Archives mensuelles : septembre 2015

Le meilleur et le moins bon de cet été

Il y a à Champigny des évènements, des faits qu’on aime et d’autres au contraire qui ne plaisent pas. Il faut parler de tous les bons et les moins bons. C’est sans doute la meilleure façon de faire pour améliorer les choses. Parler de ce qui plait et de ce qui ne plait pas pour que les Campinois-es se mobilisent en faveur de solutions positives pour notre ville.
Ce qui nous a beaucoup plu

L’activité d’une association de Coeuilly qui s’est formée l’an dernier avec pour nom : J’aime mon marché et pour mot d’ordre « le Marché de Coeuilly reprend sa place ». (Site internet http://www.marchedecoeuilly.com)
Il faut dire qu’il allait mal le marché de Coeuilly, déclinant d’année en année, avec de moins en moins de commerçants et de chalands.
Les quelques commerçants qui restaient faisaient de leur mieux pour défendre le petit marché lieu de rencontre et de convivialité, de lien pour le quartier mais l’avenir paraissait bien sombre. Certains l’avaient déjà enterré. Et puis une initiative citoyenne a démarré avec pour but d’animer le marché, de le rendre vivant. De bouche à oreille la nouvelle s’est propagée et le succès est venu. On se presse maintenant au Marché.


Le thème de l’animation cette fois c’était l’automne. La prochaine animation aura lieu le 18 octobre et aura cette fois pour thème « Vive l’été Indien » et vous verrez en consultant le site de l’association que des thèmes sont déjà prévus jusqu’en février 2016. Bravo l’enthousiasme et vous qui lisez penser à soutenir le marché de Coeuilly, c’est sympa et cela fait une promenade le dimanche matin.

Pour vous tenir au courant de l’actualité de Coeuilly connectez vous à

https://kiosquecoeuilly.wordpress.com/

Ce qui nous plait aussi
Le 30 septembre à 20H aura lieu dans la salle du Conseil Municipal la présentation du projet d’aménagement »Union Jaurès » par Bouygues immobilier. En quoi cela peut-il faire plaisir ? Rappelez-vous bien. Bouygues était arrivé il y a quelques années avec un projet tout ficelé qui ne prenait absolument pas en compte les intérêts des riverains. Ceux-ci ceux des rues d’l’Union, de Georgette et Marcel Sembat, de la rue Thiers et de la rue Dupertuis se sont groupés en association. Ils ont saisi le Tribunal Administratif et ils ont gagné. Bouygues a dû revoir sa copie, négocier avec les riverains, repenser l’intégration de son projet dans l’urbanisme (lui-même en pleine mutation).
Au départ les riverains avaient conscience de l’enjeu et aussi de la disproportion apparente des forces. Nous ne savons pas si la présentation qui sera faite le 30 septembre leur donnera définitivement satisfaction mais ils se sont imposés comme des partenaires de négociation traitant d’égal à égal avec Bouygues immobilier.
Pour nous et c’est important toute démarche d’urbanisme dans la ville doit se faire avec les habitants.

Encore du positif….
On voit depuis peu (depuis mai nous dit-on mais nous les avons découverts en septembre) des ASVP (ils seraient 4) qui circulent sur des vélos bleus marqués « Ville de Champigny ». Ils sont particulièrement chargés de la surveillance de la zone bleue étendue désormais le long de l’Avenue Roger Salengro jusqu’à La Fourchette afin de lutter contre le stationnement des voitures ventouses et dégager des stationnements pour les clients des commerces.
C’est bien d’avoir doté les ASVP de vélos. Bien sur 4 vélos cela ne révolutionne pas les conditions de circulation ou ne résout le problème de la pollution mais cela a valeur de symbole, d’engagement dans le bon sens. Et puis c’est quand même 2 voitures de moins.

