RUE DE LA PREVOYANCE…

Hier 17 septembre a été inaugurée par Monsieur Favier entouré d’élus et de personnalités rue de la Prévoyance (quartier du Maroc) une maison de l’Histoire et du Patrimoine.

M. Favier s’est félicité de l’aboutissement d’efforts longs et soutenus. Nous nous en réjouissons aussi. Mais la chose n’était pas évidente. Au départ lorsque la maison de retraite qui occupait les lieux dut fermer car elle ne correspondait plus aux normes modernes en termes d’hygiène et de sécurité, cette belle maison bourgeoise du début du 20ème siècle fut acquise par la mairie de Champigny. Le but avoué et proclamé était sa destruction afin de construire des logements. Le projet était précis. La Campinoise d’Habitation (aujourd’hui IDF Habitat) était sur les rangs.

De nombreuses personnes du quartier se sont opposés à cette décision. Forum en a parlé dans deux articles de son journal.

Cette opposition avait deux raisons

Cette construction de logement était plaquée sur un quartier pavillonnaire sans aucune réflexion sur l’avenir du quartier, sans projet d’urbanisme*

Par ailleurs cette maison et son jardin témoignent d’une page de l’histoire de Champigny. Durant l’occupation allemande et les persécutions antisémites la directrice de cette maison, Mme Madeleine Quinquet, honorée ensuite du titre de Juste parmi les Nations, y a caché et sauvé des enfants juifs promis, sans son aide, à la déportation et à l’extermination, ce que rappelle une plaque.

C’est vraiment une bonne chose que cette maison ait été sauvée grâce aux efforts du Conseil Général

Nous nous en réjouissons.

L’expression de leur opinion par les habitants du quartier, par de nombreux campinois a permis d’arrêter un projet qui semblait tout fait. Cela n’est pas toujours le cas, nous le savons bien, mais cela démontre que c’est en agissant qu’on se donne une chance de faire bouger les choses.

*Précisons bien notre position : Une ville vivante est une ville qui construit, qui rénove. Il n’est pas question de défendre l’idée une ville figée. Nous vivons une crise du logement importante en Ile de France. Se loger décemment est difficile pour ceux qui ne disposent pas de revenus importants. Il faut donc construire du logement dit « social ». Il faut toutefois un effort de solidarité c’est-à-dire que la charge soit partagée entre les communes (ce que nos voisins refusent). Il faut garder l’équilibre de notre commune et puis il faut que les projets tiennent compte de l’ensemble de l’urbanisme, des équilibres de quartier. Ce que nous refusons c’est l’utilisation systématique sans plan d’ensemble, sans discussion, ni perspective des fonciers libérés.