VELIB arrive à Champigny

Par un vote quasi unanime (47 voix pour et 2 abstentions) le Conseil Municipal a voté le 27 septembre l’adhésion de Champigny à Vélib. Une décision qui après l’adhésion à Autolib il y a 2 ans confirme la volonté de Champigny de s’engager dans la voie d’une politique novatrice dans le domaine du déplacement, de favoriser les transports en commun (nouveau métro, restructuration du réseau bus) l’auto-partage et les circulations actives.

Certes le vote du 27 n’est qu’une déclaration d’adhésion. Il reste à fixer le nombre des stations (4 semble-t-il pour débuter), leur emplacement. Cela va faire l’objet de discussions avec Vélib et d’une nouvelle délibération qui sera soumise ultérieurement au Conseil Municipal.

Les campinois peuvent espérer voir des stations Vélib à Champigny courant 2018.  D’aucuns se sont plaints, lors du débat au Conseil de voir Vélib arriver si tard à Champigny. Il y a à cela une raison objective : l’ancien périmètre de déploiement des Velib était limité à Paris et aux communes limitrophes. Joinville ainsi limitrophe du bois de Vincennes et donc de Paris avait pu déployer une station près de la gare du RER A. Champigny ne pouvait pas adhérer avant 2017.

Désormais c’est chose faite, notre commune compte au nombre des secteurs éligibles. Toute notre commune car si dans une première étape Vélib avait proposé de limiter son extension au bas de Champigny, cette réserve a été levée suite à une lettre de Dominique Adenot maire de Champigny.

Où va-t-on implanter les stations ? C’est la prochaine étape. L’implantation doit se faire en coopération avec nos voisins, avec Joinville déjà adhérent, avec Saint Maur et Bry sur Marne qui viennent d’adhérer, et avec Le Plessis Trévise qui frappe aussi à la porte.

Les discussions à engager avec nos voisins permettront de mettre en place un réseau cohérent ;

Le matériel nouveau, plus esthétique, plus léger, produit par Smovengo, comprendra 30% de vélos électriques, disponibles dans des stations où il sera possible d’accrocher son vélo même en cas de saturation…

Des améliorations donc par rapport aux anciens Vélib de Decaux.

Vélib à lui seul ne répondra pas à tous les besoins du développement des circulations actives. Pour donner toute sa place au vélo dans les déplacements au quotidien il faut accélérer d’autres réalisations : pistes et aménagements cyclables, garages protégés dans les gares, les écoles, les collèges, les lycées, avoir des « parkings » à vélo dans les immeubles etc.

Il faudra aussi un effort pour apprendre à chacun des « circulants » (auto, moto, vélos, piétons) à respecter l’autre.

Vélib n’est qu’un élément de toutes les transformations en cours. Il ne va pas résoudre tous les problèmes mais sa mise en place est élément d’évolution dans une ville qui veut aller de l’avant

Ajouté le 23 octobre 2017

Certains lecteurs s’étaient étonnés d’une carte représentant les communes adhérentes à Vélib parue dans le Parisien il y a 10 jours sur laquelle Champigny ne figurait pas. Cette carte était tout simplement trop ancienne; la mise à jour a eu lieu. Une visite sur le site de Vélib-Autolib montre bien que Champigny, comme Saint Maur,Joinville, Bry, Le Plessis Trévise figure sur la carte comme adhérent à Autolib-Vélib

https://www.autolibmetropole.fr

En vert les communes adhérentes à Vélib et Autolib

En mauve les communes adhérant seulement à Autolib

18 réflexions au sujet de « VELIB arrive à Champigny »

  1. François Gallois

    C’est une excellente nouvelle et je suis très heureux d’une telle unanimité du Conseil municipal sur le sujet. Maintenant, il va devenir vraiment urgent que l’équipe municipale accélère son action sur deux axes qui me semblent prioritaires dans ce contexte favorable : d’une part la mise en place effective du partage de la rue (zones 30, aménagements spécifiques, libération des trottoirs, des pistes cyclables et des passages piétons…) au profit des plus faibles, et d’autre part un véritable effort de communication (pour une prise de conscience) en direction des « motorisés » pour que les cyclistes soient respectés et se sentent enfin en sécurité au quotidien, notamment les enfants et les personnes âgées qui aujourd’hui sont exclus de fait de la circulation urbaine.

