Archives par étiquette : marché

Le Marché du dimanche, premières impressions

Le marché du dimanche matin a été inauguré avec pub[1] et pompe le 19 avril dernier.

L’expérience est donc récente et on ne pourra vraiment tirer des leçons de cette décision de la municipalité de créer un marché le dimanche matin Place Lénine que d’ici 6 mois ou un an. Les habitudes mettent du temps à s’établir, certains commerçants restent encore dans l’expectative et il est trop tôt pour savoir si les promesses faites par la municipalité aux riverains pour assurer le maintien de leur tranquillité du dimanche matin seront réellement tenues et si les mesures adoptées seront efficaces.

Toutefois après 4 dimanches il est possible de relever ce qui est positif et ce qui ne va pas

Le positif : Depuis plusieurs années nous avons parlé du besoin réel d’un marché ouvert en dehors des heures de travail pour permettre à ceux qui travaillent en dehors de Champigny de faire des courses..

Nous avons toutefois  dit nos réticences sur la façon dont le dimanche a été choisi, par décision d’en haut, sans étudier les autres options possibles (marché du soir ou marché du samedi) ni sans consulter les campinois sur leurs attentes et leurs propositions.

En discutant avec ceux que nous avons rencontré sur le marché on recueille une majorité d’opinions positives sur le fait de pouvoir enfin faire ses courses sur un marché ouvert en dehors des heures de travail.

Ceux qui viennent à ce marché, pour l’essentiel, ne sont pas ceux qui fréquentent les marchés du mardi et du vendredi. C’est donc quelque chose d’éminemment  positif.

De plus l’existence de ce marché, la circulation de ceux qui y vont ou en viennent donne de l’animation et un air plus gai au centre Ville.

Le moins bon : On reste dans une structure où les commerces de bouche sont nettement minoritaires avec une majorité de commerces proposant de l’habillement des gadgets etc. Les commerces de légume sont en nombre suffisant  et bien achalandés mais il n’y a que 2 boucheries (une hallal et une « classique ») un tripier, un volailler, 2 poissonniers et il n’y a aucun charcutier, aucun fromager ni aucun approvisionnement bio.

Le mauvais : On ne s’est pas donné la peine de réfléchir sur une possible réorganisation du marché. Les commerces de fripes et de divers restent imbriqués avec ceux du commerce de bouche alors que depuis longtemps les clients habituels de ce marché du centre demandent une séparation.

L’espace entre les rangées de stands reste étroit. La circulation est difficile surtout pour les poussettes et les caddys. Il y a moins de commerces, il existe des espaces non occupés n’est-il donc pas possible d’aérer un peu ce marché, de permettre une meilleure présentation des étals, une meilleure circulation ? L’attractivité du marché serait accrue et l’activité commerçante y gagnerait à coup sur.

[1] Un gros effort publicitaire a été consenti pour lancer ce marché du dimanche au Centre Ville, on regrette que des efforts comparables n’aient pas été faits pour mieux faire connaître les marchés en difficulté comme Stalingrad, République et Coeuilly.

AVANT L’OUVERTURE DU MARCHE LE 19 AVRIL

C’est décidé, le marché aura bien lieu le dimanche[1]. Le maire, la municipalité n’entendent ni discuter, ni remettre. C’est une question de principe : on ne changera rien à ce que nous avons décidé. D’ailleurs affirme la mairie il s’agit d’une demande de la population. Nous y travaillons depuis cinq ans et on a suffisamment discuté et communiqué là-dessus. On fera remarquer que si la mairie estime avoir beaucoup communiqué et informé (ce que nous contestons) cette communication et cette information sont totalement inadaptées et de très mauvaise qualité comme le prouvent l’importance des protestations des riverains, des commerçants. Certes ces jours derniers Champigny a été inondé de tracts signalant l’ouverture du marché le 19 avril et cela de La Fourchette de Champigny jusqu’à Coeuilly mais c’est une information après décision c’est de la communication pas de la concertation.

Une communication importante mais après décision

L’importance même de cette protestation, le succès de la pétition, montrent bien qu’il ne s’agit pas seulement de l’énervement de quelques grincheux opposés à tout changement mais bien d’un problème réel. La méthode de gouvernance de cette ville n’intègre pas la concertation des citoyens, c’est dommage et il faudra bien que cela change.

La décision étant prise et irrévocable reste à essayer de faire que ce marché se passe le mieux possible pour les riverains et apporte réellement quelque chose à la population. Nous faisons quelques suggestions ci-dessous. Vous avez certainement vous aussi des idées, des choses auxquelles nous n’avons pas pensé. Ecrivez le dans un commentaire on enrichira ainsi la liste des propositions dont la mairie sera bien obligée de tenir compte.

 

 

ON DEMANDE

 

A voir : ce que sera réellement ce marché. Lors de la réunion du Conseil de Quartier du Centre Ville le 10 mars dernier il avait été annoncé que 19 commerces de bouches, déjà présents sur le marché les mardi ou vendredi prévoyaient de participer au marché du dimanche matin. Lors du conseil municipal du 25 mars le chiffre donné était de 32 dont 26 commerces de bouches. Depuis le 1er avril (mais ce n’est pas un poisson) des calicots annoncent que 70 commerces (notre photo) seront présents sur ce marché du dimanche.

