Cantonale de Champigny Centre: Vers des surprises?

Les observateurs politiques confirmés, les journalistes politiques, tous nous prédisent une abstention record aux cantonales du 20 mars prochain.
Et pourtant le vote dans le canton de Champigny Centre aura valeur de test.
Ce canton est en effet celui qui est le plus représentatif de l’ensemble de Champigny du point de vue électoral.
Sociologiquement il est composite avec des cités HLM ( Les Boullereaux, Cités Rouges, Cités Jardins, Cités Blanches, Cité du Buisson, Cité de la Demi Lune, Résidence Maurice Thorez) des résidences intermédiaires (rue de Musselbourgh en particulier), un habitat pavillonaire modeste (coteaux) et un habitat plus « bourgeois » (en référence à la moyenne campinoise) dans le quartier du Plan.

Les bureaux de vote donnent souvent des résultats contrastés parce qu’ils représentent des communautés sociales très diverses. Les résultats de ce canton mériteront d’être observés à la loupe, bureau par bureau parce qu’ils donneront peut être des idées intéressantes sur ce que sera le vote des Campinoises et des Campinois à la Présidentielle et aux Législatives de 2012 mais surtout aussi ce que seront les municipales de 2014 qui s’avèreront décisives. Qui va voter? et comment se répartiront les pourcentages de votants selon des bureaux de vote dont on sait qu’ils sont politiquement et sociologiquement très différents.

La capacité des forces politiques à mobiliser leur électorat potentiel est une des clés du scrutin. Lors du dernier scrutin pour l’élection du Conseiller Général dans ce canton le taux de participation avait été globalement sur le canton de 61,48%  soit 2,43 points au dessous de la moyenne nationale mais avec un taux de participation minimum de 54,82% au bureau 20 (Albert Thomas Primaire) et maximum au 21 (64,12%) (Eugénie Cotton) et au bureau 16 (63,35%) Cuisine Centrale. On trouve là des taux de participation importants pour une élection cantonale.

En règle générale lors des élections à Champigny on observe (et c’est vrai ailleurs qu’à Champigny) que les bureaux de vote où l’électorat est le plus populaire, ceux ou on vote le plus à gauche et plus particulièrement communiste sont aussi ceux où le taux de participation est le plus bas. Ceci a été vérifié à tous les votes sur Champigny (voir nos analyses précedentes) mais à chaque scrutin aussi on note que quelques bureaux de vote échappent à la règle donnant des votes surprises,
« miraculeux » pour le PCF.

Ils étaient 2 lors de la précédente cantonale celui de Danièle Casanova et celui d’Eugénie Cotton où dans les urnes il y avait une centaine de bulletins PCF en plus de ce que les corrélations observées dans les autres bureaux permettaient d’entrevoir. Il est certain que beaucoup de Campinois vont avoir les yeux fixés sur d’éventuels bureaux à miracles.

Mais en dehors de ce point particulier le scrutin du 20 mars promet d’être politiquement intéressant. M. Maurice Ouzoulias conseiller sortant se dit serein (Le Parisien du 2 mars). Elu depuis 1985 (sa première élection en 1983 avait été invalidée) il est le plus ancien des conseiller Généraux du Val de Marne, il connait bien son canton, il a eu le temps de s’y implanter et il bénéficie de la mobilisation des militants du PCF qui, même si le potentiel de ce parti n’est plus  ce qu’il a été autrefois, reste encore important Champigny en tant que force militante. Sauf grosse surprise Maurice Ouzoulias devrait garder une position préminente à gauche (il avait obtenu 2.594 voix et 37,75% des exprimés lors du précédent scrutin en 2004) d’autant qu’il n’y aura pas cette fois de candidats d’extrême gauche. En 2004 ils étaient 3 et avaient réunis ensemble 335 voix ( 4,62%).La question qui est posée à gauche c’est celle des résultats que pourraient obtenir le candidat socialiste M. Touraine et celui d’Europe Ecologie M. Lagache. Lors des derniers scrutins celui des européennes en 2009 et celui des régionales en 2010 le Front de Gauche (PCF + parti de Gauche) était en tête des formations de gauche avec 1287 voix et 25,86% aux européennes et 1509 voix et 28,49% aux régionales. toutefois lors de ces scrutins le PS réalisait un score faible 569 voix et 11,43% aux européennes un score catastrophique pour lui mais se reprenait aux régionales avec 1160 voix et 21,90%. Europe Ecologie réalisait une percée aux européennes (876 voix et 17,60%) et consolidait son implantation aux régionales. Lors des derniers scrutins le PCF a perdu son hégémonie à gauche. Avec 25-28% il ne représente plus la majorité de la gauche. Celle ci est maintenant constituée par le total des forces de la gauche non communiste (PS+EELV) qui représentent entre 30 et 35%. Il ne faut pas tirer de conclusions définitives de ces chiffres. Les types de scrutins sont différents et la bonne implantation locale de M. Ouzoulias joue en sa faveur.