    Répondre
  2. Chevalier

    VELIB A CHAMPIGNY « OUI MAIS »

    Notre groupe s’est abstenu lors du vote de la délibération concernant l’adhésion de la ville au Vélib de la métropole, non parce qu’il n’y aura que 140 vélos dans un premier temps et que le coût pour les Campinois sera de 400 000 €/an soit tout de même 285 €/vélo/an ! Mais parce qu’en tant qu’élus responsables nous refusons de donner un blanc-seing à la Mairie quand rouler à vélo à Champigny est dangereux :
    1/-La mise en place de pistes cyclables n’a pas été étudiée dans son ensemble praticité, sécurité, tranquillité/
    2/-Les automobilistes se garent jour et nuit sur les pistes (rue Jean Jaurès par exemple)
    Certains parcours sont dangereux (exemple rue Henri Barbusse, le bus ne laisse pas les 1,5mètre requis par la loi
    3/-Il n’y a pas d’emplacements sécurisés pour laisser son vélo (écoles, gares …)

    Nous refusons de mettre en péril la sécurité des adeptes du vélo et le proverbe mettre la charrue avant les bœufs prend tout son sens dans cette délibération. Au moins la ville aurait pu proposer en même temps, des travaux de mise à niveau, et de régler l’anarchie coupable du stationnement.

    Répondre
    1. Yves Alain Fuchs Auteur de l’article

      Je m’étonne Monsieur Chevalier qu’assistant attentif au dernier Conseil Municipal vous puissiez écrire que la dépense sera de 400.000 euros par an pour 4 stations possibles. C’est faux Le cout maximum de chaque station est de 20.000 euros dont Paris Métropole prend en charge 50% soit un cout réel maximum par station de 10.000 euros. je dis maximum car Vélib laisse entendre que le cout pourrait être plutôt de 8.000. Si on prend en compte les démarches engagées avec Joinville pour une station commune à la Fourchette on peut espérer n’avoir à assumer que le la prise en charge de 3,5 stations.
      En tout état de cause le coût MAXIMUM sera de 40.OOO euros pas de 400.000!
      En ce qui concerne la circulation à vélo en ville, je la pratique. Il est vrai qu’elle peut être difficile du fait de l’incivilité de certains automobilistes (qui gênent les vélos, les piétons et d’autres automobilistes plus vertueux); Il y a un effort à faire.
      Il est nécessaire aussi de réaliser des investissements pour améliorer la circulation des vélos, le stationnement sécurisé etc j’avoue que Champigny a beaucoup à faire mais que d’année en année la situation s’améliore: le quartier du Maroc, celui du Tremblay, une partie de Coeuilly sont maintenant en zone 30, d’autres zones seront au programme de 2018;
      Pour résoudre les problèmes il est inefficace de grommeler que tout va mal il faut aller de l’avant. Vélib est une avancée. Vous ne le reconnaissez pas ce n’est pas l’avis du reste du conseil municipal majorité et opposition confondus qui a approuvé l’adhésion.

      Répondre
  3. Chevalier

    Monsieur FUCHS,

    Vous voudrez bien m’excuser auprès de vos lecteurs il s’agit bien de 40 000 € d’ailleurs la division par 140 vélos fait bien 285€/velo/an.

    Mon intervention vise à rendre la pratique du vélo sécure….

    PS pouvez-vous corriger mon chiffre merci

    Répondre
  4. Chevalier

    Avenue Eugène Courel,

    Il est irresponsable d’indiquer piste cyclable dans cette rue car il n’y a pas la place pour une voiture et un cycliste. Le code de la route prévoit 1,50m pour doubler.
    Que fait -on car il y a DANGER.

