2024-2027-2030 le Métro Express en 3 dates et un gros souci pour Champigny

 

Jeudi 22 février au matin M. Edouard Philippe, Premier Ministre a donné des indications sur les intentions du gouvernement en ce qui concerne le projet du Grand Métro Express (200km de voies nouvelles, pour la quasi-totalité en souterrain, des circulations favorisées de banlieues à banlieues, des interconnexions avec les radiales qui pénètrent et sortent de Paris). Ce projet a le mérite de poser le problème du déplacement au quotidien en terme d’alternative crédible à l’automobile, en terme de rapidité de déplacement et d’amélioration du confort des usagers. On ne peut qu’y être favorable.

Qu’a dit le Premier Ministre ?

Il a rappelé l’importance du projet : « plus grand  nœud de trafic en Europe » et souligné le fait que ce projet était nécessaire « pour améliorer la situation dans une région devenue à l’étroit dans ses infrastructures ». Il a ajouté : » on a beaucoup promis en ce domaine, mais je ne suis pas sur qu’on ait toujours dit la vérité. Le Président de la République a décidé la reprise en main du projet dans un langage de vérité ».

Et le Premier Ministre a cité la liste des difficultés concrètes apparues

Contraintes techniques          

Il a fallu 9 ans pour construire 9km de nouvelle ligne sur la ligne 14 soit 1kmpar an. Dans le projet de grand métro express il faut construire 200 km en 20 ans soit 10km par an= changement d’échelle ; De plus le nouveau métro doit être creusé à 30-40m de profondeur, localement 50m, c’est un domaine où les contraintes géotechniques sont lourdes.

Contraintes de ressources humaines

On estime a dit le Premier Ministre qu’il faudra former 15.000 femmes et hommes pour ce chantier gigantesque, les équipes existantes sont déjà mobilisées. On craint la « surchauffe » dans le secteur des Travaux Publics.

Conséquences financières les contraintes en questions ont des répercussions en termes de délais et de coût. Les prévisions initiales sont largement dépassées puisque les estimations actuelles font état d’un coût prévisionnel de 35 milliards d’euros.

En conséquence M. Edouard Philippe a confirmé

  • L’engagement du gouvernement de réaliser la totalité du projet à l’horizon 2030
  • Sa volonté d’obtenir une réduction du coût de 10%. Les équipes de la SGP y travaillent et une mission spéciale sous la direction de M. Gilles Carrez. est chargé de faire des propositions au gouvernement sur le financement du projet. Ces propositions seront intégrées à la loi de finances.
  • Le Premier Ministre a fixé 3 dates butoir pour la mise en service des différents éléments du Grand Métro Express 2024-2027-2030.

Une certaine satisfaction égoïste pour Champigny mais en même temps un gros souci

On s’en doutait la priorité sera donnée aux lignes dont la réalisation est absolument nécessaire pour la bonne tenue des Jeux Olympiques de Paris en 2024 : les lignes 14 sud et nord, le tronçon commun 15-17 jusqu’à son interconnexion avec le RER B au Bourget, la ligne 16 jusqu’ Clichy Montfermeil.

La ligne 15 sud, celle où les chantiers sont déjà avancées, prévue d’abord pour 2020, puis 2022 sera elle aussi réalisée pour 2024. Cela nous concerne puisque cela signifie l’ouverture de la gare Champigny Centre et de la gare dite des Trois Communes ou BVC (pour Bry Villiers Champigny).

On ne peut qu’en être satisfait puisque cela signifie la possibilité de voyager plus facilement vers la Banlieue Sud sans avoir à passer par la station du Chatelet. C’est important en termes de temps de trajet vers des lieux aussi importants que Créteil (préfecture, services du département, hôpitaux, université) que Vitry (Mac Val) , Orly (aéroport et bassin d’emploi) etc.