Les arbres coupés question et réponse
Nous avons reçu un courrier électronique d’une dame du Village Parisien (avec son autorisation nous la reproduisons ici ainsi que la réponse faite par les services municipaux à nos élus.
Message de V (25/8)
« J’ai pris des photos il y a une dizaine de jours du passage qui va de la ZAC proche du gymnase Emile Victor et lycée au cimetière de Coeuilly. Les arbres ont été coupés, les trous recouverts de bitume…l’aménagement laisse peu de place aux espaces verts. »
Nos élus ont posé la question aux services municipaux compétents

Les catalpas ont été coupés

Voici leur réponse :
Suite à votre demande, voici le récapitulatif des raisons pour lesquelles les arbres de l’allée piéton/vélo située entre le lycée Marx Dormoy et l’avenue Maurice Thorez ont été abattus :
– Le proviseur nous a demandé suite à des agressions de supprimer ces arbres. Les grandes feuilles des catalpas de faible hauteur masquaient la visibilité de jour comme de nuit (les lanternes étaient dans les feuilles).
– Les racines de ces arbres soulevaient le sol, qui était devenu dangereux (risque de chute)
– L’état phytosanitaire des arbres n’était pas très bon (chute de branches) ce qui les rendaient dangereux pour les piétons.

Je précise que l’ensemble des arbustes (2 haies longeant l’allée de part et d’autre du cheminement piéton) sont maintenues.

Il faut savoir enfin que dans le cadre de l’ouvrage à créer pour le Grand Paris (2017 ?), cette allée est appelée à être démolie. Selon le dernier plan (projet) les arbres auraient de toute façon été abattus. Mais étant donné le danger, nous avons souhaité les abattre dès maintenant. Une replantation sera bien sûr possible lors du réaménagement après travaux, en choisissant cette fois les essences avec discernement »
Nous prenons note de ces explications. Il est certain qu’un certain nombre d’aménagements vont devoir être revus suite aux travaux du Grand Paris Express (dans le cas de ce secteur l’implantation d’un puits de secours). Nous souhaitons que ce secteur soit repensé en concertation avec les résidents du Quartier du Village parisien et aussi avec le Lycée.

Ce qui ne nous plait pas

LA PROLIFERATION DES DEPOTS D’IMMONDICES
Cela va du sac plastique qui traine sur le trottoir, de la canette de bière qui roule sur la rue à l’amoncèlement de gravas ou de fauteuils et matelas éventrés. Il y a là un problème majeur d’incivilité. Il n’est pas spécifique de Champigny. Lorsqu’on circule dans d’autres banlieues on constate le même phénomène. Le numéro vert mis en place par la mairie fonctionne bien mais est parfois débordé. Que faire ? multiplier les moyens et le personnel affecté au nettoiement ? Cela a des limites car cela a un coût. Qui peut accepter que les campinois soient obligés de payer plus d’impôts locaux pour couvrir les frais des incivilités de certains ? Non il faut mener des campagnes vigoureuses contre ces incivilités (et des mesures répressives lorsque les coupables sont pris sur le fait, mais c’est rarement le cas). Cela est urgent pour donner un contenu au concept du vire ensemble et d’une ville où il fasse bon vivre.

LE BRUIT RUE JULES GUESDE
Nous avons reçu un mail d’une résidente de la rue Jules Guesde
« 29 juin City Stade

Il est 22h 44, il y a toutes justes 10 minutes, 3 jeunes ont enjambé la clôture pour pénétrer dans le city stade, et y jouer au ballon. Je vous passe les détails, entre les hurlements et le ballon qui cognait sur la clôture. Après notre journée de travail je n’ai pas hésité à les interpeller, j’ai eu grand peine à les faire sortir après plus de 5 minutes à faire entendre raison.

Déjà tout le week-end, cris hurlements. Il y a 15 jours, nous avons été réveillés à 1h20 du matin dans la nuit du dimanche au lundi.