Cela soulève quelques questions.

1/Un comptage effectué vendredi 3 avril sur le marché indique que ce jour 119 commerçants non sédentaires étaient présents. On y trouvait 38 commerces de bouche, 1 divers (fleurs) et 80 commerces de fripes, colifichets etc. Quel sera le pourcentage le dimanche ? On peut craindre que le marché du dimanche ne devienne surtout un lieu de vente de marchandises de bric et de broc et non ce marché de produits alimentaires que réclament ceux qui travaillent durant la semaine loin de Champigny.

2/ Le Maire a affirmé lors du conseil que le Marché s’établirait sur la partie ouest de la Place Lénine, la partie est (entre la rue Albert Thomas et la rue de l’Eglise) restant libre. Si le chiffre de 70 commerçants est une réalité on sera proche de la saturation sur ces emplacements. Or un des graves défauts du marché actuel réside dans la difficulté d’y circuler. Les allées sont trop étroites et un caddy  et une poussette s’y croisent difficilement. Ce marché (qu’il soit du dimanche ou de semaine a besoin d’être repensé dans son plan de circulation des personnes). Donnons lui de l’air, de la visibilité….

 

A revoir : La décision de réserver le parking Carnot aux véhicules des commerçants. L’idée pouvait paraître intéressante pour dégager la place de contraindre les commerçants, une fois leur matériel mis en place, à garer leurs véhicules utilitaires sur le parking Carnot. Simplement on a à ce sujet oublié une chose : le dimanche le Quai Victor Hugo est fermé à la circulation automobile. De ce fait le parking Carnot est le seul accessible (par la rue Carnot) aux personnes qui se rendent en voiture à la guinguette du Martin Pêcheur. Réserver ce parking aux véhicules des commerçants du marché revient à priver la guinguette de la clientèle de tous ceux qui ne viennent pas à pied ou en vélo.

Pour mettre en valeur Champigny, la municipalité aime (à juste titre) rappeler tous les côtés positifs que les Bords de Marne, les Iles et l’esprit des guinguettes apportent à la ville. Il serait quand même absurde que l’incompétence d’un service municipal mette en difficulté la dernière guinguette en activité à Champigny.

 

A prévoir : Les quelques emplacements pour vélos devant le magasin Ed sont saturés au moment des marchés et il y a concurrence entre les cyclistes  tous les matins de marché pour attacher leur machine aux différents poteaux de signalisation.

Le dimanche est de plus un jour où les gens prennent plus volontiers leur vélo. Les espaces actuels déjà insuffisants le mardi et le vendredi ne suffiront pas. Peut-on suggérer aux services municipaux de prévoir l’installation de parkings à vélo supplémentaires ?

 Ajouté le 12/4: Précédemment la Mairie avait affirmé que le Marché n’occuperait pas la partie Est de la place (entre les rues Albert Thomas et de l’Eglise) laissant cet espace libre pour le parking des voitures. Selon les indications obtenues ces derniers jours il est maintenant prévu que le Marché du Dimanche s’installera sur l’ensemble de la Place Lénine.

[1] Voir  à ce sujet sur ce blog la note intitulée : Un marché le dimanche : Est-ce vraiment une bonne idée ?

Un marché le dimanche : Est-ce vraiment une bonne idée ? (Mise au point après le Conseil Municipal du 25 mars)

La réunion du conseil municipal du 25 mars a donné lieu à un vif débat sur la question du marché du dimanche, Place Lénine. Vous trouverez ci dessous l’intervention de Yves Fuchs, Elu Entente Citoyenne.

La mairie affirme travailler sur ce projet depuis 5 ans et avoir suffisamment informé et joué le jeu de la concertation. Ce n’est pas ce que ressentent beaucoup de campinois. Aussi nous appelons la mairie à ne pas vouloir passer en force, à accorder un délai pour de nouveaux aménagements de nouvelles discussions. Un marché soit le soir, soit le samedi, soit le dimanche c’est un plus pour la vie de la ville, c’est une possibilité nouvelle offerte à ceux qui travaillent et souvent rentrent tard. Ne gâchons pas cette bonne idée par manque d’écoute, de démocratie au quotidien.

Lors de la séance du Conseil Municipal du 25 mars il a été dit qu’une nouvelle réunion publique était prévue pour le 6 avril. Il faut que la discussion soit ouverte , que les représentants de la mairie acceptent d’entendre les différentes argumentations et ne les rejettent pas à priori.

……………………………………………………………………………………………………….

Intervention de Yves Fuchs lors du débat du Conseil Municipal du 25 mars à propos du marché le dimanche

 

« J’ai entendu l’avis de différentes commissions mais pas de celle de la commission consultative des marchés de bouche. Pourquoi ?

Depuis de nombreuses années les Campinois réclament que soient pris en compte les intérêts de ceux, et ils sont nombreux, qui, résidant à Champigny, travaillent loin de leur lieu de vie, et rentrent tard le soir. Lors de leur retour les magasins d’alimentation sont fermés et l’approvisionnement familial passe par la visite obligée des grandes surfaces le samedi, avec les pertes de temps libre que cela suppose. Les marchés de Champigny, à l’exception de ceux de Stalingrad, de ceux quasi défunts de Gabriel Péri et de Coeuilly, et de celui du Bois l’Abbé (bien ciblé sur les besoins du quartier), leur étaient interdits. Aussi la fréquentation par les Campinois des marchés du samedi dimanche à Joinville, Champignol, Villiers, Plessis Trévise voire La Varenne est en constante augmentation.