    Répondre
    1. Yves Alain Fuchs Auteur de l’article

      Ce que vous appelez « piste cyclable » n’en est pas il s’agit d’aménagements cyclables conformes aux dispositions nouvelles du code de la route ;
      Le décret en date du 30/7/2008 a érige en norme le double-sens cyclable en zone 30. Cette disposition a été étendue le 1/7/2016 à l’ensemble du réseau routier là où vitesse de circulation est limitée à 30 km/h.
      A Champigny cette disposition de la circulation cycliste à double sens est de mise dans certaines rues du Centre Ville (Juliette de Wills, Edouard Vaillant, Rossignano Maritimo) dans une partie de Coeuilly, dans une partie du Tremblay et depuis peu la totalité du quartier du Maroc. Ce travail sera progressivement étendu à d’autres quartiers (totalité du Tremblay, Polangis) pour couvrir tout Champigny.
      Nos voisins (Saint Maur par exemple) procèdent de même.
      Le but est de faciliter des circulations à vitesse maitrisée des engins motorisés dans le respect mutuel des différents modes de déplacement.
      Le double-sens cyclable dans les voies à sens unique pour les automobiles en facilite l’accès pour les vélos. Sur un quartier classé et équipé en zone 30, le double-sens cyclable facilite les déplacements des cyclistes, dont, il faut le souligner l’effet sur la tranquillité des riverains est bien moindre que celui des véhicules automobiles (sécurité, bruit, pollution).
      Sur une chaussée étroite la circulation à contresens est moins dangereuse pour les cyclistes que la circulation dans le même sens que les véhicules motorisés, car le croisement se fait à vitesse plus faible que le dépassement. Contrairement à une idée très répandue les collisions frontales en double-sens cyclable sont extrêmement rares du fait de la visibilité réciproque. Ainsi il a pu être constaté, à Paris après la généralisation des double-sens cyclables dans les zones 30, que la probabilité pour un déplacement cycliste effectué sur ces axes de déboucher sur un accident, avait diminué de 45%1.
      .

      Répondre
  5. Chevalier

    Quelle est larègle du code de la route a appliquer car il n’y pas la place pour 2 :
    1- Le cycliste met pied à terre, et monte sur le trottoir
    2 – L’automobiliste fait marche arrière

    Quelle est votre réponse ?

    Répondre
    1. Yves Alain Fuchs Auteur de l’article

      Votre obstination suggère que disons le franchement la mesure autorisant les vélos à circuler à contresens là où la vitesse est limitée à 30km/h vous déplait. Vous parlez code de la route et distance à respecter de 1,50m pour une voiture dépassant, il est précisé dépassant un cycliste. dans le cas d’un croisement la visibilité est meilleure. Lorsque dans certains cas il peut y avoir problème un des conducteurs s’arrête, serre à droite, pour laisser passer l’autre.
      Lorsque la visibilité est limitée (cas d’une rue avec virage) des dispositifs sont mis en place pour protéger la voie cyclable; vous pouvez en voir un exemple rue de Sévigné à Coeuilly.
      J’espère que ceci vous rassurera. Le nombre des personnes se déplaçant en vélo, dans et à travers Champigny va croissant depuis quelques années, il pourrait être encore plus élevé. Les réalisations en cours sont encore limitées et des équipements complémentaires sont nécessaires pour permettre aux circulations motorisées et actives (piétons, vélos) de circuler facilement et en sécurité.

      Répondre
  6. Julien

    Trop dangereux de faire du vélo à Champigny, déjà qu’en tant que piéton on n’a pas le droit de traverser une rue sur un passage piéton, et que les trottoirs nous sont interdits (trop de véhicules en stationnement sur les trottoirs).
    La plupart des feux routiers sont grillés, ce qui compliquent énormément la traversée des rues pour les piétons.
    Aux abords des écoles, tout le monde se gare sur les trottoirs, arrêts de bus, passage piéton, au milieu de la route, en triple file.
    Sans oublier les véhicules qui roulent à contresens dans les rues, comme Orhesser.
    Et je ne parle pas des tops grillés.
    Donc hors de question de mourir en faisant du vélo à Champigny, je préfère mettre le vélo dans ma voiture, et aller en faire dans des villes où notre vie est garantie.
    Ou sinon, je prends ma voiture, c’est moins dangereux, et si je grille un feu, je m’en fou, j’ai des airbags, piétons et cyclistes non.

    Répondre
    1. Yves Alain Fuchs Auteur de l’article

      Vous pouvez dire les choses avec cynisme mais à quoi cela avance-t-il?
      ne faut-il pas plutôt, améliorer les conditions de circulation des piétons et des cyclistes en leur donnant des aménagements (trottoirs plus confortables, itinéraires cyclables, garage à vélos sécurisés) ce qui n’exclut pas de monter d’un cran la sévérité contre ceux qui mettent sciemment la vie d’autrui en se moquant des limitations et de la simple prudence;
      Il reste beaucoup à faire pour sécuriser les circulations actives mais si on abandonne tout projet comme vous le faites vers quelle vie ensemble va-t-on?

      Répondre
  7. Julien

    J’ai tenté d’améliorer les choses, tous les jours durant un an j’envoyais un courriel à M le Maire avec photos, pour montrer les incivilités subies en tant que piéton (stops grillés, feux grillés, agents municipaux en contresens sur la route, stationnement sur trottoirs, etc..).
    La réponse du Maire, un dépôt plainte contre ma personne !
    Et il n’a jamais voulu me recevoir en rdv !
    Je vous retourne la question, avec ce genre de plainte, vers quelle vie ensemble va-t-on?