Nous avons besoin de repos comme tous les citoyens ; il n’est pas normal, que nous ayons à subir de tels désagréments alors qu’il y a des espaces de jeux et de verdure dans la ville et des stades pour les jeux de ballons ou bien que de telles structures accueillant et concentrant dans un petit périmètre, un nombre conséquent de personnes, qui plus est sous nos fenêtres, soient installées là où les riverains n’en soient pas affectés »
FC

Le City Stade (tout près des immeubles)

Notre point de vue : Le terme « enjambé la clôture » est faible. Celle-ci est haute de plusieurs mètres ; depuis que la municipalité fait fermer le City Stade à 21H dans l’espoir (vain hélas) de garantir la tranquillité nocturne des riverains certains escaladent le grillage, prenant de gros risques en cas de chute ;
Les riverains ont droit au calme et au repos nocturne. Comment l’obtenir ? Il faut au moins essayer de faire une campagne de pression contre ces intrusions nocturnes et demander à la police d’inclure le City Stade dans ses rondes pour dissuader les utilisateurs nocturnes.
Le bruit aussi est une incivilité.

SOUFFLEUSES

P. Nous a envoyé le courrier suivant

« Je suis restée à Champigny pendant ces deux mois comme beaucoup d’entre nous.
J’avais espéré que cette parenthèse estivale me serait profitable voire agréable puisque j’habite près de l’école du centre et que l’année écoulée, question nuisances sonores, a été particulièrement pénible …
Mais non !
Les  » sans vacances  » ont subi l’activité quasi quotidienne des cantonniers armés de leurs souffleuses !
Un sur chaque trottoir d’une même rue, presque effrayants avec leurs dérisoires petits masques et leurs casques anti-bruit, faisant fuir le piéton piégé devant le nuage de poussière jaune propulsé direct dans ses bronches, miasmes, crachats déjections canines !!!?
Des heures de poussière et de bruit qui auraient dû être évitées surtout en période de vacances, les enfants sont dans la rue, plus la canicule et la sécheresse !!!

J’ai pu constater, en me rendant quotidiennement au Plessis-Trévise en juillet, que le calme y régnait dans des rues propres !
Là, tous les jours, des cantonniers équipés de simples balais étaient beaucoup plus efficaces que nos pollueurs !!!
Le « bien vivre ensemble », dont la mairie nous parle si régulièrement, dans un air pollué par les cantonniers me semble inacceptable. A quand une solution à ce problème récurrent, détergent pour la santé ? »
Notre point de vue : Nous sommes tout à fait d’accord avec P. Il y a plusieurs années déjà que nous dénonçons l’utilisation de ces souffleuses (ou soufflettes suivant certains), bruyantes, dangereuses pour l’hygiène. Paris a drastiquement limité leur usage à certaines zones de jardins publics remettant à l’honneur le balai et là où la disposition des trottoirs le permet des véhicules électriques aspirants. Il n’y a vraiment aucune honte à faire comme Paris au contraire du moins dans ce cas précis.

Projection(s) du N°37 de Vidéo sur Marne

 

le vendredi 25 septembre 2015 à 21h
au BELVÉDÈRE
3 avenue Jean-Jacques Rousseau à Champigny sur Marne
Tel : 01 48 80 54 89

et le jeudi 15 octobre 2015 à 20h30
au TAPAS CLUB
28 avenue du général de Gaulle à Champigny sur Marne
Tel : 09 65 38 48 85

au sommaire du n° 37 de VIDÉO SUR MARNE

• SCÈNES DE LA VIE COURANTE à Champigny
• LES BAINS-DOUCHES Inaugurés en 1928 puis transformés et bientôt détruits
• LE GRAND PARIS EXPRESS Un projet et un chantier gigantesques

Après la projection nous discuterons à propos des films projetés
Avant la projection on pourra dîner dans le jardin du Belvédère, un barbecue sera allumé à partir de 19h.
Apporter grillades, assiettes et couverts. Boissons à prendre sur place
Pour en savoir plus sur VIDÉO SUR MARNE http://videosurmarne.net