Compte Rendu du premier atelier débat (28 septembre)

Samedi 28 septembre après-midi s’est tenu le premier des ateliers débats organisés conjointement par Forum des Boucles de la Marne, Europe Ecologie les Verts et le Parti Socialiste sur le thème:

Participation Citoyenne et Démocratie Participative

Il faut vraiment du nouveau à Champigny

. Un peu plus de 50 personnes avaient répondu présent. Une assistance très représentative et diverse. Des intervenants se sont présentés en précisant qu’ils étaient campinois depuis trente ans et plus et d’autres ont évoqué  leur vécu à Champigny depuis leur arrivée il y a deux ou trois ans.

A côté de membres du PS, d’EELV  et de Forum, se sont retrouvées des personnes qui ne fréquentent pas d’habitude les réunions. Un participant expliqua même qu’habitant Champigny depuis plus de 30 ans il participait pour la première fois à une réunion publique.

Un maire adjoint (PCF)(M. Georges Charles) et un maire adjoint (PS)(M. Gilles Desseigne) donc membres de la majorité municipale actuelle et une conseillère municipale du groupe UMP étaient aussi présents et ils n’étaient pas venus seulement pour écouter puisqu’ils intervinrent pour défendre leur point de vue.

C’est une chose tout à fait positive que malgré nos différences d’analyse et de projet sur les questions de la ville il est possible d’ouvrir des espaces de discussion.

Avant le débat Yves Fuchs, Président de Forum en quelques mots a présenté ce premier atelier-débat

Intervention Yves Fuchs : Quelques mots pour ouvrir cette réunion. Quelques mots rapidement parce que  nous ne sommes pas réunis pour entendre des discours mais pour avoir des échanges d’informations, de propositions entre nous tous.

D’abord laissez-moi vous présenter ceux qui sont en face de vous, Caroline Adomo, secrétaire de la section de Champigny du Parti Socialiste, Jean Marie Lagache responsable du groupe local d’Europe Ecologie-Les Verts et moi-même Yves Fuchs, Président de l’association citoyenne Forum des Boucles de la Marne.

Caroline et Jean Marie après moi vous préciseront les raisons qui les ont conduits à s’associer à l’initiative des Ateliers-Débats (il y aura 4 ateliers débats en tout).

En ce qui concerne notre association Forum des Boucles de la Marne, son intérêt pour de telles réunions découle de sa nature même. Forum est une association de citoyens campinois de sensibilité de gauche mais épousant toutes les couleurs de l’éventail de la gauche. Nous ne nous posons jamais la question de savoir ce que notre voisin vote. Nous avons la volonté de travailler ensemble. Nous considérons que la participation citoyenne, la démocratie locale constituent un élément essentiel de la politique au sens du vivre ensemble et de faire changer les choses dans un sens progressiste.

Nous vivons une période où un grand nombre ne croit plus à l’utilité de l’action politique, à la possibilité de faire évoluer la vie. Or c’est au niveau de la vie locale qu’il est possible de remobiliser les gens, de les amener à se sentir responsables, à s’impliquer.

Ceci vous explique la raison de notre présence ici.

La campagne des élections municipales commence. Ce sera un moment important de débat sur les problèmes de Champigny. Nous ne sommes pas ici aujourd’hui pour présenter des candidatures annoncer des alliances, tirer des plans sur la campagne des municipales mais pour faire murir des propositions. Ces propositions c’est à vous citoyens campinois de les formuler de les mettre en forme pour qu’elles soient au centre des débats à venir ceux des municipales bien sur et ensuite de la vie de la commune.

Le débat : Après que Caroline Adomo au nom du PS, puis Jean Marie Lagache au nom d’EELV aient expliqué l’intérêt qu’ils trouvaient à de tels débats la parole a été donnée à la salle. 23 interventions venues du public ont animé la discussion pendant près de 2h, portant sur toutes sortes de sujet de l’augmentation des impôts locaux nettement supérieure à l’inflation (+56% contre 15% d’inflation depuis 2004 dira un intervenant) au problème de sécurité des cyclistes et des piétons, au stationnement sur les trottoirs mais fondamentalement le problème de l’impact de l’action citoyenne et du rôle des élus est resté au centre des discussions.

Un habitant de Coeuilly a indiqué qu’auparavant le bureau du Conseil de Quartier se réunissait et déterminait quelles questions seraient traitées en Conseil de Quartier et cela fonctionnait. Ce n’est plus le cas. Le fait que le site de la mairie ne traite plus des réunions des conseils de quartier lui paraissait tout aussi représentatif du désintérêt de la municipalité à l’égard des réunions de quartier.

