Des législatives déterminantes mais pas jouées d’avance à Champigny

Les élections législatives (1er tour le 11 juin, 2nd tour le 18 juin) vont arriver très vite, trop vite pour beaucoup, dans un paysage politique profondément bouleversé par le scrutin des présidentielles.

Deux formations politiques majeures le PS et les Républicains sont KO.

Le PS  craignait une défaite, sanction du quinquennat Hollande cela été  une déroute.  La façon dont les Français ont ressenti la politique du PS au pouvoir y a été pour beaucoup mais les incohérences du programme de campagne, la fuite de certains responsables vers les canots de sauvetage au lieu de faire front à la tempête annoncée ont transformé une défaite annoncée en catastrophe : des 10,2 millions de voix (28,63%) de François Hollande au 1Er tour de 2012, Benoit Hamon ne retrouve  en 2017 que 2,3 millions (6,36%)

La droite perd moins en voix et en pourcentage que le PS. M. Fillon recueille 7,25 millions de voix et 20,01% perdant 2,5 millions de voix et 7% par rapport à N. Sarkozy en 2012. En termes purement comptables la défaite est infiniment moins cuisante que celle du PS mais il faut rappeler que depuis les premiers mois du quinquennat Hollande le parti LR clamait bien fort sa certitude de revenir facilement au pouvoir en 2017. Après la primaire de la droite en novembre 2016, six mois avant la présidentielle M. Fillon, désormais candidat officiel était crédité de 35% au premier tour (sondages) et assuré de l’emporter au second.

Que s’est-il passé ? Les affaires d’emplois familiaux fictifs ont lourdement pesé sur la campagne de M. Fillon. Les  électeurs de droite sont autant sensibles que ceux de gauche à ce qu’ils considèrent comme des atteintes aux règles morales  qu’ils entendent voir respectées par  leurs élus. Les affaires récentes (Cahuzac et d’autres) ont eu pour effet de renforcer  la volonté des électeurs de veiller à ce que ceux qui les représentent  soient au-dessus de tout soupçon.

De plus  l’orientation extrêmement droitière de la campagne de M. Fillon l’a isolé. La connivence affichée avec des organisations comme « La Manif pour tous » lui a certes fourni des auditoires motivés à ses rassemblements (Trocadéro) mais a réduit son influence. Il faut toutefois souligner que si l’échec est net  il n’en demeure pas moins que 20% des électeurs se sont reconnus en ce refus des avancées sociétales (qui restent les points les plus positifs du quinquennat Hollande)et cela  pose un problème important.

Le FN est sonné dans les cordes et voit ses perspectives d’accéder au pouvoir s’éloigner. Certes Mme Le Pen gagne un peu moins d’un million de voix par rapport à 2012 et passe de 17,9 à 21,3% des voix. Mais elle a démontré son incapacité à rassembler les protestations. Malgré l’ambiguïté de M. J.L. Mélanchon à se prononcer clairement le rassemblement anti FN a joué et Mme Le Pen est loin des résultats qu’elle espérait.

La France Insoumise de Mélanchon sort renforcée des présidentielles  passant de 3,99 millions à plus de 7 millions de voix et de 11,10% des exprimés à 19,58% et surtout elle sort de cette campagne complètement libérée de l’emprise importante que le PCF semblait encore avoir sur le Front de Gauche en 2012. Le PCF a été totalement inaudible durant la campagne présidentielle et la question de la place qu’il pourra avoir dans les législatives à venir est cruellement posée.

Car les législatives approchent et vite. Les bouleversements de la campagne des présidentielle auront certainement des conséquences sur un scrutin qui se tiendra quelques semaines plus tard. Les partis traditionnels sauront ils limiter les dégâts ? ou bien par son succès la nouvelle formation La République En Marche, soutien du président Macron, confirmera-t-elle la volonté des électeurs de renouveler  profondément  le corps législatif ?

C’est tout l’équilibre politique des 5 années à venir qui va se jouer.

