UNE SOIREE TRES REUSSIE A GERARD PHILIPPE….MAIS HELAS TROP RARE

  par Th. Vichy     La salle était pleine ce samedi soir du 8 Novembre.Il n’y avait pourtant eu aucune publicité spéciale,aucun affichage sur les panneaux lumineux de la ville.L’ANTICHAMBRE de Jean-Claude Brisville,mise en scène par Christophe Lidon avait attiré beaucoup de monde et recueillit un grand succès.Ce n’était pourtant pas un spectacle dit « grand public »,une comédie boulevardière ou un grand  classique très connu,mais l’habile dramatisation à travers la rivalité entre la tante,Madame du Deffand,et la nièce,Julie de Lespinasse,des enjeux politiques et philosophiques cachés sous l’apparente frivolité des salons du siècle des Lumières.La tante est vieille et aveugle,respectueuse des convenances par peur du chaos et tragiquement consciente de la dimension utopique du projet des Philosophes et de l’Encyclopédie face à ce que la condition humaine a d’irrémédiable.La nièce s’enthousiasme pout tout ce que les Lumières laissaient  espérer et qu’en ce 21° siècle débutant les hommes sont loin d’avoir totalement mis en oeuvre:la fin des injustices,de l’arbitraire,de l’obscurantisme,la maîtrise d’un destin commun,tout ce qui constiue encore aujourd’hui l’une de ces grandes utopies sans lesquelles le politique perd son sens.Utopies certes,mais qui n’en aimantent pas moins l’action.Sujet austère donc,quasiment pédagogique que celui de cette pièce mais porté par une distribution admirablement juste tout en finesse et en nuances.Certes l’entrée était libre mais je ne crois pas que ce soit là la raison du succés.Il y a dans le public campinois une attente,une demande profonde de spectacle de cette qualité.Le soir du 8 novembre il a apprecié de pouvoir assister dans sa ville,sans avoir à se déplacer à Paris ,à un spectacle qui l’an dernier avait tenu l’affiche six mois.La municipalité avait en fait prêté  Gérard Philippe pour les répétitions en vue de remonter le spectacle en tournées,nous expliqua le metteur en scène en introduction.En échange la ville bénéficia d’une représentation gratuite.Voilà une formule qui pourrait être renouvelée,étendue.Je termine sur un souhait:non seulement que de telles soirées ne soient pas si rares à Gérard Philippe,mais aussi que Christophe Lidon qui actuellement met en scène LE DIABLE ROUGE d’Antoine Rault au théâtre Montparnasse,comédie politique sur les arcanes du pouvoir et l’affrontement entre Mazarin et le jeune Louis XIV,puisse d’une manière ou d’une autre en faire bénéficier le public campinois.