Archives de catégorie : marchés

Lénine et PIF

Non il ne s’agit pas des aventures de « Pif le Chien au Pays des Soviets  » mais d’un périmètre d’intervention foncière (en jargon administratif PIF) que la municipalité propose pour le secteur de la Place Lénine et ses abords.

 

INFORMATIONS SUR LE PROJET

PLACE LENINE

 

 

 

Ni d’un point de vue fonctionnel (circulation, parkings, marché) ni d’un point de vue esthétique la Place Lénine ne remplit son rôle d’un centre ville attractif, vivant, ouvert aux piétons. Il est donc normal que des projets visant à améliorer cette place et son environnement soient envisagés. Les Campinois(es) l’ont souvent réclamé.

 

Le mercredi 23 juin le Conseil Municipal a voté un projet prévoyant la préemption de nombreuses parcelles (voir plan) afin de réaliser « des programmes diversifiés intégrant des logements, des activités tertiaires, des commerces et des services ».

La forme choisie est celle d’un Périmètre d’Intervention Foncière (PIF), procédure de plus en plus rarement utilisée par les communes. Le choix de cette procédure n’a certainement pas été fait au hasard. Pourquoi avoir choisi un PIF plutôt qu’un périmètre d’étude, procédure plus souple, adaptable et évolutive.

                   

 La zone intéressée par le projet avec indications  (colorées en rouge)des propriétés déjà maitrisées (dont la commune ou un organisme « porteur » est propriétaire)

 

Qu’est ce qui justifie que certaines parcelles y soient incluses et pas d’autres ? 

 

Au stade d’une étude préliminaire ce choix de limite n’a aucune justification. Si aucune option n’est vraiment encore définie, la logique veut qu’on se fixe un périmètre large limité par des rues afin de choisir ensuite en fonction de l’option retenue.

                 

 

Entourées par le trait rouge les parcelles sur lesquelles la municipalité entend  exercer  son droit de préemption

Le dessin même du périmètre au sud de la place indique clairement une volonté d’uniformisation (à la même hauteur que le bâtiment de la médiathèque ?)

 

On en vient donc naturellement à penser que les choix sont déjà faits : un projet existe déjà mais la Mairie préfère avancer masquée.

 

 

On nous promet des débats et la consultation de la population.

 

Nous vous appelons à y participer nombreux, à défendre votre point de vue sur la circulation, le marché, les constructions, l’ouverture de la ville vers la Marne. Faites mentir la tradition qui veut qu’à Champigny la concertation ne soit qu’apparence et communication et la démocratie participative pipée.

 

                              Le centre ville c’est notre affaire à tous.

 

A propos d’une image

DIMANCHE C’EST JOUR DE FÊTE

 

 

 

 

 

L’image est quelque chose de fort, qui impose une certaine façon de voir, celle que l’auteur de l’article veut vous faire partager. Le choix d’une image pour illustrer un article n’est pas anodin. Regardons une photo du mensuel municipal Champigny Notre Ville

Dans le n° 416, avril 2010, en page 11 un article sous le titre « Dimanche c’est Jour de fête »  est illustré par une photo (ci-dessus). Les commerçes visibles sur la photo (charcuterie, boucherie),sont présents en semaine mais jamais le dimanche. Cette photo n’a pas pu être prise un dimanche.

Pourquoi illustrer le marché du imanche par une photo prise en semaine? Pour masquer la rareté des commerces de bouches, la non diversité de l’offre?

Tout le monde est d’accord : un marché de fin de semaine (vendredi soir ou samedi dans la journée ou dimanche matin) était nécessaire au centre de  Champigny. Ce marché était réclamé par beaucoup de campinois qui travaillent et sont dans l’impossibilité de faire leurs courses en semaine. La décision de le fixer au dimanche matin a été prise autoritairement par la mairie, sans véritable concertation. Aujourd’hui malgré un gros effort promotionnel c’est un échec de plus en plus évident, tant au niveau de la diversité que de la qualité des commerces présents qu’à celui des clients.

Mais à Champigny il ne saurait être question pour la Mairie de reconnaître qu’il y a pu avoir une erreur et de tenter, en concertation avec les habitants d’en tirer les leçons et de la corriger. On est dans une logique ou il est préférable de fêter les échecs (d’où cette annonce de fête du 1er anniversaire) pour faire accroire que ce sont des succès.

