Archives de catégorie : Elections Municipales mars 2008

Analyse des résultats des municipales

Elections municipales du 9 mars 2008

Réflexions

Table des matières

1 Le Corps électoral

2 La brillante campagne du Général Adenot

3 UMP échec ou acte manqué ?

4 MoDem ou l’ile flottante

5 Entente Citoyenne

I Le Corps électoral

Les élections municipales sont toujours des élections où la participation est plus faible qu’aux législatives ou à la présidentielle. La seule comparaison possible est donc par rapport à d’autres municipales. Les plus récentes à Champigny sont 1995, 2001, 2002 (élection partielle due à l’annulation du scrutin 2001 par le conseil d’état) et 2008.

                                1955                2001                2002                2008

Canton ouest            59,59%            55,75%           49,50%           58,68%

Canton centre           57,71%           53,21%           47,98%           56,08%

Canton Est                57,28%           49,54%           43,89%           51,47%

Canton de Bry          54,03%           52,33%           42,77%           51,91%

Total                         57,65%           52,64%           46,54%          54,94%

Si on excepte 2002 (une élection partielle est presque toujours caractérisée par une baisse importante de la participation) on constate entre 2001 et 2008 une légère augmentation de la participation électorale de +2,30%  (+2,93 sur le canton ouest, +2,87 sur le canton centre, +1,93 sur le canton est et -0,42 sur la partie Champigny rattachée au canton de Bry).

Il faut des comparaisons plus précises à l’échelle du quartier. Toutefois on est là gêné car il y a eu une refonte de la liste des bureaux de vote (augmentée). Les limites de certains bureaux ont été elles aussi modifiées ce qui rend les comparaisons et les interprétations difficiles. Enfin au sein d’un même quartier la sociologie d’une population peut changer. La construction dans un quartier exclusivement pavillonnaire de 2 petits ensembles HLM de 50 logements chacun cela signifie un apport de 120 électeurs nouveaux, sans doute différents sociologiquement et dans leur expression politique de ceux qui étaient là précédemment.

La comparaison est devenue donc difficile. Toutefois certains bureaux sont restés sociologiquement homogènes ce sont ceux des grandes cités

Le 19 (Les Boullereaux pour l’essentiel), le 31 (Mordacs), 32,33,34 (Bois l’Abbé). On comparera donc les résultats de ces ensembles de logement sociaux à l’ensemble de la ville.

Participation    2001                           2008                      différentiel

 

19                47,45%                        53,55%                     +6,10%

31                43,87%                       47,73%                       +3,86%

32                 42,13%                       47,01%                       +3,88%

33                 46,80%                       47,15%                       +0,35%

34                 42,98%                       44,16%                       +1,18%

On a plutôt mieux voté dans les cités que dans l’ensemble de la ville par rapport à 2001 (+1,93%) mais la différence n’est pas significative et si on compare avec les évolutions dans des bureaux de vote de quartiers restés majoritairement pavillonnaire

                                  

                                   2001                       2008                      différentiel

R. Rolland A             53,52%                  54,93%                     + 1,41%

 

R. Rolland B              54,26%                  54,91%                     + 0,65%

 

Cuisine Centrale         55,04%                  58,33%                     + 3,29%

Jean Jaurès Primaire    53,18%                  53,50%                     +0,32%

On a l’impression que dans ces bureaux qui votent traditionnellement plus à droite que la moyenne de la ville l’augmentation de la participation, la mobilisation des électeurs ont été un petit peu plus faibles que sur les grands ensembles de logements sociaux.

De 2001 à 2008 le corps électoral campinois est passé de 36.668 inscrits à 41.948 (+ 5280) soit une augmentation de 14,4% du nombre des inscrits qui n’est pas due à une croissance de la population à Champigny mais au fait qu’il y a eu une augmentation exceptionnelle du nombre des nouveaux inscrits sur les listes électorales surtout à l’approche de l’élection présidentielle. Cette inscription a semble-t-il souvent été le fait de jeunes des cités motivés par une volonté de faire barrage au candidat Nicolas Sarkozy.

