UNE BIEN BELLE INAUGURATION ET QUELQUES QUESTIONS..

     

 M. C Favier Président du Conseil Général, Mme D. Abrams Conseillère Régionale, M. D Adenot, Maire de Champigny et M. Bénisti Maire de Villiers sur Marne (de dos) lors de la cérémonie officielle

43 ans d’histoire

 

Il aura fallu 43 ans pour que  soit enfin réalisée une partie du contournement possible de Champigny. Dès 1965 un projet de jonction autoroutier entre la A4 et la A6 était lancé par l’Etat et les terrains nécessaires étaient acquis essentiellement sur les communes de Champigny, Ormesson etc.

 

En 1967 dans un éditorial de « Champigny Notre Ville », sans se prononcer sur le projet autoroutier M. Talamoni, maire de Champigny à l’époque soulignait l’urgence d’une déviation du trafic de transit . Champigny c’était ses termes étant « menacé à court terme d’étouffement par le trafic automobile ».

 

Avec le temps les choses empiraient encore mais curieusement le projet à part le vote unanime d’un vœu par le Conseil Municipal de Champigny en 1974 semblait s’enterrer tout doucettement. Le projet autoroutier semblait abandonné. Les mouvements écologistes s’étaient fortement mobilisés contre son passage en bordure de Marne, près de Bonneuil dans la zone di du Bec de Canard qui abrite de nombreuses espèces d’oiseaux et puis la nécessité de construire de nouvelles autoroutes n’apparaissait plus aussi évidente.

 

Restaient à Champigny 16 hectares de friche appartenant à l’état sur lesquels il n’était possible de rien édifier même à titre provisoire et par ailleurs une ville de plus en plus étouffée par la circulation des automobiles et des poids lourds. Et pourtant rien n’avançait.

 

En 1999 notre association Forum des Boucles de la Marne lançait une pétition dans Champigny pour la réalisation d’une voie de contournement capable de diminuer l’infernale croissance du trafic, ses dangers, et les pollutions qui sont liés à cette circulation.

Malgré la faiblesse de nos moyens en quelques mois 1800 campinois signaient cette pétition.

Nous ne croyons pas que c’est à Forum qu’on doit la réussite de ce qui vient d’être réalisé mais nous avions eu le mérite de rappeler que ce projet existait et qu’il était vital pour notre ville.

Le Conseil Général, le Conseil de Région les municipalités de Villiers sur Marne et de Champigny se sont investies et aujourd’hui en 2008 un premier tronçon reliant IKEA à la rue Fourny près du Centre Commecial Leclerc est ouvert à la circulation.

 

Un ouvrage magnifique

 

L’ouvrage réalisé l’a été avec les techniques les plus modernes. Deux ouvrages d’art franchissant les voies ferrées ont été réalisées sans interruption de la circulation ferroviaire. Le troncon comprend une chaussée de deux voies pour la circulation des automobiles et des voies piétonnes et cyclables séparées des chaussées et bien protégées. Sur le coté droit en montant vers Villiers le « trottoir » séparé de la chaussée par une bande gazonnée et des plantations d’arbres. Ce trottoir est divisé en 2 parties l’une réservée aux cycliste l’autre aux piétons. De l’autre côté, en descendant la voie sur « trottoir »est réservée aux cyclistes seuls et est également bien séparée de la chaussée. On trouve donc la les conditions de sécurité maximales par la séparation des différents modes de déplacement : automobiles, pétons , cyclistes. Chacun a son espace pour se déplacer à sa propre vitesse. On retrouve là l’idée d’une campagne que le Conseil Général avait lancée il y a quelques années : à chaque mode de locomotion son espace. Espérons que les prochaines réalisations à Champigny s’inspireront de cet exemple…..

 

Un ensemble cohérent pour piétons, cyclistes et automobiles

                                                                                                                                  

Coté droit (en montant) un espace  partagé piétons cycliste                             

                                      

En face une piste réservée exclusivement aux cyclistes qui descendent de Villiers                    

On peut avoir un regret c’est que ce tronçon ne comporte pas de voie réservée à des transports en commun en site propre. On comprend que cela aurait entraîné un surcoût important du fait en particulier de la nécessité d’élargir les ouvrages d’art mais on souhaite que conformément aux promesses faites ces voies soient construites dans les parties qui reste à réaliser.

 

 Note : le coût total du tronçon inauguré samedi 22/11 entre la rue Fourny et le rond point  Bricorama s’élève à 22,7 millions d’euros financés par moitié par le Conseil Général du 94 et par moitié par le Conseil Régional d’Ile de France. Il n’y a eu aucun financement de l’état.

 

 

Il reste à terminer cet ouvrage

 

Car il reste encore beaucoup à faire pour terminer cet ouvrage sur la seule commune de Champigny. Il est prévu que une fois le boulevard terminé la jonction se fasse avec la RN4 au niveau de la tour hertzienne. Le projet comporte 3 phases, la première vient d’être terminée. Une deuxième doit mener, le long de la bordure est du Parc Départemental jusqu’à l’Avenue Sonia Delaunay (RD45) au niveau de la déchetterie municipale, la troisième depuis Sonia Delaunay jusqu’à la RN4.