Il n’est pas question ici de se lancer ici dans des spéculations sur ce que pourrait être le paysage politique français au soir du 2ème tour des législatives mais simplement de bien préciser les enjeux de ces élections à Champigny.

Le territoire de notre commune relève de 2 circonscriptions la première et la cinquième du Val de Marne.

La première comprend depuis 2010 les cantons  de Bonneuil-sur-MarneChampigny-sur-Marne-OuestCréteil-NordSaint-Maur-des-Fossés-CentreSaint-Maur-des-Fossés-OuestSaint-Maur-La Varenne. La partie de Champigny qui relève de cette première circonscription comprend sur Champigny les bureaux 1 à 10 (9751 électeurs inscrits), le reste de Champigny (32937 électeurs inscrits) relève de la 5ème circonscription (Bry sur Marne, le Perreux sur Marne, Nogent sur Marne, Champigny Centre et Champigny Est).

Dans la 1ère circonscription le député sortant Sylvan Berrios, maire de Saint Maur ne se représente pas, préférant rester maire de Saint Maur il évite ainsi en cas de réélection d’avoir à choisir (loi sur le cumul des mandats.

ans la 5ème circonscription Gilles Carrez député sortant Les Républicains se représente.

Comment la partie va-t-elle se jouer ?

Les candidats sont nombreux mais seuls 5 mouvements peuvent prétendre jouer un rôle sur Champigny.

 

Le FN va-t-il « Changer son fusil d’épaule » ?

Le FN peut se prévaloir d’avoir gagné en voix et en pourcentage au premier tour de cette présidentielle de 2017, par rapport à son résultat de 2012. Il est passé en cinq ans sur Champigny de 3896 voix (12,76%) à 4181 voix (13,53%) soit un gain fort modeste de 285 voix et +0,77% en pourcentage. Ce gain mesuré camoufle de fortes disparités. Dans certains bureaux de vote le FN perd des voix, dans d’autres il en gagne au premier tour de la présidentielle.

En première analyse  l’influence électorale du FN stagne ou recule dans les quartiers à dominante d’habitat pavillonnaire où il était auparavant fort (l’exemple de Coeuilly est particulièrement net à cet égard) et il progresse surtout dans des bureaux correspondant à de grands ensembles de logements sociaux ( bureaux  des Cités Jardin, du Bois l’Abbé et des Mordacs).

Cette progression reste limitée mais n’en est pas moins significative particulièrement au bureau 20 (école primaire Albert Thomas) où le FN passe de 93 à 135 voix et de 10,64% à 19,58%. Ce fait peut-il être rapproché du fait que ce bureau est aussi le seul de Champigny ou Jean Luc Mélanchon perd en voix (-23) par rapport à 2012 ?

Il semble mais des analyses plus détaillées (et sans doute les résultats du 1er tour des législatives) devraient permettre d’affiner, que le vote FN ait peu ou prou régressé dans les milieux des quartiers pavillonnaire et que la rhétorique protestataire de la campagne de Mme Le Pen ait touché plus d’électeurs qu’auparavant dans les grands ensembles de logements sociaux. Les choix stratégiques  du FN après sa défaite à la présidentielle : remise ou on en cause de la ligne pronée par M. Phillipot seront à suivre avec attention.

 

Les Républicains : Sauveront ils la mise ?

Les Républicains détiennent les deux postes de députés sortants avec  MM Berrios (1ère) et Carrez (5ème) et il y a 6 mois personne n’aurait pensé que leur réélection puisse être menacée . Les présidentielles  sont passées par là. M. Fillon a obtenu 4328 voix et 14,00% sur Champigny là ou M. Sarkozy avait réuni sur son nom 6269 voix (20,52%) mais surtout dans la première circonscription M. Macron (31,44%) talonnait M. Fillon (33,34%), passait devant à Champigny ouest 1986 voix contre 1174 comme à Bonneuil et à Créteil Nord. Conscient de la complexité nouvelle de la situation sur sa circonscription où il l’avait emporté  lors d’une partielle en décembre 2012 contre un autre adversaire de droite au 2ème tour, M. Sylvain Berrios a préféré se consacrer pleinement à sa mairie de Saint Maur.