Au Bois l’Abbé le nombre des inscrits à l’Ecole maternelle Anatole France explose passant de 769 à 1304 (+ 69,57%), les chiffres sont plus modestes sur les 2 bureaux de Salomon (+ 9,92% à Jacques Solomon 2 et + 5,10% sur Jacques Solomon 1. Toutefois sur l’ensemble des 3 bureaux du Bois l’Abbé le nombre des inscrits est passé de 3150 à 3879 (+729) soit une augmentation de 23,14%. Le poids politique de cette cité a augmenté dans la ville.

Pour d’autres bureaux de vote (dont les limites n’ont pas en principe été modifiées) on note par contre une perte du nombre des inscrits c’est le cas des bureaux Romain Rolland A et B -4 ,39% et -10,58% respectivement ainsi que Politzer (-8,14%).

Le poids politique des différents quartiers est en mouvement sur Champigny et cela n’est pas sans intérêt quand on sait que en 2002 M. Bargero maire de l’époque ne l’avait emporté que de 443 voix sur son adversaire de droite M. Derouineau et qu’aux élections de dimanche dernier M. Adenot a été élu au premier tour que parce que son score dépassait la barre fatidique des 50% de 201 suffrages. La répartition par quartier et par catégories sociales du taux d’inscription sur les listes électorales et les taux respectifs de participation sont donc des éléments essentiels du succès à Champigny, une ville qui reste à gauche certes mais toujours plus ou moins sur le fil du rasoir.

2 La brillante campagne du Général Adenot

 Oui c’est une victoire nette et menée habilement. Depuis 1989 c’est la première fois que le maire de Champigny passe au premier tour (en exceptant l’élection de 2001 faussée par l’annulation des bulletins de Forum). M. Adenot pouvait craindre ce premier test électoral en tant que maire. Il n’était pas et de loin aussi connu que son prédécesseur M. Bargero. Toutefois lors des législatives de juin 2007 il avait déjà montré son aptitude à rassembler les électeurs de gauche, mieux que M. Bargero n’avait su le faire en 1997 et 2002. Il avait ainsi été l’un des rares candidats PCF à repasser devant la candidate socialiste et à permettre ainsi à son parti de figurer au second tour dans la 5ème circonscription contre M. Gilles Carrez.

Sur le plan municipal les choses paraissaient plus complexes. Il y a un an on entendait souvent dire (et pas seulement par des gens de droite) que l’équipe municipale était au bout du rouleau, qu’il y avait une atmosphère de fin de règne à la mairie et l’opposition se frottait les mains en pensant aux municipales à venir.

Pourquoi Dominique Adenot a-t-il gagné et d’aussi belle manière ?

D’abord il a eu l’habileté de choisir le terrain de l’affrontement et évidemment il l’a choisi le plus favorable pour lui. Il s’est positionné comme le candidat anti-Sarkozy. En politisant fortement le débat il mettait de nombreux atouts dans son jeu.

Dans une période où le Président de la République est impopulaire s’affirmer comme le héraut anti-Sarkozy c’est en même temps implicitement mettre à ses adversaires l’étiquette « sarkozyste » et transférer sur leurs épaules le poids de l’impopularité du Président.

Dans la population campinoise, fortement touchée par la hausse du coût de la vie, déçue par les promesses non tenues du candidat Sarkozy, cette orientation de la campagne de M. Adenot a rencontré un écho certain et M. Adenot en a tiré un profit certain.

En même temps, et on ne comprendrait pas totalement le succès de M. Adenot si on négligeait ce point cette orientation de politique générale a contribué à une mobilisation très importante des militants du PCF que l’on a vu s’impliquer massivement dans de nombreuses actions (porte à porte, sur les marchés etc) ce que l’on avait pas vu, du moins à ce niveau, depuis de nombreuses années.

Il apparaît ainsi, ce que de nombreux politologues ont déjà écrit, que le PCF n’est jamais autant à l’aise que quand il s’identifie à un mouvement de protestation.

Note : la « fougue » des militants pro Adenot a même entraîné certains excès. L’affichage sauvage en dehors des panneaux électoraux (seul affichage licite en période électorale) s’est généralisé en fin de campagne avec au cours des 3 derniers jours la pose généralisée d’une affiche jaune  à l’intérieur des immeubles HLM (Mordacs,Bois l’Abbé, demi Lune etc).

