Polangis…Un vote qui pose des questions à tout Champigny

 

Un vote clair mais une mobilisation molle

Le dimanche 27 avril 655 électeurs du quartier de Polangis étaient appelés à se prononcer pour élire des délégués de quartier. Cette procédure, initiée par le Préfet avait un but : déterminer si les habitants de ce secteur de Champigny souhaitaient que leur quartier reste partie de Champigny-sur-Marne ou au contraire devienne part de Joinville

Il s »agissait là d’une étape importante dans un processus rare celui d’une demande de rattachement d’un secteur d’une commune urbaine à une autre.

Le résultat a été clair, cinglant même :

Par 277 voix (78%)  contre 78 (22%) les votants se sont exprimés en faveur des candidats qui prônent le rattachement du quartier de Polangis à la commune de Joinville. La liste « pro Joinville » a été élue en entier. Il n’y aura pas de représentant du courant partisan du maintien du quartier à Champigny dans la commission consultative.

Un résultat sans appel donc ?

Il convient de relativiser 355 électeurs sur 655 inscrits se sont déplacés soit 54,2% des inscrits. C’est peu pour un problème dont on nous avait dit qu’il passionnait le quartier.

Cela ne remet certes pas en cause le choix de ces électeurs de Polangis et, ce chiffre souligne au contraire le faible attrait du maintien du quartier dans le giron campinois.  78 personnes seulement soit 11,9% des inscrits ont souhaité rester Campinois.

Pourquoi ?

Pour la mairie de Champigny l’espérance d’une majoration importante de leur patrimoine foncier serait l’élément essentiel du choix des « Pro-Joinville ».  Selon ce point de vue la perspective de pouvoir tirer un profit plus substantiel de la vente de leurs biens s’ils sont étiquetés « Joinville » serait la raison de cette adhésion (le secteur concerné est essentiellement pavillonnaire).

Les tenants du divorce d’avec Champigny rejettent cette explication. Selon eux, le quartier serait plus en phase avec Joinville, plus proche géographiquement, les enfants iraient de toutes façons à l’école à Joinville, et même pour voter à Champigny les habitants de Polangis doivent se rendre au gymnase René Baquet  à 2km de Polangis !!!

Ces différentes raisons ont pu jouer mais à une période où de nombreuses mesures visent à regrouper les communes, alors que Champigny et Joinville sont de plus en plus étroitement associées au sein d’un même territoire Paris Est Marne et Bois les raisons invoquées ci-dessus peuvent-elles justifier ce choix,  ce  rapport de forces 78% vs 22% ? On peut en douter

Les choses  auraient-elles pu se régler autrement ?

Si on considère les points soulevés par les partisans du rattachement à Joinville pour l’essentiel des solutions étaient possibles sans aller jusqu’à la sécession. Pourquoi cela ne s’est-il pas fait ? Pourquoi les « sécessionnistes «  ont-ils eu l’impression qu’ils ne seraient pas entendus ? N‘est-ce pas là une conséquence d’un manque d’échanges entre les citoyens et les élus ? d’un manque de confance dans les promesses faites (et parfois non tenues) en un mot du manque de démocratie participative ? du caractère artificiel des Conseils de Quartier désertés par les citoyens parce que les problèmes concrets ne sont pas réglés, que leurs demandes n’aboutissent pas.

Champigny le désamour

Mi blagueur mi sérieux un voisin m’a interpelé quelques jours après le vote : « Ils ont de la chance à Polangis de pouvoir choisir nous, au centre-ville on est bien obligé de rester ».

Obligé de rester, le terme m’a frappé ; Combien de fois j’ai entendu ce terme. Je n’y avais pas trop prêté attention tant il est fréquent  en tout endroit que les gens expriment leur souhait de vivre ailleurs, là où il y a plus de soleil, plus d’activités ludiques, etc. ; mais brusquement je me suis rendu compte qu’à Champigny il y avait un problème : beaucoup de gens ne s’y trouvent pas bien

Et pourtant

Champigny a tant d’atouts dans son jeu

C’est une banlieue parisienne, proche de la capitale, située pour partie sur des coteaux. ouverts au sud. Champigny, outre les Bords de Marne, les réserves naturelles des iles, le parc du Tremblay et le parc départemental est une ville verte. A ces espaces verts publics viennent s’ajouter les jardins et jardinets des zones pavillonnaires  qui participent aussi au caractère particulièrement ouvert de la ville et à la qualité de l’environnement. La densité à Champigny est de  6736 habitants/km2  assez comparable à celle de Saint Maur ; 6692, tandis que Joinville ( 8004h/km2), Le Perreux (8515h/km2) et Nogent  (11.176 h/km2) sont des villes plus denses.

Champigny a des atouts d’avenir avec les 16 hectares de l’ex-VDO. Les espaces de cette taille disponibles pour l’expansion économique et les possibilités d’emploi sont rares en proche banlieue

Et puis Champigny va disposer avec l’ouverture en 2024 de la ligne 15 Sud de deux gares, l’une au Centre Ville, l’autre en limite de Bry, L’interconnexion à venir avec la ligne SNCF Eole, prolongée vers l’Ouest au-delà de Saint Lazare vers La Défense et Mantes permettra de disposer  à la fois d’une circulaire et d’une radiale pénétrante. Ces données nouvelles vont changer  Champigny.

Elles vont aussi placer Champigny dans une situation privilégiée par rapport aux centres de formation supérieure et de recherche. Les  2 grands centres universitaires complémentaires de l’est parisien : l’Université Paris Est-Créteil et l’Université Paris Est Marne la Vallée seront reliés à Champigny par la ligne 15 Sud avec des temps de trajet de 10 minutes…..