La situation actuelle pénalise essentiellement les personnes actives, et surtout les femmes qui travaillent. La décision de créer les conditions, en centre ville, d’un marché accessible à tous ceux qui travaillent était une nécessité. Pourquoi en centre ville ? Le centre ville et la place Lénine présentent, outre leur position, l’avantage d’être un lieu de passage obligé pour ceux qui revenant de Paris par le RER A arrivent en gare de Saint Maur-Champigny (12.000 campinois/jour d’après la RATP). Enfin le marché du centre bénéficie d’une meilleure desserte par les transports en commun et d’un meilleur environnement en terme des parkings aménagés que les autres marchés possibles.

La décision de revoir les jours de marché en centre ville est donc tout à fait raisonnable et correspond à un souhait exprimé depuis longtemps par la population et dont, à Forum des Boucles de la Marne nous nous sommes, à de nombreuses reprises, faits l’écho.

Ce qui nous blesse c’est la méthode employée et qui relève des travers traditionnels de la municipalité. La décision vient d’en haut. Elle ne se base pas sur une étude des besoins sur l’écoute des intéressés.

Le choix existait entre plusieurs options, lesquelles ont fait l’objet d’expérimentations dans des villes de taille comparable de la banlieue parisienne.

Ces options sont

    Un marché du soir en semaine

    Un marché du samedi matin

    Un marché du dimanche matin

Toutes ces options présentaient des avantages et des inconvénients. Avant de décider il aurait fallu consulter les clients potentiels du dit marché, les commerçants, mais aussi les riverains qui s’émeuvent à juste titre de nuisances supplémentaires (et vous l’ont fait savoir à la réunion du Conseil de Quartier).

La décision a été prise on ne sait à quel niveau ni sur quelle base (pourquoi le dimanche plutôt qu’un samedi ou un soir ?). Le rapport d’un cabinet d’étude qui nous a été présenté est d’une qualité médiocre et ne prend pas en compte la spécificité des marchés (on a même entendu cette phrase ignoble : « les personnes âgées ne présentent pas d’avenir pour les marchés » ce qui est en contradiction politique avec l’attention que vous désirez apporter au sort des personnes âgées et en contradiction « biologique » dirai-je avec le fait que les hommes et les femmes dans leur age mur d’aujourd’hui sont les personnes âgées de demain et d’après demain.

Une fois de plus c’est une décision abrupte qui est prise, au détriment de cette démocratie du quotidien, de cet appel à la participation des citoyens qui, dans la situation d’aujourd’hui est une nécessité absolue. (réunion le 10 mars puis le 6 avril)

Je crains que sur ces questions quotidiennes la municipalité ne soit souvent en décalage avec les préoccupations de la population. En particulier en ce qui concerne les marchés. Un représentant de la municipalité est venu annoncer à Coeuilly aux commerçants présents sur place le déblocage d’un crédit de 20.000 euros pour remplacer l’équipement électrique souvent défaillant et dont ces commerçants se plaignent depuis plusieurs années. Trop tard, la mort du marché de Coeuilly se fera fin mai. A cette date 2 des 4 commerçants présents le dimanche (3 le jeudi) prendront leur retraite. Les deux autres ont déjà fait connaître à leurs chalands où ils opéreraient ensuite. Trop peu, trop tard. Trop de décisions se veulent soi disant à l’écoute des besoins mais ne tiennent pas vraiment compte de ce que la population souhaite dire…

La décision d’ouvrir le marché le dimanche matin est peut être bonne, peut être pas. Les conséquences n’en ont pas été suffisamment réfléchies. Je vous demande de surseoir à cette ouverture et d’organiser sur ce sujet important une  véritable consultation des intéressés, clients potentiels, riverains, commerçants. »

————————————————————————————————- 

 Note d’information ajoutée le 22 mars 2009: la Mairie est décidée à forcer l’allure dans cette affaire. La question est soumise lundi soir à la Commission Consultative des Services Publics Locaux et a été mise à l’ordre du jour du Conseil Municipal du 25 mars (20H30 salle du Conseil en mairie) délibération N°8,  avec pour objectif l’ouverture de ce marché du dimance à partir du 19 avril.

————————————————————————————————

Note ajoutée le 11 mars 2009 suite à la réunion du Conseil de Quartier du Centre ville du mardi 10 mars

La réunion convoquée hier soir en mairie pour discuter de l’ouverture d’un marché le dimanche matin a réuni une cinquantaine de personnes. Etaient conviés les habitants des quartiers du Centre Ville et des Coteaux.

Etaient présents surtout mais pas seulement des riverains proches du marché (résidant rue du Marché, Carnot, des Quatre Sergents etc). Ils ont dit avec force, avec véhémence pour certains, très calmement pour d’autres, leur opposition à un marché du Dimanche matin. Leur opposition n’est pas synonyme d’un refus de tout ce qui peut changer ou bouger mais est la conséquence de l’expérience qu’ils font des nuisances des marchés actuels.

