L’accessibilité de la voirie et des espaces publics dans la commune pour les personnes handicapées

par Jean Fourtoy

Ce que prévoit la loi (Décret n° 2006-1658 du 21 décembre 2006 relatif aux prescriptions techniques pour l’accessibilité de la voirie et des espaces publics)

Dans les communes de 5 000 habitants et plus, il est créé une commission communale pour l’accessibilité aux personnes handicapées composée notamment des représentants de la commune, d’associations d’usagers et d’associations représentant les personnes handicapées.

Cette commission dresse le constat de l’état d’accessibilité du cadre bâti existant, de la voirie, des espaces publics et des transports. Elle établit un rapport annuel présenté en conseil municipal et fait toutes propositions utiles de nature à améliorer la mise en accessibilité de l’existant.

Le rapport présenté au conseil municipal est transmis au représentant de l’Etat dans le département, au président du conseil général, au conseil départemental consultatif des personnes handicapées, ainsi qu’à tous les responsables des bâtiments, installations et lieux de travail concernés par le rapport.

Le maire préside la commission et arrête la liste de ses membres.

Cette commission organise également un système de recensement de l’offre de logements accessibles aux personnes handicapées.

 Ou en est-on à Champigny ? Il est vraisemblable que, faute des moyens nécessaires, la loi du 11 février 2005 imposant l’achèvement de l’accessibilité en 2015 ne sera pas respectée, et qu’il faudra attendre beaucoup plus longtemps, avant d’atteindre les objectifs fixés.Toutefois on peut suivre certaines pistes :

1° Redéfinir les priorités, c’est à dire qu’au lieu de faire des rond-points, dont l’utilité est parfois discutable, on recentrera les budgets vers l’amélioration de l’accessibilité des services publics , on cherchera à améliorer la circulation des personnes handicapées en fauteuil roulant, en prévoyant des accès aux trottoirs et en prenant toutes les dispositions pour éviter que les trottoirs soient encombrés par des véhicules en stationnement empêchant toute circulation piétonnière (à Coeuilly certains trottoirs sont impraticables)

2° Logement

La loi prévoit que les nouvelles constructions doivent être aux normes permettant aux personnes handicapées l’accès et la vie aux logements. Il reste beaucoup à faire pour l’existant. Il faut que le dialogue s’engage avec les bailleurs pour la mise aux normes des bâtiments et appartements occupés par les personnes handicapées, mais aussi pour que les personnes âgées se retrouvant en état de mobilité réduite puissent bénéficier d’autres logements mieux adaptés à leur situation.

Ces pistes de travail pourraient être reprises dans la future commission