Européennes à Champigny (suite)

10 jours plus tard….

Il n’est pas inutile, une semaine et demi après le scrutin d’essayer de revenir et de préciser les points de notre première analyse à chaud (ci-dessous). D’ici quelques jours nous essaierons de préciser le contexte et les raisons du succès d’Europe Ecologie et n’oubliez pas d’apporter votre grain de sel dans la discussion.

Quelques points doivent être précisés: le Front de Gauche ce n’est pas seulement le PCF. Il regroupe aussi le parti La Gauche (Jean Luc Mélanchon) et des dissidents du NPA de Besancenot. Peut-on nous reprocher  à la comparaison brute que nous avons faite entre résultats du Front de Gauche et ceux du PCF aux dernières législatives de méconnaitre la diversité des composantes du Front de Gauche? Oui mais…Le parti « La Gauche » n’existait pas au moment des législatives 2007. Il est donc difficile de connaître son poids électoral. Quand on considère le poids important du PCF à Champigny, son hégémonisme d’expression par rapport aux autres composantes du Front de Gauche,  et l’engagement de ses militants, il nous semble que le résultat obtenu par le Front de Gauche à Champigny doit beaucoup au PCF et que comparer comme nous l’avons fait ses résultats à ceux du PCF en 2007 n’est pas absurde et ne doit pas introduire une erreur significative.

Autre question que l’on est en droit de se poser : les comparaisons faites ont-elles un sens lorsque l’abstention est très forte (63,2% des inscrits) ? Il faut revenir sur ce point en regardant quel sens on peut donner à l’abstention et quelle influence elle a pu avoir sur les résultats des uns et des autres.. S’abstenir est un acte politique.  Le pourcentage d’électeurs séduits par l’abstention n’est pas forcément le même dans toutes les grandes familles politiques et cette abstention différenciée, si c’est le cas, porte un sens et a une influence sur le résultat du scrutin. Si dans une famille politique les électeurs potentiels sont moins touchés par l’abstention, plus motivés, le pourcentage de cette formation va évidemment grimper même si en nombre de voix on observe un recul. Si par contre (découragement, rejet de tel ou tel aspect du programme) les électeurs potentiels d’une famille politique s’abstiennent plus que la moyenne générale de la population, le pourcentage de celle-ci va baisser.

Nous avons comparé les résultats de l’UMP et du Front de Gauche (voir graphique ci dessous) dans chacun des 38 bureaux de vote.

Les électeurs de l’UMP se sont peu mobilisés. C’est la surprise de ce scrutin à Champigny.

Le graphique nécessite quelques explications. En abscisse (droite horizontale) l’augmentation de l’abstention entre 2007 (législatives) et 2009 (européennes) en ordonnée (axe vertical) la part de perte que représente le % de 2009 par rapport à 2007. Prenons un exemple concret si dans un bureau l’UMP avait 40% des voix en 2007 et 30% en 2009 la perte représente le quart du total soit 25%  etc.

Si les électeurs potentiels de l’UMP avaient été aussi motivés à participer que la moyenne des inscrits de leur bureau de vote le pourcentage de l’UMP serait resté constant Pour tous les bureaux de vote le recul relatif de l’UMP est  nettement supérieur à l’augmentation de l’abstention. Les électeurs potentiels de l’UMP se sont encore moins mobilisés que la moyenne des campinois.

Quand on regarde les bureaux où l’UMP enregistre les reculs les plus fracassants, supérieurs à 50% de son pourcentage on relève le bureau 5 (Maurice Denis maternelle) dans le canton ouest, des bureaux 14 (Gymnase Tabanelli) et 22 (Eugénie Cotton maternelle) dans le canton centre et 37 (Jean Jaurès primaire) dans le canton de Bry.

Le PCF aurait-il 2  électorats ?  qui évoluent différemment ?

Si on opère de la même façon pour le Front de Gauche on a des résultats très contrastés. Dans certains bureaux en effet le pourcentage du Front de Gauche est plus faible que celui du PCF en 2007, dans d’autres ils est en progrès. Les cas les plus flagrants sont les bureaux n°2 (salle du Ping Pong) (+8,07 en pourcentage) et 33 (Jacques Solomon maternelle 2) (+9,23%) mais il existe  6 autres bureaux  où le pourcentage obtenu par le Front de Gauche est supérieur à celui du PCF en 2007. Il y a donc eu une mobilisation supérieure à la moyenne des électeurs potentiels du Front de Gauche dans ces bureaux.

