L’aire de la discorde au « Square de la Paix et de l’Amitié entre les Peuples »

 

Les travaux se terminent au pied des HLM des Cités Blanches, à coté de la patinoire municipale, en face de l’immeuble 22-24–26 du boulevard Jules Guesde. Le résultat est agréable. On voit naître de beaux espaces publics aménagés, certains arbres ont été préservés, d’autres plantés.

Un projet ambitieux d’un parc au coeur de la ville……

Tout serait pour le mieux dans le meilleur des Champigny possibles SI il n’y avait pas l’aire de basket – foot (appelée City Stade)…une aire moderne, bien installée ouverte à tous où des jeunes peuvent venir jouer.

 

Une aire de jeux (City Stade) a été aménagée

Le 9 juin, à la réunion du Conseil de Quartier du Centre Ville une délégation des résidents de l’immeuble 22 – 24 – 26 bd  Jules Guesde est venue interpeller les représentants de la municipalité (MM Lécuyer, Gaspard et Charles, tous maire-adjoints présents) au sujet de l’aire de jeu.

En effet, les riverains ont indiqué que ce lieu créait des nuisances insupportables, de jour comme de nuit, 7jours sur 7. Jamais fermé il est occupé le soir, et fort tard au cœur de la nuit, par des groupes de gens, pas forcément riverains (venus en voitures) ou autres qui jouent, crient, font la fête. Ils ont dits que les riverains ne pouvaient plus dormir. Lorsqu’ils demandent aux visiteurs nocturnes de faire moins de bruit ils reçoivent pour réponse des insultes et des menaces et lorsqu’ils appellent la Police pour faire cesser ce tapage, ils reçoivent comme toute réponse que le terrain est ouvert au public et non réglementé par la municipalité.

 

L’aire du City Stade est juste sous les fenêtres des résidents

Les trois personnes présentes (membres du conseil syndical de la résidence bd Jules Guesde)ont rappelé aux représentants de la mairie qu’elles avaient sollicité, sans succès, depuis plusieurs mois un rendez vous pour discuter de ce problème.

Elles ont insisté pour obtenir une date précise de rendez vous mais en vain, les représentants de la municipalité s’en tenant à de vagues promesses.

Les représentants des riverains ont même proposé aux responsables municipaux présents de venir avec eux à la fin de la réunion constater la réalité des faits évoqué. « nous voulons que l’on respecte notre droit au repos » clament ils, reprochant par ailleurs à la mairie de pas les avoir associé au projet de réaménagement du terrain de proximité……manque de concertation.

Avant le début de la séance du Conseil Municipal ce 17 juin deux représentants des résidents sont venus remettre à M. Dominique Adenot, Maire la pétition signée par les habitants de l’immeuble concerné bd Jules Guesde, qui demandent désormais le déplacement pur et simple de la structure « City Stade » sur un autre site plus approprié (éloigné des habitations) pour accueillir ce genre de structure.

Une visite dans le quartier nous a permis de constater que les problèmes sont bien réels. Le terrain est installé à quelques mètres des habitations, les jeunes crient, tirent contre les parois métalliques de la structure provoquant des bruits cinglants.

Des contacts avec des locataires des immeubles HLM dits des « Cités blanches »  (en face) nous ont appris que, eux aussi, se plaignaient des « utilisateurs nocturnes » de l’aire de jeux auxquels ils imputent outre le bruit, de nombreuses dégradations. Selon les personnes contactées les perturbateurs ne sont pas des jeunes des Cités Blanches.

Une pétition a été rédigée et signée dans les Cités Blanches, et a été remise à la mairie fin février.

Les représentants de la municipalité étaient donc avertis et leur étonnement lorsque les personnes présentes à la réunion du 9 juin, leur ont exposé les faits était parfaitement feint alors que les résidents nous disent avoir alerté la commune depuis décembre 2010 avant le début des travaux,

Quelle solution ?

Dans le cas de l’aire de jeu du bd Jules Guesde il a été évoqué lors de la réunion du 9 juin, que le terrain de jeu soit fermé le soir après une certaine heure à définir. En a parte toutefois, l’un des adjoints présents se montrait peu favorable à cette solution. Il confiait qu’il y a quelques années le même type de problème s’était posé dans le quartier du Maroc suite à l’ouverture d’une aire de jeu près de Jean Vilar. La décision avait été prise  par la Mairie de fermer l’aire à partir de 22H. Un employé municipal avait été chargé de cette fermeture. Dès le deuxième soir de sa mission il avait à son arrivée été entouré par un groupe menaçant qui lui avait clairement signifié que s’il s’obstinait à vouloir fermer le soir ils l’en empêcheraient et plus précisément lui « casseraient la g….. ». L’employé avait refusé de continuer cette mission et la municipalité avait finalement pris la décision de fermer totalement et définitivement l’aire de jeu.

Doit-on en arriver là bd Jules Guesde ?

C’est une très bonne chose que des aires de jeux, de sport, de rencontre existent dans la ville. Les jeunes ont besoin d’endroits où se rencontrer et avoir une activité sportive ou autre plutôt que de traîner au pied des immeubles. Il n’est pas souhaitable qu’on en arrive à fermer les installations existantes.

Mais chaque citoyen a le droit à sa sécurité, à sa tranquillité. Il a le droit de jouir du repos à son domicile. C’est un élément important de la qualité de vie.

Or on assiste à une dégradation du vivre ensemble. La crise et ses répercussions sur la vie, les visions purement individualistes, le manque de perspectives ont des répercussions sur les comportements avec le développement d’attitudes de refus de responsabilité, de l’affirmation de soi par le mépris de l’autre tout cela est vrai. Il est vrai aussi que des solutions doivent être trouvées et ce ne peut pas être limité à des mesures de répression ou de fermeture.

En même temps on ne peut pas attendre que les choses changent et laisser faire. Parler de police et de sécurité est mal vu à gauche mais il ne peut être question de fuir éternellement le problème. Nous avons tous besoin de sécurité, de tranquillité.

La situation rue jules Guesde n’est en effet pas unique en son genre à Champigny. Les débordements sont fréquentsaussi dans le secteur du Parc Départemental entre l’Avenue de Coeuilly et la rue du Monument ( réunions nocturnes avec musique au volume maximum, barbecues improvisés, détériorations de la signalisation etc), dans le secteur du terrain de boules de Gabriel Péri et cette liste n’est pas limitative.

Une intervention régulière de rondes de police est nécessaire et aurait un effet dissuasif. A Champigny  les effectifs de police sont insuffisants pour assurer toutes les missions nécessaires. La responsabilité de ce coté incombe au Ministère de l’Intérieur et à la diminution des effectifs de fonctionnaires (y compris de police) mais il est certain que Champigny serait en meilleure position pour défendre une demande d’augmentation des effectifs si la ville mettait à disposition de la Police Nationale (cela est du ressort de la commune) des locaux (un commissariat) conforme aux normes de sécurité définie par le Ministère de l’Intérieur et situé en centre ville. Actuellement les forces de police ne disposent pas à Champigny de locaux adaptés, pouvant être ouvert 24H sur 24, en centre ville. Cela est du ressort de la ville.

Nous parlons là uniquement, à propos de l’aire de jeux du bd Jules Guesde de manifestations d’incivilité c’est vrai, mais ces incidents « pourissent » la vie de certains campinois. Il nous parait donc justifié de poser le problème de l’amélioration des conditions de tranquillité sur l’ensemble de la ville.