Un mille-feuille au goût amer

Beaucoup de nos concitoyens ne savent pas très bien quel rôle peut jouer cette nouvelle structure: le territoire regroupant plusieurs communes et dénommée: le territoire; Clément Vaché, ancien Conseiler Municipal montre ici comment la droite manoeuvre pour en faire un échelon de la conquête du Conseil Départemental en 2021

UN MILLE-FEUILLE AU GOÛT AMER

Ce Jeudi 9 Juillet 2020 vient d’avoir lieu l’installation du Territoire Paris Est Marne et Bois. La séance s’est déroulée dans une ambiance feutrée, comme s’en est félicité son président M. Oliver CAPITANIO, Maire de Maisons-Alfort, président du groupe LR au conseil départemental et surtout premier fédéral de la fédération LR du Val-de-Marne.

Pourtant ne vous y méprenez pas, les apparences sont trompeuses car derrière ce semblant de faux calme, se prépare bel et bien la bataille des élections départementales… La droite départementale auréolée de ses victoires à Champigny-sur-Marne, Valenton, Villeneuve -Saint-Georges, Choisy-le-Roi bombe le torse, tait ses divisions, se met en ordre de marche et compte bien en découdre avec les cantons communistes, afin de faire tomber le Conseil Général dans son escarcelle.

On dit que les élections se préparent longtemps en amont, pour le coup la fédération LR anticipe cette bataille et renforce ses bases arrières, parmi celles-ci, la Mairie de Champigny-sur-Marne récemment conquise et bien évidemment le territoire « Paris Est Marne et Bois », dont elle a le monopole exclusif à l’exception de Fontenay-sous-Bois.

Comment penser une seule seconde que cette strate intercommunale, le T 10,  » Paris Est Marne et Bois » soit dépolitisée avec autant de cadres politiques ?

Il est bien évident que seule la gauche la plus naïve du monde Serait capable d’imaginer cela…

Il faut dire que nos amis Communistes ont cru se faire des amis au conseil de Territoire, en tapant sur les réformes territoriales (lois NOTRe et Maptam) conduites par François Hollande. Les premières interventions aux séances du Conseil de Territoire du 15 Janvier et 8 Février 2016, ont toutes été sur la même longueur d’onde tant bien côté communiste qu’à droite, « cette institution nous n’en voulons pas, elle nous est imposée ».

Avec ce discours antigouvernemental, au sein du territoire « Paris Est Marne et Bois », l’absence de clivage poussé entre la droite et la gauche communiste a conduit cette dernière à son éviction… Alors que les batailles ont fait rage dans tous les autres territoires et dernièrement, ce 9 Juillet 2020, à la « Métropole du Grand Paris », il n’en a rien été au « Territoire Paris Est Marne et Bois ».

Ce n’est que trop tardivement, à compter de 2018, que le son de cloche a légèrement changé du côté de la gauche communiste par l’intervention de Jean-Jacques GUIGNARD, maire adjoint aux finances de Champigny-sur-Marne.

Alors que les communes de droite ont bénéficié d’une baisse de leurs prélèvements en intégrant l’EPT c’est tout l’inverse qu’il s’est produit pour notre ville. Elle a perdu jusqu’à 1,7 millions d’euros en 2019, en raison d’une minoration de la perception du Fond de Solidarité des communes de la Région Ile-de-France (FSRIF) de la dotation nationale de péréquation (DNP) et la fin de son exonération au Fond Péréquation Intercommunal (FPIC).

Les pauvres ont donc payé pour les riches…c’est la double peine pour les Campinois… En effet grâce à des communes comme Fontenay-sous-Bois et Champigny-sur-Marne, les villes du territoire avec un faible pourcentage de logements sociaux  sont moins ponctionnées pour alimenter le FPIC et ceci d’environ 6 à 8 millions d’euros par an. Il pourrait donc y avoir une meilleure solidarité intercommunale entre les 13 communes, notamment sur les politiques sociales… d’autant plus que les finances territoriales se portent bien avec un autofinancement de 8 millions d’euros en 2018.

Malheureusement à aucun moment Champigny-sur-Marne n’a réellement été compensée de ses pertes par des actions de solidarités, lesquelles auraient pu être fléchées dans le Fond de Compensation des Charges Transférées (FCCT) ponctionné aux communes.

