Et si l’extrême droite ne candidate pas. ?

Une rumeur court dans les groupes qui de près ou de loin s’intéressent à la politique locale et aux prochaines (mars 2020) élections municipales : le RASSEMBLEMENT NATIONAL (ex FRONT NATIONAL) ne présenterait pas de liste aux prochaines municipales.

Il est exact que depuis le début de la pré-campagne (en gros depuis septembre qui a vu les premières déclarations d’intérêt de certains pour l’élection prochaine) depuis septembre le RN était singulièrement muet à Champigny.

Si cette hypothèse d’une absence de liste de l’extrême droite se vérifiait quelles pourraient en être les conséquences ?

L’extrême droite a rarement été présente aux élections municipales à Champigny. Avant 2014 il faut remonter aux municipales de 1995 pour retrouver trace d’ne liste FN à Champigny ; cette liste obtint 2265 voix et 10,38% des suffrages exprimés au premier tour et 2015 voix et 9,04% au deuxième tour qui voyait une opposition gauche-droite classique entre la liste de gauche conduite par J.L. Bargero PCF, maire sortant et une liste de droite. Ce deuxième tour voyait la victoire de J. L. Bargero (51,68%), lla liste de droite obtenait39,28% des voix et le Front National  qui s’était maintenu 9,04% perdant 250 voix et 1,34%.

En 2014 le FN a obtenu au 1ER tour 2613 voix et 12,45% des exprimés, s’étant maintenu au second tour il a obtenu 1839 voix, 8,10% et donc une perte en voix de 775 voix et en pourcentage de 4,35% des suffrages exprimés.

Le report sur M. Laurent JEANNE semble donc s’être mieux effectué en 2014 que en 1995 au profit de M. Derouineau.

En réalité si l’on regarde bureau de vote par bureau de vote on constate que en 2014 le comportement des électeurs FN entre les deux tours est assez comparable à celui qu’il était en 1995. A presque 20 ans d’intervalle la différence des comportements politiques entre des  quartiers sociologiquement différents reste une caractéristique de CHAMPIGNY même s’il s’agit des électeurs FN.Dans les quartiers à dominante pavillonnaire où le FN obtient de bons résultats au 1er tour que ce soit en 1995 ou en 2014 (bureaux de vote gymnase Baquet, Romain Rolland Primaire A et B , Romain Rolland Maternelle) il perd beaucoup en voix et en pourcentage  au 2ème(participation accrue)) En 2014 il passe ainsi de 66 voix et 12,72% au 1er tour à 41 (-25), et 7,86% (-4,86%) à Romain Rolland Primaire A, tandis que par opposition dans les bureaux correspondant aux grands et ensembles de logement sociaux comme le bureau 19 (Les Boullereaux) où la liste FN en 1995 obtient 57voix et 10,29% au1er tour et 92 voix (13 ,68%) au 2ème, ou encore au bureau32 Solomon maternelle ou en 1995 le FN est passé de 55 voix et 8,80% au 1er tour en 1995 à 65 voix et 10,30% au 2ème tour.

Il existe suivant les quartiers des comportements différents des électeurs FN du premier tour. Pour ceux qui au 2ème tour abandonne le FN pour la droite classique leur objectif principal est de battre la gauche et surtout l PCF. Pour atteindre cet objectif ils sont prêts à soutenir la droite classique ; Ils représentent environ le tiers de l’électorat FN. En cas d’absence de liste FN ils pourraient se reporter dès le 1er tour sur la droite classique ;

Pour les autres ceux des quartiers défavorisés en l’absence d’une liste FN nul ne peut dire s’ils voteront ou non; le vote FN marque leur mal vivre dans les cités face à l’insécurité, à la dégradation des rapports humains, aux difficultés nées de la cohabitation. Il est peu probable qu’ils se reconnaissent dans la droite classique de Laurent JEANNE ; ils risquent par contre de grossir encore le pourcentage des non votants dans les quartiers des grands ensembles ou il est souvent de l’ordre de 60% (ensemble de la ville 45 ,06% en 2008, et 45,93% en 2014 ;