Quelques phrases pour résumer leurs observations :

Les marchés du Mardi et du Vendredi génèrent des nuisances importantes au niveau du bruit,(très tôt le matin) de l’encombrement du quartier. Le non respect par un nombre important de commerçants des règles du stationnement, empêche fréquemment des riverains de sortir leur voiture pour aller à leur travail, leur bateau étant occupé par un véhicule en stationnement. Les riverains se plaignent aussi du temps de nettoyage de la place. Certains stands restent en place très tard et le nettoyage avec ses inconvénients occupe une bonne partie de l’après-midi. Selon certains ce nettoyage serait incomplet avec les conséquences que cela comporte…

Bref les riverains sont excédés par les nuisances actuelles des marchés de semaine et n’acceptent pas de sacrifier aussi la tranquillité de leur dimanche. Tous les jours de la semaine même hors jour de marché, disent-ils, le quartier est caractérisé par une circulation intense bruyante et polluante. Le dimanche est leur jour de calme ils ne veulent pas le perdre pas plus qu’ils ne veulent perdre le fait que le dimanche soit le jour où les gens vont à pied au bord de Marne, où circulent les vélos.

Sans doute seraient-ils moins opposés à un marché du samedi dans la mesure où le marché du vendredi disparaîtrait.

Telle n’est pas la position de la mairie qui veut maintenir les deux marchés actuels et créer un 3ème marché le dimanche.

Sa position a été défendue par la représentante d’un cabinet d’étude, qui a réalisé une étude pour la mairie. De son intervention on retiendra qu’elle a reconnu que ses données datait de mi 2008 (d’où des erreurs importantes sur l’activité de certains marchés), que son enquête de son propre aveu portait uniquement sur les commerçants non sédentaires. D’après les résultats de cette enquête un nombre important de commerces de bouche se déclarent prêts à venir sur ce marché le dimanche. Aucune enquête n’a été faite ni auprès des riverains, ni auprès des clients du marché…Etonnant non ? quand on parle de faisabilité il est bizarre que l’on ne se donne pas la peine de consulter ni les riverains ni les clients potentiels.

La représentante du bureau d’étude a d’ailleurs choqué la salle. En réponse à une intervention soulignant l’importance des marchés de proximité pour les personnes âgées, parfois seules, ne disposant pas de moyens pour se rendre dans les supermarchés et qui trouvent sur les marchés à la fois le moyen de se ravitailler mais aussi la possibilité de discuter, de rencontrer d’autres personnes elle a répondu :  » les personnes âgées n’ont aucun avenir « .

La contestation a été particulièrement forte, de la part du public, quand les représentants de la mairie ont reconnu qu’il n’était pas question de discuter pour ou contre le marché le dimanche, de proposer qu’il y ait un marché le samedi ou tout autre option. La décision était prise et ne serait en aucun cas modifiée. Le marché serait le dimanche matin. La date est déjà fixée LE PREMIER MARCHE DU DIMANCHE MATIN AURA LIEU LE 19 AVRIL Un adjoint a précisé que les réunions de quartier n’étaient pas des réunions de concertation mais avaient pour unique but d’informer.

Il y a un écart énorme entre ce que les gens qui participent aux réunions en attendent et la façon dont les élus de la majorité municipale les perçoivent.

D’un côté ceux qui viennent aux réunions, simples citoyens, sacrifiant sur leur temps de repos, veulent participer au mieux vivre, à la bonne gestion de la ville. Ils viennent avec leurs observations, leurs questions, leurs propositions. Il y a une véritable aspiration à être citoyen à part entière, d’apporter sa contribution à une façon concrète de faire de la politique et c’est quand même rassurant. J’ai été frappé par le fait que même ceux qui s’exprimaient avec véhémence (chacun à sa façon de dire et certaines exaspérations sont compréhensibles), avaient le souci d’être positifs. C’est ainsi que prenant acte avec amertume certes, mais comment faire autrement ? du fait accompli certaines personnes présentes ont mis en évidence les insuffisances criantes de la sécurité ( blocage par des palettes des accès pompiers, armoires électriques restant ouvertes toute la semaine, lampadaire dangereux etc).

Si quelques promesses ont été faites, les représentants de la municipalité ont du reconnaître que alors que la date est déjà fixée pour l’ouverture le 19 avril ils sont bien incapables de répondre à un certain nombre de questions comme :  » Les nuisances existent, que prévoyez vous de faire d’ici le 19 avril pour au moins les réduire  » Réponse  »  On ne sait pas, on vous promet de faire quelque chose « ….d’où l’exaspération bien

compréhensible de ceux qui n’ont plus confiance en de telles promesses.

Ce qui frappe c’est l’opposition entre cette attitude de la salle et celle des représentants de la municipalité. Certains se sont particulièrement distingués. Monsieur Lécuyer, qui présidait affichait en permanence un sourire narquois que beaucoup de personnes dans la salle ont pris pour du mépris. M. Gaspard a interpellé un intervenant d’un  » tout le monde n’a pas la chance d’habiter le centre ville  » classique diversion pour opposer les habitants des zones pavillonnaires à ceux des grands ensembles de logement sociaux. M. Charles a osé prétendre qu’il était anormal que l’on s’étonne des décisions prises car elles avaient été depuis longtemps discutées dans de nombreuses réunions du Centre Ville. Cette affirmation fut immédiatement démentie par un monsieur que je vois en effet fréquenter avec assiduité toutes les réunions depuis de nombreuses années.