Dernier et important avantage de la stratégie choisie par M. Adenot, en se drapant dans la posture antisarkozy il évitait que l’essentiel du débat municipal ne porte sur son bilan et ses projets, points sur lesquels il aurait eu beaucoup plus de mal à convaincre.

M. Adenot a parfaitement mené sa bataille et il l’a gagnée. Et maintenant ? Que va-t-il faire de sa victoire ?

M. Adenot n’ignore pas que le système en place est vieilli. Qu’il faut réformer, apporter une nouvelle vie à la démocratie locale. Poser le problème de la politique de la ville et de l’équilibre des quartiers, assurer une amélioration des transports en commun, donner une âme à la vie locale, aider à l’intégration des différents groupes, sortir Champigny de son isolement et réfléchir enfin à l’intercommunalité etc. etc.

Pourra-t-il le faire ? Ceux qui au sein de son parti et parmi ses alliés l’ont aidé à maintenir le pouvoir municipal en place sont-ils prêts à une remise en cause de leurs habitudes et de leur train-train ?

Là est peut être la faiblesse de M. Adenot. Comment saura-t-il utiliser au mieux sa victoire ?

Sur le vote PC-PS-Mars…

Dans ces élections municipales le vote pour la liste d’union PCF+PS+Mars a suivi les mêmes règles que celles qui ont régi les précédentes municipales, la présidentielle, les législatives à savoir l’opposition entre l’expression politique dans les grands ensembles de logement sociaux et dans les quartiers pavillonaires.

Dans le canton de Champigny Est où les différents bureaux correspondent à des zones d’habitat différents la chose est particulièrement claire.

Les zones pavillonnaires votent beaucoup mais elles sont orientées à droite. La coupure est saisissante sur le graphique ci-dessus. Cette hétérogénéité politique forte entre deux types d’habitat pose problème

L’examen des résultats du premier tour des cantonales qui se tenaient le même jour à Champigny Ouest et à Champigny Est permet de nuancer quelque peu le bilan du succès de M. Adenot aux municipales.

Sur le canton est peu de choses à dire. Le nombre de votants et d’exprimés est plus faible qu’aux municipales (environ 400 voix) ce qui est fréquent dans ce cas de figure. Le département intéresse moins que la ville plus proche. Mme Kennedy (PCF) obtient 2431 voix et 40,09% des suffrages, M. Traoré (PS) 903 voix et 14,89% soit un total de 55% des suffrages là où la liste Adenot (PC+PS+Mars) obtient 57,6%. La différence n’est pas significative.

Il en va tout autrement sur le canton ouest. Dans ce canton la liste de M. Adenot aux municipales obtient 2763 voix et 45,85% des exprimés. M. C. Favier (PCF) obtient à lui seul

2523 voix et 42,97% tandis que la candidate socialiste Mme M. Joubert recueille 531 voix et 9,04%. Au total l’ensemble PC+PS aux cantonales recueille 291 voix et 6,16% de plus que la liste des municipales. M. Favier a mieux réussi à élargir son électorat. A M. Adenot maintenant de savoir s’il veut aussi dépasser certains blocages et élargir sa majorité.

3 UMP échec ou acte manqué ?

L’UMP l’avait claironné. On allait voir ce qu’on allait voir. La fin de la majorité de gauche à direction PC, en place depuis 60 ans était programmée. Un calendrier 2008 nous montrait déjà tout ce que la nouvelle équipe pensait réaliser après le 9 ou au pire le 15 mars. Un chef de file M. Chriqui, jeune, brillant, proche du premier ministre M. Fillon, remplaçait M. Derouineau qui s’était retiré de la vie politique campinoise. Las dès le début de la campagne un couac énorme : entrée en lice d’un deuxième candidat UMP M. Juhel, conseiller municipal sortant, membre du Conseil National de l’UMP.

L’UMP un parti en train de se fissurer ? sur quel problème politique fondamental ?

Rien de tout cela. Simplement le reflet à l’occasion de ces municipales d’une situation complexe. Les problèmes récurrents de la droite à Champigny sont les conséquences des décisions prises par M. Pasqua, alors ministre de l’intérieur, lors du découpage des circonscriptions électorales (élection des députés). Pour éviter l’élection d’un député de gauche, peut être même communiste ! Champigny fut charcuté. Un canton celui de l’Ouest rattaché à des cantons de Nogent Joinville, le reste marié contre tout bon sens à Bry sur Marne et Le Perreux.