Pour bien convaincre qu’il s’agit d’un succès éxclatant on n’hésite pas à illustrer le marché du dimanche par une photo prise un vendredi ou un mardi. Ainsi le lecteur a une image biaisée de l’activité réelle du marché du dimanche.

Quel qualificatif donner à de telles petites « erreurs »  ? A vous de juger.

Le Marché du dimanche, premières impressions

Le marché du dimanche matin a été inauguré avec pub[1] et pompe le 19 avril dernier.

L’expérience est donc récente et on ne pourra vraiment tirer des leçons de cette décision de la municipalité de créer un marché le dimanche matin Place Lénine que d’ici 6 mois ou un an. Les habitudes mettent du temps à s’établir, certains commerçants restent encore dans l’expectative et il est trop tôt pour savoir si les promesses faites par la municipalité aux riverains pour assurer le maintien de leur tranquillité du dimanche matin seront réellement tenues et si les mesures adoptées seront efficaces.

Toutefois après 4 dimanches il est possible de relever ce qui est positif et ce qui ne va pas

Le positif : Depuis plusieurs années nous avons parlé du besoin réel d’un marché ouvert en dehors des heures de travail pour permettre à ceux qui travaillent en dehors de Champigny de faire des courses..

Nous avons toutefois  dit nos réticences sur la façon dont le dimanche a été choisi, par décision d’en haut, sans étudier les autres options possibles (marché du soir ou marché du samedi) ni sans consulter les campinois sur leurs attentes et leurs propositions.

En discutant avec ceux que nous avons rencontré sur le marché on recueille une majorité d’opinions positives sur le fait de pouvoir enfin faire ses courses sur un marché ouvert en dehors des heures de travail.

Ceux qui viennent à ce marché, pour l’essentiel, ne sont pas ceux qui fréquentent les marchés du mardi et du vendredi. C’est donc quelque chose d’éminemment  positif.

De plus l’existence de ce marché, la circulation de ceux qui y vont ou en viennent donne de l’animation et un air plus gai au centre Ville.

Le moins bon : On reste dans une structure où les commerces de bouche sont nettement minoritaires avec une majorité de commerces proposant de l’habillement des gadgets etc. Les commerces de légume sont en nombre suffisant  et bien achalandés mais il n’y a que 2 boucheries (une hallal et une « classique ») un tripier, un volailler, 2 poissonniers et il n’y a aucun charcutier, aucun fromager ni aucun approvisionnement bio.

Le mauvais : On ne s’est pas donné la peine de réfléchir sur une possible réorganisation du marché. Les commerces de fripes et de divers restent imbriqués avec ceux du commerce de bouche alors que depuis longtemps les clients habituels de ce marché du centre demandent une séparation.

L’espace entre les rangées de stands reste étroit. La circulation est difficile surtout pour les poussettes et les caddys. Il y a moins de commerces, il existe des espaces non occupés n’est-il donc pas possible d’aérer un peu ce marché, de permettre une meilleure présentation des étals, une meilleure circulation ? L’attractivité du marché serait accrue et l’activité commerçante y gagnerait à coup sur.

[1] Un gros effort publicitaire a été consenti pour lancer ce marché du dimanche au Centre Ville, on regrette que des efforts comparables n’aient pas été faits pour mieux faire connaître les marchés en difficulté comme Stalingrad, République et Coeuilly.

AVANT L’OUVERTURE DU MARCHE LE 19 AVRIL

C’est décidé, le marché aura bien lieu le dimanche[1]. Le maire, la municipalité n’entendent ni discuter, ni remettre. C’est une question de principe : on ne changera rien à ce que nous avons décidé. D’ailleurs affirme la mairie il s’agit d’une demande de la population. Nous y travaillons depuis cinq ans et on a suffisamment discuté et communiqué là-dessus. On fera remarquer que si la mairie estime avoir beaucoup communiqué et informé (ce que nous contestons) cette communication et cette information sont totalement inadaptées et de très mauvaise qualité comme le prouvent l’importance des protestations des riverains, des commerçants. Certes ces jours derniers Champigny a été inondé de tracts signalant l’ouverture du marché le 19 avril et cela de La Fourchette de Champigny jusqu’à Coeuilly mais c’est une information après décision c’est de la communication pas de la concertation.