En bref : opinion hostile des personnes présentes à ce projet (même de certains qui avaient une opinion plutôt positive en début de réunion) Un vote donnait 4 voix pour ce marché du dimanche sur une cinquantaine de présents.

Alors la question se pose : faut-il vraiment continuer à aller dans ces réunions de quartier ?

La première réponse, qu’exprimaient d’ailleurs plusieurs participants en fin de réunion était :  » non ça ne sert à rien, les positions sont déjà prises et on n’influence rien par notre participation « .

Pourtant il faut continuer à venir dans ces réunions. D’abord on y apprend beaucoup. Il y a toujours des gens qui ont des informations intéressantes, des propositions neuves. J’ai appris beaucoup de choses hier soir. Et puis dans une ville ou il y a peu d’espaces de convivialité c’est une occasion de rencontrer d’autres Campinois, de les écouter, de discuter avec eux. Ce n’est pas si fréquent.

L’équipe municipale prétend ne pas tenir compte de ce qui est dit. Voire… Nous étions 50 hier soir mais si nous avions été 200 ?

YF

PS 1 A la relecture je m’aperçois que j’ai oublié de mentionner que plusieurs intervenants ont posé la question du devenir de la place. Depuis tant d’années on parle de remodeler cette place où en est-on? Les réponses apportées concernait seulement  la volonté de la mairie de faire de la partie Est (devant chez Nicolas) un square ce qui est quand même un peu court comme projet de valorisation. Quant à ma question concernant la possibilité d’un marché couvert, coté ouest , près de la rue du Marché et réservé en priorité aux professions de bouche il n’y a même pas été répondu…

PS 2: J’ai laissé à la suite ce que nous avions écrit AVANT cette réunion du 10 mars et les commentaires de nos lecteurs ceci dans un souci d’information. Vous pouvez aussi vous rapporter à la note: Les marchés de Champigny et alentours.

_________________________________________________________
On commence à recevoir dans nos boites aux lettres une invitation à une réunion commune le 10 mars des conseils de quartier du CENTRE VILLE et des COTEAUX (rue de Musselburgh et une partie des coteaux en réalité).

A l’ordre du jour figure un point : la création d’un marché hebdomadaire le dimanche matin au centre ville (Place Lénine). C’est une idée lancée par la municipalité depuis un an environ. Est-ce vraiment une bonne idée ? L’intention est claire et le souhait tout à fait louable : permettre aux Campinois qui travaillent (souvent fort loin et surtout avec des temps de trajet énormes) de faire leurs courses sur un marché. Quand ces personnes rentrent à Champigny le soir éreintées par un voyage dans des conditions de plus en plus difficiles sur le RER A, la plupart des magasins sont en train de fermer ou sont déjà fermés. Il s’agit donc bien de leur fournir la possibilité d’avoir accès à un marché. En ce sens c’est très bien. Mais le dimanche matin est ce vraiment la meilleures solution. Le dimanche, c’est un débat qui est de pleine actualité, est un jour de repos, un jour consacré à la famille, aux liens sociaux , aux activités sportives. Est-ce bien d’y rajouter les courses ?

Nous avions suggéré qu’on réfléchisse à une autre possibilité, celle de faire un marché du soir comme cela existe (et cela marche très bien) dans d’autres communes de banlieue (je connais Issy les Moulineaux et Sartrouville mais les lecteurs connaissent certainement bien d’autres communes qui ont ouvert des marchés le soir). Cela permet de se garder le dimanche matin libre. Comment cela fonctionne-t-il ? Succès ou échecs ? Faites nous part de vos observations, nous les diffuserons bien sur et il est important que les Campinois (et pas seulement ceux des 2 quartiers visés par la convocation car le marché au centre ville attire des gens de tout Champigny) viennent nombreux à cette réunion donner leur point de vue. Un marché le dimanche matin ou un marché le soir en semaine que préférez vous?

Marchés de Champigny, Premières réponses (et extraits de lettres)

Marchés de Champigny : premières réponses à notre enquête

(voir aussi la note Marchés de Champigny et alentours……)

Nous avons reçu plus de 250 réponses à notre questionnaire sur les marchés de Champigny. Ce n’est pas terminé des lettres continuent d »arriver chaque jour. Les réponses que nous avons lues ne sont peut être pas totalement représentatives car les marchés du Centre et de Coeuilly sont sous représentés tout simplement parce que l’enquête y a démarré plus tard. Mais déjà on peut signaler quelques tendances intéressantes.

 

Les marchés sont plébiscités. Tout le monde souhaite voir les marchés continuer, tout le monde craint leur disparition. Le questionnaire demandait de classer par ordre de préférence les raisons qui amenaient les gens à fréquenter les marchés. Parmi les 4 raisons proposées c’est la convivialité qui vient en tête avec 78% de classement en 1ère ou 2ème  position. A noter et cela fera plaisir aux commerçants que seules 2 réponses critiques à leur égard (moins de 1%) ont été reçues tandis que de nombreux correspondants se félicitent de leur accueil.

Parmi les réponses nous relevons que pour de nombreuses personnes âgées le marché reste le lieu de rencontre. Aller au marché c’est sortir de chez soi, rencontrer d’autres personnes. C’est aussi pour ces personnes, qui ne disposent pas de voitures, un moyen de faire des courses, parfois le seul, dans les quartiers où les commerces de proximité ont peu à peu disparu.

