Archives de catégorie : Vu, entendu à Champigny

Sur votre agenda, 3 dates à noter

3 dates sur votre agenda
22 janvier à Nogent débat : Politique économique de droite, politique économique de gauche
23 janvier à Champigny (Belvédère) projection du N°35 de Vidéo sur Marne
11 février à Champigny la SGP présente le Métro express

Forum des Boucles de la Marne vous présente ses meilleurs vœux pour 2015.
Nous avons tous été extrêmement choqués par les évènements récents.
Nous sommes des hommes et des femmes divers dans leurs opinions, leurs croyances mais nous nous nous retrouvons dans la volonté de communiquer, d’échanger, de respecter l’autre.
Nous ne pouvons pas accepter sans protester l’acte de barbarie que représente le massacre des dessinateurs et journalistes de Charlie Hebdo, de clients d’un magasin casher assassinés parce que juifs, de policiers chargés de la protection des citoyens.
Au niveau qui est le nôtre nous continuerons à agir pour faire prévaloir les valeurs des libertés et d’humanisme.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

jeudi 22 janvier à 20h30, à l’école Galliéni
16, bd Galliéni à Nogent-sur-Marne (face au marché central) — plan d’accès : http://goo.gl/maps/pnu5P
entrée libre et gratuite

Politique économique de droite, politique économique de gauche…
Au-delà d’effets de discours ou de mesures symboliques, y a-t-il plusieurs politiques économiques possibles ?
Quelles sont les marges de manœuvre de l’économie française ?
Avec (par ordre alphabétique) :

Jean-Marc Daniel
économiste, directeur de rédaction de la revue Sociétal (proche du MEDEF), chroniqueur au journal Le Monde
enseignant à l’ESCP Europe, à l’école des Mines de Paris, à l’ENSAE ParisTech
auteur de La politique économique (Que sais-je ?)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marc_Daniel

Philippe Frémeaux
ancien rédacteur-en-chef du magazine Alternatives économiques
collaborateur régulier de France Info et France Culture
auteur de La nouvelle alternative ? : Enquête sur l’économie sociale et solidaire
http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Fr%C3%A9meaux

Jean-Luc Gréau
économiste, ancien expert du MEDEF, ancien membre du Conseil économique et social
auteur de Le capitalisme malade de sa finance, de L’avenir du capitalisme et de La trahison des économistes
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Luc_Gr%C3%A9au

Christophe Ramaux
économiste, enseignant à Paris I et à l’ENSTA Paris Tech
membre du Conseil scientifique d’Attac, et du collectif les Économistes atterrés
auteur de L’État social. Pour sortir du chaos néolibéral
http://fr.wikipedia.org/wiki/Christophe_Ramaux

Ce débat est organisé par le Forum Politique Nogentais, une association locale, sans affiliation politique, constituée au lendemain de l’élection présidentielle de 2002.
Notre association souhaite (re)donner envie de s’intéresser au politique. Dans ce but, elle organise chaque mois un débat public sur une question politique ou sociale, en donnant sa place à une critique positive, pour aller au fond des problèmes, loin des petites phrases et des sondages.
Les débats ont lieu Nogent-sur-Marne (94), autour de spécialistes, acteurs de la société civile, militants, élus ou experts. Ils sont ouverts à tous.
N’hésitez pas à transférer ce mail à toute personne que vous jugerez intéressée. Merci !
Contact : forum@abc.fr – tél : 06 79 64 83 31 ou 06 11 19 43 77
Site : www.forumpolitiquenogentais.asso.fr
Sur Facebook : www.facebook.com/pages/Forum-politique-nogentais/321584045670?

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Projection du n°35 de VIDÉO SUR MARNE
le vendredi 23 janvier 2015 à 21h
au BELVÉDÈRE
3 avenue Jean-Jacques Rousseau à Champigny sur Marne
Tel : 01 48 80 54 89
au sommaire du n° 35 de VIDÉO SUR MARNE
• ELLE A 100 ANS Une maison dans le bas des coteaux
• SCIENCES EN MARCHE Des chercheurs en marche pour la défense de la recherche et l’enseignement supérieur,
de passage à Champigny
• SCÈNES DE LA VIE COURANTE à Champigny
• MUSIQUE METAL Rencontre avec Pierre guitariste dans le groupe Métal – THE ARRS
Après la projection nous discuterons à propos des films projetés.
Vous pouvez voir ou revoir les précédents numéros en cliquant ici : http://videosurmarne.net

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Le mercredi 11 février à 20H
Au gymnase Tabanelli
Présentation du Grand Métro Express à Champigny par la SGP (Société du Grand Paris)
Cette réunion de présentation prélude au démarrage des travaux (avril 2015)

octobre-actualites

Est-TVM : une association de commerçants de Champigny dépose un recours

Sciences en marche ce jeudi 16 octobre à Champigny.

un succès (note rédigée le 16/10 au soir)

Vidéo sur Marne présente son n° 34 vendredi 17 octobre

Où était passé le 208 A?