En même temps les annonces du Premier Ministre contiennent un élément désastreux pour Champigny. Il s’agit de l’interconnexion entre la ligne 15 Sud circulaire qui va de Noisy au Pont de Sèvres et la pénétrante EOLE qui  doit être prolongée vers l’ouest (La Défense puis Mantes)

Le Premier Ministre a clairement dit que le budget initial était déjà dépassé de 10 milliards d’euros (selon les estimation de la Cour des Comptes) alors que le financement de 4 gares d’interconnexion n’est pas prévu et que pour 3 d’entre elles les études ne sont pas encore commencées. Parmi celles-ci la gare dite des 3 communes, intersection d’Eole et de la 15 sud (face à Bricomarché).

Le retard prévisible de cette interconnexion constitue une vraie catastrophe pour Champigny

Le projet prévoyait de renforcer la radiale constituée par Eole par la création d’une ligne P vers Provins et par le prolongement d’Eole vers l’Ouest au-delà de son terminus actuel (Haussmann-St Lazare vers La Défense et Mantes). L’interconnexion avec une circulaire majeure de desserte des banlieues Sud-Est, Sud et Sud-Ouest faisait de cette gare des 3 Communes un centre stratégique des déplacements pour l’est de la métropole et de la région Ile de France. L’interconnexion visait de plus à diminuer la charge supportée par le RER A (la ligne la plus fréquentée d’Europe) et l’interconnexion des lignes A et B au Chatelet.

L’importance de cette interconnexion avait été comprise par les acteurs politiques locaux  qu’il s’agisse de la commune de Champigny, du Conseil Départemental du val de Marne et bien sur du CDT (Contrat de Développement Territorial)  qui regroupe Bry, Villiers et Champigny.

En témoignent les différentes mesures adoptées récemment :

  • projet de remodelage du réseau bus soumis au STIF (devenu IDFMobilités)
  • construction à l’initiative du département d’une plateforme (ALTIVAL) de circulation des différentes lignes de bus desservant la gare des 3 communes à partir des hauts de Champigny (Coeuilly et les grands ensembles des Mordacs et de Bois l’Abbé) mais aussi de puis le Plateau Briard (Plessis, Chenevières, Ormesson etc.).

Les études prévisionnelles attribuaient pour la gare SNCF un échange de voyageurs quotidien avec la ligne 15 sud de 7300 voyageurs/ jour dont 2800 en provenance de la seule ligne P.

Que vont faire ces voyageurs ? Ils vont opter pour la voiture et se rabattre sur des gares de la banlieue est et plus précisément, on peut le craindre vers la gare de Champigny Centre (ligne 15 sud) et de Champigny Saint Maur (ligne A du RER) saturant le réseau routier et aiguisant les difficultés du stationnement dans le centre de Champigny.ampigny.

Actuellement la gare de Bry-Villiers-Champigny pourrait paraitre implantée au cœur de nulle part mais en réalité cette zone de l’ancienne VDO (dont 16ha sur le territoire de Champigny) est pleine de promesses. Qui ne voit que cette gare d’interconnexion, la proximité de l’autoroute A4, font de cette zone à structurer autour de la VDO une zone de développement potentiel, en particulier économique, de premier plan ? L’avenir de notre ville, son activité économique, son attractivité en termes de création d’emplois  tout cela dépend de la réalisation rapide de cette interconnexion. Pour  nos voisins de Bry et de Villiers l’enjeu est le même.

Une action urgente est nécessaire. Elle doit se faire en direction de Mme Borne, ministre des transports, de M. Pépy, directeur de la SNCF pour que les crédits des études soient débloqués immédiatement et que l’interconnexion soit réalisée à l’arrivée du Grand Metro express en 2024. On ne comprendrait pas que les maires de Champigny, de Bry, de Villiers, les élus ne s’engagent pas ensemble dans cette démarche ils auront l’appui de tous les habitants de leurs communes et celui de beaucoup de banlieusards bien au-delà des limites de leurs communes

Le report sine de l’ interconnexion serait catastrophique en termes de maîtrise des déplacements, de développement économique du secteur, de limitation des facteurs de pollution.