 

30% des personnes qui ont répondu vont au Marché 2 fois par semaine, et 53% au moins une fois.

 

On va au Marché d’abord dans son quartier. 52% des gens vont habituellement dans un marché situé à moins de 500m de chez eux, 41% dans un marché situé entre 500m et 1km.

 

Cette proximité explique qu’on va surtout au marché à pied (69%), plus rarement en voiture (18%), en vélo (7%) et en bus (6%).

 

Beaucoup de Campinoises et de Campinois fréquentent les marchés des communes limitrophes. C’est Joinville qui draine tous les clients potentiels de Champigny ouest et qui est suivi de Villiers, Champignol, La Varenne, le Plessis Trévise.

 

 

Joinville la Fourchette est préféré par de nombreux campinois

tandis que le marché Gabriel Péri se meurt

Les succès de Joinville et de Villiers tiennent bien sur à la proximité. Pour les habitants des quartiers ouest de Champigny le marché de Joinville supplée à l’absence depuis plusieurs années d’un marché dans le quartier du Maroc et ce depuis la fermeture de celui de Jean Vilar.

L’élément essentiel qui explique le choix de ceux qui vont faire leur marché hors des limites de Champigny réside dans le plus grand choix offert, le plus grand nombre de commerçants et donc disent-ils presque tous une mise en concurrence qui profite au consommateur.

 

C’est une question importante et un défi à résoudre pour Champigny. Pour quelles raisons ces marchés se maintiennent-ils voire prospèrent alors qu’à Champigny ils s’étiolent ou disparaissent ?

 

Les réponses sont riches  aussi en revendications et suggestions.

 

Une demande revient fréquemment dans les réponses émanant des personnes qui fréquentent le Marché Stalingrad, celle de la pose en hiver de rideaux de plastique pour couper les courants d’air. Si on comprend bien leurs commentaires cette demande a été faite à plusieurs reprises ; la mairie s’était engagée à ce que ces rideaux soient mis en place mais la réalisation attend toujours.

 

Alors SVP   ce rideau?

 

La bas au fond quand aurons nous ce rideau anti-vent en hiver?

Beaucoup de réponses font d’une manière plus générale référence aux problèmes des personnes qui travaillent et qui ne peuvent donc pas profiter du marché du centre (mardi matin et vendredi matin). Il y a une demande forte pour une ouverture de marché le soir. Cette demande doit dans la réalité être plus forte encore puisque ceux qui la formulent ne peuvent pas, dans beaucoup de cas, être présent sur le marché et n’ont donc pas répondu au questionnaire.

 

    Peut-on mettre à l’étude un marché du soir au centre ville ?

 

Autre question qui revient dans beaucoup de réponses

Quand aurons nous un marché couvert au centre ville ? Pourquoi ce qui est possible à la Varenne et à Villiers ne l’est pas à Champigny ? Pourrait-on avoir un marché couvert réservé aux produits alimentaires (avec pourquoi pas un parking dessous) et à l’extérieur, séparé un marché réservé aux fringues, divers etc ? et puis serait-il possible alors d’avoir des allées plus larges où passer avec poussettes d’enfants et/ou caddies ?

 

Fréquenté, central, mais coupé en deux par le trafic automobile le Marché de la place Lénine doit être repensé

A quand un marché couvert au centre-ville ?

 

Autre question posée par plusieurs de ceux qui ont répondu au questionnaire :

 

Serait-il possible d’assurer une meilleure desserte des marchés ? Pas facile certes. Mais on l’a vu beaucoup de personnes âgées, sans voitures font leurs courses au marché. Ne peut-on pas les aider ?

 

Pourquoi ne pas mettre en place un service de minibus municipaux desservant les marchés les matins où ceux-ci ont lieu, suivant un itinéraire connu, à 30 minutes d’intervalle,  permettant à tous d’aller et de revenir du marché sans problème. Cela serait plus agréable pour les personnes âgées. Peut être certains de ceux qui aujourd’hui viennent au marché en voiture y renonceraient-ils alors et ce serait un petit pas dans la lutte contre le gaspillage des énergies fossiles et pour l’environnement.

 

Quand créera-t-on un réseau municipal de minibus pour desservir les marchés ?

 

 Ajouté le 17 janvier

Nous recevons de nombreuses lettres de suggestions, d’observations.

Marché de Coeuilly

Nous extrayons ce passage d’une lettre d’une dame qui fréquente le marché de Coeuilly car elle est très représentative de ce que nous disent beaucoup de gens

 » …. un peu plus de commerçants pour avoir le choix, au moins un volailler et un vrai charcutier sans pour autant taxer au maximum les places, ce qui a eu pour conséquence de faire fuir les commerçants ou ceux qui auraient eu envie de s’y installer.

Ce marché est indispensable, les supers et autres sont peut être plus attayants question prix mais sans chaleur humaine, pas aussi agréables que notre marché ou tout le monde se connaît.

Beaucoup de personnes âgées et seules y vont ; non seulement pour faire leurs courses mais aussi pour rencontrer d’autres personnes et pouvoir parler.

Il ne faut pas oublier les personnes qui n’ont pas les moyens de se déplacer.

