intervention de Patrick Le Guillou

CHAMPIGNY-SUR-MARNE – CONSEIL MUNICIPAL DU 20 NOVEMBRE 2019

Intervention Patrick Le Guillou

il s’agissait de pourvoir au remplacement dans les conseils d’école où ils siégeaient en tant que représentants de la commune de mm besnard,fuchs et le guillou ainsi que par une autre délibération de remplacer  m . Fuchs au sein du COMITE SYNDICAL VELIB METROPOLE

.

P. Le Guillou

M. le Maire

La réglementation actuelle, reprise par les textes officiels qui  régissent le fonctionnement des conseils d’école (article D411-1) précise que :

« Dans chaque école, le conseil d’école est composé des membres suivants :

  1. Le directeur de l’école, président
  2. 2 élus :

a)  le maire ou son représentant

b)  un conseiller municipal désigné par le conseil municipal ou lorsque les dépenses de fonctionnement de l’école ont été transférées à un établissement public de coopération intercommunale, le président de cet établissement ou son représentant

… »

Je vous saurais reconnaissant, M. le Maire, de bien vouloir nous expliquer pourquoi la Commune de Champigny ne respecte pas ces textes en ne désignant qu’un seul conseiller municipal par conseil d’école.

Vous allez prendre la décision de remplacer 3 anciens maires-adjoints, Jean-Louis Besnard, Yves Fuchs et moi-même, en qualité de représentants du conseil municipal au sein des établissements scolaires.

Ce remplacement s’effectuera alors que les conseils d’école n’ont plus qu’une réunion prévue en janvier 2020, soit moins de deux mois avant le renouvellement municipal de mars prochain.

On peut, bien évidemment, se plaindre de la mesquinerie de cette mesure qui sera votée, je n’en doute pas, par une large majorité.

On peut anticiper l’incompréhension des membres du conseil d’école de voir virer des représentants qui siègent en leur sein depuis 5 ans et ½ et sur l’image que vous allez donner. Mais peu importe car cette image c’est, en fait, la vôtre.

Les conseils d’école sont certes parfois difficiles à vivre mais ce sont des lieux de débats et souvent, derrière les plaintes répétées, il y a une formidable aspiration à améliorer le service de l’éducation.

Les conseils municipaux ont la responsabilité des bâtiments, des conditions matérielles, de la vie des enfants et du périscolaire.

Les services agissent, au quotidien, comme des prestataires de services et contribuent au service éducatif.

La prochaine municipalité aura intérêt à analyser les relations et les modes de fonctionnement qui génèrent de nombreux dysfonctionnements et de multiples incompréhensions.

Pour en revenir au fonctionnement de la Municipalité et à ses pratiques, on ne peut que mesurer l’écart qui existe entre des pratiques d’exclusion systématique des oppositions de la prise des décisions.

En témoigne le rôle indigent confié aux commissions qui ne se voient cautionner que l’examen des questions soumises aux conseils municipaux. Cela veut dire qu’il n’y a pas de travail réel, d’examen des propositions.

Je ne peux, à ce moment, qu’avoir une pensée pour les pratiques de l’Assemblée Nationale, du Conseil Régional et même de la Ville de Montreuil qui ont décidé de confier la Présidence de la Commission des finances à un élu de l’opposition.

Nous vivons un moment de bouleversement des exigences de la représentation et du fonctionnement de nos institutions.

Ces exigences impliquent une ouverture, un dialogue, une volonté de faire participer.

Je suis, je vous l’avoue, effaré du fossé béant qui existe entre ces exigences et le spectacle sectaire auquel vous nous conviez.