 

Est TVM : On apprend ce 8 octobre qu’après un premier recours déposé par la majorité municipale de Saint Maur, un second recours déposé par des conseillers municipaux d’opposition de Saint Maur, un nouveau recours vient d’être déposé par une association de commerçants campinois contre le projet d’extension du TVM au-delà de la gare RER de Créteil Saint Maur jusqu’au rond-point de Bry via saint Maur et à Champigny la rue Gustave Floquet et l’Avenue du Général de Gaulle. Sur l’Avenue Général de Gaulle il est prévu que le TVM circule en site propre.
Ce projet très souvent retardé (voir notre article Le TVM à Champigny en 2016? du 30/5/2013). Les recours déposés, même s’ils sont rejetés vont avoir pour effet de retarder le projet et sans doute pas de quelques mois seulement mais de quelques années. Pourquoi ? Personne n’ignore que des travaux importants vont être entrepris dans le cadre des chantiers du Métro Express. Ces travaux qui dureront 5 ans vont avoir pour effet une réduction des possibilités de la circulation automobile sur la D4 (Avenue Roger Salengro). La circulation sera réduite à une file dans chaque sens. Il n’est pas envisageable dans ce contexte de démarrer des travaux sur l’avenue du Général de Gaulle l’autre grand axe Est-Ouest à travers Champigny. Cela aboutirait, sans discussion possible à une congestion totale de la circulation dans et à travers Champigny. On espérait que les travaux du TVM (18 mois) pourraient être effectués rapidement avant la phase majeure des travaux du métro. Le retard dû aux recours déposés rend peu vraisemblable la réalisation de cette section du TVM avant la fin des travaux du métro (2020). C’est dommage mais ne baissons pas les bras. Si les travaux sur la section gare RER de Saint Maur Créteil-Rond-Point de Bry sont remis à plus tard nous n’abandonnons pas le projet. Nous demandons que la section qui va de Rond-Point de Bry à Noisy le Grand et dont la réalisation était prévue pour plus tard soit mise en chantier dès maintenant. On réalisera ensuite le tronçon central aujourd’hui retardé. On limitera la perte de temps et on donnera un signal fort de la volonté de réaliser cet équipement de transport en commun utile aux campinois.
————————————————————————————————-

Place Jourdain à Champigny (à coté de la CAF), au coin de l’Avenue Jean Jaurès et de la rue Dimitrov le 16 octobre à partir de 15H30

Les sciences viennent à vous !

Les participants à la grande marche pour la promotion des sciences et la défense de l’enseignement supérieur et de la recherche parcourront les routes de France à vélo du 27 Septembre au 18 Octobre 2014. avec des animations scientifiques, des conférences et des débats pour vous expliquer leurs métiers, leurs difficultés et l’importance des sciences pour l’avenir de notre société. et pour appeler le Président de la République à lancer une politique ambitieuse pour l’enseignement supérieur et la recherche.

WWW.SCIENCESENMARCHE.ORG

UN SUCCES (note rédigée le 16 octobre au soir)

De Chateau Thierry à Meaux, Marne la Vallée et Champigny ils roulent pour Sciences en Marche

 

Les chercheurs, les enseignants du Supérieur venus de Chateau Thiery et de l’Université Paris Est Marne la Vallée étaient  rayonnants au soir de ce 16 octobre. Arrivés en vélo par les Bords de Marne ils avaient abordé Champigny par la cote raide de la rue de la Fontaine  Place Jourdain (au coin de Jean Jaurès et de Dimitrov) ils avaient trouvé les barnum installés par la municipalité et très rapidement le contact avec les passants qui regardaient les manips amusantes, concernant différents aspects de la recherche; Les questions, les réponses montraient l’intérêt que les campinois portaient à ce coup d’oeil dans la recherche. Les chercheurs expliquaient aussi la situation des labos, la vie et la carrière des personnels, l’importance de la recherche et du progrès des sciences pour l’humanité.

  Des campinois intéressés

.

et qui participent aux expériences ludiques

Les campinois découvraient pour beaucoup la vie des universités si proches et souvent trop ignorées (Marne la Vallée et Créteil).

Au bout de 3 heures d’échanges. Il fallut plier bagage. Vendredi 17 les enseignants du supérieur et les chercheurs venus de toute la France manifestent à Paris de la porte d’Orléans à la Place Vauban pour demander au Président de la République une politique plus forte pour la Recherche et les Universités.

L’étape de Champigny a été pour eux encourageante et intéressante par les échanges qu’ils ont eus.

Une remarque

Cette place Jourdain, au coin de Dimitrov et de Jean Jaurès (au dessus de la CAF)  s’est révélée, au cours de cette après midi, comme un lieu idéal de rencontre et de discussion. C’est un lieu de passage important près de la mairie, de la poste, de la CAF, des succursales bancaires etc. Beaucoup de gens y passent. On se plaint souvent que le centre de Champigny ne soit pas suffisamment animé et vivant. Ne peut-on pas faire de cette Place Jourdain un lieu ou auraient lieu des débats, des expositions etc, un centre de la vie campinoise. Qu’en pensez-vous?