En tout cas le procédé était efficace. Depuis ce découpage Champigny ville de gauche a toujours été représentée à l’Assemblée Nationale par deux députés de droite. Les conséquences locales sont moins brillantes pour la droite. Comme Champigny est une ville importante, si elle venait à élire un maire de droite celui-ci aurait un poids politique considérable dans les 2 circonscriptions (5ème et 7ème ). Les députés suivent donc avec attention la désignation du leader campinois de l’UMP, chacun souhaitant que celui qui sera choisi soit un de ses proches. La désignation de M. Chriqui, proche de M. Carrez (député de la 5ème circonscription ) ne pouvait totalement satisfaire Mme Montchamp (député de la 7ème). La candidature de M. Juhel recevait par contre immédiatement son appui.

Le rêve de victoire pour l’UMP s’envolait. Certains à Champigny se posait même la question de savoir si délibérément l’UMP ne préférait pas laisser Champigny au PCF.

Sur le terrain la lutte UMP-UMPdissident  fut rude mais dans les urnes la victoire fut pour le candidat légitimiste : M. Chriqui  avec 5829 voix et 25,88% écrasait sans appel M. Juhel qui n’obtenait que 1953 voix et 8,67%.

Si on additionne les suffrages qui se sont portés sur MM Chriqui et Juhel on obtient 7782 voix et 34,55% des suffrages un chiffre pas très éloigné finalement des 36,34% obtenus en 2001 et 36,85% obtenus en 2002 par M. Derouineau (dans un contexte toutefois différent en 2001 et 2002 il n’y avait pas de MoDem mais par contre une liste divers droite celle de M. Valette).

La « répartition » des voix UMP entre les 2 candidats se réclamant de cette mouvance ne se fait pas de la même façon. Dans les grands ensembles d’habitat social où l’UMP est faible 9 à 20% mais a un électorat très populaire celui-ci a opté pour M. Chriqui dans un rapport 4 à 5 contre 1 tandis que dans les quartiers pavillonnaires M. Chriqui l’emporte aussi mais avec un ratio plus faible 2 à 3 contre 1.

La bataille des « frères ennemis » a toutefois laissé des traces dans l’esprit des électeurs. Sur le canton ouest M. Chriqui obtient au municipales 1611 voix (26,73%) et M. Juhel 567 (9,41%). Aux cantonales sur ce canton M. Juhel n’était pas candidat M. Chriqui y représentait seul l’UMP. Il obtient 1659 voix et 28,26%. Quelques dizaines d’électeurs de M. Juhel seulement ont accepté de voter aux cantonales pour le « frère ennemi ». Que sont devenues pour l’essentiel les 567 voix qui s’étaient portées sur M. Juhel dans le scrutin des municipales

Dans le canton Est on retrouve la même situation. M. Schmitt candidat UMP aux cantonales recueille 1472 voix ( 24,27%). La liste de M. Chriqui aux municipales avait obtenu 1496 voix (23,24%) mais la liste UMP dissidente de M. Juhel avait 515 voix (8,0%). Pour qui se sont prononcés les électeurs de M. Juhel aux cantonales ? Accessoirement que feront ces électeurs lors du 2ème tour des cantonales ?

Certes M. Chriqui et à travers lui M. Carrez a gagné la bataille pour le contrôle de l’UMP à Champigny mais les blessures paraissent profondes et c’est toute l’opposition de droite qui va devoir se recomposer.

4 Modem :  L’ile flottante

Le Modem à Champigny a fait une entrée fracassante en politique lors de la présidentielle 2007. M. Bayrou obtenait 17,74 % des voix. Il dépassait 20%  dans 13 bureaux de vote essentiellement dans des secteurs pavillonnaires mais au 2ème tour les électeurs qui avait choisi M. Bayrou au premier tour reportaient leurs voix à environ 70% sur Ségolène Royal au second.

Lors des législatives les résultats étaient nettement inférieurs à ceux de la présidentielle. Les candidats du MoDem obtenaient respectivement 1300 voix (7,91%) sur la partie Champigny de la 5ème circonscription et 673 voix (11,15%) sur la partie Champigny de la 7ème. Soit un total de 1973 voix.