    Répondre
    1. Yves Alain Fuchs Auteur de l’article

      je pense toujours et malgré tout que l’amélioration de la circulation à Champigny (et ailleurs en milieu urbain) est subordonnée à une politique de longue haleine qui vise à améliorer les conditions de circulation des piétons, des vélos , des transports en commun (élargissement des trottoirs, aménagements cyclables, amélioration du réseau bus, nouveau métro). Il m’arrive aussi de vouloir crier fort lorsque j’observe certains comportements dangereux et imbéciles mais à quoi cela sert-il?
      Ne nous décourageons pas et ne cédons pas au découragement et à la colère; C’est elle qui conduit à employer des termes violents et/ou menaçants qui peuvent amener la personne visée à ne plus vous répondre voire en dernier recours à déposer une plainte en justice

      Répondre
  8. Frédéric Touraine

    Bonjour,
    Pratiquant quotidiennement le cyclisme à Champigny, je ne peux que me réjouir de cette nouvelle, en espérant qu’elle encourage davantage la pratique du vélo à Champigny, contribuant ainsi à désengorger les axes routiers, en même temps que le co-voiturage se développe… (quelle tristesse de voir tous les matins autant de bouchons dans le centre avec des véhicules 5 places n’emmenant qu’un seul conducteur!)
    Pour donner davantage envie aux campinois d’emprunter la petite reine, il reste toutefois de nombreux efforts à faire en matière :
    – d’aménagement de la voirie
    – de garages protégés en plein air ou avec les Véligo de Transilien, pour éviter le vol de son véhicule, notamment près des gares (RER E et Grand Paris) et stations de bus.
    – de pédagogie à monter dans les écoles primaires, avec un accent sur la sécurité & la santé (je n’en ai jamais entendu parler à ce jour…)
    – d’atelier vélos avec des associations de réinsertion pour créer des emplois et permettre à tout un chacun de remettre son vélo en état ou d’en louer un pour une journée ou +

    etc. etc. toutes les initiatives dans ce sens sont bonnes.
    Il s’agit d’encourager tous les cyclistes potentiels …

    Répondre
    1. Yves Alain Fuchs Auteur de l’article

      Votre commentaire est à la fois justifié en ce qu’il réclame plus pour les circulations actives et déplore qu’il n’en soit pas fait plus.
      En même temps il montre que, comme la plupart des Campinois(es)vous n’êtes pas informés de ce qui est fait et de ce qui est projeté. La ville a un grand déficit de communication dans ce domaine.
      Réalités :le moins et le plus
      – Concernant les itinéraires cyclables : la ville dispose d’environ 7 km de pistes cyclables, 7,5 km de bandes cyclables, 3 km d’itinéraires partagés piétons/vélos, 2 km d’itinéraires jalonnés. Elle possède également 47 km de zones 30, en cours d’aménagement pour les double-sens cyclables.
      La critique qu’on peut faire à ces données chiffrées c’est qu’elles recensent des réalisations locales, ici une rue, là une autre et qu’on ne voit pas se dessiner autrement qu’en pointillé des axes traversant Est Ouest (le CD 4 ?) ou Nord Sud.
      Reste aussi à réaliser la coordination des axes avec les communes voisines au sein du territoire T10 (Paris Est Marnes et Bois) et au sein du Val de Marne en ce qui concerne la signalétique et des axes. Comment rejoint-on par exemple depuis Champigny la voie cycliste sur l’ancien chemin de halage qui mène, hors circulation motorisée depuis Saint Maurice jusqu’au cœur de Paris ? Il reste beaucoup à faire.
      En ce qui concerne le stationnement des vélos : la ville a environ 400 places de stationnement vélo sur voirie et un abri à la gare des Boullereaux. Pour l’instant, il n’y a pas de stationnement fermé et sécurisé. On sait que cela est prévu auprès des gares de Champigny Centre et des Trois Communes du Grand métro express mais il faudra insister. Quand on regarde la ligne A du RER on note que dans la banlieue ouest les gares (Rueil, le Vésinet, Saint Germain) sont équipées depuis longtemps mais il n’en est pas de même dans notre banlieue est. Ces équipements dépendent du STIF (ou plutôt c’est son nouveau nom d’Ile de France Mobilités…) et donc de la région. Il faut que les communes, le territoire et le département interviennent pour que de tels stationnements sécurisés soient installés dans les gares de la banlieue est et se préoccupent aussi de certains stationnements dans les communes (lycées, collèges, mairie, etc)
      Vous posez la question d’ateliers à destination des scolaires. Votre question montre combien la communication de la ville en ce domaine est insuffisante. Elle organise en effet chaque année des ateliers vélos/écoles. Ils concernent 30 à 40 classes par an des écoles élémentaires, du CP au CM2.
      – En outre avec des associations spécialisées la ville met sur pied différentes manifestations en lien avec le vélo comme au moment de la Semaine de la Mobilité : ateliers de réparation et d’auto-réparation de vélo, ateliers ludiques autour du vélo …Encore là on peut déplorer de grandes lacunes de communication…