 

 

———————————————-
Projection du n°34 de VIDÉO SUR MARNE
le vendredi 17 octobre 2014 à 21h
au BELVÉDÈRE
3 avenue Jean-Jacques Rousseau à Champigny sur Marne
Tel : 01 48 80 54 89

au sommaire du n° 34 de VIDÉO SUR MARNE
• BANCS PUBLICS
Multiples usages
• SCÈNES DE LA VIE COURANTE
à Champigny
• CHÔMEURS – CHÔMEUSES
Un témoignage recueilli à l’Espace Jeunes et d’autres à l’entrée de Pôle emploi
Après la projection nous discuterons à propos des films projetés
Vous pouvez voir ou revoir les précédents numéros en cliquant ici : http://videosurmarne.net

———————————————————————————————————————————————

Où était passé le 208 A?

Les campinois qui utilisent le 208 A à partir de la Place de la Résistance à Coeuilly ont été bien mécontents la semaine dernière. Une affichette apposée dans les abribus des 4 derniers arrêts de la ligne les informait que ces arrêts ne seraient pas desservis du lundi 29 septembre au vendredi 3 octobre inclus et les invitait à se rendre aux arrêts du 308 sur Salvador Allende.

Pourquoi cette interruption de service? L’affichette précisait que cette interruption de la desserte était due à des travaux de ERGDF (Gaz). Nous avons cherché et trouvé effectivement un petit chantier (2m2 en surface, 1m de profondeur) sur le trottoir Avenue du Plessis Trévise, près de l’arrêt Chateaudun. ERGDF avait d’ailleurs clairement signalé et clos son chantier rien ne justifiait que le service ait été interrompu pendant une semaine au détrient des usagers.

Ce chantier n’a t-il été qu’un prétexte à faire des économies au détriment des usagers? La RATP se doit d’être au service du public

Dépollution en cours rue du Monument

.
Ce 16 mai une vingtaine de riverains de la rue du Monument et de la rue de Dunkerque ont participé à une réunion publique organisée par la municipalité avec le concours des représentants des entreprises intervenant dans les travaux de dépollution et de réhabilitation du haut de la rue du Monument.
La responsable du service Assainissement a pris la parole en évoquant l’historique de la pollution (cf articles antérieurs de Forum: L’état condamné dans l’affaire ESSO du 4/11/2013 et Ces pollutions qui nous cernent du 7/12/2012 ou contacter l’association des riverains arfcsm@gmail.com), le phasage des travaux. Il a assuré les riverains du soutien de la mairie.
Pour mémoire rappelons que l’Etat n’a pas tenu son rôle de surveillance et a d’ailleurs été condamné en 1ère instance en novembre dernier pour « carence fautive dans son suivi des ICPE ». (Installations Classées pour la Protection de l’Environnement)

initialement les services techniques de la Ville n’ont pas été à l’écoute des ceux qui se plaignaient des effets liés à la pollution par les fuites d’essence. Mais bientôt l’action répétée, persévérante des riverains qui ne cessaient de donner l’alerte a porté ses fruits. La municipalité a pris la mesure du réel problème de pollution et des dangers courus par les riverains et les employés chargés de la maintenance du réseau. A partir de ce moment l’engagement municipal aux cotés des riverains fut total et porta ses fruits. La satisfaction des riverains aujourd’hui est évidente. Ils sont heureux que des travaux de dépollution interviennent aujourd’hui. C’est le résultat de leur action. Mais ils soulignent quand même qu’il aura fallu 5 ans après les premières plaintes pour que ces travaux démarrent !

démarrage des travaux

Le responsable de la pollution c’est ESSO. Cette société tenu aucun compte des multiples courriers d’alerte envoyés de mars 2009  à mai 2010… Et ESSO a même tenté de faire rouvrir la station en juillet 2010….
Le terrain de l’ancienne station-service actuellement fermée par de grandes barrières blanches n’est plus correctement entretenu (le développement de la végétation rend le trottoir inaccessible aux piétons). L’ouverture de cette zone, maintenant dépolluée paraît pour tous comme une chose allant de soi… Pour tous, sauf pour ESSO qui pour des motifs inconnus ne semble pas vouloir ouvrir son terrain le temps des travaux pour que les riverains puissent y faire stationner leurs véhicules… Même si elle a reconnu sa responsabilité dans cette pollution la société ESSO n’est toutefois prêts à rendre « service… » !
Durant la réunion un riverain a regretté l’absence de communication d’ESSO depuis un an et demi et a indiqué qu’il souhaiterait être informé régulièrement par la mairie de l’avancée des travaux. La mairie a évoqué les contraintes liés à ce type de travaux mais s’est engagé à communiquer plus efficacement et plus régulièrement à l’avenir.

