Le Trompe l’oeil des transports en commun…

Le nouveau contrat de projet Etat-Région et les transports en commun.

 »  Le contrat de plan Etat-Région 2000-2006 avait pour la première fois, donné la priorité au financement des transports collectifs : 63% contre 37% à la route. Mais fin 2005 les projets routiers étaient réalisés à 80%, les transports collectifs à 46% seulement (retards pris par les études, difficultés et lourdeurs administratives, coût réel des projets très supérieurs aux prévisions).

Le gouvernement a demandé aux préfets de région de lancer en juillet 2006, l’élaboration d’un nouveau contrat Etat-Région 2007-2013 appelé cette fois  » contrat de projets « , avec pour les transports collectifs une enveloppe de l’Etat de 692 millions d’euros. A l’issue de négociations menées dans l’opacité totale, Jean Paul Huchon vient de se déclarer satisfait d’avoir obtenu de l’Etat 874 millions d’euros, la région investissant de son côté 2063 millions d’euros.

Le problème est que sur le montant total de 2,9 milliards d’euros, près de 60% vont être consacrés à financer l’achèvement des projets inscrits dans le contrat de plan précédent. Ce qui reste n’est pas du tout à la hauteur du programme, très ambitieux, de transports collectifs annoncé dans le projet de SDRIF avec un phasage dans le temps tout à fait irréaliste, compte tenu de l’expérience passée…….

Les Franciliens n’accepteront pas que les importants programmes de construction prévus dans les secteurs d’urbanisation et de densification prioritaire qu’on nous annonce bien desservis par les transports collectifs, soient mis en œuvre, une fois de plus, sans que leur desserte par les transports en communs soit réalisée. Sinon alors que le changement climatique et la raréfaction des réserves d’énergie fossile imposent de réduire la consommation de carburant et l’émission de gaz à effet de serre, ils continueront à s’engager avec leurs voitures sur des routes de plus en plus engorgées…. « 

Extrait d’un article intitulé Le trompe l’œil des transports en commun de Daniel Hannotiaux paru dans Liaison Ile de France Environnement, février 2007.