Notes prises au Conseil Municipal du 14 mai

Mercredi 14 mai avait lieu la réunion du Conseil Municipal Il ne s’agit pas ici d’un compte rendu complet mais de quelques notes sur les sujets qui m’ont paru les plus intéressants. Pour un compte rendu complet voir le procès verbal officiel. Si vous avez des questions sur un point précis j’essaierai de vous répondre à partir de mes notes.

Ce Conseil Municipal a été particulièrement fourni: 32 délibérations! Le prochain conseil devrait se tenir le 25 juin et le suivant le 2 octobre mais M. Adenot a d’ores et déjà annoncé qu’étant donné le nombre de décisions à prendre un conseil supplémentaire se tiendrait courant Juin (date encore non précisée) En début de séance

M. le Maire annonce qu’il a été saisi par des conseillers d’une proposition pour donner le nom de deux personnalités récemment disparues (Germaine Tillion et Aimé Césaire) à une rue, un espace public ou une école et que nous serons amenés à en délibérer ultérieurement.

M. Adenot annonce que M. Besnard élu sous l’étiquette MARS quitte ce groupe et rejoint le groupe communiste ou il siégera comme apparenté.

Notes

Délibération 11 Cette délibération porte sur une demande faite au SAF94 agissant pour le compte de la ville de Champigny d’acquérir un terrain de 984m2 avec un pavillon bati de 149M2 rue René donc en bordure de la nouvelle voie de contournement appelée administrativement VDO (voie de desserte orientale) J’ai pris la parole sur ce sujet :

 « Je prends la parole au nom du groupe Entente Citoyenne dont je suis ici l’unique représentant. Cette déclaration liminaire vise à souligner notre spécificité et notre indépendance. Nous ne sommes solubles ni dans la majorité municipale ni dans l’opposition de droite. Je suis souvent critique vis-à-vis des achats fonciers ou des préemptions décidés par la mairie à cause de leur caractère dispersé, non intégré dans un plan d’urbanisme d’ensemble. Ici par contre je voterai positivement car cet achat vise à réserver du foncier pour le futur développement de cette zone et à empêcher que des constructions réalisées par un investisseur privé sans tenir compte du futur développement de la zone ne pénalisent le projet général. Toutefois M. le Maire j’aimerai avoir réponse à quelques questions. On achète en dehors du périmètre de la ZAC. Quand est-il prévu de procéder à l’extension du périmètre de la ZAC ? Quelle est en gros la stratégie que vous comptez développer ? Quelles sont les informations dont vous disposez sur l’avenir des 16H libérés par l’abandon du projet autoroutier. La mairie et d’autres dont je suis sont favorables à une zone d’activité économique avec quelques logements, le préfet voudrait imposer la construction de 1600 logements sociaux. Où en est-on ? »

A ma question j’ai eu droit à une réponse très générale d’intentions mais sans précisions nouvelles.

Délibération 12 La question portait essentiellement sur la ventilation des crédits de la Convention Régionale de Renouvellement Urbain entre les différentes zones (Bois l’Abbé, Mordacs, 4 cités et le site du Plateau). Je me suis d’abord étonné qu’une moitié du Parc Départemental figure dans le CUCS (Centre Urbain Considéré Sensible) du Plateau (Mail de la Demi Lune) et l’autre pas. Je n’ai eu aucune réponse sauf qu’il s’agissait peut être d’une erreur ! ! ! Puis considérant le tableau récapitulatif du logement social en fin de document portant bilan des démolitions et des constructions j’ai posé la question suivante :

« On comprend très bien lorsque l’on considère le bilan final des construction de logement qu’il y a maintien (1 pour 1) du logement social HLM et nouveaux logements de type PLU, PLS voire libre. Pourquoi vous êtes vous interdits d’y introduire quelques logements en accession à la propriété ? »

Il m’a été répondu 1/ qu’il y en aurait à l’avenir 2/ Que lors de la construction de l’ensemble du Plateau un certain nombre de pavillons avaient été livrés en accession sociale à la propriété 3/ Que lors de la rénovation des bâtiments de la Garde Républicaine certains logements avaient pu bénéficier de ce régime. Je constate que la réponse ne comportait aucune donnée chiffrée (combien ?) et qu’invoquer les pavillons du plateau (Rue des Lilas, des Glaisières etc) au titre d’un bilan 2008 c’est oublier qu’ils ont été construits il y a plus de 20 ans ! .

Délibération 15 La délibération n°16 portait sur l’octroi d’une avance de 400.000 euros au Studio 66 pour lui permettre de passer une période délicate. Dans l’ordre M. Jeanne (MoDem), moi même (Entente Citoyenne), M Chevallier (Divers Droite), M. Chriqui (UMP) et Mme Kennedy (PCF) sont intervenus. Le débat a été intense et on sent que chacun a la volonté de maintenir l’activité du cinéma au Centre Ville. Ci dessous vous trouverez mon intervention:

« Il y a nécessité de maintenir une activité cinéma au centre ville. Mais la question qu’on est en droit de se poser est : les outils qu’on nous propose sont-ils bien pertinents ? Une SEM, je ne vous l’apprends pas, doit couvrir ses dépenses par des recettes et la nature même d’une SEM lui interdit de recevoir directement des subventions. N’est-on pas ici en train de se livrer à une fuite en avant juridique pour couvrir un déficit. Que va-t-on faire en effet ? Un apport va permettre de couvrir un compte courant associé et donc de faire face à des déficits antérieurs de gestion. Cela résout le problème dans l’immédiat mais ne va pas au fond des choses car si rien n’est changé on va vers d’autres déficits. Je vous demande donc quand pourrait vous nous donner des renseignements sur le compte d’exploitation 2007. Quel est-il ? Et il faudra bien que nous ayons prochainement une discussion sur le fond. »

Délibération 16 Il s’agissait d’une décision modificative du budget primitif 2008 dégageant une recette supplémentaire de 400.000 euros (voir affectation au 15). J’ai demandé à quoi correspondait le fait qu’il y ait une diminution de 400000 euros sur Cachin. Il m’a été répondu qu’il s’agissait d’un simple report de la date de paiement. A ce propos j’ai aussi posé la question suivante :

« On a mis en place pendant la construction de superbes bâtiments provisoires sur le stade ? quelle va être maintenant leur affectation ? Quand envisage-t-on la remise en état du stade ? »

M. Adenot m’a répondu que ces bâtiments étaient propriété du département qui n’en a pas l’usage immédiatement et a demandé à les laisser en place jusque 2009 ou ils seront démontés. Il a en charge la sécurité. Le Conseil Général ne récupérera pas le batiment restauration qui déplacé sur un terrain appartenant à la commune, en limite du Lycée Langevin-Wallon, sera affecté aux Restau du Cœur. Le Conseil Général prendra en charge la remise en état du terrain de football sous sa forme antérieure (compacté) mais la ville prendra en charge sa transformation en pelouse synthétique plus facilement utilisable en toutes conditions climatiques.