  La réunion se tenait quatre jours après le démarrage des travaux. Les représentants de la mairie ont exprimé leur satisfaction du fait que les riverains aient respecté les arrêtés concernant les limitations de stationnement dans la zone d’intervention. De l’avis des riverains il sera sans doute plus difficile d’appliquer ces mesures lorsque les travaux auront lieu après le croisement de la rue d’Arlaten en raison de la proximité des commerces (garage du fort, casse autos et tabac du Fort…).

Une question a fait débat. Elle est relative au type de réseau(x) d’assainissement. Il y a quelques années on privilégiait la construction de réseaux collectifs séparés pour les eaux pluviales et les eaux usées. Cette façon de faire est aujourd’hui abandonnée. On préfère que les eaux de pluies retournent à la terre au droit ou elles sont tombées. Cela permet de délester un peu le réseau de la Ville et l’idée générale a été bien comprise. Toutefois, dans le cadre des travaux en cours sur ce réseau la question a été posée par certains riverains de la prise en charge des eaux pluviales comme dans certaines autres villes. Sur cette question précise, les riverains savent bien que la nappe phréatique est située à 2,5 mètre de profondeur et que de ce fait l’évacuation des eaux de pluie pose un réel problème du fait de cette présence d’une nappe phréatique à faible profondeur et de la nature argileuse du sol très qui retient l’eau. La mairie semble sur ce point camper sur sa position sans écouter les alertes. Où partent les eaux pluviales de la nouvelle résidence de la rue de la Gaieté ?
Un suivi est demandé lors des travaux ; actuellement environ une maison sur trois est contrôlée régulièrement pour déceler des éventuels taux anormaux de benzène. Des mesures de sécurités sont prises lors de l’enlèvement des terres par un « aspirateur » et la terre excavée est régulièrement analysée.
Les riverains sont conscients que c’est leur action et leur persévérance qui ont permis que la pollution soit reconnue, qu’ils soient ensuite appuyés par la mairie et que ESSO soit contraint de prendre en charge les travaux de dépollution actuel. Toutefois ils s’inquiètent du vague qui subsiste en ce qui concerne l’étendue de la zone polluée. Ils demandent à la Préfecture que l’étendue la zone impactée par la pollution soit mieux définie.

 

Un banc inacessible……

« Les amoureux qui se bécotent sur les bancs publics, bancs publics »…..chantait Georges Brassens. On ne sait pas si la municipalité pensait plus particulièrement aux amoureux, en installant des bancs quai Gallieni, sur les bords de Marne ou si, plus généralement, il s’agissait d’un geste vers les promeneurs, d’une mise en valeur des Bords de Marne. Les promeneurs des bords de Marne à Champigny ne sont toutefois pas à l’abri de certaines surprises….Voyez donc.

C’est une photo qu’un ami de Forum nous a fait parvenir, une photo qu’il a prise Quai Gallieni au niveau du n°139.

 

Un banc un simple banc pour les promeneurs mais comment est-il possible d’y accéder ? Du côté droit (sur la photo) il n’y a aucun passage et du côté gauche celui-ci atteint une quinzaine de cm de large. Ce banc est donc réservé à ceux qui auront le courage de ramper dessous ou de sauter par-dessus son dossier pour avoir le droit de s’y asseoir.

Cette affaire toute bête, on croit pouvoir reconstituer sa genèse. La plateforme a été construite, la rambarde posée sans tenir compte des dimensions du banc. Lorsque celui-ci a été présenté il a été mis en place sans que personne ne se rende compte du ridicule de cette pose d’un banc encastré, inaccessible aux promeneurs.

On dira qu’il s’agit là d’une bien petite affaire comparée à d’autres. Oui, mais cette « bêtise » est bien voyante.

Encourager la promenade, mettre en valeur les bords de Marne, c’est très bien. Les campinois apprécient de se promener aux beaux jours Quai Gallienis et Promenade Pissaro. Alors on installe des bancs et surtout on fera de cette mise en place d’un nouveau mobilier urbain un élément de communication. Voyez ! à Champigny on a installé x bancs pour favoriser les loisirs en bord de Marne, n’êtes-vous pas satisfaits ?

Mais comme souvent à Champigny la volonté de communiquer prend le pas sur la réalité elle-même. Qu’il s’agisse de bancs publics, ou d’autres réalisations, beaucoup relève de l’esbroufe. On se préoccupe plus de la communication que l’on va pouvoir en faire, du retentissement que l’on va pouvoir donner que de la réalité des améliorations annoncées. Et c’est bien dommage car ce qu’attendent les gens ce ne sont pas des trompe l’œil mais du concret.

De plus lorsque certaines erreurs ont été commises par des exécutants de base il n’y a visiblement pas, à Champigny, de contrôle et de suivi du travail effectué par des responsables qui pourraient dans le cas précis exiger que les corrections nécessaires soient faites, et cela ne témoigne pas d’une bonne maitrise de la réalisation des travaux.