A priori la situation de M. Gilles Carrez semble plus favorable.

Son implantation dans sa circonscription est forte mais la situation actuelle peut lui faire souci. Bien avant la primaire de la droite M. Carrez avait affiché son soutien à la candidature de François Fillon. Le résultat de la primaire de la droite qui avait clairement désigné F. Fillon, témoignait de la clairvoyance de M. Carrez  quant aux rapports des forces au sein de la droite.

Mais au premier tour de la Présidentielle, dans toutes les communes de sa circonscription, même au Perreux, fief de M. Carrez  Emmanuel  Macron est arrivé devant François Fillon

 

Emmanuel Macron François Fillon
Voix % Voix %
Bry s/ M 2975 32,36% 2.693 29,23%
Champigny s/M

(5ème circonscr,)

5698 24,21% 3154 13,40%
Le Perreux  s/M 5731 31,31% 5358 29 ,16%
Nogent s/M 6090 34,53% 5637 31,96%

 

Certes (sauf à Champigny) les écarts restent faibles, une législative n’est pas une présidentielle et l’implantation de M. Gilles Carrez est solide et il devrait l’emporter sous réserve que ses amis fassent bloc autour de lui. Pourtant on peut avoir quelques doutes sur la sincérité de  certains appuis quand  on apprend que M Jacques J.P. Martin, maire de Nogent sur Marne, Président du Territoire Paris Est Marne et Bois a participé le lundi 22 mai à une réunion des soutiens  à Nadine Ret candidate d’ En Marche sur la 5ème circonscription.

 

Boire la tasse

Pour les candidats socialistes la réalité est amère. L’amertume est d’autant plus grande que les législatives de 2012 avaient souri à la Rose. Sur la première circonscription le candidat du PS M. Akki Mellouli, en tête de la gauche au premier tour, avait réuni au second 43% des suffrages exprimés dans une circonscription bien ancrée à droite. Sur le canton de Champigny ouest M. Mellouli avec1835 voix et 31,81% des suffrages laissant à plus de 10 points le Front de Gauche et la Droite.

Dans la 5ème circonscription la candidate socialiste, elle aussi nouvelle talonnait avec plus de 27%  D. Adenot , Maire PCF de Champigny (31%) et pour la première fois sur la 5ème circonscription ravissait au PCF la première place à gauche et ainsi le droit de disputer le second tour face à Gilles Carrez.

On est bien loin de telles perspectives aujourd’hui .

Benoit Hamon a obtenu 2249 voix (7,28% ) sur Champigny au premier tour de la présidentielle. Le PS peut-il espérer quelques semaines plus tard le retour de ceux de ses électeurs qui l’avaient quitté le 23 avril pour donner leur bulletin à Jean Luc Mélanchon pour certains, à Emmanuel Macron pour d’autres. Rien n’est sur en ce domaine et le Parti Socialiste à Champigny traverse une crise, marquée de plus en 2016 par le départ de 7 de ses élus municipaux (sur 11).

Caroline Adomo et son suppléant Patrick Mouge

Caroline Adomo est candidate du Parti Socialiste dans la 1ère circonscription

En pleine expansion et renouveau il y a quelques années le PS à Champigny ne représente plus momentanément sans doute une force qui compte à Champigny.

 

 

 

Le mariage du Poisson Rouge et du Petit Lapin Vert (PCF et EELV)

Tout le monde connait l’expression le mariage de la Carpe et du Lapin une expression imagée qui définit une union contre nature qui ne saurait porter ses fruits.
Ce type de mariage c’est celui qu’ont officialisé le Parti Communiste Français et Europe Ecologie Les Verts sur la 5ème circonscription. EELV a annoncé le retrait de son candidat Bruno Le Corre au profit de Christian Fautré, 1er Adjoint au Maire de Champigny (PCF) qui  se présente donc dans cette bataille sous les couleurs de son parti le PCF et sous celles d’EELV.