Plusieurs ont dit combien ils ont l’impression que les conseils de quartier étaient « bouclés » à l’avance, ont fait part de la difficulté de faire remonter les informations vers la mairie.

Il a été dit et souligné combien les gens considèrent que les élus de la majorité municipale leur paraissent loin d’eux, que les conseils de quartiers se réunissaient de plus en plus rarement, avec des ordres du jour fixés par la mairie. Lorsque les représentants de la municipalité sont interpellés à propos d’un problème précis, ont-ils dit, ils prennent consciencieusement note, promettent de suivre l’affaire mais aucune information n’est communiquée sur la suite donnée (du moins dans la plupart des cas). Plusieurs intervenants ont posé le problème de la définition de la participation citoyenne et de la place de l’élu.

M. Gilles Desseigne (membre de la majorité municipale,maire adjoint) est intervenu en concédant qu’il y a pu avoir un essoufflement au bout de plusieurs années de mandat mais rappelle qu’il a eu aussi quelques réunions positives (consult action avec les jeunes, actions de coaching des jeunes) et que dans les réunions la parole est libre (ce qui est bien la moindre des choses, note de la rédaction)

Tous les intervenants ont réaffirmé la primauté du rôle de l’élu qui tire sa responsabilité du suffrage universel. La possibilité sinon de conflit mais d’incompréhension entre le rôle de l’élu qui a le devoir de faire appliquer la loi  et certaines demandes a même été évoqué mais la majorité des intervenants a indiqué que ce dont on souffrait aujourd’hui à Champigny c’est surtout d’un manque d’ouverture dans le fonctionnement des conseils de quartier. Il a paru évident et normal que la municipalité soit représentée dans les bureaux des conseils de quartier mais les intervenants ont considéré comme aberrant que ces bureaux soient composés aujourd’hui uniquement de 6 conseiller municipaux (5 de la majorité municipale et 1 de l’opposition) et de fonctionnaires territoriaux responsables seulement devant le maire.

Il a été proposé que les bureaux des conseils de quartier comprennent certes des représentants de la mairie (qui doivent informer et assurer la circulation de l’information) mais majoritairement des représentants du quartier (personnalités, représentants d’associations locales). Il a été demandé que ce soient les bureaux de quartier qui puissent fixer les dates de réunion et les questions à mettre à l’ordre du jour.

La question des moyens à mettre à disposition du conseil de quartier pour des initiatives festives, sportives culturelles, en direction des jeunes etc visant à renforcer la vie de quartier, comme cela se fait dans d’autres communs du val de Marne a été évoquée.

En fin de réunion Jean Marie Lagache pour Europe Ecologie et Caroline Adomo pour le parti Socialiste sont intervenus pour donner leur point de vue. Ci-dessous leurs interventions.

Intervention Jean Marie Lagache, responsable du groupe de Champigny d’Europe Ecologie Les Verts

Le groupe EE-LV de Champigny a souhaité s’associer à l’organisation de ces ‘’ateliers-débats ‘’, car il y beaucoup de choses à améliorer à Champigny dans de nombreux domaines …

En ce  qui concerne la démocratie participative, nous pouvons constater par exemple que les ‘’Conseils de quartier’’ fonctionnent très mal ! Ces Conseils sont de plus en plus désertés par les campinois et sont devenus quasiment inexistants dans certains quartiers …

Au lieu de se dire que cela n’intéresse peut-être pas les campinois, et donc d’en organiser de moins en moins, la municipalité ferait mieux de se poser la question du pourquoi de ce désintérêt et se remettre en question quant à la teneur et au déroulement même de ces Conseils … car ils doivent redevenir un des outils de la démocratie participative à Champigny. 

Intervention de Caroline Adomo, secrétaire de la section de Champigny du Parti Socialiste

J’ai souhaité vous écouter plutôt qu’intervenir lors de cet atelier-débat. J’ai noté quelles sont vos attentes en matière de démocratie locale :

–      Écoute

–      Participation

–      Remontée des infos

–      Consultation plus poussée = avis

–      Ordre du jour partagé (habitants/élus) des conseils de quartiers

–      Suivi des études/des décisions

Une proposition importante que souhaite faire le Parti Socialiste, c’est de mettre en place un Conseil communal de concertation qui soit un lieu permanent de dialogue entre les élus et les habitants tirés au sort par exemple. Les projets communaux y seraient discutés et amendés par tous.

Sachez que dans le cadre des élections municipales, nous serons amenés à proposer la modification de la composition et du fonctionnement des conseils de quartier.