Une si petite affaire c’est vrai mais qui en dit long…

Post-scriptum : un autre ami de Forum qui connait bien le Quai Gallieni m’assure que ce banc est ancien et a toujours été aussi inaccessible mais que des travaux récents l’ont hissé sur le socle où on le voit aujourd’hui (voir photo) mettant en valeur son inaccessibilité. Si cet ami ne se trompe pas (et je le crois) c’est encore pire, l’erreur a été répétée sans aucune honte.

 

Le charme perdu de la rue Jean Jaurès (D4 ex RN4) par Y. Fuchs

Non il ne s’agit pas d’un charme qu’aurait cette rue, axe bruyant, souvent encombré, ni d’un philtre qu’un magicien aurait perdu en passant par là. Il s’agit d’un arbre, un charme (Carpinus betulus des botanistes) qui a disparu volatilisé de bizarre façon dans cette rue.

Son histoire mérite d’être contée. Lorsque le Conseil Général a procédé aux travaux sur la D4 que tout le monde continue d’appeler à Champigny la RN 4, entre la rue du Monument et la rue de la Plage, les arbres existants ont été les premières victimes. A leur place on a planté à intervalles réguliers des charmes. C’est fou ce que à Champigny on aime les charmes quand il s’agit de planter des arbres, que ce soit la municipalité qui plante ou le Conseil Général (pour l’explication « officielle » de cette préférence voir la note en bas de page).

Un des charmes près du carrefour avec la rue Julien Grimau a subi d’inquiétantes mutilations ; avant l’été il avait été scié à environ 1,80 de hauteur (voir la photo)

.

la flèche rouge indique le moignon de charme (juin 2013)

Aujourd’hui il a carrément disparu. L’emplacement a été goudronné. Seule une légère différence de couleur du revêtement indique l’emplacement du charme perdu. (photo).

Aujourd’hui le bitume .…..

Que s’est-il donc passé ?

Lors d’une question au Conseil Municipal en juin j’avais posé la question du pourquoi ? et du «  qui a bien pu faire cela ? ». Il m’avait été fort logiquement répondu que l’affaire relevait du conseil Général mais que la mairie de Champigny allait signaler l’incident et que je serai tenu informé. Après l’été l’emplacement a disparu. L’espace réservé à la plantation a été camouflé sous une couche de bitume.

On m’ a confié que ce charme gênait un commerce installé là lorsqu’il voulait baisser son vélum d’où la première coupure à 1,80m de hauteur, puis ensuite une deuxième coupure au ras du sol. On m’a dit aussi que les services du Conseil Général plutôt que d’ouvrir un conflit avait préféré avaliser la disparition du charme et camoufler la chose sous quelques centimètres de bitume.

Si cela s’est bien passé ainsi cela pose deux questions

1.       Si ce charme gênait réellement ce commerce pourquoi a-t-il été planté là ? Cela veut-il dire qu’il n’y a pas eu de contacts et de concertation entre les services du Conseil Général et les commerçants riverains du RD4 ?

2.       Si le sciage de l’arbre a été réalisé pour mettre fin à cet inconvénient (et pourquoi l’eut-on fait sinon ?) puis a été entériné par le Conseil Général cela signifie que chacun peut se croire le droit d’intervenir sur le domaine public de son propre chef.

Je rapproche ce fait de l’observation de plus en plus fréquente que l’on peut faire dans les rues de Champigny où des potelets métalliques censés interdire l’accès des trottoirs aux automobiles et protéger les piétons sont sciés au ras du sol par des riverains qui s’organisent ainsi des parkings sur le domaine piétonnier.

 De plus en plus fréquemment des potelets sont sciés ou déracinés (flèches bleues pour permettre aux voitures de stationner sur les trottoirs

Note : Pourquoi  exclusivement des charmes ? A plusieurs reprises lorsque des marronniers par exemple ont été abattus, les services municipaux, puis les services du Conseil Général (pour les Iles de La Marne) ont expliqué qu’il s’agissait dans le cas du marronnier d’un arbre allogène (introduit en France) et qu’on lui substituait des espèces autochtones pour reconstituer l’environnement naturel d’origine ; Cette xénophobie botanique est bien surprenante. Certes le marronnier serait originaire de Macédoine grecque et aurait été introduit en France au début du 17ème siècle. Quatre siècles cela ne suffit donc pas pour une bonne intégration dans le paysage français ? Ira-t-on jusqu’à nous déconseiller dans les potagers campinois la pomme de terre et la tomate introduites bien plus tard, en provenance d’Amérique du Sud et on frémit à la pensée que les services des plantations pourraient un jour découvrir que les chercheurs placent l’origine de la vigne en Transcaucasie (Arménie, Géorgie) voire dans le sud-est de la Turquie. Irait-on alors jusqu’à arracher les vignes plantées sous l’égide du Conseil Général dans le parc départemental ?

les 10 ans de Vidéo sur Marne

 

le vendredi 20 septembre 2013 à 21h

au BELVÉDÈRE

3 avenue Jean-Jacques Rousseau à Champigny sur Marne

Tel : 01 48 80 54 89

Avant la projection on pourra dîner dans le jardin : un barbecue sera allumé à partir de 19h.