Et peut être faudrait-il repenser à la place elle même ou pas mal de gens sont tombés à cause des pavés.

Et merci de penser à nous tous « .

Marché du Centre

une dame qui habite au Centre, fait ses courses à pied au Marché de la Place Lénine et les complète par des courses en automobile à La Varenne et à Champignol écrit:

« Je considère notre marché de proximité désastreux, sans faire de polémique, nous n’avons que des commerces de chiffons qui seraient plus utiles à Emmaüs.

Gachis incontournable où la société nous pousse?

Quand retrouverons-nous nos commerces alimentaires de qualité?

Il y a beaucoup de travail à faire.

Les marchés le soir, c’est certainement utile pour les personnes qui travaillent avec des horaires difficiles, c’est une bonne idée, mais toujours avec des commerces un peu choisis.

Je pense que je ne suis pas la seule dans ce contexte et nous souhaitons des progrès dans ce domaine.

Merci de vous en occuper dans les meilleures conditions.

Une campinoise du quartier de la Mairie »

toujours au Centre Ville une autre lettre

 » A Champigny, un manque de diversité dans les commerces de bouche. Beaucoup trop de commerces non alimentaires (vêtement, chaussure, quincaillerie)

Peu d’intérêt d’aller dans ce type de marché pour l’alimentaire. Peu ou pas de conccurence ce qui entraine qualité médiocre et des prix élevés.

Vu le nombre de marchés de qualité dans les villes limitrophes (St Maur, Joinville, Nogent)

Une véritable sélection et un retour au marché traditionnel avec au moins 2 bouchers, 2 volaillers, 2 poissonniers, 2 crémiers  etc devient INDISPENSABLE »

Encore au Centre Ville un couple qui déclare aller 2 fois par semaine au Marché

 » Il faut tenir compte que dans le centre, nous n’avons plus de boucher, poissonnerie etc au profit d’autres commerces tels que les banques, opticiens, agences immobilières et autres pompes funèbres. En plus ce n’est plus un marché de comestibles mais une « foire » où il n’y a plus que des « fripes »

depuis 36 ans que nous sommes à Champigny, nous n’avons plus de beau marché depuis au moins 10-15 ans »

Toujours au Centre Ville:

 » Nous recherchons de la meilleure qualité. A Champigny il y a trop de commerces de vêtements.

Les travées sont trop étroites, on est très souvent bousculé par des poussettes, des caddies.

Le marché en fin d’après midi serait égalementr appréciable »

et encore Centre Ville

 » Avoir une navette pour permettre aux personnes agées de faire leurs courses dans de meilleures conditions. Merci »

Marché Stalingrad

« Bien pour le marché le soir, peut être que cela attirerait les plus jeunes mais ceux ci ne cuisinent plus et n’épluchent plus les légumes (réservé aux personnes agées). Au marché on trouve plus de variété dans la boucherie chevaline et dans la triperie et évidemment plus fais. Au marché du Tremblay on ne trouve plus ce genre de commerce donc heureusement j’ai une voiture pour aller près de mon domicile à Joinville (La Fourchette) où il y a encore quelques mois on trouvait une mercerie. Mes voisines en font autant »

toujours au Marché Stalingrad

 » c’est dommage à dire, mais pour avoir un plus grand choix je suis obligé de faire le marché ou les commerçants à Joinville ou St Maur car sur le marché à champigny il n’y a que le strict nécessaire par contre les commerçants sont chaleureux »

et encore Marché Stalingrad

 » il faudrait davantage de commerçants, un cadre moins déprimant….mais vous avez raison de vous battre pour le maintien des marchés »

toujours Stalingrad :  » Le marché de Stalignrad pour moi qui ai 72 ans est vraiment très pratique. Bien qu’un peu cher j’y trouve des produits de qualité. Les commerçants me donnent pleinement satisfaction. J’espère qu’il restera en place longtemps »

Marché de la Fourchette à Joinville

Une dame qui va au Marché de la Fourchette à Joinville (parce que dit-elle j’habite à Champigny en limite de Joinville demande:

« un peu simpliste mais de vrais emplacements pour les vélos »

Ajouté le 18 janvier

Marché du Centre

 » le marché permet de nous alimenter en poisson, charcuterie et boucherie, car ces commerces ne sont plus présents dans les quartiers »

d’une autre lettre toujours à propos du marché du centre:

 » beaucoup trop de commerces de divers bas de gamme hors alimentaire. Trop peu de commerces alimentaires: 1 seul fromager, 1 seul boucher etc »

et encore d’une autre personne (qui réside dans le quartier du Maroc et fréquente le Marché du centre)

« Serait-il possible de rétablir les marchés de quartier qui ont disparu (Jean Vilar) ou développer ceux qui restent. Merci de vous en soucier. »

Stalingrad

P.H écrit:

 » Marché de produits biologiques (il existe déjà un relais une fois par mois à la maison des syndicats)

Développer les ventes directes par les producteurs (de légumes, fruits, poissons en citrcuit court) une fois par mois »

Pour un autre correspondant:

 » il faut:

1/augmenter la fréquence des bus les jours de marché

2/ améliorer la signalisation sur les routes: MARCHE DE STALINGRAD ( panneau actuel peu visible)

3/ varier les commerces de bouche avec d’autres (habillement)

4/ faire des animations dignes de ce nom

5/ fidéliser les clients: bons d’achat….