 

Christian Fautré, 1er Adjoint de Champigny

Pour EELV l’intérêt de cette opération est clair : en échange le PCF accepte de ne pas présenter de candidat à Fontenay sous Bois contre Laurence Abeille, député EELV sortante.

Et le PCF quel avantage voit-il en cette affaire ?

En dehors du vernis « écologique » donné à son candidat ce n’est pas seulement les électeurs potentiels de EELV que cherche à capter le PCF, son problème est d’apparaitre rassembleur à gauche et de garder le leadership à gauche de la gauche sur la 5ème circonscription et surtout sur Champigny.

Ce leadership est menacé par ceux même que le PCF a soutenus lors de la présidentielle : France Insoumise de Jean Luc Mélanchon.

Jean Luc Mélanchon a fait un très bon score sur Champigny à la présidentielle de 2017 obtenant 10106 voix (32,79%) en progression de 3983 voix et de 12,54% sur son résultat de 2012. Pour le PCF il est important de tirer parti à son profit de cette situation pour maintenir sa prééminence, voire son hégémonie sur la gauche campinoise. Or il y a un hic et de taille. France Insoumise n’est pas du tout attentive aux intérêts du PCF et présente une candidate sous sa propre étiquette. Comment se répartiront les voix qui s’étaient portées sur Jean Luc Mélanchon au 1er tour de la présidentielle dans la partie 5è circonscription de Champigny ? qui tirera les marrons du feu, le PCF ? France Insoumise ?

Comment se répartiront les 7937  voix (33,64%) recueillies par Jean Luc Mélanchon dans cette partie de Champigny rattachée à la 5ème circonscription ? au PCF mieux implanté localement  ? à France Insoumise portée par le succès de J.L. Mélanchon ?

Les résultats seront intéressants à analyser. Ils porteront bien évidemment sur la capacité de l’un ou l’autre d’être présent au 2nd tour mais aussi sur la position phare du PCF dans les forces de gauche campinoises. Un échec serait catastrophique pour lui.

Raphaëlle Martinez Candidate de La France Insoumise sur la 5ème circonscription

 

The times they are a-changin’

C’est le thème d’une chanson de Bob Dylan, dont Hugues Auffray a donné une version française « Car le monde et les temps changent ».
L’élection de M. Emmanuel Macron à la Présidence de la République marque un changement dans la façon de faire de la politique. Comment comprendre sinon que quelqu’un n’appartenant pas au sérail politique (Pompidou, Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande tous  étaient sans exception de vieux renards de la vie politique), ne s’appuyant pas sur un parti important ait pu gagner cette élection ?

Au fil du temps presque insensiblement la société française a changé. De nouvelles couches sociales sont apparues dont l’activité productrice essentielle ne situe pas dans la production d’objets matériels mais dans celui des nouvelles technologies. Les partis traditionnels dont les origines, les racines, les types de fonctionnement datent du début du 20ème siècle voire de la fin du 19ème siècle ne fournissent pas à ces éléments nouveaux les espaces pour s’exprimer, pour agir.

D’où l’extraordinaire développement depuis deux décennies des mouvements citoyens, qu’ils se préoccupent d’environnement, de démocratie participative, de patrimoine. Les partis politiques traditionnels voient le nombre de leurs militants régresser et en même temps des millions de françaises et de français s’engagent dans des actions citoyennes.

La candidature de E . Macron a créé les conditions d’une telle mobilisation, à travers la structure En Marche. On a le droit de ne pas être en accord avec certaines des propositions de En Marche (devenu La République En Marche LREM) mais force est de constater la nature différente de ce mouvement par rapport aux partis traditionnels. Il devra dans la durée trouver son style, c’est encore à venir.

Je suis frappé par les points communs qui apparaissent avec  l’élection présidentielle autrichienne de 2016 où au premier tour les partis dominants de l’assemblée le parti socialistes (SPÖ) et le parti conservateur (ÖVP) obtinrent respectivement 11,3 et 11,1% des suffrages et le candidat indépendant  Alexander van der Bellen 21,3% ce qui le qualifia pour affronter et battre au 2ème tour (de justesse) le candidat populiste d’extrême droite grâce à une forte mobilisation citoyenne.

