Polangis: cas isolé ou révélateur d’un malaise campinois?


Le Parisien du 7 Aout l’a annoncé : le ministère se rangeant aux arguments du Préfet, rejetait la requête d’une association d’habitants du quartier de POLANGIS qui demandait le rattachement de leur quartier à la commune de JOINVILLE le PONT.

Une consultation des habitants de Polangis, avait permis aux habitants de s’exprimer. Près de 80% des votants s’étaient prononcés pour le rattachement à Joinville le Pont.

Le Conseil Municipal de CHAMPIGNY sur MARNE, avait dans un vote unanime, majorité et opposition unies, exprimé son opposition à cette sécession.

Quelle politique maintenant vis-à-vis du quartier « rebelle » ?

La pire des options consisterait à refermer le dossier, à tenir le problème pour résolu. Il serait aberrant de s’en tenir au discours rabaissant la démarche de la majorité des habitants de Polangis à une sordide question d’intérêt.

Les propriétaires de ce secteur à dominante pavillonnaire, selon certains auraient vu dans le rattachement à Joinville une probable valorisation de leur bien.

Or il y a à Polangis des problèmes bien réels qu’il faut s’attacher à résoudre avec les habitants du quartier.

La situation géographique particulière de ce quartier, coincé entre le Parc du Tremblay, Joinville et le grand nœud de circulation de La FOURCHETTE nécessite des dispositions spécifiques visant à rapprocher les habitants de ce quartier du reste de la ville ; ces mesures ne doivent pas être imposées mais doivent être discutées avec les habitants de POLANGIS , dans un esprit d’écoute.

Il faut  pour cela un lieu de discussion et de proposition. Pourquoi ne prendrait-on  pas en compte la situation de POLANGIS et ne créerait-on pas un Conseil du Quartier de Polangis, qui permettrait aux habitants du quartier d’exprimer leurs revendications et à la municipalité mieux informée des réalités et des problèmes de faire des propositions qui répondent aux préoccupations des habitants.

Mais il faudrait que ce conseil ait une vie réelle. Malgré les engagements pris en 2014 les conseils existants ne fonctionnent plus ou très peu. Nous demandons à la municipalité de publier un compte rendu de l’activité des Conseils de Quartier, du nombre de fois où ils se sont réunis depuis 2014, des décisions prises, des sommes allouées et utilisées au titre des budgets participatifs.

Il existe un véritable désamour vis-à-vis de Champigny, une ville qui des bords de Marne au plateau Briard  a de nombreux atouts actuels et un potentiel exceptionnel. La demande de sécession de Polangis est le « scandale » révélateur d’un malaise plus général qui se traduit par des départs.

Il ne suffit pas de parler du vivre ensemble, il faut le pratiquer, vivre ensemble c’est d’abord écouter et décider ensemble.