Toutefois le rapport des forces à gauche sera observé avec attention au lendemain du 1er tour. Si ce rapport continuait d’évoluer défavorablement pour le PCF cela poserait d’une façon différente la question des alliances lors des prochaines élections municipales (en 2014).

A droite il n’y a que 3 candidats Mme Berchery pour l’UMP, M. Plainchant pour le FN et M. Bihan pour le RPF. L’UMP a choisi une candidate nouvelle et jeune. Il lui était difficile de faire autrement. L’existence d’une scission en son sein lors des municipales de 2008 (liste UMP Chriqui et liste UMP dissidente Juhel) a laissé des traces. Les départs assez rapides sous d’autre cieux de messieurs Chriqui et Juhel n’ont rien fait pour améliorer le moral des militants de Champigny et ceci d’autant que lesderniers résultats sur le canton de Champigny Centre ne permettent pas à l’UMP d’espérer inquiéter M. Ouzoulias. Si en 2004 M. Derouineau, candidat pour l’UMP réunissait 1592 voix et 21,94% sur son nom, la liste UMP aux européennes de 2009 ne recueillait plus que 876 voix (17,60%) et le chiffre tombait à 805 voix et 15,20% aux régionales de 2010. L’UMP peut aussi perdre son leadership. A droite en effet une amélioration du score du FN semble possible. Sans organisation ni militants sur Champigny depuis la fin des années 90 le FN réunit toujours entre 8 et 12% des voix. Etant donné l’écho que semblent avoir ses propositions dans l’opinion il pourrait avoir un résultat élevé voire dépasser l’UMP. Ceci est d’autant plus réaliste que les études menées sur les scrutins précédents montrent que sur ce canton les gains du FN se font toujours au dépens de la droite classique par un espèce de système de vases communicants qui amène au gré des scrutins un certain nombre d’électeurs de droite à passer de l’UMP au FN et du FN à l’UMP au gré des vents dominants de la politique. Et actuellement les vents soufflent plutôt pour le FN.
Si à gauche le PC est peut être menacé de perdre sa position hégémonique à droite l’UMP peut voir son leadership menacé par le Front National.

Et ceci pose la question du second tour de façon nouvelle. Les nouvelles dispositions n’autorisent à se maintenir  au second tour que les seuls candidats ayant obtenu au moins 12,5 % des inscrits. Si on retrouve un chiffre de participation équivalent à celui de 2004 ( 60% environ de votants) cela signifie qu’il faut obtenir 20-22% des votes exprimés pour être présent au second tour. Si M. Ouzoulias semble assuré de sortir du premier tour en tête qui sera le second(e) candidat(e) en piste au second tour? On est habitué à des seconds tours classiques à Champigny Centre avec un duel PCF contre UMP et une victoire du PCF la gauche étant largement majoritaire sur le canton. Cette année on peut au lendemain du premier tour se retrouver avec des perspectives de duels inédits PCF-gauche non communiste ou PCF-FN.

Il y a finalement de l’imprévu dans cette élection cantonale qui au départ ne semblait pas passionnante.

 Alors aux urnes car la parole restera à ceux qui iront voter!