La liste MoDem de M. Jeanne au municipale réalise une performance tout à fait comparable 2052 voix et 9,11% sur la ville. Sur le canton ouest le parallèle avec les législatives est remarquable 677 voix aux municipales et 11,23% contre  673 et 11,15 aux législatives de juin 2007.

Le Modem existe donc réellement sur Champigny et ne se résume pas à un phénomène de mode lié à la candidature de M. Bayrou. On peut toutefois se demander comment le MoDem se définirait en présence d’une gauche plus moderne et plus conquérante.

5 Entente Citoyenne

Nous avons obtenu 1228 voix et 5,45%

C’est un gain de 320 voix et 0,29% par rapport à 2002. Nous avions espéré mieux. Dans de nombreuses circonscriptions les listes citoyennes ou associatives ont eu des difficultés et n’ont pas retrouvé les résultats de 2001.

Nous avons pâti de la politisation de l’élection. Comment être clairement identifiable dans un débat de politique nationale quand on représente une association citoyenne locale ?

Le parti pris de la liste de la majorité sortante de se présenter comme la seule liste de gauche voire comme la liste de toute la gauche nous a aussi marginalisé d’autant que la presse n’a pas daigné nous prendre en considération (articles du Parisien et de Libération sur les 4 listes en présence à Champigny en omettant la 5è c’est-à-dire nous), organisation d’un débat par Radio Alpha avec les 4 listes (Adenot, Chriqui, Jeanne, Juhel). Nous avons certes obtenu à titre de compensation 7 minutes d’antenne mais clairement pour la presse et la radio il n’y avait que  4 listes dignes d’intérêt à Champigny et nous n’en faisions pas partie.

Nous avons maintenant un élu au sein du Conseil Municipal. C’est peu mais cela va nous fournir de nouveaux moyens d’intervention, d’information, une meilleure lisibilité.

 

Débats de Forum n° 27

CHANGER?: OUI!

ENTENTE CITOYENNE

Liste présentée par Forum des Boucles de la Marne

Soutenue par LES VERTS et par GAUCHE CITOYENNE 94

   

Elections municipales de mars 2008

Les adhérents de Forum des Boucles de la Marne se sont réunis ce lundi soir 28 janvier salle Jean Morlet et ont confirmé leur décision de présenter une liste aux élections municipales prochaines.

 

Un changement profond est nécessaire. La majorité actuelle dominée par le PCF, qui décide sans partage, flanqué de formations politiques dont la seule ambition est de faire de la figuration, manque totalement de dynamisme et d’ambition pour la ville.

Pour autant les programmes des candidats qui se réclament de la droite (refus du TVM, création d’une police municipale) ne correspondent pas aux orientations que nous souhaitons pour notre ville.

ENTENTE CITOYENNE , forte d’une véritable identité , a un projet pour notre ville.

Nous entendons rénover la politique locale en développant la démocratie participative et l’initiative citoyenne, en menant une politique de solidarité, en plaçant au centre de la politique communale les circulations douces, les transports en commun, ainsi que le respect de l’environnement et le développement durable.

Nous nous réjouissons que sur la base de ces orientations Les VERTS aient pris la décision de soutenir la liste d’ENTENTE CITOYENNE, présentée par Forum des Boucles de la Marne.

Le vrai changement à Champigny, consiste à rassembler enfin vraiment les citoyens autour des principes de démocratie et de solidarité. Et c’est bien pour cela que nous avons donné à notre liste le nom d’ENTENTE CITOYENNE.

————————————————————————————

 

Textes des propositions publiées dans le n°27 du Journal « Les Débats de Forum »

 

Pourquoi  Entente Citoyenne ?

Forum des Boucles de la Marne est né en 1995. En 2001 nous avons présenté une liste aux municipales sous le nom de « Osons Champigny ». A l’époque c’était en effet un  défi que de présenter une liste de citoyens sans l’appui d’une formation politique. Aujourd’hui en appelant notre liste « Entente Citoyenne » nous voulons marquer que notre liste est riche de la diversité de ceux qui la composent et que ceux-ci sont des citoyens campinois qui souhaitent agir au plan municipal.