Apporter grillades et compléments, assiettes et couverts. Boissons à prendre sur place

au sommaire du n° 31 de

VIDÉO SUR MARNE

LE MONDE OUVRIER EN CHANSONS

Un concert de la Chorale populaire de Paris à la Maison de l’histoire et du patrimoine le 21 juin dernier

DE MA FENÊTRE

Vues personnelles depuis des fenêtres campinoises

CE QU’ON DIT DE CHAMPIGNY

et des Campinois-ses dans les villes voisines

Après la projection discussion à propos des films projetés

Vous pouvez voir ou revoir les précédents numéros en cliquant ici : http://videosurmarne.net

Concertation à la tronçonneuse

Les deux tilleuls, les plus beaux arbres du square de Coeuilly ont été blessés, tronçonnés de façon disgracieuse et cela le premier aout en pleine période de chaleur et de détresse hydrique. Pourquoi n’a-t-il plus que des moignons et quelques branches hautes ? Les promeneurs du parc ont perdu leur ombre apaisante.

Des moignons disgracieux

Si les riverains n’étaient pas intervenus avec vigueur auraient-ils été abattus ? Les élagueurs s’en seraient-ils pris à d’autres arbres ? On ne sait pas mais il faut remercier les riverains qui sont intervenus et qui ont lancé une pétition.

un arbre blessé

Nous avons téléphoné au service des espaces verts pour connaître les raisons de ce massacre d’autant plus inadmissible que des engagements avaient été pris par la municipalité il y a de cela 4 ans de ne plus procéder à des élagages en été. Tous les sites tous les manuels qui traitent de la taille des tilleuls indique que celle-ci doit avoir lieu en mars ou en novembre jamais l’été.

Que reste-t-il de la majesté du grand tilleul?

Au service des espaces verts on a d’abord invoqué à propos de la date un gros retard qu’aurait pris l’élagueur dans la réalisation des chantiers puis on nous a dit que un arbre était bien malade une « pourriture descendante » qui aurait nécessité ces mesures brutales (pourquoi alors élaguer les deux?). On nous a promis un dossier, des photos. Nous les attendons toujours….

Nous avons signalé que les petits charmes, récemment mis en place sur le rond-point du Château avaient ce même 1er aout subi eux aussi un élagage sévère. Il nous fut répondu que tous les charmes de Champigny avaient été taillés durant cette période ce qui est notoirement faux.

 

les petits charmes du rond point du Chateau

Enfin quand nous nous sommes étonnés que la commission extra-municipale qui réunit des élus, des représentants du service des espaces verts et des représentants d’associations comme Forum des Boucles de la Marne, Mémoire Vive Marne Verte etc. et qui doit suivre ces problèmes n’ait pas pu prendre connaissance des projets d’élagage de la ville puisqu’elle n’a pas été réunie depuis environ 2 ans on a tout simplement répondu que cette commission n’existait pas !!!!

Nous n’admettons pas ces méthodes. Nous dénonçons les promesses de concertation faites et jamais respectées. Les arbres sont notre patrimoine. Ils sont notre richesse. Ces grands tilleuls était un des derniers vestiges du parc du château de Coeuilly que le bulletin municipal de septembre 2013 Champigny Notre Ville cite au titre de la journée du patrimoine. Cherchez l’erreur.

DEUX enquêtes publiques très importantes

En ce début septembre deux importantes enquêtes publiques

D’abord, espéré depuis longtemps par certains, critiqué par d’autres le TVM est fait un pas concret de plus versa réalisation. Il s’agit du lancement de l’enquête publique qui a lieu du 25 aout au 28 septembre pour une mise en service en 2017. Les observations peuvent être apportées sur un cahier  à la disposition du public en Mairie de Champigny. Le commissaire enquêteur sera à disposition du public en mairie les jeudi 12 septembre de 14H à 17H, vendredi 20 septembre de 14H à 17H et samedi 28 septembre de 9H à 12H.

Ce prolongement du TVM est très attendu par beaucoup de campinois qui y voient une amélioration des conditions de transports et de nouvelles possibilités de développement pour notre ville et nous somme de cet avis (voir notre dernière note du 30/5/2013 : le TVM en 2016 à Champigny ?). Toutefois ce TVM n’apportera vraiment de résultats positifs que si tout le réseau de bus est redessiné pour permettre à ceux qui n’habitent pas directement à proximité de rejoindre l’axe TVM (ce qu’on appelle le rabattement). Il faut aussi prendre en compte les réticences de ceux qui mettent en avant les problèmes réels de stationnement, de livraisons aux commerçants problèmes auxquels il faut trouver des solutions techniques appropriées.

Pour cela il faut que les campinois se mobilisent pour donner leur avis, attirer l’attention, demander des améliorations. L’enquête publique sert à cela et l’expérience montre que le Commissaire enquêteur tient souvent compte des remarques lorsqu’elles sont inscrites par beaucoup de personnes.