Précisons à ce sujet que les allégations proférées par M.JEANNE lors de la mandature territoriale de 2016 à 2020 indiquant que la solidarité territoriale existe, sont évidemment erronées.  Le Territoire a bien investi dans le Musée Nationale de la Résistance et dans l’assainissement à Coeuilly mais ça faisait partie de ses obligations, de ses déclarations d’intérêt territorial et relève des investissements, on note d’ailleurs que cela a été accompli via des emprunts auprès de la Caisse des Dépôts.

Alors que les injustices et le manque d’initiatives sont criantes, personne ne s’est présenté ce 9 Juillet 2020 face à M. CAPITANIO validant de fait les doctrines « Une ville, une voix » et « le territoire n’est pas une instance supra-communale ».

Parmi le manque d’initiative on observera que l’urbanisme est resté lettre morte, alors que Sylvain BERRIOS Maire de Saint-Maur-des-Fossés a été désigné responsable du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal en tant que VP, et qu’il avait mis un de ses agents territoriaux à disposition du Territoire pour s’occuper de cette thématique dès 2016, qu’en est-il 4 ans plus tard ? Hé bien, il ne s’est strictement rien passé car l’échelon communal prévaut, des portefeuilles fictifs ont donc été attribués à nos édiles pour donner un sens à leurs indemnités…3 421 € brut par mois versé à son Président pour 4 Conseils et 4 réunions du bureau en 2018 c’est plutôt…un bon parti….

La mise en place de l’EPT et de la Métropole ont été très contestés par nos camarades communistes… Il est vrai que bon nombre d’élus locaux se sentent dépossédés de leur marge de manœuvre fiscale avec l’harmonisation Métropolitaine, M CAPITANIO s’étant à plusieurs fois insurgé sur le lissage de la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) cible à 30.08 % à 17 ans. De son côté M. Olivier DOSNES, Maire de Joinville-le-Pont, s’est, à maintes reprises, offusqué du non reversement intégral de sa CFE par des allocations compensatrices en provenance de la Métropole, estimant que ses habitants ont été lésés car sa ville a engendré un surplus de CFE. Pour Champigny-sur-Marne et Villiers -sur-Marne la suppression de la redevance spéciale pour les entreprises qui produisent des déchets de plus de 1 800 litres par semaine soulève des difficultés…si elle aboutit à une hausse de la Taxe d’Enlèvement sur les ordures ménagères  (TEOM).

Cependant, rentrer dans cette logique contestatrice élaborée par la droite Val-de-Marnaise, c’est tout simplement aller vers l’éradication des Territoires, et de la Métropole.

En effet il ne faut pas être naïf pour comprendre que Mme. Valérie PÉCRESSE, présidente de la région Ile-de-France, ne souhaite ni l’émergence de la Métropole ni de ses Territoires. Alors que les différentes tendances de la droite francilienne se sont divisées à l’échelle Métropolitaine sur la candidature de M. Vincent JEANBRUN (Maire de l’Hay-les-Roses et Conseiller Régional « Libre »), cela n’a pas été le cas au sein du territoire Paris-Est Marne et Bois.

Pour être plus direct, Mme. Valérie PÉCRESSE a besoin de plusieurs rampes de lancements pour son épopée présidentielle, les collectivités récemment conquises comme Champigny-sur-Marne et en perspectives le Conseil Général du Val-de-Marne seraient de très solides appuis pour renforcer sa crédibilité vers l’Elysée, car là est bien le rôle que joue l’institution territoriale.

C’est bien une stratégie consistant à évincer le Président de la République dès le premier tour de l’élection de 2022 qui s’élabore actuellement dans les arrières-chambres de nos territoires.

Notre Maire, Laurent Jeanne, en fin politique, l’a très bien compris et distribue subtilement des postes à ses opposants de gauche au territoire pour mieux les aliéner…

Le silence radio de la gauche sur ce mode de gestion, peut poser question et par son manque de clarté est susceptible de déclencher un nouveau recul au niveau départemental cette fois…

En résumé la dépolitisation tue…elle va si rien ne change tuer la gauche au département dans un premier temps, puis dans un second temps, les troupes de l’actuel Président de la République, déjà très morcelées après cette séquence municipale catastrophique et le virage droitier du gouvernement de M. CASTEX….

Par Clément Vaché

Conseiller municipal 2014-2020