ET le sourire pour tous, commerçants en tête. »

Autres remarques d’un autre correspondant

« 1/ Plus de commerçants pour amener une conccurence sur les prix.

2/ Il manque des camelots qui peuvent attirer les clients

3/ Certains commerces ont disparu: boucherie chevaline, tripier, charcutier de qualité.

Le point 1 et le point 3 provoquent le départ des clients vers d’autres communes hélas. De plus quand les commerçants (qui sont les seuls représentant de leur spécialité s’absentent il n’y a pas d’équivalent en commerce de proximité. C’est énormément gênant pour les personnes sans voiture et âgées (éventuellement les handicapés). « 

et dans une autre lettre nous lisons:

 » En ce qui me concerne je ne vois pas d’améliorations à apporter car je suis personnellement dans une situation idéale par rapport à mon marché (tout prêt, pas de problème de stationnement)

Par contre je sais, par des discussions, que la faible fréquentation des marchés du Plant est principalement due:

-au faible nombre de commerçants

– en conséquence aux prix très élevés (manque de conccurence) par rapport à ceux pratiqués sur les marchés de Joinville-la Fourchette ou de Champigny Place Lénine. Ces deux marchés ayant de plus l’avantage d’avoir beaucoup de commerçants y compris dans le non alimentaire »

Joinville la Fourchette

un message demande:

 » une plus grande amplitude horaire, jusque 16 ou 17 heures, une desserte pour les personnes âgées ou celles ayant des difficultés à faire le déplacement, plus d’espace pour circuler entre les stands »

Coeuilly

 » Quand je suis arrivée à Coeuilly en 1962, il y a vait au moins 50 commerçants ou plus. J’achetais sur le marché légumes, viandes, vêtements. J’y trouvais tout ce dont j’avais besoin (vêtements, chaussure .) pour nous et nos 4 enfants. Maintenant il ne reste plus que…6 commerçants (alimentation). J’ai 76 ans. Je ne peux aller nulle part ailleurs parce que je ne conduis pas. C’est archi..désolant de voir le marchéde Coeuilly devenu pareillement désert. Mais qu’y faire? Les Grandes Surfaces ont tué les marchés.. et tout le monde conduit, sauf quelques personnes un peu agées.. comme moi. »

toujours pour Coeuilly une personne propose

 » Incitation à l’implantation de commerçants

Revoir la concession et l’attribution des places ainsi que le prix éventuellement de la place

Les prix proposés par les commerçants sont en général trop élevés pour les consommateurs

Proposer un marché « bio » en même temps  mais un vrai marché  pas une « vente à la sauvette »

Animations sur le marché avec des commerces autres que alimentaires.

Le jeudi proposer un marché en soirée ou en fin d’après midi. »

Ajouté le 20 janvier

Coeuilly

 » en ce qui concerne le marché de Coeuilly, l’état déplorable des pavés disjoints, voire descellés, où l’on se tord les pieds, et qui ont déjà provoqué de nombreuses chutes (certaines avec des suites hospitalières) de personnes agées souvent handicapées »

Témoignage de G.T.

 » J’habite depuis 11 ans le centre Monmousseau. Pour ma part le marché est précieux car je suis agé et sans véhicule.

Je regrette de voir ce marché perdre au fil du temps la plupart de ses commerçants (places très chères parait-il). Ce marché est fréquenté par beaucoup de personnes dans mon cas. Le voir disparaitre nous crèverait le coeur »

Autre témoignage

« Le marché de Coeuilly n’est pas assez mis en valeur, il n’est pas assez connu. Le charme de sa situation n’est pas assez exploité pour en faire un marché de produits de qualité. »

Marché du centre

« Je souhaiterais que le marché se tienne le samedi matin ou le dimanche et qu’il y ait des produits bio »

Marché Gabriel Péri -République

 » Il faut faire des marchés à Champigny l’après midi et au marché de la République mettre plus d’étalages alimentaires (Fromagerie, boucherie…) »

une autre personne

« Nous voulons garder notre marché rue Gabriel Péri. Tous les commerçants le désertent.Plus de boucher, plus de poissonnier, bientôt ils le fermeront »

une autre

 » il faut renforcer la signalisation vers les parkings exemple parking près de la chapelle Sainte Bernadette »

encore une autre

 » Je regrette le manque de diversité des produits. Il faut plus de commerçants:  poissonnier, boucher, charcutier, fromager. Il faut des produits bios »

et ce témoignage

 » Depuis l’ouverture du magasin intermarché le dimanche le marché risque de disparaitre. Il n’y a plus de commerces à Champigny centre et Avenue de la République: plus de boucher, plus de poissonnier, de charcutier.

A l’Intermarché il y a plus de monde le dimanche par contre la fréquentation a baissé le lundi et les autres jours de la semaine. Comme cela on supprimera des emplois de caissières.

Ma maman est arrivée en 1960 à Champigny, elle est aujourd’hui agée de 86 ans. Elle était commerçante (boucherie) dans l’Avenue de la République et est désespérée de voir Champigny devenir une ville morte.

Moi, à 50 ans, travaillant dans une banque, je fréquente Le Perreux, Nogent, Joinville, Bry et je vois la différence »