Champigny en 2016 ? mis en ligne le 30 mai 2013) mais cela suppose une meilleure discussion avec les riverains et certains aménagements.

Page 15 enfin le refrain de la Police Municipale. Nous disons que c’est une fausse bonne solution. La création d’une police municipale est-elle un critère d’une sécurité améliorée ? Posez-vous la question. Se sent-on plus en sécurité à Villiers sur Marne ou à Saint Maur qu’à Champigny ?

La police doit rester affaire d’état, c’est une garantie de sa neutralité. Que peut-on craindre d’une police qui serait entièrement aux ordres du maire et servirait donc celui-ci ?

Ensuite il y a tromperie volontaire sur le coût de cette police. M. Jeanne reprend une méthode de calcul qu’il reproche très justement à M. Adenot lorsque celui calcule la charge fiscale par habitant. C’est évidemment de la charge par foyer fiscal assujetti à l’impôt qu’il faut tenir compte. Si on calcule alors la charge supplémentaire induite par les salaires de ces 22 policiers municipaux elle s’élève à 65-70 euros par an et par foyer fiscal payant l’impôt.

La charge serait en réalité beaucoup plus lourde. La somme prévue par M. Jeanne (800.000 euros par an) couvre tout juste la rémunération de 22 policiers et les charges sociales afférentes. Or les policiers vont coûter bien plus cher car il faudra les former, les vêtir, les armer, leur donner des moyens de communications fiables, des véhicules, un commissariat sécurisé, un parking sécurisé ; Tout cela coûtera très cher aux Campinois et on sera bien loin au-dessus des sommes avancées par M. Jeanne et ses amis.

Encore un transfert de charges vers la commune et une augmentation des charges pour le contribuable campinois. Ce n’est pas ce que nous souhaitons pour Champigny.

Pour notre part nous sommes pour une amélioration des moyens techniques et des effectifs de la police d’état et un renforcement de sa collaboration avec la mairie.

Nous proposons en particulier (voir notre programme) que la mairie planifie la construction d’un commissariat moderne, central, en bénéficiant des aides financières du Ministère de l’Intérieur comme cela est prévu par les textes en vigueur. Cette décision mettrait Champigny dans une position favorable pour demander les effectifs plus importants dont la ville a besoin.

Enfin dernière page du projet (page 19) il est étonnant de voir la droite proposer de «  réinventer une démocratie locale en panne et verrouillée par le Parti Communiste » Les auteurs ont oublié que les représentants de la droite au Conseil Municipal se sont bien satisfaits du règlement des conseils de quartier proposé par le maire en début de mandature. Ce règlement de verrouillage ils l’ont tellement approuvé que tous UMP de M. Schmidt, Divers Droite de M. Chevalier, MoDem de M. Jeanne ont voté cette fois-là avec la majorité municipale. Le verrouillage qu’ils dénoncent aujourd’hui a été approuvé par 48 voix pour et 1 contre (celle de Yves Fuchs élu Gauche Citoyenne-Europe Ecologie Les Verts.

Aujourd’hui ils annoncent leur engagement pour la démocratie participative et l’écoute de la parole des citoyens.

Les périodes pré-électorales encouragent, c’est clair, l’épanouissement des vertus.

 

L’accessibilité de la voirie et des espaces publics dans la commune pour les personnes handicapées

par Jean Fourtoy

Ce que prévoit la loi (Décret n° 2006-1658 du 21 décembre 2006 relatif aux prescriptions techniques pour l’accessibilité de la voirie et des espaces publics)

Dans les communes de 5 000 habitants et plus, il est créé une commission communale pour l’accessibilité aux personnes handicapées composée notamment des représentants de la commune, d’associations d’usagers et d’associations représentant les personnes handicapées.

Cette commission dresse le constat de l’état d’accessibilité du cadre bâti existant, de la voirie, des espaces publics et des transports. Elle établit un rapport annuel présenté en conseil municipal et fait toutes propositions utiles de nature à améliorer la mise en accessibilité de l’existant.

Le rapport présenté au conseil municipal est transmis au représentant de l’Etat dans le département, au président du conseil général, au conseil départemental consultatif des personnes handicapées, ainsi qu’à tous les responsables des bâtiments, installations et lieux de travail concernés par le rapport.

Le maire préside la commission et arrête la liste de ses membres.

Cette commission organise également un système de recensement de l’offre de logements accessibles aux personnes handicapées.

 Ou en est-on à Champigny ? Il est vraisemblable que, faute des moyens nécessaires, la loi du 11 février 2005 imposant l’achèvement de l’accessibilité en 2015 ne sera pas respectée, et qu’il faudra attendre beaucoup plus longtemps, avant d’atteindre les objectifs fixés.Toutefois on peut suivre certaines pistes :

1° Redéfinir les priorités, c’est à dire qu’au lieu de faire des rond-points, dont l’utilité est parfois discutable, on recentrera les budgets vers l’amélioration de l’accessibilité des services publics , on cherchera à améliorer la circulation des personnes handicapées en fauteuil roulant, en prévoyant des accès aux trottoirs et en prenant toutes les dispositions pour éviter que les trottoirs soient encombrés par des véhicules en stationnement empêchant toute circulation piétonnière (à Coeuilly certains trottoirs sont impraticables)

2° Logement

La loi prévoit que les nouvelles constructions doivent être aux normes permettant aux personnes handicapées l’accès et la vie aux logements. Il reste beaucoup à faire pour l’existant. Il faut que le dialogue s’engage avec les bailleurs pour la mise aux normes des bâtiments et appartements occupés par les personnes handicapées, mais aussi pour que les personnes âgées se retrouvant en état de mobilité réduite puissent bénéficier d’autres logements mieux adaptés à leur situation.

Ces pistes de travail pourraient être reprises dans la future commission