 

A quels critères les bureaux où il y a progrès correspondent-ils ?

D’une façon générale dans les bureaux du canton ouest on note globalement une certaine stabilité. Est-ce du à la présence sur la liste des européennes de Christian Favier, conseiller général du canton, qui a, sur son canton, un rayonnement personnel, attesté par son succès aux dernières cantonales (2008). C’est plausible. Sur les autres cantons les résultats sont plus contrastés avec des progressions relatives ou des reculs très faibles sur les bureaux des grands ensembles de logements sociaux (Boullereaux, Eugénie Cotton, Bassis Primaire) mais pas tous car sur certains grands ensembles on note des reculs significatifs (Cités Blanches, Cités Jardins et même dans une plus faible mesure aux Mordacs) et ces reculs sont généraux sur les quartiers à dominante pavillonnaires du  canton centre  (Politzer, LCP Jean Morlet, Jeanne Vacher) ou de Coeuilly (canton Est) et du Tremblay (canton de Bry).

Si on prend en compte les préférences politiques exprimées lors du scrutin de 2007 pour le PCF on note que le Front de Gauche récupère des pourcentages proches de ceux du PCF en 2007 sur les bureaux de vote où le PCF était fort et que son pourcentage est en recul là ou le PCF était moins fort.

La force électorale du PCF à Champigny est localisée essentiellement dans un certain nombre de quartiers où prédominent les grands ensembles de logements sociaux (Bois l’Abbé, Boullereaux et quelques autres). Là ses militants sont actifs, bien implantés, les associations diverses où leur présence est très visible sont très présentes, le lien avec la population est fort et malgré les difficultés de la campagne des européennes le Front de Gauche a réussi à mobiliser mieux que d’autres et ce résultat est satisfaisant pour sa principale composante le PCF. Toutefois cette constatation ne doit pas masquer que cette situation est fragile. Dans certains quartiers d’ensembles de logements sociaux où ce lien n’existe plus il y a un fort recul, de même que dans les quartiers à dominante pavillonnaire. On peut donc s’interroger sur l’avenir de cette situation avec cette très grosse coupure politique entre quelques quartiers et l’ensemble de la ville.

 Ajout du 22/06

Nous avions omis de parler du score de la liste du MoDem. Voilà qui est fait ci dessous. avec toutes nos excuses pour cette omission.

Lors de la présidentielle de 2008 M. Bayrou avait effectué une percée sur Champigny obtenant 5970 voix et 17,74% des exprimés. Par comparaison le résultat des européennes 2009 parait bien étriqué : 1051 voix et 6,95% des exprimés. Ce jugement serait tout à fait erroné. Au premier tour de la présidentielle M. Bayrou avait réalisé un score personnel élevé. Pour établir une comparaison valable il faut se reporter aux législatives de 2007 lors desquelles les candidats du MoDem avaient obtenu sur Champigny 1973 voix et 8,82% des suffrages.

Si on compare ces résultats (graphique ci-dessous) on constate que le MoDem se comporte plutôt bien. Si il enregistre des pertes sur le canton ouest dans les autres cantons pertes et profits s’équilibrent. Les meilleures progressions (en pourcentage) sont observées à Curie maternelle +2,65%, Solomon maternelle 1 + 2,55%, les pertes les plus importantes à Maurice Denis maternelle  -7,19% au bureau 4 et -6,27 % au bureau 5, et à Marcel Cachin maternelle -5,31%).

 

Le MoDem a certes des résultats très en dessous de ses espérances à Champigny comme ailleurs mais il résiste plutôt bien surtout dans le contexte campinois où le courant démocrate centriste n’a jamais jusqu’à présent, constitué une composante majeure du paysage politique local.

Note :  Europe Ecologie réalise ses meilleurs scores sur le centre ville (Gymnase Tabanelli 26,75%, Jean Morlet 24,35%) et le quartier du Maroc (Maurice Denis maternelle 26,15%, Marcel Cachin Primaire 25,11%), mais la liste menée par Daniel Cohn Bendit a des résultats décevants sur les bureaux du Bois l’Abbé (respectivement 4,19%, 5,24% et 4,10%) des Mordacs (6,44%) et des Boullereaux (6,47%), là où le Front de Gauche réalise ses meilleurs scores.