Arbres abattus sur l’Ile de l’Abreuvoir

En fin de semaine dernière avaient lieu les journées du Patrimoine. Cette année la Municipalité de Champigny, le Conseil Général avaient choisi de mettre l’accent sur le lien patrimonial existant entre Champigny et la Marne. L’idée était excellente mais elle a été maheureusement gachée par l’abattage  d’arbres quelques jours auparavant à la pointe de l’ile de l’Abreuvoir. Les riverains se sont émus et ont interpellé l’équipe au travail. Le chef d’équipe a expliqué que leur société agissait dans le cadre d’une mission du Conseil Général. Il semble que l’intervention déterminée des riverains et leurs questions aient provoqué un certain flottement. Le travail a été interrompu et les troncs de deux arbres laissés sur place.

La pointe de l’ile avant l’abattage des arbres (photo riverain)

L’abattage est en cours (photo riverain)
Après (photo riverain)
Les troncs coupés et laissés sur plac (photo Forum)

Plusieurs personnes se sont adressés aux services du Conseil Général mais renvoyées de service en service elles n’ont pas obtenu de réponse à leurs questions. Le mal fait est important. (voir les photos prises par les riverains). Informé par plusieurs personnes j’ai saisi l’occasion de la réunion de la commission municipale de l’environnement le 22 septembre pour poser quelques questions et en particulier demander si on pouvait m’expliquer les raisons de ces abattage. Les iles sont en effet propriété du Conseil Général du Val de Marne mais se trouvent sur le territoire de notre commune. Il est donc normal que Champigny soit informé. Et de fait il existe un comité de gestion de la Marne qui regroupe des représentants du Conseil Général, des communes riveraines et des représentant d’associations. C’est, m’a-t-on précisé en commission, ce comité de gestion qui a décidé lors de sa réunion du 16 novembre 2008 de procéder à ces abattages. Les raison invoquées ont été les suivantes:
1/ ces arbres étaient malades
2/ ils penchaient dangereusement sur l’eau et ils auraient pu constituer un danger pour les pratiquants de sports nautiques (canoe, kayak)
3/ l’un de ces arbres était un marronnier. Le marronnier n’est pas un arbre qui poussait à l’origine sur les bords de Marne. Dans un souci d’authenticité on privilégiera des espèces plus « authentiques » et on procédera à un abattage sélectif des marronniers.

Ces trois points ne me paraissent pas défendables.

1/ d’abord celui de la santé des arbres. On sait qu’en ville les arbres présentent quasiment tous des atteintes diverses. La ville est un milieu difficile pour les arbres. La pratique fréquente de la coupe mécanique avec des outils qui ne sont pas nettoyés entre chaque arbre favorise d’autre part la propagation des ma    ladies d’arbre en arbre. Il faudrait obtenir des entreprises chargées des tailles qu’elles désinfectent les outils chaque fois qu’elles passent d’un arbre à l’autre. Le coût serait plus élevé mais la santé des arbres y gagnerait. Ce n’est pas parce qu’un arbre présente une affection qu’il doit être abattu. Cela reviendrait à abattre la majorité des arbres des parcs et des avenues. Il y a 5 ans la muncipalité avait décidé d’abattre 8 grands arbres du Parc de Coeuilly. Les riverains se sont émus. Une pétition a réuni 300 signatures. Des réunions sur place de riverains et d’experts ont eut lieu. Finalement 3 arbres seulement ont été abattus, les 5 autres continuent de prospérer pour notre plaisir.

2/ le danger pour les sports nautiques. Si ces arbres présentaient un réel danger on ne comprend pas qu’il ait fallu 22 mois presque deux ans pour que la décision d’abattage prise le 16 novembre 2008 soit appliquée!!

3/ L’argument de « l’authenticité » ne me semble pas plus valable. Le marronnier est un arbre originaire d’Asie Mineure introduit en France au 16ème et 17ème siècle. Il est depuis longtemps à sa place dans le paysage français. De combien d’arbres aujourd’hui familiers devrait-on se priver?

Plusieurs personnes ont écrit à Monsieur le Maire. Une pétition a recueilli 80 signatures. Ces démarches citoyennes prouvent qu’aujourd’hui les gens sont très sensibles à tout ce qui touche l’environnement et l’arbre est un symbole fort de cet environnement.

Ces arbres de Coeuilly que l’action des riverains a permis de sauver

Cela veut dire aussi que les élus doivent être plus à l’écoute des gens et mieux informer, mieux communiquer avant de prendre des décisions.

Yves Fuchs
Conseiller Municipal