L’Autriche n’est pas la France, le rôle du Président y est beaucoup plus limité. Il n’empêche que la question mérite d’être posée : assiste-t-on à l’apparition de nouvelles formes de fonctionnement de la démocratie ?

Entre-t-on pour reprendre une expression de Hanna Arendt dans « une phase d’accélération de l’Histoire » ?

Pour en revenir à Champigny, le fait que M. E. Macron ait obtenu au 1er tour 7.690 voix (24,88%) interpelle. D’où viennent ces voix ? D’électeurs déçus du PS bien sur, d’électeurs du Centre Droit qui refusaient de voter Fillon, certainement aussi mais il est un graphique qui interroge. Vous le trouverez ci-dessous (étude des rapports bureau de vote par bureau de vote)

C’est un graphique corrélant les résultats obtenus par M. François Bayrou, candidat centriste (MODEM) en 2012 et par M. Emmanuel Macron en 2017, ceci pour les bureaux de vote qui ont été non modifiés entre ces deux dates. La corrélation est remarquable. Quand on connait le lien étroit qui existe à Champigny entre les expressions politiques dans chaque bureau de vote et le profil sociologique des électeurs on doit en conclure que Champigny change, de nouvelles couches sociales s’y installent et qu’il faudra de plus en plus, sans abandonner les grandes solidarités qui caractérisent notre ville faire place aux aspirations, aux besoins d’une population nouvelle ; un changement qui va s »accélérer avec l’arrivée du nouveau métro, le raccordement au très haut débit….

Sinon ce sera le texte de Bob Dylan dans la traduction de Hughes Auffray qui témoignera de l’échec.

.
Si vous n’avancez pas, vous serez dépassés
………………………………………………………
Car le monde et les temps changent

Yves Fuchs

4 réflexions au sujet de « Des législatives déterminantes mais pas jouées d’avance à Champigny »

  1. VL

    Dans le contexte ambiant de remise en cause d’un système politicien bien huilé et en dehors de toutes les considérations et respects des électeurs, voici encore un bel exemple qui justifie le coup pied dans la fourmilière qui a permis à EM d’être élu. Je pense qu’il faut faire connaître cette situation grotesque…
    Ce partage des territoires entre partis sans considération des volontés du local et des électeurs dure depuis trop longtemps.
    D’autant qu’il me semble qu’il y a un candidat FI face à Fautré…il a donc très peu, pour ne pas dire aucune chance d’être élu.
    Pourquoi les verts font cette alliance ridicule ? Pour quel gain?

    Répondre
  2. JORGE

    Au-delà de la cuisine électorale que je maîtrise pas. C’est la personne de Christian Fautre que je considère comme une erreur de casting. Issu d’un monde caduque, le pc est intrinsèquement à l’opposé du besoin d’écologie actuel.

    Répondre
  3. Chevalier

    Oui c’est possible de voter pour un candidat nouveau de la droite et du centre mais non « encarté », Roméo de Amorin 36 ans issu de la société civile a des propositions à faire à l’égard du « statut d’aidant » il a la volonté de proposer et de voter les textes qui sont bons pour la France et surtout de rendre compte régulièrement par des permanence de son travail législatif… jamais fais à Champigny !
    Face aux canddats qui ne connaissent pas la circonscription, fasse aux apparatchicks qui monipolisent le terrain depuis des années, donner de l’air à la politique novatrice.

    Alain Chevalier

    Répondre
    1. Yves Alain Fuchs Auteur de l’article

      Je précise pour la compréhension du lecteur que M. Roméo de Amorim, qui est donc soutenu par M. Chevalier (conseiller municipal d’opposition à Champigny) est candidat sur la 1ère circonscription (Champigny Ouest, Saint Maur, Créteil Nord, Bonneuil)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.