Notre démarche ne constitue pas une déclaration de guerre aux partis politiques. Les partis ont un rôle à jouer mais au-delà des partis de nombreux citoyens veulent trouver de nouvelles formes pour agir en politique. On parle d’associations, de clubs, de collectifs, nous avons choisi de parler d’Entente Citoyenne.

___________________________________________________________________

 

Initiative et participation citoyenne

La commune est l’unité de base de la démocratie.

Il faut enrichir la démocratie locale par la participation de tous ceux qui résident à Champigny, sans exclusion.

Nous refusons les décisions « d’en haut » et l’hégémonie d’un parti au sein du conseil municipal. La diversité des opinions est source de richesse et d’efficacité.

Les citoyens ont droit à la transparence des décisions municipales

La réforme des conseils de quartier doit garantir leur autonomie leur droit à choisir leur Président et la possibilité d’initier des projets et d’en gérer  les budgets avec l’accord du Conseil Municipal.

___________________________________________________________________

 

Promouvoir le civisme

Vivre ensemble suppose des droits et des devoirs. On constate un développement de l’individualisme et des actes d’incivisme. Ceci se manifeste sur le lieu de résidence (tapages, dégradations), dans l’espace public (décharges sauvages, parking sur les trottoirs, conduite automobile dangereuse). Dans tous les cas ce sont les droits des autres qui sont affectés et le vivre ensemble en devient plus difficile.

Bien sur il faut que la police verbalise mais ce n’est pas suffisant. Il faut engager un travail constant, tenace d’information, dont on sait qu’il ne porte ses fruits qu’au bout d’une longue période mais cela est nécessaire. On ne peut pas laisser faire.

 

voitures sur trottoir= danger pour les piétons

_______________________________________________________________________

 

Transports en commun : l’urgence

Comme d’autres villes de la banlieue parisienne dont la population a cru rapidement depuis 50 ans Champigny souffre d’une inadaptation profonde de sa desserte en transport en communs par rapport aux besoins. Les liaisons avec Paris sont inadaptées et vieillissantes, les liaisons interbanlieues quasi inexistantes

La réalisation d’axes banlieue-banlieue est essentiel pour desservir les zones d’activité, les commerces, les Universités, vers Créteil et Marne la Vallée. Nous attendons le Trans Val de Marne avec impatience.

          Une interconnexion TRANS VAL DE MARNE-ORBIVAL à la Fourchette ?

Le projet de création d’un métro interbanlieue (Orbival) semble entrer dans une nouvelle phase mais ce projet se réalisera au mieux à l’horizon 2020. Nous serons attentifs à ce que sa réalisation ne subisse pas de retards et à ce que le tracé desserve bien la Fourchette de Champigny comme promis.

 

                    

Les Boullereaux une gare à développer, à ouvrir vers la ville, à desservir par bus…

___________________________________________________________________

 

Défense de l’environnement et du cadre de vie

La défense de l’environnement suppose d’abord une connaissance précise l’état des lieux.

La découverte au cours de la dernière mandature de pollutions extrêmement graves sur l’emplacement de la ZAC des Bords de Marne a montré la réalité du danger et la nécessité de vigilance des associations et des citoyens

L’action des associations a permis de mettre en évidence une grosse pollution sur la ZAC des Bords de Marne et d’obtenir la dépollution du site

Nous proposons que soit établie

une carte du bruit dans la ville et de définir et planifier les mesures à prendre

un relevé des zones polluées et de leur évolution probable, de faire estimer le coût des dépollutions.

une carte et un suivi de la qualité de l’air sur Champigny.

Nous voulons faciliter l’accès des citoyens et des associations à l’information concernant l’environnement

___________________________________________________________________________

 

Maîtriser la politique du logement

Nous sommes favorables à ce que Champigny reste une ville d’accueil pour toutes les catégories sociales. Nous sommes fermement opposés aux politiques égoïstes des communes de droite qui nous entourent et qui refusent d’appliquer la loi. Nous n’acceptons pas que Champigny supporte seul les charges liées à un supplément de logement social. A ce titre nous soutenons la municipalité et le Conseil Général dans leurs projets de développement économique des 16 hectares de l’ex-liaison A4-N4 et nous nous opposons à la volonté du préfet d’y faire construire 1600 logements sociaux.