L’autre enquête publique porte sur l’aménagement du Pont de Nogent,sur la RN486 et la mise en conformité du PLU (Plan Local d’Urbanisme) de Champigny sur Marne (arrêté 2013/1843 en date du 14/6/2013 à télécharger sur http://www.val-de-marne.pref.gouv.fr/Annonces-avis/Enquetes-et-consultations-publiques/Enquete-publique-Reamenagement-du-Pont-de-Nogent-sur-Marne-sur-la-RN-486-et-mise-en-compatibilite-du-PLU-de-Champigny-sur-Marne

Page du journal Le Parisien du 2 septembre

L’enquête a lieu  du 2 septembre au 4 octobre. Les documents sont consultables au service de l’urbanisme en Mairie de Champigny. Le commissaire enquêteur sera présent sur place les mercredi 11 septembre de 8H30 à 11H30, mercredi 25 septembre de 8H30 à 11H30 et vendredi 4 octobre de 14H à 17H.

Nous reviendrons dans une note très prochaine sur les problèmes posés par ce projet.

Peut-on améliorer la sécurité à Champigny? par Y. Fuchs, Conseiller Municipal

Peut-on améliorer la sécurité à Champigny ?

A la rentrée il y a les souvenirs de l’été mais aussi la confrontation avec les problèmes de la vie à Champigny et le développement des incivilités, du sentiment croissant d’insécurité pose un problème réel

Que retenir en effet de cette rentrée ?

Le fait marquant de cet été à Champigny c’est le terrible accident survenu, Avenue de la République le samedi  4 aout. Un enfant de 3 ans qui traversait la rue, accompagné de sa mère a été fauché, sur un passage protégé par un fourgon dont le conducteur a pris la fuite. L’enfant a été transporté à l’hôpital Necker dans un état grave. Quelques jours plus tard la presse annonçait heureusement que le processus vital n’était plus engagé.

Ce terrible accident nous rappelle qu’à Champigny le principal danger réside dans les accidents de circulation. En 2010  130 accidents de la circulation à Champigny ont fait 160 blessés et un mort. En novembre 2011 un collégien en route vers le collège a été tué au carrefour Jean Jaurès-Dimitrov.

Les accidents de circulation représentent, et de loin, la principale cause d’insécurité ; on l’oublie trop souvent.

Pourquoi sont-ils si nombreux et souvent si graves ?

De par sa situation dans une boucle de la Marne Champigny constitue un véritable entonnoir à circulation vers et de Paris. L’urbanisation de plus en plus lointaine, au détriment des terres agricoles de la Brie a induit une augmentation énorme de la circulation automobile, d’autant que les lieux de travail sont de plus en plus éloignés et que les investissements n’ont pas suivi pour réaliser un réseau de transport en commun fiable, confortable et rapide.

On commence à prendre la mesure du problème. Envoyer les gens de plus en plus loin du centre c’est fini, les urbanistes les décideurs l’ont compris. Les politiques prennent en compte que seul un développement des transports en commun peut améliorer la situation et inciter à un abandon progressif  de l’option  « tout voiture » couteuse, dangereuse et polluante.

En 2007 au carrefour Talamoni-Jaurès les laboratoires automatiques d’AIRPARIF (l’association chargée de la surveillance de l’air en Ile de France) relevait que sur le trottoir de 5H30 du matin à 23H la teneur en peroxyde d’azote était supérieure à la limite dangereuse de 40microgrammes par m3 d’air avec des pointes horaires égales à 5 fois la limite.

En 2010 des mesures faites loin des grands axes dans une rue tranquille du quartier du Maroc (rue des Peupliers) montraient une moyenne annuelle  de 30-33 microgrammes par m3 juste en dessous de la limite dangereuse.

A ces dangers (accidents, pollution) s’ajoute l’incivisme de certains conducteurs, en nombre croissant semble-t-il. La lâcheté du chauffard qui a renversé le petit garçon de trois ans rue de la République en est un exemple mais combien de conducteurs roulent à grande vitesse, brulent les feux, invectivent les piétons, se garent n’importe où, en double file, sur les pistes cyclables, sur les trottoirs ?  Ce mépris des droits des autres usagers  et en particulier de leur droit à la sécurité s’aggrave au fur à mesure de la perte des repères du comportement en société.

M. Lambert, adjoint en charge de l’espace public disait avec bon sens après l’accident du 4 aout que l’on ne peut multiplier indéfiniment les feux rouges. Il est toutefois urgent que soit lancée une campagne d’éducation des conducteurs qui s’accompagnera nécessairement d’une politique de vigilance et de répression. Cela suppose à Champigny des effectifs de police plus nombreux, mieux dotés et réorganisés spatialement en fonction de l’évolution de la ville. J’y reviendrai plus loin.

Je suis personnellement scandalisé que des associations, avec l’aide de juriste spécialisées se donnent pour but, pour des motifs de vice de forme de faire « sauter » les amendes infligées aux mauvais conducteurs et de leur faire rendre les points perdus ajoutant ainsi au sentiment d’impunité.