Des changements sont déjà en cours

Des mutations importantes sont donc à venir mais déjà certaines données récentes sont significatives.

Le tableau de l’INSEE ci-dessous en donne quelques éléments.

Les données statistiques sont claires

De 2009 à 2014 le nombre des cadres et membres des professions culturelles supérieures est passé de5.536 (9,4%) à 5978 (10%) soit +0,6%

Le nombre de personnes classées par l’INSEE dans les catégories intermédiaires de 9.222 (15,8%) à 9.805 (16,3%) soit +0,5% ;

Le nombre des employés est en faible croissance +0,2% passant de 12.255 (20,8%) à 12.635 (21%).

Seul le chiffre des ouvriers recule de façon notable de 8005 (13,6%) à 7.166 (11,9%) soit -1,7%.

Ces changements  vont se poursuivre, voire s’accentuer en conformité avec  l’évolution sociologique générale de l’Ile de France et le développement de l’infrastructure des transports (Nouveau métro) semble devoir accentuer ce glissement. Champigny apparait en effet comme un lieu d’établissement privilégié pour certaines couches moyennes actives (ingénieurs, cadres, techniciens, enseignants etc.) pour qui se loger sur Paris et les communes de première ceinture représente une dépense  trop élevé et qui ne souhaite pas s’éloigner trop pour des raisons de trajet résidence-travail, d’éducation des enfants, de relations sociales etc.

Ces couches sociales ne sont pas par nature antinomiques des politiques municipales suivies jusqu’à présent par la majorité municipale mais elles sont exigeantes dans différents domaines  démocratie participative, respect des normes environnementales, accès à des commerces de qualité etc.

De plus ces attentes se généralisent à toutes les couches de la population. On veut vivre mieux, dans un environnement mieux maitrisé. On veut participer, être écouté. La langue de bois, les promesses non tenues cela fait l’objet de commentaires acerbes, les gens sont attentifs et critiques

Dans ces domaines les progrès sont trop rares, la communication de la mairie à la fois surannée et  insistante convainc peu. Une coupure s’établit qui pourrait avoir des conséquences lors des prochains scrutins locaux dans une commune qui a pourtant une municipalité de gauche depuis 1912 !!!

La « sécession » de Polangis, si elle se réalise d’ici quelques années sera un cas rare de divorce d’un quartier de ville en milieu urbain. Ce n’est pas pour demain matin. Il y a encore de nouveaux recours et in fine ce sera le Conseil d’Etat qui prendra la décision après une profonde réflexion puisqu’il y va non seulement de la limite de deux communes mais aussi de la modification de circonscriptions électorales (cantonales et législatives). Ce sera encore long.

Si finalement le quartier de Polangis devait être rattaché  à Joinville cela signifierait pour Champigny la perte d’environ 1,5% de sa population. Ce n’est pas d’une importance énorme. Ce qui l’est par contre, à notre avis c’est la signification à donner à cette volonté de quitter Champigny, dans la mesure où, nous semble-t-il le désamour ne se limite pas à ce quartier mais tend à s’exprimer de façon différente mais de plus manifeste dans de très nombreuses parties de Champigny..

 

 

 

 

 

3 réflexions au sujet de « Polangis…Un vote qui pose des questions à tout Champigny »

  1. Chevalier

    Votre analyse est sérieuse comme d’habitude. Pour atant je crains que des arguments comme la VDO (inconnue pour le commun des mortels) ne portent pas sur les Campinois Polangeois. Par contre vous citez la democratie participative, oui, combien de fois m’avez-vous entendu parler au conseil municipal de Polangis ? Pour l’assainissement, la propreté… plusieurs fois par an. Ai-je été entendu ?
    Mais rien n’est joué le rattachemement est une aberration, est-ce que la majorité municipale s’empare du dossier : recours memorandum au conseil d’état, lobbying aupres des maires, des députés, du territoire il serait temps que quelqu’un bouge en arrêtant les palabres.

    Répondre
    1. Yves Alain Fuchs Auteur de l’article

      M. Chevalier nous sommes cette fois d’accord. Si les habitants de Polangis ne sont pas informés de l’intérêt de l’ex VDO (projet Altival) c’est dommage et on en reparlera car ceci les intéresse aussi. Quant à la démocratie participative je suis là aussi d’accord avec vous sur ce point: si elle avait fonctionné les habitants de Polangis auraient été écoutés, leur point de vue discuté et dans la mesure du possible leurs revendications eussent été satisfaites et nous n’en serions pas là.
      Mais il est encore temps, comme vous le dites rien n’est joué.

      Répondre
  2. Belin Daniel

    Devant la passivité des autorités locales campinoises sur ce phénomène, on se demande si le rattachement à joinville de cette partie de Champigny ne serait pas souhaité pour réduire le nombre des opposants et assurer la survie de la gestion des communistes où l’on entend dire ici et là qu’elle est habituellement sans partage…et pas toujours heureuse par voie de conséquences.
    La solution de la partition est en soi assez hasardeuse et peu convainquante si l’on se rapporte à l’esprit du moment qui se transpose plutôt vers la solidarité des communes et la gestion groupée. Cette démarche , en arrière pensée ne relève pas de l’empathie réservée au monde communiste en général bien qu’il ait pu servir dans le temps au petit peuple, avec toutes les réserves qui s’imposent et qui de nos jours, sous l’ère de la macronie, pourrait être très utile

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.