Une communication importante mais après décision

L’importance même de cette protestation, le succès de la pétition, montrent bien qu’il ne s’agit pas seulement de l’énervement de quelques grincheux opposés à tout changement mais bien d’un problème réel. La méthode de gouvernance de cette ville n’intègre pas la concertation des citoyens, c’est dommage et il faudra bien que cela change.

La décision étant prise et irrévocable reste à essayer de faire que ce marché se passe le mieux possible pour les riverains et apporte réellement quelque chose à la population. Nous faisons quelques suggestions ci-dessous. Vous avez certainement vous aussi des idées, des choses auxquelles nous n’avons pas pensé. Ecrivez le dans un commentaire on enrichira ainsi la liste des propositions dont la mairie sera bien obligée de tenir compte.

 

 

ON DEMANDE

 

A voir : ce que sera réellement ce marché. Lors de la réunion du Conseil de Quartier du Centre Ville le 10 mars dernier il avait été annoncé que 19 commerces de bouches, déjà présents sur le marché les mardi ou vendredi prévoyaient de participer au marché du dimanche matin. Lors du conseil municipal du 25 mars le chiffre donné était de 32 dont 26 commerces de bouches. Depuis le 1er avril (mais ce n’est pas un poisson) des calicots annoncent que 70 commerces (notre photo) seront présents sur ce marché du dimanche.

Cela soulève quelques questions.

1/Un comptage effectué vendredi 3 avril sur le marché indique que ce jour 119 commerçants non sédentaires étaient présents. On y trouvait 38 commerces de bouche, 1 divers (fleurs) et 80 commerces de fripes, colifichets etc. Quel sera le pourcentage le dimanche ? On peut craindre que le marché du dimanche ne devienne surtout un lieu de vente de marchandises de bric et de broc et non ce marché de produits alimentaires que réclament ceux qui travaillent durant la semaine loin de Champigny.

2/ Le Maire a affirmé lors du conseil que le Marché s’établirait sur la partie ouest de la Place Lénine, la partie est (entre la rue Albert Thomas et la rue de l’Eglise) restant libre. Si le chiffre de 70 commerçants est une réalité on sera proche de la saturation sur ces emplacements. Or un des graves défauts du marché actuel réside dans la difficulté d’y circuler. Les allées sont trop étroites et un caddy  et une poussette s’y croisent difficilement. Ce marché (qu’il soit du dimanche ou de semaine a besoin d’être repensé dans son plan de circulation des personnes). Donnons lui de l’air, de la visibilité….

 

A revoir : La décision de réserver le parking Carnot aux véhicules des commerçants. L’idée pouvait paraître intéressante pour dégager la place de contraindre les commerçants, une fois leur matériel mis en place, à garer leurs véhicules utilitaires sur le parking Carnot. Simplement on a à ce sujet oublié une chose : le dimanche le Quai Victor Hugo est fermé à la circulation automobile. De ce fait le parking Carnot est le seul accessible (par la rue Carnot) aux personnes qui se rendent en voiture à la guinguette du Martin Pêcheur. Réserver ce parking aux véhicules des commerçants du marché revient à priver la guinguette de la clientèle de tous ceux qui ne viennent pas à pied ou en vélo.

Pour mettre en valeur Champigny, la municipalité aime (à juste titre) rappeler tous les côtés positifs que les Bords de Marne, les Iles et l’esprit des guinguettes apportent à la ville. Il serait quand même absurde que l’incompétence d’un service municipal mette en difficulté la dernière guinguette en activité à Champigny.

 

A prévoir : Les quelques emplacements pour vélos devant le magasin Ed sont saturés au moment des marchés et il y a concurrence entre les cyclistes  tous les matins de marché pour attacher leur machine aux différents poteaux de signalisation.

Le dimanche est de plus un jour où les gens prennent plus volontiers leur vélo. Les espaces actuels déjà insuffisants le mardi et le vendredi ne suffiront pas. Peut-on suggérer aux services municipaux de prévoir l’installation de parkings à vélo supplémentaires ?

 Ajouté le 12/4: Précédemment la Mairie avait affirmé que le Marché n’occuperait pas la partie Est de la place (entre les rues Albert Thomas et de l’Eglise) laissant cet espace libre pour le parking des voitures. Selon les indications obtenues ces derniers jours il est maintenant prévu que le Marché du Dimanche s’installera sur l’ensemble de la Place Lénine.

[1] Voir  à ce sujet sur ce blog la note intitulée : Un marché le dimanche : Est-ce vraiment une bonne idée ?