      Répondre
  9. Julien

    Moi ça me fait marrer tout ca, car on oppose le Métro au vélo, oui, il suffit de voir qui (?) a posé les énormes pubs du Métro Grand Paris, avec des plots en béton énormes sur des pistes cyclables…
    Suffit juste de voir dans le blvd Stalingrad, des plots posés sur une piste cyclable…..

    Puis, si on veut faire du vélo, il faudra aussi un jour que la mairie se pose la question de la discrimination à la lumière.
    Quartier du plant, l’éclairage public s’éteint à 7h30..
    Quartier des Boullereaux, l’éclairage s’éteint à 7h55…
    Quartier du Tremblay, l’éclairage public s’éteint à 8h15…

    Un exemple criant, blvd Briand, extinction des lumières à 7h30 en moyenne, alors que dans la Rue Adamov qui n’est que le prolongement du blvd Briand, tout est allumé jusqu’à 7h55…

    Pensons d’abord aux piétons, ensuite on verra pour les cyclistes, puis les bus, puis les voitures.
    Les piétons sont systématiquement oublié.
    Pourtant la marche est aussi un mode de déplacement.
    Pourtant toutes les rues n’ont pas des trottoirs, et on continue de mettre le mobilier urbain sur les trottoirs, à quand ce dernier installé sur la route?

    Répondre
    1. Yves Alain Fuchs Auteur de l’article

      Vous êtes découragé et vous êtes décourageant et ce n’est pas sérieux. Bien sur, l’arrivée de Vélib n’est qu’un petit progrès, bien sur il y a beaucoup d’autres choses qui restent à faire pour maîtriser tous les aspects du déplacement; Les déplacements des piétons sont, et là je suis d’accord avec vous, essentiels. Ils doivent se faire facilement et en toute sécurité. A Forum nous sommes heureux quand il y a des développements positifs même quand nous estimons qu’ils sont limités; Nous essayons de faire notre possible pour obtenir plus. Cela est quand même plus efficace que de protester, raler, protester, râler, sans fin. nous ne vous suivons pas sur ce terrain.

      Répondre
  10. Julien

    Que quelqu’un de la Mairie me propose enfin un rdv ! C’est tout ce que je demande depuis 4 ans !
    Je ne vais quand même pas soutenir une ville et des 2lus qui ne me répondent pas, m’ignorent, et m’ont mis en colère, et cette colère menant à un dépôt de plainte.
    Dès le premier mail ils auraient pu me recevoir.
    Le maire avait dit que tout le monde pouvait participer à la Vie de la Commune, mais au final, si on critique son système, et les erreurs des agents (là encore, avec photos et vidéos à l’appui), on ferme les portes.
    Je demandais juste un rdv pour parler de la situation dangereuse que vivent les piétons et autres à Champigny, juste une réponse, une simple réponse.
    Même le Préfet et le Ministre m’avait répondu, il n’y a que le Maire ou un de ses adjoints qui m’ont toujours ignoré.

    Répondre
    1. Yves Alain Fuchs Auteur de l’article

      Forum est une association. Vos commentaires ont toujours été publiés et nous y répondons en argumentant lorsque cela nous parait nécessaire. Il y a un contentieux entre la mairie et vous. Vous vous plaignez de ne pas recevoir de réponses à vos demande de rendez vous, la mairie de son côté condamne la violence de certains de vos propos, refuse de dialoguer avec vous et a même porté plainte contre vous pour menaces.
      Pour notre part nous sommes décidés à dialoguer avec tous ceux qui nous écrivent, même et surtout quand ils apportent des idées neuves et différentes qui appellent à réfléchir.
      Nous avons censurés seulement un commentaire (en 2013) parce qu’il contenait des insultes et des menaces.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.