Bien sur la circulation n’est pas la seule cause d’accidents et d’insécurité à Champigny. Il y a aussi les trafics de l’économie souterraine (drogues, contrefaçons, travail clandestin ..), des cambriolages, des dégradations des biens. De cela la municipalité a choisi de ne pas parler sauf quand la presse s’empare d’un fait divers trop spectaculaire. On comprend ce souci de ne pas donner une image trop négative de notre ville où d’ailleurs le degré d’insécurité ne parait pas plus élevé que dans les communes limitrophes. Cette attitude a son revers. Lorsque dans un quartier des voitures sont brulées la nouvelle se propage par on dit, s’exagère, se déforme. Certains ont vite fait de dénoncer au passage tel ou tel groupe et sur cette base les dérapages vont vite. Aussi faudrait-il que la municipalité accepte d’ouvrir le débat sur le sujet (dans Champigny Notre Ville pourquoi pas ?). Je suis sûr que la connaissance de la réalité des faits, sans l’exagération du bouche à oreille, est un élément de sérénité.

Dans la nuit du 21 Juillet dernier deux voitures étaient incendiées sur le  parking situé à l’angle des rues Dupertuis et Georges et Marcel Sembat. Peu de temps après (étaient ce les mêmes individus ?) les portes de garages situés rue du Parc de la Montagne et rue du Bois Juliette étaient forcés et des incendies allumés dans ces garages. L’intention criminelle était claire. L’un des garages était situé sous un pavillon habité, deux autres jouxtaient des habitations. La présence d’esprit des résidents permit d’éviter des drames.

Le propriétaire du pavillon a écrit au Maire pour relater les faits et demander la création d’une police municipale. Dans sa réponse la Mairie rappelle que dans le cas d’un acte criminel (comme tentative d’incendie volontaire d’un immeuble habité) une police municipale n’est pas qualifiée et doit en tout état de cause faire appel à la police nationale. Enfin la mairie souligne qu’une police municipale représenterait une lourde charge budgétaire pour Champigny et faciliterait le retrait de la police nationale comme cela a été le cas dans les communes voisines qui ont choisi de développer une police municipale. La mairie rappelle aussi que suite à ses démarches 18 fonctionnaires de police supplémentaires ont été affectés à Champigny sous forme d’une Brigade Spéciale de Terrain (police de proximité) et elle indique dans cette réponse datée du 3 aout que Monsieur Adenot « vient d’ailleurs d’écrire à Monsieur Valls, Ministre de l’Intérieur afin d’accroitre les moyens de la Police Nationale sur notre ».

Peut-on pour autant donner entièrement quitus à la municipalité de ses efforts en ce domaine ?

Nous avons à plusieurs reprises souligné sur ce blog combien la localisation du commissariat central de Champigny au Bois l’Abbé était aberrant. Nous avions fait la proposition, dans notre programme des municipales de 2008 de la construction d’un commissariat ouvert 24H/24 en centre-ville.

Les prochains développements d’urbanisme en centre-ville et en particulier l’arrivée du métro rendent ce commissariat encore plus nécessaire. Le métro sera une très bonne chose pour Champigny, pour la vie des campinois d’abord bien sûr avec l’amélioration des déplacements, pour l’activité commerciale aussi avec un nouveau pôle d’activité et plus de chances de voir s’installer de nouvelles entreprises. Mais en même temps, on le sait, une station importante, d’interconnexion entre deux lignes de plus, est toujours susceptible de générer certains problèmes (lieux de trafics, rassemblement de bandes etc.). Est-il possible d’imaginer que la police puisse bien contrôler les situations à partir d’un commissariat excentré. Il ne s’agit pas de fermer le commissariat du Bois l’Abbé. Ceux qui habitent dans ces secteurs  de l’est campinois ont droit aussi à la sécurité et à la présence de la police. Il s’agit de construire en centre-ville et à proximité du futur métro un commissariat moderne, conforme aux normes de sécurité et d’accueil du public définies par le Ministère de l’Intérieur.

La municipalité en a la possibilité. La création de réserves foncières en vue de développer le logement à proximité du métro (voir dans notre note Nouvelles en Vrac l’interview de M. Christian Fautré au Nouvel Observateur) permet de disposer de terrains pour la construction de ce commissariat nouveau. Il est bon quand on pense logement et urbanisme d’investir dans la création des équipements nécessaires et ce commissariat en fait partie.

Il y a le coût de cet investissement. La solution financière existe. Le ministère de l’Intérieur octroie des prêts à taux zéro aux communes qui réalisent de tels investissements dans le respect des normes fixées par le ministère.

Et les demandes (justifiées) de M. Adenot auprès du Ministère de l’Intérieur auraient beaucoup plus de chances d’être entendues si la ville faisait la preuve de l’intérêt qu’elle porte réellement aux problèmes de sécurité en construisant ce nécessaire hôtel de police au centre-ville.

Yves Fuchs

Conseiller municipal