 

A Forum nous demandons instamment au Conseil Général, maître d’œuvre en cette affaire de réaliser la phase 3 avant la phase 2 (partie centrale)

 

Si on réalise d’abord cette troisième phase on libérera en effet le Boulevard Maurice Thorez d’une partie de la circulation très lourde qu’il supporte actuellement et ceci à proximité d’ensembles très peuplés et d’un groupe scolaire important. Pour la sécurité et la tranquillité des riverains du Boulevard Maurice Thorez le tronçon 3 (entre RN4 et Voie Sonia Delaunay) doit être le prochain réalisé.

 

Les conséquences pour notre ville.

 

La réalisation de cette voie aura d’importantes conséquences pour notre ville

 

ü      Au niveau de la circulation automobile et de poids lourds

ü      Pour une meilleure desserte des zones d’activité

ü      Pour une urbanisation des 16 hectares de friches restantes

ü      Pour la mise en service d’ALTIVAL réseau de transports en commun en site propre de Sucy à Noisy le Grand.

 

Au niveau de la circulation automobile et des poids lourds Quand existera l’ensemble du boulevard urbain les échanges RN4-RN305 (rond point de Bry)seront améliorés et nous demandons instamment à M. Adenot, Maire de Champigny de prendre alors un arrêté d’interdiction du passage des poids lourds par la rue de la République. En même temps on peut espérer que l’existence de cette voie de transit contribuera à diminuer le nombre d’automobiles qui traversent le centre de Champigny et cela est appréciable si on veut vraiment donner vie au Centre Ville.

 

Pour une meilleure desserte des zones d’activités Ce n’est par plaisir que les chauffeurs de poids lourds engagent leurs camions dans les rues étroites de la ville. L’accès aux zones d’activité va être facilité c’est donc moins de fatigue pour les chauffeurs des poids lourds. Par ailleurs les zones d’activité vont avoir un atout de plus. Pour tout chef d’entreprise qui cherche ou s’installer le problème de la bonne accessibilité est primordial. C’est donc un plus pour le développement à Champigny.

 

Pour une urbanisation des 16 hectares de friche restantes. Il reste 16 hectares de friches qui correspondent sur Champigny à l’emprise de l’autoroute qui avait été projetée. Ces friches sont propriété de l’Etat qui va les vendre à des aménageurs.

Dans son allocution lors de l’inauguration samedi 22, M. Christian Favier, Président du Conseil Général a souhaité que l’état redistribue une partie du produit de cette vente à la Région Ile de France et au Département du Val de Marne qui par leur investissement dans la création de cette voie (22,7 millions pour cette première tranche) ont fortement valorisé ces 16 hectares de friche.

Mais que va-t-on faire de ces 16 hectares. Nous avons évoqué dans une note précédente sur ce blog (voir : 16 hectares en quête d’avenir) les projets opposés du Préfet et ceux de la Municipalité. Le Préfet proposait en effet de construire sur ces terrains 1600 logements sociaux (encore à Champigny et jamais à St Maur ou Ormesson) tandis que la municipalité souhaitait consacrer ces 16 hectares au développement d’activités économiques. Comme nous le supposions dans la note de notre blog citée précédemment la solution serait une solution négociée. Samedi dans son allocution M. Dominique Adenot, Maire de Champigny a pu annoncer qu’un accord avait été trouvé avec la préfecture et que 75% de la superficie seraient réservés aux activités économiques et 25% à la construction de logement. C’est bien mais cela demande des précisions. 25% c’est 40.000 m2. Quel type d’habitat va-t-on y créer ? Y aura-t-il mixité de l’habitat ? dans quel pourcentage ? et surtout  quelle sera la densité d’habitat ? Sur 40.000 m2 Il est possible en zone urbaine dense de construire 1000 logements. Quel sera le chiffre ? dans quelle partie de la zone ?. Ceci demande des précisions. Il ne faudrait pas créer un îlot d’habitat coupé de tout au milieu d’une zone industrielle.

 

Pour la mise en service d’ALTIVAL réseau de transports en commun en site propre de Sucy à Noisy le Grand. Le département envisage de créer une ligne de transport en commun en site propre ALTIVAL en utilisant ce boulevard urbain et sur les communes d’Ormesson, Bonneuil les emprises du défunt projet autoroutier. En joignant Sucy à Noisy on améliorera la desserete interbanlieues et on diminuera d’autant la circulation automobile. C’est donc une bonne chose. C’en est aussi une pour le développement des zones d’activités. Ceux qui y travaillent dans les entreprises déjà installées (et qui souvent habitent loin) se plaignent du manque de desserte. Il est clair que des lignes comme le 306 (même si les fréquences ont été augmentées) ne peuvent servir à desservir des zones économiques comme celles qui sont souhaitables pour le développement de Champigny.ALTIVAL EST DONC UN PROJET TOUT A FAIT POSITIF.

 

Note : Lors de leurs interventions MM Favier et Adenot ont insisté sur le développement des transports en communet ont cité ALTIVAL et ORBIVAL. Curieusement ils ont omis dans les projets le TVM (Trans Val de Marne) et c’est M. Bénisti (Maire de Villiers Sur Marne) qui a cité ce projet de TVM.