Aujourd’hui à Champigny il ne faut pas construire plus mais améliorer et renouveler l’existant, mieux intégrer les grands ensembles dans la ville.

Pour cela il faut que la ville se donne un outil. Aujourd’hui le logement social à Champigny est dominé par IDF Habitat (société privée) 41,3%, l’OPAC Paris, 22,24%, l’OPAC Val de Marne,22,9% où la municipalité de Champigny n’est pas représentée. Par contre l’Office Public d’HLM de la ville de Champigny, où la ville est représentée ne compte que pour 5,2% dans le parc de logement sociaux. Pour que Champigny assure mieux la maîtrise du logement social nous demandons un effort de développement du service public c’est-à-dire de l’OPHLM de Champigny.

—————————————————————————————————————–

Améliorer la sécurité et la tranquillité publique.

Pour prévenir la délinquance il faut éviter deux illusions : celle du tout prévention et celle du tout sécuritaire.

L’autorité et la crédibilité de l’Etat résident dans le fait d’assumer son monopole de la répression tant au plan policier qu’au plan judiciaire. La privatisation du devoir de police ou sa dilution à travers des organismes locaux (polices municipales) est la porte ouverte à l’accentuation de sa perte d’autorité et à des désengagements inacceptables et dangereux. Pour défendre cette autorité, la police nationale et la justice doivent bénéficier des moyens nécessaires à l’accomplissement de leur mission. Une réelle proximité avec les citoyens doit être recherchée.

Il ne faut pas diluer les efforts de sécurité entre une coûteuse police municipale et la police nationale. Nous demandons un renforcement des effectifs, notoirement insuffisants de la police nationale.

La ville,car c’est de son ressort, doit prendre à sa charge, la construction en Centre Ville d’un commissariat moderne, conforme aux normes de sécurité définies par le Ministère de l’Intérieur, qui pourra alors être ouvert 24H sur 24. Cet effort consenti par la ville témoignera du sérieux de notre demande d’un renforcement des effectifs de police.

Le domaine de la prévention relève entièrement des prérogatives communales. Nous demandons un accroissement des efforts dans ce domaine.

__________________________________________________________________

 

La bonne santé du commerce

Cest un élément important de l’économie de la ville. Le commerce va mal à Champigny. Certains commerces de proximité disparaissent.

Les commerces sont actifs là où existent des points de rencontre, là où les gens prennent les transports en commun ou bien les quittent. C’est donc la planification de l’urbanisme qui peut favoriser ou au contraire tuer l’activité commerciale.

A la Fourchette, au carrefour Stalingrad-de Gaulle  les commerces peuvent profiter du TVM à condition de privilégier à côté des arrêts les plus importants la circulation des piétons. Tout l’urbanisme du secteur Boullereaux –République-Rond Point de Bry doit être repensé pour en faire un centre commercial dynamique.

Une refonte complète de la Place Lénine est nécessaire

Au Centre-Ville une refonte complète de la place Lénine st nécessaire. Le parking en surface doit disparaître au profit d’une place paysagée. La construction d’un marché couvert sur un parking souterrain à l’extrémité ouest de la place  est à envisager pour répondre aux besoins et contribuer à séparer les commerces de bouche des autres activités.

 

Aider les jeunes commerçants à s’installer.

D’une façon générale la Municipalité devra se saisir à chaque fois que possible des nouvelles dispositions légales pour préempter les espaces commerciaux des commerces de proximité et aider les jeunes commerçants à s’installer.

 

Pour une ville qui construise son avenir en respectant son patrimoine……

                 


                                    (Ecole Albert Thomas avant destruction)

Nos moyens financiers sont limités

                                   Or l’argent a un grand poids dans une campagne (journaux, tracts, affiches)

Soutenez nous par vos chèques libellés à l’ordre de

M. Yvernat, mandataire financier

Et adressez les à Forum des Boucles de la Marne, BP 305, 94503 Champigny cedex

 

Conformément à la loi un reçu vous sera adressé. Joint à votre déclaration des revenus de 2008 il vous vaudra une diminution d’impôt égale à 60% de la somme versée.

___________________________________________________________________________