L’IMPOSSIBLE MUTATION?

A forum nous avions décidé entre les deux tours des élections municipales de 2014 d’accepter l’offre de Dominique Adenot et de rejoindre sa liste pour le deuxième tour de scrutin. Nous pensions qu’il nous serait possible dans la mesure de nos moyens d’influencer certaines décisions; Aujourd’hui quel est le bilan d notre action?

Il n’est pas nul. Dans certains secteurs nous avons fait effectivement bouger les choses, pas seuls certes, mais nous avons fortement contribué à la prise en compte de la nécessité d’une politique de la ville durable, aidés en cela par l’urgence de la situation et par la prise de conscience de groupes et d’associations citoyennes qui à Champigny comme ailleurs se sont développées pendant la période récente.

Nous avons échoué par contre dans deux domaines importants et qui constituaient et constituent toujours à nos yeux les axes essentiels: d’un changement politique

la démocratie participative

un urbanisme de l’équilibre

nous souhaitions faire des CONSEILS DE QUARTIER , non pas des organes de direction se substituant au Conseil Municipal élu mais des structures incitatives, porteuses de projets; La dotation de ces structures d’un budget annuel de 3000 Euros, si limité fut-il nous apparaissait quelque chose de novateur; Après quelques ouvertures le ronron s’établit à nouveau; existe-t-il encore aujourd’hui un conseil vivant qui se réunisse régulièrement, à l’initiative des habitants?

Sur l’urbanisme il y eut dès le début clivage. Pour les élus PC et d »autres toute remise en question de la politique du logement équivalait à une trahison; on argumenta; il y eut des votes tendus

Toutefois peu à peu, au cours de votes, de débats, lors de l’élaboration de projets P. Le Guillou, Jean louis Besnard, prirent position contre différents projets, avec d’ailleurs une

audience grandissante Mais ces discussions ne trouvaient aucun écho auprès des élus du groupe PCF et apparentés tres surs d’avoir toujours raison er je pensai alors au remarquable livre de sociologie politique de LUCA RICOLI , ex dirigeant du PCI intitulé Per que siamo antipatici? ( POURQUOI SOMMES NOUS ANTIPATHIQUES?)

Dans cette étude pleine de finesse l’auteur voit dans cette prétention du PC d’avoir toujours raison en tout et sur tout une des raisons majeure de la dsaffection des italiens vis à vis de ce parti;

Ce livre n’a pas été traduit en Français et c’est dommage

a la librairie Place Lénine il aurait un beau succès